Le Lézard
Classé dans : Science et technologie, Santé, Le Covid-19
Sujets : Nouveaux produits et services, Essais cliniques / Découvertes médicales

Karyopharm et Menarini Group reçoivent un avis positif du CMUH pour NEXPOVIO® (sélinexor) pour le traitement des patients atteints de myélome multiple réfractaire


-- La décision de la Commission européenne est attendue dans un délai d'environ 60 jours --

NEWTON, Massachusetts, et FLORENCE, Italie, 23 mai 2022 /PRNewswire/ -- Karyopharm Therapeutics Inc. (Nasdaq: KPTI), une société pharmaceutique à l'étape de commercialisation, à l'origine de nouvelles thérapies contre le cancer, et le groupe Menarini (« Menarini »), une des principales sociétés pharmaceutiques internationales privées, ont annoncé aujourd'hui que le Comité des médicaments à usage humain (CMUH) de l'Agence européenne des médicaments (AEM) a émis un avis positif recommandant l'approbation de NEXPOVIO® (sélinexor), un inhibiteur oral de l'exportine 1 (XPO1), premier de sa catégorie, en association avec le bortézomib (Velcade®) et la dexaméthasone à faible dose (SVd), une fois par semaine, pour le traitement des adultes atteints de myélome multiple ayant reçu entre une et trois lignes de traitement antérieures.

MENARINI Group Logo

L'avis positif du CMUH est une recommandation scientifique pour l'autorisation de mise sur le marché et l'une des dernières étapes avant que la Commission européenne (CE) ne prenne une décision sur la demande de commercialisation de NEXPOVIO de Karyopharm. La décision de la CE est attendue dans les 60 jours environ suivant la recommandation du CMUH. En décembre 2021, Karyopharm et Menarini Group ont conclu un accord de licence exclusif pour commercialiser NEXPOVIO® (sélinexor) en Europe.

« Malgré les avancées thérapeutiques, le myélome multiple reste une maladie incurable et difficile à traiter », a déclaré Richard Paulson, président et chef de la direction de Karyopharm. « L'avis positif rendu aujourd'hui par le CMUH nous rapproche de notre objectif de mettre NEXPOVIO à la disposition des patients du monde entier qui pourraient bénéficier de son nouveau mécanisme d'action. Nous sommes heureux d'avoir Menarini comme partenaire dans cette démarche, compte tenu de son expertise en matière de commercialisation ainsi que de son expérience et de sa forte présence en Europe. »

« Nous sommes ravis de la recommandation du CMUH en faveur de NEXPOVIO et de ce que cela représente pour les patients atteints de myélome multiple qui ont besoin d'options thérapeutiques nouvelles et innovantes », a déclaré Elcin Barker Ergun, directeur général de Menarini. « Dans l'attente d'une potentielle autorisation de mise sur le marché de la CE, nous travaillerons en étroite collaboration avec les autorités compétentes pour que ce traitement important puisse être mis à la disposition des patients en Europe. »

La demande de Karyopharm est soutenue par les données de l'étude de phase 3 BOSTON, qui a évalué le régime triplet SVd chez les patients atteints de myélome multiple en rechute ou réfractaire et qui ont été publiées dans The Lancet (Grosicki, et al.) en novembre 2020. Cet avis du CMUH fait suite à l'approbation de XPOVIO® (sélinexor) par la Food and Drug Administration américaine en décembre 2020 dans l'association SVd chez les patients atteints de myélome multiple après avoir reçu au moins un traitement antérieur.

