Le Lézard
Classé dans : Santé, Le Covid-19
Sujets : Plaidoyer (politique), CFG

Déclaration de la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada - Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens, 18 au 24 novembre 2022


OTTAWA, ON, le 24 nov. 2022 /CNW/ - Du 18 au 24 novembre 2022, nous avons souligné la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens. La campagne de cette année demandait une collaboration intersectorielle pour préserver l'efficacité de ces médicaments cruciaux et renforcer les mesures de prévention contre la résistance aux antimicrobiens (RAM).

La RAM représente déjà un fardeau significatif pour la santé humaine, notre système de soins de santé et l'économie.

En 2018, au Canada, plus de 14 000 décès ont été associés à des infections résistantes. De ce nombre, 5 400 décès étaient directement attribuables à la RAM. En 2018, la RAM a coûté environ 1,4 milliard de dollars au système de santé canadien et a réduit le produit intérieur brut (PIB) du Canada d'environ 2 milliards de dollars.

Il s'agit d'un enjeu complexe qui nécessite une approche « Une seule santé » qui reconnaît les interconnexions entre les humains, les animaux, les plantes et leur environnement commun. « Une seule santé » encourage une approche englobant l'ensemble de la société en intégrant la médecine humaine, la médecine vétérinaire, la santé publique, la production agroalimentaire et la protection de l'environnement afin d'élaborer des programmes et des politiques visant à relever efficacement les défis actuels et obtenir de meilleurs résultats en matière de santé.

L'utilisation d'une approche « Une seule santé » nous rappelle également l'importance de surveiller les changements climatiques et leurs effets sur de graves problèmes comme la RAM. Personne n'est à l'abri des changements climatiques ou de la RAM, et ces deux crises touchent les populations de façon inégale. Comme pour la COVID-19, certaines courent un plus grand risque d'exposition et sont plus vulnérables à de graves problèmes de santé. Dans notre lutte contre la RAM, nous devons penser au-delà de la santé humaine et tenir compte de notre environnement commun en mettant particulièrement l'accent sur l'équité.

L'Agence de la santé publique du Canada travaille avec des partenaires locaux, nationaux et mondiaux pour prendre des mesures accrues et accélérées contre la RAM et préserver l'efficacité des médicaments sur lesquels nous comptons chaque jour.

Parmi les priorités, notons l'établissement d'un leadership pancanadien, l'accès à de nouveaux antimicrobiens et la préservation de l'efficacité des antimicrobiens existants et nouveaux.

Pour donner suite à ces priorités, nous devons fournir des renseignements pertinents et exacts aux intervenants, aux chercheurs, aux professionnels de la santé, aux producteurs et aux décideurs afin d'orienter la recherche, les politiques et les mesures sur les tendances nouvelles et émergentes en matière de RAM et d'utilisation des antimicrobiens.

Au Canada, l'utilisation d'antimicrobiens chez les humains continue de diminuer, ce qui est une bonne nouvelle, mais les prescriptions inadéquates sont encore courantes.

Les données du National Antimicrobial Prescribing Survey ont révélé que près de 23 % des ordonnances d'antibiotiques dans les établissements de soins de santé canadiens étaient inadéquates, en raison d'un mauvais choix d'antimicrobiens, de la posologie, de la voie d'administration ou de la durée.

Il est important de connaître les dangers et de savoir ce que nous pouvons faire aujourd'hui pour prévenir la RAM. Chaque personne peut lutter contre la RAM en faisant des choix judicieux et en approfondissant ses connaissances sur l'utilisation responsable des antibiotiques et d'autres médicaments antimicrobiens. Voici trois étapes essentielles :

  1. Utilisez des antibiotiques uniquement lorsque c'est nécessaire : L'une des choses les plus importantes que nous pouvons faire pour prévenir la RAM est d'utiliser des antibiotiques uniquement lorsque c'est nécessaire. Cela signifie qu'il ne faut pas les utiliser pour traiter le rhume ou d'autres maladies virales -- les antibiotiques ne sont pas conçus pour les traiter.
  2. Prévenir les infections et réduire la propagation : Nous pouvons tous contribuer à la lutte contre la RAM en prévenant l'infection et la propagation de la maladie au départ. Cela veut dire bien se laver les mains et souvent, rester loin des autres lorsque nous sommes malades et éviter tout contact étroit avec les gens quand ils sont malades.
  3. Réduire le risque d'infection et prévenir les maladies graves et les complications en se faisant vacciner : Les vaccins réduisent le risque d'infection et aident à prévenir les maladies graves ou les complications qui pourraient mener à une utilisation accrue des antibiotiques pour traiter les infections bactériennes.

Faisons tous notre part pour préserver l'efficacité des antimicrobiens et prévenir la RAM.

Dre Theresa Tam 
Administratrice en chef de la santé publique

SOURCE Santé Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 17:47
Le gouvernement du Canada est déterminé à assurer la participation pleine et égale de toutes les femmes et de toutes les filles, ce qui est essentiel à la croissance économique et à la prospérité du Canada. C'est pourquoi Immigration, Réfugiés et...

à 16:35
La violence fondée sur le sexe constitue un problème persistant en Alberta et dans tout le Canada. Un indicateur de cette situation est que les lignes d'aide téléphoniques en cas de crise de violence fondée sur le sexe en Alberta ont connu une...

à 14:25
COMIRNATY Original & Omicron BA.4/BA.5 est désormais homologué au Canada pour l'administration d'une dose de rappel chez les enfants âgés de 5 ans à moins de 12 ans. L'autorisation a été accordée après examen de données cliniques et précliniques sur...

à 13:55
Les lignes d'aide téléphoniques en cas de crise sont une bouée de sauvetage pour les personnes survivantes de la violence fondée sur le sexe et sont des services de soutien essentiels. Pendant la pandémie, les organismes exploitant des lignes d'aide...

à 12:42
L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a mis en lumière les causes systémiques sous-jacentes de la violence continue contre les femmes, les filles et les personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones. La pandémie de...

à 12:24
Santé Canada autorise aujourd'hui l'utilisation du vaccin Comirnaty bivalent adapté aux sous-variants BA.4/BA.5 d'Omicron de Pfizer-BioNTech comme dose de rappel chez les enfants de 5 à 11 ans. Il s'agit du premier vaccin bivalent contre la COVID-19...



Communiqué envoyé le 24 novembre 2022 à 15:10 et diffusé par :