Le Lézard
Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Santé, Chasse, pêche et plein air
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Enjeux environnementaux

L'électricité pour dégrader des polluants qui échappent aux traitements des eaux


Une équipe de l'INRS teste l'efficacité d'un procédé d'électro-oxydation avancée

QUÉBEC, le 9 juill. 2020 /CNW Telbec/ - Pesticides, produits pharmaceutiques et perturbateurs endocriniens. Ces contaminants émergents sont souvent détectés dans les eaux usées domestiques traitées, même après un traitement secondaire. L'équipe du professeur Patrick Drogui de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) a testé l'efficacité d'élimination d'un traitement tertiaire basée sur l'électricité, en collaboration avec l'Institut européen des membranes à Montpellier et l'Université Paris-Est.

Le procédé d'électro-oxydation avancée (EOA) utilise deux électrodes pour dégrader les polluants non biodégradables, c'est-à-dire les contaminants subsistant à la suite d'un traitement biologique. En passant un courant électrique dans les électrodes, elles génèrent des radicaux hydroxyde ([OH] dans la solution qui s'attaquent aux molécules réfractaires. L'avantage de cette méthode est qu'elle ne requiert pas l'ajout de produits chimiques dans les eaux.

«?Les techniques d'EOA entrent dans la catégorie des procédés révolutionnaires dans le domaine du traitement des eaux. Il s'agit d'une technologie du futur pour l'épuration des eaux résiduaires contaminées par des polluants réfractaires, tels que les résidus médicamenteux?», soutient le professeur Patrick Drogui, coauteur de l'étude publiée le 18 juin dans le prestigieux journal Science of the Total Environment.

Les chercheurs ont mis à l'épreuve de nouvelles électrodes catalytiques. «?Nous avons démontré que ces électrodes sont efficaces et produisent une grande quantité de radicaux hydroxyde. Elles sont aussi moins coûteuses que les autres électrodes sur le marché actuellement, ce qui améliore l'accessibilité du traitement?», rapporte Yassine Ouarda, étudiant au doctorat et premier auteur de la publication.

Un traitement tertiaire polyvalent

Les chercheurs ont testé cette technologie pour trois procédés de traitement des eaux : conventionnel, par un bioréacteur membrane et un traitement séparant à la source les eaux usées, dont les matières fécales. Ils se sont concentrés sur le paracétamol, aussi connu sous le nom d'acétaminophène. «?Nous avons testé le procédé sur cette molécule en particulier, car elle figure parmi les médicaments les plus utilisés dans le monde. À l'INRS, nous l'avons déjà testé pour une quinzaine de polluants différents, puisque l'approche peut servir pour d'autres molécules pharmaceutiques?», indique le doctorant.

Lors de la dégradation partielle des polluants émergents tels que les produits pharmaceutiques, la molécule «?fille?» est parfois plus toxique que la molécule mère. «?On a remarqué que la toxicité de la solution augmentait, puis diminuait au cours du traitement. Cela indique que les molécules toxiques sont dégradées à leur tour si la réaction continue?», rapporte Yassine Ouarda.

«?Ce travail vient encore une fois confirmer que les procédés d'électro-oxydation avancée sont de bons candidats pour la dégradation des résidus médicamenteux qui ont échappé au traitement biologique?», conclut le chercheur Patrick Drogui.

À propos de l'étude

L'article «?Electro-oxidation of secondary effluents from various wastewater plants for the removal of acetaminophen and dissolved organic matter?», par Yassine Ouarda, Clément Trellu, Geoffroy Lesage, Matthieu Rivallin, Patrick Drogui et Marc Cretin, a été publié le 18 juin dans le journal Science of the Total Environment. Ceux-ci ont reçu du soutien financier de Mitacs à travers le programme Mitacs Globalink. DOI : https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.140352

À propos de l'INRS

L'Institut national de la recherche scientifique [INRS] est le seul établissement au Québec dédié exclusivement à la recherche et à la formation aux cycles supérieurs. Ses professeurs et ses étudiants rayonnent dans le monde entier. En partenariat avec la communauté et l'industrie, l'INRS est fier de contribuer au développement de la société par ses découvertes et la formation d'une relève capable d'innovation scientifique, sociale et technologique.

SOURCE Institut National de la recherche scientifique (INRS)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 17:59
Le tout dernier rapport sur la durabilité de Golden Agri-Resources (GAR), intitulé « Staying the Course » (Garder le cap) expose en détail l'engagement de GAR à poursuivre la mise en oeuvre de la politique sociale et environnementale de GAR (GSEP)....

à 17:44
17 h - Le ministère des Transports du Québec avise les usagers de la route des principales entraves sur le réseau supérieur de la région métropolitaine pour ce soir et la nuit prochaine. Exceptionnellement, ces travaux peuvent être annulés ou...

à 16:33
Le ministère des Transports informe les usagers de la route qu'une section de la route 133, située entre la route 116 et la rue Brunet (près de l'autoroute 20) à Mont-Saint-Hilaire, sera réasphaltée. Le chantier débutera le 10 août et se poursuivra...

à 15:01
La protection de la nature est essentielle pour freiner la perte de biodiversité et lutter contre les changements climatiques. Au Canada et partout dans le monde, la protection immédiate et future des écosystèmes naturels doit passer par des actions...

à 13:32
Les produits ont augmenté de 4 % à 150,5 M$ au T2 2020 comparativement au T2 2019. Les produits proportionnels ont augmenté de 9 % à 192,0 M$ au T2 2020 comparativement au T2 2019. Le BAIIA ajusté est stable à 105,3 M$ au T2 2020 comparativement au...

à 11:04
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs procèdera à l'épandage d'appâts vaccinaux dans 32 municipalités de la Montérégie les 7 et 8 août 2020. Cette opération vise à maintenir l'immunisation des ratons laveurs, des mouffettes et des renards...



Communiqué envoyé le 9 juillet 2020 à 07:00 et diffusé par :