À propos de l'étude pivot de phase 3 BOSTON

L'étude de phase 3 BOSTON (Bortézomib, Sélinexor et Dexaméthasone) était une étude multicentrique et randomisée (NCT03110562), qui a évalué 402 patients adultes atteints de myélome multiple en rechute ou réfractaire et ayant reçu entre une et trois lignes de traitement antérieures. L'étude a été conçue pour comparer l'efficacité, l'innocuité et certains paramètres de qualité de vie à la santé d'un traitement par SVd une fois par semaine par rapport à un traitement par bortézomib et dexaméthasone à faible dose (Vd) deux fois par semaine. Le critère d'évaluation principal de l'étude était la survie sans progression (SSP) et les principaux critères d'évaluation secondaires comprenaient le taux de réponse global (TRG), le taux de neuropathie périphérique, entre autres. En outre, l'étude BOSTON a permis aux patients du groupe témoin Vd de passer au groupe SVd après une progression objective (quantitative) de la maladie vérifiée par un comité d'examen indépendant (CEI). L'étude BOSTON a été menée dans plus de 150 centres cliniques dans le monde.

Bien que l'étude ait comporté une proportion élevée de patients présentant une cytogénétique à haut risque (~50 %) par rapport à d'autres études portant sur Velcade® dans le myélome précédemment traité, la SSP médiane dans le bras SVd était de 13,93 mois contre 9,46 mois dans le bras Vd, ce qui représente une augmentation de 4,47 mois (47 %) de la SSP médiane (rapport de risque (RR)=0,70 ; p=0,0075). Le bras SVd a également montré un TRG significativement plus élevé que le bras Vd (76,4 % contre 62,3 %, p=0,0012). Les patients qui n'avaient reçu qu'une seule ligne de traitement antérieure ont également présenté un TRG plus élevé dans le bras SVd que dans le bras Vd (80,8 % contre 65,7 %, p=0,0082). Il est important de noter que le traitement par SVd, comparé au traitement par Vd, a montré un bénéfice constant en termes de SSP et un TRG plus élevé dans plusieurs sous-groupes importants.

En outre, les résultats suivants ont favorisé le traitement par SVd par rapport au traitement par Vd :

·  Le traitement par SVd a démontré un taux significativement plus élevé de réponses détaillées, définies comme ? Très bonne réponse partielle par rapport au traitement par Vd (44,6 % contre 32,4 %) ainsi qu'une durée médiane de réponse plus longue (20,3 mois contre 12,9 mois). De plus, 16,9 % des patients du groupe SVd ont obtenu une réponse complète ou une réponse complète stricte, contre 10,6 % des patients recevant le traitement par Vd. Toutes les réponses ont été confirmées par un CEI.

·  Les données recueillies avant la date butoir du 15 février 2021 ont révélé une tendance à l'amélioration de la survie globale (SG) associée au traitement par SVd, avec moins de décès, numériquement parlant, dans le groupe SVd (68 contre 80). La SG médiane pour le bras SVd était de 36,7 mois, tandis que la SG médiane pour le bras Vd était de 32,8 mois.

·  Les taux de neuropathie périphérique (NP) étaient significativement plus faibles dans le bras SVd que dans le bras Vd (32,3 % contre 47,1 % ; p=0,0010). De plus, les taux de NP de grade ? 2 étaient également significativement plus faibles dans le bras SVd que dans le bras Vd (21,0 % contre 34,3 %, P=0,0013).

Les effets indésirables les plus fréquents (EI ; ? 20 %) étaient des cytopénies, ainsi que des symptômes gastro-intestinaux et constitutionnels, et correspondaient à ceux précédemment rapportés par d'autres études portant sur le sélinexor. La plupart des EI étaient gérables avec des modifications de dose et/ou des soins de support standard. Les EI non hématologiques les plus fréquents étaient la fatigue (59 %), les nausées (50 %), la diminution de l'appétit (35 %), la diarrhée (32 %), la neuropathie périphérique (32 %), l'infection des voies respiratoires supérieures (29 %), la perte de poids (26 %), la cataracte (22 %) et les vomissements (21 %), et étaient principalement des événements de grade 1 et 2. Les EI de grade 3 et 4 les plus fréquents (? 10 %) étaient la thrombocytopénie, la lymphopénie, l'hypophosphatémie, l'anémie, l'hyponatrémie et la neutropénie.

