Le Lézard
Classé dans : Santé, Le Covid-19
Sujet : Essais cliniques / Découvertes médicales

Santé Canada approuve KEYTRUDA®, en association avec le trastuzumab et une chimiothérapie, comme traitement de première intention pour les patients atteints d'un adénocarcinome gastrique ou de la jonction oesophago-gastrique non résécable localement avancé ou métastatique, HER2 positif, dont les tumeurs expriment le PD-L1 (SCP ? 1)


Cette approbation est fondée sur l'étude de phase III KEYNOTE-811

KIRKLAND, QC, le 12 févr. 2024 /CNW/ - Merck (NYSE : MRK), connue sous le nom de MSD à l'extérieur des États-Unis et du Canada, a annoncé que Santé Canada a approuvé l'utilisation de KEYTRUDA® (pembrolizumab), le traitement anti-PD-1 de Merck, en association avec le trastuzumab, une chimiothérapie à base de fluoropyrimidine et de platine, comme traitement de première intention des patients adultes atteints d'un adénocarcinome gastrique ou de la jonction oesophago-gastrique non résécable localement avancé ou métastatique, HER2 positif, dont les tumeurs expriment le PD-L1 (score combiné positif [SCP] ? 1), tel que déterminé par un test validé. Cette approbation est fondée sur les résultats de l'étude de phase III KEYNOTE-811, qui ont démontré une amélioration statistiquement significative de la survie sans progression (SSP), comparativement au placebo en association avec le trastuzumab et une chimiothérapie, dans la population de l'étude en intention de traiter (ITT).

« L'approbation accordée par Santé Canada représente une étape importante pour les patients atteints d'un adénocarcinome gastrique ou de la jonction oesophago-gastrique à un stade avancé, types de cancer pour lesquels les patients ont dû composer avec des options de traitement limitées, explique André Galarneau, PhD, directeur exécutif et vice-présidente de l'unité d'affaire Oncologie. Les résultats observés dans cette étude de phase III témoignent de notre engagement à offrir davantage d'options aux patients et à leur famille et représentent un pas en avant dans notre mission de donner espoir aux Canadiens touchés par cette maladie difficile. »

À propos de l'étude KEYNOTE-811

L'étude KEYNOTE-811 est une étude de phase III à répartition aléatoire et à double insu (ClinicalTrials.gov, NCT03615326) visant à évaluer le pembrolizumab en association avec le trastuzumab et une chimiothérapie comme traitement de première intention de l'adénocarcinome gastrique ou de la jonction oesophago-gastrique non résécable localement avancé ou métastatique, HER2 positif. Les deux paramètres d'évaluation principaux étaient la SSP selon les critères RECIST v1.1, d'après une évaluation centralisée indépendante menée à l'insu, et la survie globale (SG). Les paramètres d'évaluation secondaires comprenaient le taux de réponse objective (TRO), la durée de la réponse (DR) et l'innocuité. L'étude a été menée auprès de 698 patients répartis de façon aléatoire pour recevoir le pembrolizumab (à raison de 200 mg toutes les 3 semaines) en association avec le trastuzumab, une chimiothérapie contenant de la fluoropyrimidine et du platine (au choix du chercheur, 5-fluorouracile en association avec du cisplatine ou capécitabine en association avec de l'oxaliplatine), ou un placebo en association avec le trastuzumab et une chimiothérapie. Sur les 698 patients soumis à la répartition aléatoire dans l'étude KEYNOTE-811, 594 (85 %) étaient porteurs de tumeurs exprimant le PD-L1 avec un SCP ? 1.

Lors de la première analyse provisoire fondée sur les 264 premiers patients de la population globale soumis à la répartition aléatoire (133 patients dans le groupe pembrolizumab et 131 dans le groupe placebo), une amélioration statistiquement significative du TRO a été observée (74,4 % vs 51,9 %, soit une différence de 22,7 %; IC à 95 %, 11,2 à 33,7; valeur p = 0,00006).

