Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Sans buts lucratifs, Lois fédérales et d'états, Plaidoyer (politique), CPG

La CORPIQ condamne la position de Québec solidaire sur le logement et l'invite à faire preuve de cohérence


MONTRÉAL, le 12 févr. 2020 /CNW Telbec/ - La CORPIQ qualifie d'absurde la proposition de Québec solidaire d'interdire les évictions de locataires pour agrandissement ou subdivision du logement lorsque le taux d'inoccupation dans le secteur est inférieur à 3 %. Cette mesure irait à l'encontre des besoins en matière de logement énoncés par ce même parti.

« Québec solidaire veut une chose et son contraire. Il y a quelques semaines, son député Andrès Fontecilla se plaignait qu'il y a moins de logements disponibles, surtout pour les grands logements destinés aux familles », a répliqué le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, Hans Brouillette. « Les propriétaires qui désirent modifier les divisions d'un logement le font pour répondre à la demande. Certains procèdent à une subdivision pour créer plus de logements. Quant aux agrandissements, ils permettent à des familles de mieux se loger. »

Selon la CORPIQ, Québec solidaire n'en est pas à une contradiction près. Ce parti dénonce le mauvais état du parc de logements et demande au gouvernement d'agir, mais réclame du même coup un contrôle encore plus restrictif des loyers.

« Le contrôle des loyers est déjà arrivé à un point dévastateur. En obligeant un propriétaire à attendre 32 ans pour récupérer via les loyers des dépenses de rénovation, on bloque toute possibilité de réparation et on se retrouve avec des problèmes graves dans le logement ou dans la structure du bâtiment. Le seul moyen de récupérer le coût des travaux devient alors de garder le logement vacant pendant 12 mois pour le relouer au prix du marché sans contestation possible du nouveau locataire. Il faut éviter d'en venir à garder les logements vacants pendant des mois alors que le taux d'inoccupation diminue », poursuit M. Brouillette.

Les besoins démographiques évoluent, fait valoir la CORPIQ. La subdivision ou l'agrandissement d'un logement peut survenir une fois par 40 ou 50 ans, et plus probablement jamais. C'est souvent la dernière solution pour conserver dans le marché locatif un immeuble en mauvais état ne générant plus de rentabilité. Après, c'est la conversion ou l'utilisation du terrain pour construire des copropriétés.

Accessibilité

La CORPIQ est consciente que le loyer pour se reloger peut être élevé pour certains locataires évincés, même avec l'indemnité de trois mois de loyer et les frais de déménagements auxquels ils ont droit, même aussi si les loyers au Québec sont les plus bas au pays. Le gouvernement devrait investir davantage dans son programme Allocation logement, dont le versement au locataire est plafonné à 80 $ par mois depuis de nombreuses années, ainsi qu'en bonifiant l'aide aux familles pour qu'ils aient davantage de choix pour se loger. Le gouvernement devrait également mettre en place un programme de cautionnement des locataires à faible revenu, car l'interdiction d'exiger un dépôt de garantie rend les propriétaires frileux face à certaines clientèles.

Plutôt que de s'attaquer au droit historique de propriété et de gestion de tous les propriétaires du Québec, il serait aussi plus judicieux d'intervenir avec plus de sévérité contre la faible minorité de cas où le droit d'éviction est évoqué, mais pour des subdivisions ou agrandissements qui ne se concrétisent pas.

Rappelons que Québec solidaire est ce même parti qui avait réussi à faire adopter en 2016 son projet de loi 492, causant un recul du droit de propriété au Québec et créant une discrimination basée sur l'âge.

Depuis, en interdisant aux propriétaires de reprendre le logement d'un locataire âgé de 70 ans ou plus, même pour y loger leurs propres enfants ou parents, on empêche des familles de pouvoir vivre sous le même toit. On a du même coup créé un risque de louer à des aînés et d'affaiblir la valeur de revente d'un immeuble. Les locataires âgés qui cherchent un logement en sont les premières victimes.

À propos de la CORPIQ

Organisme à but non lucratif réunissant 25 000 propriétaires et gestionnaires qui possèdent près de 500 000 logements et condos locatifs, la CORPIQ est la plus importante association à offrir des services aux propriétaires de logements et à défendre leurs intérêts, et ce, depuis 40 ans. Elle est active dans toutes les régions qu'elle dessert à partir de trois bureaux totalisant 50 employés. Les propriétaires québécois procurent un logement à 1,3 million de ménages locataires et possèdent, dans sept cas sur dix, un duplex ou un triplex. La location de logements représente des revenus annuels bruts de 10,5 milliards $, dont 1,6 sont retournés en taxes.

SOURCE CORPORATION DES PROPRIETAIRES IMMOBILIERS DU QUEBEC INC.


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

22 sep 2020
LiftForward, Inc. a annoncé aujourd'hui que sa plateforme de périphérique sous forme de service (Device-as-a-Service, DaaS) alimente le programme Xbox All Access de nouvelle génération (consulter la page https://www.xbox.com/fr-US/xbox-all-access)....

22 sep 2020
Neptune Solutions Bien-être inc. (« Neptune » ou la « Société ») , une société diversifiée et entièrement intégrée axée sur la santé et le bien-être qui propose des marques naturelles, végétales, durables et portées par une mission, a annoncé...

22 sep 2020
La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) souscrit aux concepts ayant mené au dépôt du projet de loi 64 visant à renforcer la protection des données personnelles des citoyens et citoyennes du Québec. Ce projet de loi répond à la...

22 sep 2020
Placements Vanguard Canada Inc. a communiqué aujourd'hui les montants finaux de distributions au mois de septembre 2020 concernant les FNB Vanguard énumérés ci-dessous inscrits à la Bourse de Toronto . Les détenteurs de parts inscrits au 30...

22 sep 2020
Des ententes avaient été conclues, en juillet 2020, avec les propriétaires à l'égard des obligations locatives.Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre a subi l'incidence de la fermeture des magasins imposée par le gouvernement ainsi que des...

22 sep 2020
À une semaine de leur échéance, fixée au...



Communiqué envoyé le 12 février 2020 à 17:17 et diffusé par :