À propos du myélome multiple en Europe

Le myélome multiple est un cancer incurable présentant une morbidité importante et constitue la deuxième tumeur maligne d'origine hématologique la plus fréquente. Selon l'Organisation mondiale de la santé, en 2020, environ 51 000 nouveaux cas et 32 000 décès dus au myélome multiple ont été enregistrés en Europe1. Bien que le traitement du myélome multiple se soit amélioré au cours des 20 dernières années et que la survie globale ait considérablement augmenté, la maladie reste incurable et presque tous les patients finiront par rechuter et développer une maladie réfractaire à tous les traitements anti-myélome approuvés. Par conséquent, les besoins médicaux non satisfaits en matière de nouvelles thérapies, en particulier celles dotées de nouveaux mécanismes d'action, restent importants.

À propos de NEXPOVIO® (sélinexor)

NEXPOVIO, qui est commercialisé sous le nom de XPOVIO aux États-Unis, est un inhibiteur oral de l'exportine 1 (XPO1), premier de sa catégorie. NEXPOVIO fonctionne en se liant de manière sélective à la protéine d'exportation nucléaire exportine 1 (XPO1, également appelée CRM1) et en l'inhibant. NEXPOVIO bloque l'exportation nucléaire de protéines suppressives de tumeurs, régulatrices de croissance et anti-inflammatoires, conduisant à l'accumulation de ces protéines dans le noyau et améliorant leur activité anticancéreuse dans la cellule. La rétention nucléaire forcée de ces protéines peut contrecarrer une multitude de voies oncogéniques qui, sans contrôle, permettent aux cellules cancéreuses présentant de graves dommages à l'ADN de continuer à croître et à se diviser de manière anarchique. NEXPOVIO (sélinexor) a obtenu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle de la Commission européenne en association avec la dexaméthasone pour le traitement du myélome multiple chez les patients adultes qui ont reçu au moins quatre traitements antérieurs et dont la maladie est réfractaire à au moins deux inhibiteurs du protéasome, deux agents immunomodulateurs et un anticorps monoclonal anti-CD38, et qui ont montré une progression de la maladie lors du dernier traitement.

Indication thérapeutique pour NEXPOVIO dans les États membres de l'UE ainsi qu'en Islande, au Liechtenstein, en Norvège et en Irlande du Nord. NEXPOVIO est également approuvé au Royaume-Uni dans le cadre d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle.

NEXPOVIO est indiqué en association avec la dexaméthasone pour le traitement du myélome multiple chez les patients adultes qui ont reçu au moins quatre traitements antérieurs et dont la maladie est réfractaire à au moins deux inhibiteurs du protéasome, deux agents immunomodulateurs et un anticorps monoclonal anti-CD38, et qui ont montré une progression de la maladie lors du dernier traitement.

INFORMATIONS IMPORTANTES EN MATIÈRE D'INNOCUITÉ

Contre-indications : Hypersensibilité au sélinexor.

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi :

Traitements concomitants recommandés

Il convient de conseiller aux patients de maintenir un apport hydrique et calorique adéquat tout au long du traitement. L'hydratation par voie intraveineuse doit être envisagée pour les patients présentant un risque de déshydratation.

Un traitement prophylactique concomitant par un antagoniste 5-HT3 et/ou d'autres agents anti-nauséeux doit être administré avant et pendant le traitement par NEXPOVIO.

Hématologie :

Les patients doivent faire évaluer leur numération formule sanguine (NFS) au début du traitement, pendant le traitement et selon les indications cliniques. La surveillance doit être plus fréquente au cours des deux premiers mois de traitement.

Thrombocytopénie :

Des événements thrombocytopéniques (thrombopénie et diminution du nombre de plaquettes) parfois sévères (grade 3/4) ont été fréquemment rapportés chez les patients adultes recevant du sélinexor. Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance des signes et symptômes d'hémorragie et être examinés rapidement.

Neutropénie :

Une neutropénie sévère (grade 3/4) a été rapportée avec le sélinexor.

Les patients atteints de neutropénie faire l'objet d'une surveillance pour détecter tout signe d'infection et être examinés rapidement.