Lors de la deuxième analyse provisoire menée auprès de la population globale, une amélioration statistiquement significative de la SSP (RR : 0,72; IC à 95 %, 0,60 à 0,87; valeur p = 0,0002) a été démontrée chez les patients répartis de façon aléatoire pour recevoir le pembrolizumab en association avec le trastuzumab et une chimiothérapie, comparativement au placebo en association avec le trastuzumab et une chimiothérapie. Au moment de cette analyse menée auprès de la population globale, il n'y avait aucune différence statistiquement significative quant à la SG.

Les effets indésirables liés au traitement les plus fréquemment signalés (incidence ? 20 %) dans le groupe pembrolizumab en association avec le trastuzumab, une chimiothérapie contenant de la fluoropyrimidine et du platine, étaient les suivants : diarrhée, nausées, anémie, diminution du nombre de neutrophiles, diminution de l'appétit, diminution du nombre de plaquettes, vomissements, neuropathie sensorielle périphérique et érythrodysesthésie palmoplantaire.

Pour obtenir les renseignements complets, consulter la monographie du produit au https://www.merck.ca/fr/keytruda-pm_f.

À propos du cancer gastrique

Le cancer gastrique (de l'estomac) est en général d'apparition lente, sur plusieurs années, et cause rarement des symptômes aux stades précoces. Par conséquent, près de la moitié des cas sont diagnostiqués à un stade avancé. Environ 95 % des cancers gastriques sont des adénocarcinomes, qui se forment à partir des cellules de la paroi interne de l'estomac, appelée muqueuse. Dans 20 à 25 % des cas d'adénocarcinome gastrique ou de la jonction oesophago-gastrique, on observe une surexpression de la protéine HER2 dans les cellules tumorales. Il a été estimé que le cancer gastrique représentait environ 4 100 cas et 2 000 décès au Canada en 2023, les taux de mortalité les plus élevés étant signalés à Terre-Neuve-et-Labrador. D'après les statistiques obtenues aux États-Unis, la survie relative à 5 ans des patients dont le cancer gastrique a été diagnostiqué à un stade avancé (cancer qui s'est propagé à d'autres parties du corps) est de seulement 5 %.

À propos de KEYTRUDA®

KEYTRUDA® est un traitement anti-PD-1 qui agit en aidant le système immunitaire à déceler les cellules tumorales et à lutter contre elles. KEYTRUDA® est un anticorps monoclonal humanisé qui inhibe l'interaction entre le PD-1 et ses ligands, le PD-L1 et le PD-L2. Ce faisant, il active des lymphocytes T qui peuvent agir autant sur les cellules tumorales que sur les cellules saines.

KEYTRUDA® a été approuvé pour la première fois au Canada en 2015 et a actuellement des indications pour plusieurs maladies, entre autres l'adénocarcinome rénal à un stade avancé, le cancer de la vessie, le carcinome non à petites cellules, le lymphome médiastinal primitif à cellules B, le lymphome de Hodgkin classique, le cancer colorectal, le carcinome de l'endomètre, le cancer du col de l'utérus, le cancer de l'oesophage, le cancer du sein triple négatif, le mélanome et le carcinome épidermoïde de la tête et du cou.

À propos de Merck

Chez Merck, aussi connue sous le nom de MSD à l'extérieur des États-Unis et du Canada, nous unissons nos forces dans un seul but : nous utilisons le pouvoir de la science moderne pour sauver et améliorer des vies dans le monde entier. Nous apportons de l'espoir à l'humanité par le biais du développement de médicaments et de vaccins importants depuis plus de 130 ans. Nous aspirons devenir le chef de file dans le domaine de la recherche biopharmaceutique à travers la planète. Les solutions novatrices en matière de santé, que nous apportons de nos jours, sont d'ailleurs à la fine pointe de la recherche, permettant ainsi de faire avancer les techniques utilisées en prévention et d'améliorer les traitements des maladies chez l'homme et l'animal. Nous encourageons l'emploi d'une main-d'oeuvre diversifiée et inclusive à l'échelle mondiale, et nous opérons de façon responsable chaque jour pour assurer un avenir sécuritaire, durable et sain aux personnes et aux communautés. Pour en savoir plus, visitez le www.merck.ca/fr/ et suivez-nous sur LinkedIn et X @MerckCanada.

