Le Lézard
Classé dans : Science et technologie, Exploitation minière
Sujet : Sondages, Opinions et Recheches

SONDAGE - L'INTÉGRATION TECHNOLOGIQUE DANS LE MANUFACTURIER AU QUÉBEC : ENCORE UN DÉFI


MONTRÉAL, le 19 juin 2023 /CNW/ - Bien que la transformation technologique soit bien entamée, l'intégration des technologies par les entreprises manufacturières représente encore un défi au Québec, surtout pour les petites entreprises. De plus, bien que la pénurie de main-d'oeuvre soit une des grandes motivations pour l'implantation de la robotisation et l'automatisation, elle représente tout autant un frein à cette transformation, à cause des coûts et du manque de travailleurs qualifiés.

C'est notamment ce que révèle un sondage mené par Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) en collaboration avec Desjardins auprès de 104 entreprises, ayant pour objectif de brosser un portrait spécifique de l'intégration des technologies dans le secteur manufacturier.

Des défis importants pour les petites entreprises

La transformation numérique est généralement entamée, avec seulement 8% des entreprises qui n'ont pas encore planifié ou débuté leur transformation. De plus, 68% des entreprises planifient investir dans des technologies de fabrication avancées au cours des dernières années.

Cependant, le sondage démontre que les petites entreprises sont plus réfractaires à entamer le virage de la transformation technologique. En effet, 49% des petites entreprises ne souhaitent pas ou sont indécises à investir dans des technologies de fabrication avancées au cours des trois prochaines années. Elles ont également une moins bonne connaissance que la moyenne des solutions à leur disposition, alors que 63% qualifient leurs connaissances de mauvaises ou acceptables.

Rappelons que sur les 14 000 entreprises manufacturières québécoises, près de 13 000 sont des entreprises de moins de 100 employés, et ce sont ces petites entreprises qui font face aux plus grands défis en ce qui a trait à la transformation numérique.

Frein et motivateurs à l'implantation de nouvelles technologies

La pénurie de main-d'oeuvre qui sévit dans le secteur manufacturier depuis plusieurs années a certainement agi de motivation pour plusieurs entreprises à s'automatiser et se robotiser, mais a également un effet de frein à la modernisation, étant donné le manque de travailleurs capables d'opérer ces nouveaux appareils technologiques. De plus, les difficultés d'intégrer les technologies avancées dans les systèmes et les processus existants représentent un frein pour les entreprises.

« Une transformation technologique demande souvent des investissements importants. La forte inflation actuelle représente un réel obstacle à ces investissements. Si on ajoute la possibilité de ne trouver aucun travailleur qualifié pour opérer les nouvelles technologies mises en place, il est certain que ça peut retarder ou même annuler ces projets d'envergure », mentionne Véronique Proulx, présidente-directrice générale de MEQ.

Un autre motivateur à l'intégration de la modernisation est l'environnement. La grande majorité des entreprises affirment utiliser les technologies pour diminuer leur impact environnemental, notamment en réduisant leur consommation d'énergie, leur production de matières résiduelles, leurs émissions de GES ou leurs besoins en matières premières.

Une nécessité d'améliorer l'accès au financement

Ce sont 54% des entreprises qui ont qualifié de très facile ou facile leurs démarches pour obtenir du financement afin d'entreprendre une transformation technologique. De plus, 70% des entreprises ont financé leur projet en tout ou en partie avec l'aide du gouvernement du Québec. Parmi celles-ci, une grande majorité (77%) ont trouvé leur expérience positive.

Cela dit, une proportion significative (46%) ont trouvé l'accès au financement difficile ou très difficile. Afin d'être mieux accompagnées, les entreprises ont ciblé trois pistes de solutions : un meilleur arrimage dans les politiques en matière d'immigration aux besoins de main-oeuvre, davantage de financement direct pour encourager les investissements dans les technologies ainsi que davantage de financement direct pour soutenir la formation de la main-d'oeuvre par les employeurs.

« Le secteur manufacturier est l'un des secteurs prioritaires pour Desjardins, car c'est sur lui que repose la plus grande partie de notre économie et par lui qu'on exporte le savoir-faire québécois à travers le monde. Les défis auxquels font face les entreprises manufacturières pour amorcer ou accélérer leur transformation numérique nous préoccupent particulièrement, mais nous avons tout ce qu'il faut pour assurer leur succès », a fait valoir Jean-Yves Bourgeois, premier vice-président, Services aux entreprises chez Desjardins.

À propos de Manufacturiers & Exportateurs du Québec (MEQ)

MEQ représente 1?100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier québécois emploie plus de 497?000 personnes et représente 12,6 % du PIB ainsi que 86,1 % des exportations. Il a généré des ventes globales de près de 183,1 milliards de dollars en 2021.

SOURCE Manufacturiers et Exportateurs du Québec


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 13:47
Nuvei Corporation (« Nuvei » ou la « société ») , l'entreprise canadienne de technologie financière, a annoncé aujourd'hui que des membres de son équipe de direction participeront aux conférences suivantes à l'intention des investisseurs : Raymond...

à 12:12
Bahrain Mumtalakat Holding Company (Mumtalakat), le fonds souverain du Royaume de Bahreïn, a annoncé aujourd'hui le lancement de sa plateforme volontaire de compensation des émissions de carbone, Safa, qui aide les entreprises et les particuliers à...

à 11:44
Le Détachement de Windsor de la Division O de la GRC avise le public que son numéro de téléphone, soit le 519-948-5287, a été falsifié et que des individus utilisent illégalement ce numéro pour intimider et frauder des victimes. Sachez que la...

à 11:28
Shanghai Electric (SEHK: 2727, SSE: 601727) a été récompensée lors de la Conférence sur le développement durable des entreprises chinoises cotées en bourse pour ses performances remarquables en matière environnementale, sociale et de gouvernance...

à 11:26
Le Frost Radar fournit une analyse complète du marché européen de la téléphonie IP hébergée et de l'UCaaS. Parmi plus de 120 candidats, le rapport identifie les principaux leaders en matière de croissance et d'innovation dans le secteur. « Dstny se...

à 11:20
itel, une marque mondiale de premier plan dans le domaine de la vie connectée qui s'engage à offrir des produits électroniques de consommation abordables et de grande qualité, est heureuse...



Communiqué envoyé le et diffusé par :