Toxicité gastro-intestinale :

Nausées, vomissements, diarrhée, qui peuvent parfois être graves et nécessiter l'utilisation de médicaments antiémétiques et anti-diarrhéiques.

Perte de poids et anorexie :

Le poids corporel, l'état nutritionnel et le volume des patients doivent être contrôlés au début du traitement, pendant le traitement et selon les indications cliniques. La surveillance doit être plus fréquente au cours des deux premiers mois de traitement.

État de confusion et vertiges :

Les patients doivent être informés qu'ils doivent éviter les situations susceptibles de provoquer des vertiges ou un état de confusion et ne pas prendre d'autres médicaments pouvant provoquer des vertiges ou un état confusion sans avis médical adéquat. Il convient de conseiller aux patients de ne pas conduire ou d'utiliser des machines lourdes jusqu'à la disparition des symptômes.

Hyponatrémie :

Le taux de sodium des patients doit être contrôlé au début du traitement, pendant le traitement et selon les indications cliniques. La surveillance doit être plus fréquente au cours des deux premiers mois de traitement.

Syndrome de lyse tumorale (SLT) :

Des cas de SLT ont été rapportés chez des patients recevant un traitement par sélinexor. Les patients présentant un risque élevé de SLT doivent faire l'objet d'une surveillance particulière. Traiter le SLT rapidement conformément aux directives de l'établissement.

Fertilité, grossesse et allaitement

Femmes en âge de procréer/contraception chez les hommes et les femmes :

Il faut conseiller aux femmes en âge de procréer et aux patients adultes de sexe masculin ayant un pouvoir de reproduction d'utiliser des mesures contraceptives efficaces ou de s'abstenir de rapports sexuels pendant le traitement par sélinexor et pendant au moins 1 semaine après la dernière dose de sélinexor.

Grossesse :

Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation du sélinexor chez les femmes enceintes. Le sélinexor n'est pas recommandé pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer qui n'utilisent pas de contraception.

Allaitement :

On ignore si le sélinexor ou ses métabolites sont excrétés dans le lait maternel. L'existence d'un risque pour les enfants allaités ne peut être exclue. L'allaitement doit être interrompu pendant le traitement par sélinexor et pendant 1 semaine après la dernière dose.

Effets indésirables

Résumé du profil d'innocuité

Les effets indésirables les plus fréquents (? 30 %) du sélinexor en association avec la dexaméthasone étaient les nausées, la thrombocytopénie, la fatigue, l'anémie, la diminution de l'appétit, la perte de poids, la diarrhée, les vomissements, l'hyponatrémie, la neutropénie et la leucopénie.

Les effets indésirables graves les plus fréquemment signalés (? 3 %) étaient la pneumonie, la septicémie, la thrombocytopénie, les lésions rénales aiguës et l'anémie.

Description de certains effets indésirables

Infections : L'infection était la toxicité non hématologique la plus courante. L'infection des voies respiratoires supérieures et la pneumonie étaient les infections les plus fréquemment signalées, 25 % des infections signalées étant graves et mortelles chez 3 % des patients adultes traités.

Population âgée

Les patients de 75 ans et plus présentaient une incidence plus élevée d'interruption du traitement en raison d'un effet indésirable, d'une incidence plus élevée d'effets indésirables graves et d'une incidence plus élevée d'effets indésirables mortels.

Déclaration des effets indésirables suspectés

Il est important de signaler les réactions indésirables suspectées après l'autorisation du médicament. Cela permet une surveillance continue du rapport bénéfices/risques du médicament. Les professionnels de santé sont priés de signaler tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration figurant à l'Annexe V.