Déclarations prospectives de Merck & Co., Inc., Rahway (New Jersey), États-Unis

Ce communiqué de Merck & Co., Inc., Rahway (New Jersey), États-Unis (« la Société ») comprend des déclarations prospectives au sens des dispositions libératoires de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des États-Unis. Ces déclarations sont fondées sur les convictions et les prévisions actuelles de la direction de la Société et sont soumises à de nombreux risques et incertitudes. Rien ne garantit l'obtention des approbations réglementaires nécessaires à l'homologation ou à l'éventuel succès commercial des médicaments candidats en développement. Si les hypothèses sous-jacentes se révèlent inexactes ou si les risques et incertitudes se concrétisent, les résultats réels pourraient être considérablement différents de ceux annoncés dans les déclarations prospectives.

Les risques et les incertitudes comprennent notamment : l'état général et la concurrence du secteur; des facteurs économiques généraux, y compris des fluctuations des taux de change et d'intérêt; l'impact de la pandémie mondiale de la maladie causée par le nouveau coronavirus (COVID-19); l'impact de la réglementation de l'industrie pharmaceutique et de la législation en matière de santé aux États-Unis et au plan international; les tendances mondiales à la maîtrise des coûts de soins; les progrès technologiques, les nouveaux produits et brevets obtenus par des concurrents; les défis inhérents au développement de nouveaux produits, y compris l'obtention de l'approbation réglementaire; la capacité de la Société à prévoir avec exactitude les conditions futures du marché; les difficultés ou les retards de fabrication; l'instabilité financière des économies internationales et le risque souverain; la dépendance vis-à-vis de l'efficacité des brevets de la Société et des autres protections concernant les produits innovants; et l'exposition aux litiges, notamment les litiges concernant les brevets et/ou les procédures réglementaires.

La Société ne s'engage aucunement à publier des mises à jour de ses déclarations prospectives à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou de quelque fait que ce soit. D'autres facteurs susceptibles d'entraîner une différence notable entre les résultats réels et les résultats décrits dans les déclarations prospectives sont énoncés dans le rapport annuel de la Société pour l'exercice clos le 31 décembre 2022 établi sur le formulaire 10-K et dans les autres documents déposés par la Société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et accessibles sur le site Internet de cette dernière (www.sec.gov).

Veuillez consulter la monographie de KEYTRUDA® (pembrolizumab) à l'adresse https://www.merck.ca/fr/wp-content/uploads/sites/83/2021/04/KEYTRUDA-PM_F.pdf.

® Merck Sharp & Dohme LLC, utilisée sous licence.
© 2024 Merck & Co., Inc., Rahway, NJ, É.-U. et ses sociétés affiliées. Tous droits réservés.

 

SOURCE Merck Canada inc.


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 01:00
Zeki Research, une plateforme de veille sur les talents basée au Royaume-Uni qui fournit des renseignements concrets sur les meilleurs talents en sciences et en ingénierie,...

26 fév 2024
Playing with Marbles, le balado anglais de la Fondation Brain Canada portant sur tout ce qui concerne le cerveau est de retour. Cette saison, nous partons du point de vue des personnes ayant vécu différentes conditions de santé mentale. La moitié...

26 fév 2024
Réalisation d'une forte croissance du chiffre d'affaires, du bénéfice net, de l'EBITDA ajusté, des marges et des flux de trésorerie disponibles ajustésClôture de la transaction précédemment annoncée de vente d'une partie importante de ses activités...

26 fév 2024
Nouveau Monde Graphite Inc. (« NMG » ou la « Société ») redouble d'efforts sur le terrain dans la région de Bécancour, au Québec, afin de renforcer les assisses pour l'implantation de son usine de matériaux de batterie de Bécancour de la phase 2....

26 fév 2024
La société ActPro Co., Ltd. basée à Tokyo présentera sa machine de change automatique de pointe, baptisée "SMART EXCHANGE", au salon international "EuroCIS 2024", qui se tient à Düsseldorf, en Allemagne, à partir du 27 février . Présentation de la...

23 fév 2024
La Liard First Nation, le Conseil Dena de Ross River et la White River First Nation ont construit 33 nouvelles maisons et remis à neuf 4 autres maisons grâce au financement de Services aux Autochtones Canada. Environ 17 millions de dollars de fonds...



Communiqué envoyé le et diffusé par :