Le Lézard
Classé dans : Santé, Le virus Ebola
Sujet : Enfance

Campagne de vaccination pour contenir une flambée de rougeole dans une zone touchée par l'Ebola et des déplacements massifs de population


Cette campagne de vaccination est menée par le ministère de la Santé avec le soutien de l'UNICEF et de Médecins sans frontières.

ITURI, RDC, DAKAR, Senegal, GENÈVE et NEW YORK, le 11 juill. 2019 /CNW/ - Les travailleuses et travailleurs de la santé lancent une campagne de vaccination d'urgence contre la rougeole qui a comme objectif d'immuniser 67 000 enfants en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Cette région est ravagée par un conflit armé, en plus d'être le foyer de la deuxième épidémie d'Ebola la plus meurtrière de l'histoire.

En novembre 2018, un travailleur de la santé vaccine une petite fille de 3 mois avec le  vaccin RRO (rougeole-rubéole-oreillons) à la Coopérative Solidarité Santé le Rocher, Lubumbashi, Democratic Republic of Congo (DRC),10 November 2018. (Groupe CNW/UNICEF Canada)

Au moins 1 981 décès liés à la rougeole ont été signalés cette année en RDC. De ce chiffre, plus des deux tiers étaient des enfants âgés de moins de 5 ans. En date du 23 juin, près de 115 000 cas suspects de rougeole avaient été signalés, soit beaucoup plus que les 65 000 cas enregistrés en 2018.

L'Ituri, l'une des deux provinces frappées par l'épidémie d'Ebola, a enregistré plus de 5 400 cas et 50 décès. L'autre province à être frappée par l'épidémie est le Nord-Kivu.

« Pour les milliers de familles vivant dans des camps pour personnes déplacées qui sont surpeuplés et insalubres, la menace combinée de l'Ebola et de la rougeole est sans précédent », a déclaré Edouard Beigbeder, le représentant de l'UNICEF en RDC. « Nous avons la possibilité de prévenir des pertes de vies potentiellement massives. »

Les premiers sites ciblés par la campagne de vaccination sont quatre camps pour personnes déplacées de la ville de Bunia qui ont connu ces dernières semaines un afflux massif de familles déplacées. L'un de ces camps se trouve à 100 mètres d'un centre de traitement de l'Ebola et à moins de trois kilomètres des quartiers où cinq cas d'Ebola ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie, dont deux au cours des trois dernières semaines.

En raison de l'épidémie d'Ebola, la campagne de vaccination contre la rougeole doit comporter des mesures supplémentaires de protection et un triage minutieux. Les travailleuses et les travailleurs de la santé devront porter une blouse pour éviter tout contact avec du sang ou d'autres fluides corporels. Les équipes comprendront un agent ou une agente de santé supplémentaire qui vérifiera les températures, évaluera et référera les cas suspects d'Ebola, et supervisera le lavage des mains et d'autres mesures de prévention.

Une couche supplémentaire de complexité réside dans le fait que certains des premiers symptômes d'Ebola, notamment la fièvre, des rougeurs autour des yeux et la diarrhée, sont les mêmes que les symptômes de la rougeole, du paludisme et du choléra. Ces maladies sont toutes courantes dans des sites extrêmement peuplés.

On estime que près de 400 000 personnes sont déplacées dans la province de l'Ituri. La grande majorité sont des femmes et des enfants et vivent dans l'un des 35 camps situés dans la province, sur un territoire pratiquement inaccessible en raison de l'insécurité. Les affrontements entre divers groupes armés ont endommagé ou détruit près de la moitié des installations sanitaires et des écoles de la province.

« La partie nord-est de la RDC est le théâtre de l'une des pires crises humanitaires. Qu'il s'agisse de la rougeole, de l'Ebola ou des conditions de vie dans les camps pour personnes déplacées, les enfants courent un risque grave. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les protéger », a déclaré monsieur Beigbeder.

Des campagnes de vaccination contre la rougeole sont également prévues dans les zones de santé de Tchomia et de Nyankunde.

En date du 8 juillet, 2 428 cas d'Ebola ont été rapportés, dont 1 641 décès. Près de 30 % des cas touchent des enfants.

À propos de l'UNICEF

L'UNICEF est le chef de file des organisations humanitaires mondiales dont la mission est axée sur les enfants. Nous oeuvrons dans le monde entier, même dans les régions les plus difficiles, afin de procurer des soins de santé, des vaccins, une éducation, de l'eau potable, une alimentation et des services d'assainissement. En tant que membres des Nations Unies, notre portée est inégalée : nous sommes actifs dans plus de 190 pays et territoires afin d'apporter une aide aux enfants les plus vulnérables. Même si nous faisons partie de la grande famille des Nations Unies, l'UNICEF dépend entièrement de contributions volontaires pour accomplir son travail et sauver des vies. Visitez le unicef.ca ou suivez-nous sur Twitter, Facebook et Instagram.

SOURCE UNICEF Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 13:53
Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), la ministre McCann doit indiquer dès maintenant que les investissements en soutien à domicile du dernier budget seront injectés dans le réseau public pour épauler le personnel...

à 13:30
Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, monsieur Lionel Carmant, a dévoilé aujourd'hui les noms des quatre derniers membres qui viennent compléter le Comité de vigilance sur le cannabis. Ces personnes ont été sélectionnées selon leurs...

à 13:15
Les organismes communautaires en santé et services sociaux de la région de Lanaudière bénéficieront d'une hausse historique du financement qui leur est accordé. Le ministre responsable de la région de Lanaudière, monsieur Pierre Fitzgibbon, en a fait...

à 13:03
- On estime que l'ostéoporose touche 200 millions de personnes dans le monde1 et qu'elle est à l'origine d'une fracture toutes les 3 secondes2 ; cependant, une nouvelle enquête révèle que les spécialistes de l'ostéoporose en Europe pensent que ses...

à 12:35
Regulatory News: Ipsen (Euronext : IPN ; ADR : IPSEY) présente aujourd'hui les résultats de la comparaison indirecte ajustée par appariement (MAIC) entre le cabozantinib (Cabometyx®) et le régorafénib (Stivarga®) pour le traitement de deuxième...

à 12:30
Dans le cadre de son 30e anniversaire, le CAVAC Saguenay-Lac-Saint-Jean a le plaisir de convier la population à l'inauguration d'un banc de parc où pourront se recueillir toutes les personnes touchées de près ou de loin par un acte criminel. Cet...



Communiqué envoyé le 11 juillet 2019 à 11:04 et diffusé par :