Veuillez consulter le résumé des caractéristiques du produit NEXPOVIO et le rapport d'évaluation public européen à l'adresse https://ec.europa.eu/health/documents/community-register/html/h1537.htm

À propos de Karyopharm Therapeutics

Karyopharm Therapeutics Inc. (Nasdaq: KPTI) est une société pharmaceutique à l'étape de commercialisation, à l'origine de nouvelles thérapies contre le cancer. Depuis sa création, Karyopharm est le numéro un du secteur dans le domaine de la technologie des inhibiteurs sélectifs oraux de l'exportation nucléaire (SINE), qui a été mise au point pour répondre à un mécanisme fondamental de l'oncogenèse : la dérégulation de l'exportation nucléaire. XPOVIO® (sélinexor), le principal composé SINE de Karyopharm et le premier inhibiteur oral de l'exportine 1 (XPO1) de sa catégorie, est approuvé aux États-Unis et commercialisé par la société pour trois indications oncologiques et a reçu des approbations réglementaires pour de nombreuses indications sur un nombre croissant de territoires et de pays non américains, dont l'Europe et le Royaume-Uni (sous le nom de NEXPOVIO®), la Chine et Singapour. Karyopharm dispose d'un portefeuille de produits ciblant plusieurs indications oncologiques dont les besoins ne sont pas satisfaits, notamment le cancer de l'endomètre, les syndromes myélodysplasiques et la myélofibrose. Pour plus d'informations sur notre personnel, notre science et notre portefeuille de produits, veuillez consulter le site www.karyopharm.com, et suivez-nous sur Twitter @Karyopharm et sur LinkedIn.

À propos du groupe Menarini

Le groupe Menarini est une importante société pharmaceutique et de diagnostic au niveau international, dont le chiffre d'affaires dépasse $4 milliards et qui compte plus de 17 000 employés. Menarini se concentre sur les domaines thérapeutiques présentant des besoins non satisfaits importants avec des produits pour l'oncologie, la cardiologie, la pneumologie, la gastro-entérologie, les maladies infectieuses, la diabétologie, l'inflammation et l'analgésie. Disposant de 18 sites de production et de 9 centres de recherche et de développement, les produits Menarini sont commercialisés dans 140 pays aux quatre coins du monde.

Menarini est profondément engagé dans le développement de traitements contre les maladies oncologiques et hématologiques. Menarini développe activement Elzonris (commercialisé aux États-Unis et en Europe pour la TCPDB) pour de nombreuses tumeurs malignes d'origine hématologique, y compris la LAM, la LMMC et la myélofibrose, ainsi que l'élacestrant et le felezenexor pour l'oncologie également. De plus, la FDA a récemment accordé la désignation de médicament orphelin pour la LAM à MEN1703. Pour plus d'informations, veuillez vous rendre sur www.menarini.com.

