Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Politique intérieure, Plaidoyer (politique)

Français : langue du travail - « Il n'y a pas péril en la demeure », selon le CPQ


MONTRÉAL, le 12 févr. 2020 /CNW Telbec/ - Le CPQ  (Conseil du patronat du Québec) a pris acte du projet de Loi modifiant la Charte de la langue française afin de préciser dans quelles circonstances un employeur peut exiger pour l'accès à un emploi ou à un poste la connaissance d'une langue autre que la langue officielle déposé aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Bien que le CPQ appuie les employeurs dans leur démarche de faire du français la langue de travail, le projet de loi en question vient ajouter une obligation non nécessaire.

« Dans un contexte de rareté de main-d'oeuvre, nous sommes perplexes devant les exigences que ce projet de loi ajoute aux employeurs, qui devront revoir l'organisation du travail », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ. « Il y a certainement peu d'employeurs qui se priveraient actuellement d'embaucher des travailleurs disponibles pour combler des postes chez eux juste pour des questions de langue, à moins que ce soit complètement nécessaire. Faire autrement irait à l'encontre de l'intérêt même des employeurs. Nous croyons que la règlementation en place est suffisante et que le gouvernement doit miser davantage sur la sensibilisation que sur la législation. »

Effectivement, il existe déjà dans la loi des dispositions interdisant aux employeurs d'exiger une connaissance autre que le français à moins de démontrer que c'est nécessaire. Le nouveau projet de loi viendra s'immiscer dans l'organisation du travail d'un employeur créant des lourdeurs administratives et des questions d'interprétation inutiles. Ceci va à l'encontre des orientations gouvernementales en matière d'allègement réglementaire.

« Rappelons qu'au cours des dernières années, le fardeau réglementaire des employeurs a été considérablement alourdi par le gouvernement par différentes mesures comme celles introduites par la loi sur l'équité salariale ou les modifications apportées récemment à la Loi sur les normes du travail. Est-ce qu'il y aura une limite un jour? » termine M. Dorval.

À propos du CPQ :
Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70?000 employeurs de toutes tailles issus des secteurs privé et parapublic. www.cpq.qc.ca 

SOURCE Conseil du patronat du Québec


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

22 sep 2020
LiftForward, Inc. a annoncé aujourd'hui que sa plateforme de périphérique sous forme de service (Device-as-a-Service, DaaS) alimente le programme Xbox All Access de nouvelle génération (consulter la page https://www.xbox.com/fr-US/xbox-all-access)....

22 sep 2020
Neptune Solutions Bien-être inc. (« Neptune » ou la « Société ») , une société diversifiée et entièrement intégrée axée sur la santé et le bien-être qui propose des marques naturelles, végétales, durables et portées par une mission, a annoncé...

22 sep 2020
La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) souscrit aux concepts ayant mené au dépôt du projet de loi 64 visant à renforcer la protection des données personnelles des citoyens et citoyennes du Québec. Ce projet de loi répond à la...

22 sep 2020
Placements Vanguard Canada Inc. a communiqué aujourd'hui les montants finaux de distributions au mois de septembre 2020 concernant les FNB Vanguard énumérés ci-dessous inscrits à la Bourse de Toronto . Les détenteurs de parts inscrits au 30...

22 sep 2020
Des ententes avaient été conclues, en juillet 2020, avec les propriétaires à l'égard des obligations locatives.Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre a subi l'incidence de la fermeture des magasins imposée par le gouvernement ainsi que des...

22 sep 2020
À une semaine de leur échéance, fixée au...



Communiqué envoyé le 12 février 2020 à 16:05 et diffusé par :