Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Services aux petites entreprises

Régler l'injustice fiscale unique au Québec : un impact économique clair et positif pour l'économie


MONTRÉAL, le 12 févr. 2024 /CNW/ - La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) dévoile une étude sur la déduction pour petite entreprise (DPE), réalisée par la firme AppEco. Il y est montré qu'en redonner l'accès aux plus petites entreprises exclues pourrait augmenter de 811 M$ le PIB et créer l'équivalent de plus de 10 000 emplois directs, indirects et induits.

Suivant les recommandations de la Commission d'examen sur la fiscalité québécoise, le gouvernement du Québec a bloqué l'accès au taux d'impôt réduit aux plus petites entreprises des secteurs de la construction et des services, qui ne déclarent pas 5?500 heures de travail rémunéré (un peu moins de trois employés à temps plein pour les saisonnières). La recommandation de la Commission, appelée prime à la croissance, visait à encourager les petites entreprises à croître afin qu'elles puissent accéder au niveau de revenus leur permettant de bénéficier d'un traitement fiscal avantageux. La FCEI voulait connaître le réel impact économique de cette orientation. C'est dans cette optique qu'elle a mandaté la firme AppEco pour en faire l'analyse économique.

« Les conclusions de notre étude montrent que d'enlever les restrictions imposées à cette mesure fiscale pourrait augmenter de 811 M$ le PIB et soutenir plus de 10 000 emplois directs, indirects et induits. L'analyse suggère également que cibler les entreprises de plus petite taille pourrait avoir un impact économique supérieur à offrir la même aide à l'ensemble des entreprises étant donné que les petites entreprises sont concentrées dans des secteurs qui génèrent davantage de retombées économiques par dollar investi. », explique Philippe Gougeon, directeur et économiste chez AppEco, et auteur de l'étude.

Rappelons que le Québec est la seule province qui ne donne pas accès à un taux d'impôt réduit pour les plus petites entreprises des secteurs de la construction et des services. Celles-ci se retrouvent avec un taux d'imposition de 259 % et doivent donc payer 4?150 $ de plus sur chaque tranche de 50?000 $ de bénéfices.

« Cette étude économique dresse des constats forts : d'abord, elle confirme que le postulat de départ de bloquer le taux d'impôt réduit pour créer des emplois ne tient pas la route. De plus, dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre, nos sondages auprès des dirigeants montrent que les PME utiliseraient ces économies afin de se stabiliser en remboursant leur dette pandémique (emplois conservés), d'investir dans l'augmentation de la productivité, de hausser les salaires ou encore d'investir dans l'automatisation. En finir avec cette injustice aiderait le gouvernement à atteindre son objectif, qui est de rattraper l'écart de richesse avec l'Ontario, province ayant davantage de microentreprises qu'ici et aucune injustice fiscale pour ses plus petites entreprises », déclare François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI.

Aider ses petites entreprises : un choix politique

Ensuite, l'étude montre que l'impact économique d'une réduction fiscale est plus grand pour les secteurs où les petites entreprises sont concentrées que pour les autres. Le ministre des Finances a diminué le taux d'impôt réduit en 2021 afin d'aider les entreprises dans leur croissance. Le gouvernement précédent a également mis en place cette stratégie en vue de rattraper la moyenne canadienne des taux d'impôt réduit, mesure qui a été très positive pour les PME. La présente étude confirme que les répercussions positives seraient nombreuses pour les petites entreprises actuellement exclues.

Enfin, la FCEI croit que la question d'en faire une mesure à coût nul ne tient pas. L'étude démontre que les entrées fiscales ne pourraient égaler l'impact budgétaire de la mesure. C'est plutôt un choix politique que de laisser les plus petites entreprises payer plus d'impôt en dépit de leur taille ou du fait qu'elles ne font pas partie des secteurs favorisés par le gouvernement.

« Le ministre Girard a bougé pour diminuer l'impôt des citoyens qui est nettement plus élevé ici que dans le reste du Canada. Il est temps d'adopter la même approche pour les plus petites entreprises. Ne rien faire est de surtaxer les plus petites entreprises pour aucune autre raison que de garnir les coffres de l'État québécois. Un régime fiscal devrait être progressif et non pas plus élevé pour les plus petits. C'est une logique qui ne tiendrait pas pour les citoyens, elle n'a pas plus sa place pour nos plus petites entreprises. », conclut François Vincent.

À propos de la FCEI

La FCEI (Fédération canadienne de l'entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 97 000 membres dans tous les secteurs d'activité et toutes les régions au Canada et 21 000 au Québec. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

SOURCE Fédération canadienne de l'entreprise indépendante


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 06:01
La Banque de Montréal a annoncé aujourd'hui que son conseil d'administration a déclaré un dividende trimestriel de 1,51 $ par action ordinaire libérée de la Banque de Montréal pour le deuxième trimestre de l'exercice 2024 (« dividende du deuxième...

à 06:00
Aujourd'hui, Fastfrate Group est heureux d'annoncer qu'il a renouvelé et bonifié son entente à long terme avec Canadian Pacific Kansas City (CPKC). Cette nouvelle entente quinquennale prévoit des améliorations opérationnelles, des investissements...

à 06:00
Le Rapport aux actionnaires de BMO pour le premier trimestre de 2024, y compris les états financiers consolidés intermédiaires non audités de la période close le 31 janvier 2024, est disponible dans son intégralité à l'adresse...

à 05:56
Boardwave, la communauté de networking par excellence exclusivement créée pour les leaders du logiciel britanniques et européens, et Mindstone, une communauté mondiale axée sur l'utilisation pratique de l'intelligence artificielle (IA), annoncent...

à 05:35
La Banque Scotia a annoncé aujourd'hui les dividendes sur ses actions en circulation. Ces dividendes seront payables le 26 avril 2024 aux porteurs d'actions inscrits à la fermeture des bureaux le 2 avril 2024, comme suit :...

à 05:30
Sauf indications contraires, tous les montants sont en dollars canadiens et se fondent sur les états financiers consolidés intermédiaires résumés (non audités) de la Banque pour le trimestre clos le 31 janvier 2024 et sur les notes connexes préparés...



Communiqué envoyé le et diffusé par :