Déclarations prospectives

Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives au sens de la Private Securities Litigation Reform Act (réforme sur la résolution des litiges portant sur des titres privés) de 1995. Ces déclarations prospectives comprennent celles concernant l'approbation potentielle et le lancement commercial de NEXPOVIO dans l'Union européenne [Europe] ; la capacité du sélinexor à traiter les patients atteints de myélome multiple ; et les attentes liées au développement clinique futur et aux demandes réglementaires potentielles du sélinexor. Ces déclarations sont soumises à de nombreux facteurs, risques et incertitudes importants, dont beaucoup sont indépendants de la volonté de Karyopharm, qui peuvent provoquer des différences importantes entre les événements ou les résultats réels et les attentes actuelles de Karyopharm. Par exemple, rien ne garantit que Karyopharm réussira à commercialiser XPOVIO ou que l'un des médicaments candidats de Karyopharm, notamment le sélinexor et l'eltanexor, franchira avec succès les phases de développement clinique nécessaires ou que le développement de l'un des médicaments candidats de Karyopharm se poursuivra. De plus, il ne peut y avoir aucune garantie que tout développement positif dans le développement ou la commercialisation de la gamme de médicaments candidats de Karyopharm se traduira par une appréciation du prix des actions. Les attentes de la direction et, par conséquent, les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué de presse pourraient également être influencées par des risques et des incertitudes liés à un certain nombre d'autres facteurs, notamment : le risque que la pandémie de COVID-19 perturbe les activités de Karyopharm plus gravement qu'elle ne le prévoit actuellement, y compris en ayant un impact négatif sur les ventes de XPOVIO, en interrompant ou en retardant les efforts de recherche et développement, en affectant la capacité d'obtenir un approvisionnement suffisant pour le développement et la commercialisation de sélinexor ou d'autres produits candidats, en retardant les essais cliniques en cours ou prévus, en empêchant l'exécution des plans d'affaires, des étapes importantes et des calendriers réglementaires prévus, ou en occasionnant une gêne pour les patients ; l'adoption de XPOVIO sur le marché commercial, le calendrier et les coûts liés à la commercialisation de XPOVIO ou de tout médicament candidat de Karyopharm qui reçoit l'approbation réglementaire ; la capacité à obtenir et à conserver l'approbation réglementaire de XPOVIO ou de tout médicament candidat de Karyopharm qui reçoit l'approbation réglementaire ; les résultats des essais cliniques et des études précliniques de Karyopharm, y compris l'analyse ultérieure des données existantes et des nouvelles données provenant d'études en cours et futures ; le contenu et le calendrier des décisions prises par la Food and Drug Administration des États-Unis et d'autres organismes de réglementation, les comités d'examen des investigations dans les centres d'essais cliniques et les organismes d'examen des publications, y compris en ce qui concerne la nécessité de mener d'autres études cliniques ; la capacité de Karyopharm ou de ses collaborateurs tiers ou successeurs intéressés de s'acquitter pleinement de leurs obligations respectives en vertu de l'accord en question et les répercussions financières futures potentielles de cet accord ; la capacité de Karyopharm à recruter des patients dans ses essais cliniques ; les besoins de trésorerie et les dépenses imprévus ; le développement ou l'approbation réglementaire de médicaments candidats par les concurrents de Karyopharm pour des produits ou des produits candidats que Karyopharm commercialise ou développe actuellement ; et la capacité de Karyopharm à obtenir, conserver et faire respecter les brevets et autres droits de propriété intellectuelle pour l'un de ses produits ou produits candidats. Ces risques et d'autres sont décrits dans la rubrique « Facteurs de risque » du rapport trimestriel de Karyopharm sur le formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 31 mars 2022, qui a été déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) le 5 mai 2022, et dans d'autres documents que Karyopharm pourrait faire parvenir à la SEC à l'avenir. Toutes les déclarations prospectives contenues dans ce communiqué de presse ne sont valables qu'à la date du présent document et, sauf si la loi l'exige, Karyopharm décline expressément toute obligation de mettre à jour ces déclarations prospectives, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou autres.

Références

1 Organisation mondiale de la santé. 2020. https://gco.iarc.fr/today/data/factsheets/cancers/35-Multiple-myeloma-fact-sheet.pdf

Logo - https://mma.prnewswire.com/media/652491/MENARINI_Group_Logo.jpg

 

 

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 16:03
L'Agglomération de Montréal décrète un avis d'ébullition dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et la ville de Montréal-Est à compter d'aujourd'hui, le 27 juin 2022....

à 15:10
L'honorable Marci Ien, ministre des Femmes et de l'Égalité des genres et de la Jeunesse, au nom de l'honorable Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé, fera une importante annonce de financement pour appuyer les services de santé sexuelle et génésique...

à 14:45
Les représentantes et représentants des médias sont conviés à une conférence de presse au cours de laquelle le député de Gatineau, Robert Bussière, procédera, au nom de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, à une...

à 14:24
Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, ministre responsable du Développement économique régional et député de Terrebonne, M. Pierre Fitzgibbon, invite les représentants des médias à une conférence de presse concernant le Groupe ADF. Date : Le...

à 13:50
La pandémie de COVID-19 a créé d'importants défis pour les travailleurs de première ligne et les travailleurs essentiels, qui ont travaillé de très longues heures et vécu un stress soutenu tout en oeuvrant pour protéger la population canadienne et la...

à 13:40
Le gouvernement du Canada prend très au sérieux l'innocuité des pesticides et veille à ce que le processus d'examen des pesticides soit transparent et inclusif en matière de sécurité, de transparence et de durabilité. Santé Canada, annonce...



Communiqué envoyé le 23 mai 2022 à 03:21 et diffusé par :