Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Santé
Sujets : Nouvelles - Monde du travail, Plaidoyer (politique)

Centre de communications d'Urgences-santé - 210 répartiteurs, répartitrices et employé-es de bureau en grève le 20 décembre



MONTRÉAL, le 13 déc. 2017 /CNW Telbec/ - À moins d'un revirement à la table de négociation avec la Corporation d'Urgences-santé, les 210 répartiteurs, répartitrices et employées de bureau du centre de communications vont déclencher une première journée de grève le mardi 19 décembre prochain jusqu'au 20 décembre à 23 h. Le Tribunal administratif du travail (TAT) vient d'ailleurs d'approuver une entente sur les services essentiels à maintenir en cas de grève sur l'ensemble des territoires de Montréal et de Laval.

En déclenchant la grève, ces travailleuses et travailleurs, membres du Syndicat des employé-es d'Urgences-santé (SEUS-CSN), affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), veulent mettre la pression nécessaire pour faire débloquer la négociation qui tarde alors que leur convention collective est échue depuis le 31 mars 2015. En cas d'échec des pourparlers, neuf autres journées de grève, votées à 82 % les 30 novembre et 1er décembre, pourraient être utilisées.

Des négociations avec l'employeur se tiennent aujourd'hui même. Deux autres séances sont aussi prévues les 15 et 19 décembre. Jusqu'à maintenant, il y a eu 28 séances de négociation qui n'ont pas permis de régler l'ensemble de la convention collective.

Pour Martin Joly, président du syndicat : « Cette annonce du recours à la grève pour le 20 décembre envoie un message clair à Urgences-santé : nous sommes prêts et surtout très sérieux dans notre volonté de négocier de manière intensive. Notre objectif n'est pas de faire la grève, mais bien de conclure une nouvelle convention collective satisfaisante pour les travailleuses et travailleurs que nous représentons. »

Les négociations achoppent notamment sur la parité de certaines conditions de travail, tant pécuniaires que non pécuniaires, avec les salarié-es du secteur public parmi lesquelles figurent les salaires, les primes diverses, l'assurance collective, les temps de pause, les modalités de prise des divers congés, la protection contre la sous-traitance, ainsi que les mécanismes de protection des emplois du personnel de bureau.

Le syndicat rappelle que la partie patronale souhaite imposer différents reculs dans les conditions de travail, dont une diminution du nombre d'heures de travail des répartitrices et répartiteurs d'urgence médicaux, ce qui entrainerait une baisse de leur revenu de 3,43 %, soit plus de 1600 $ par année. En outre, plusieurs postes de commis sont menacés d'être abolis et transformés en postes non protégés par les dispositions de la convention collective. Quant aux salaires et aux primes, l'employeur propose des conditions inférieures à ce qui a été négocié tout récemment chez les paramédics et les employé-es de bureau d'Urgences-santé et chez le personnel du réseau de la santé et des services sociaux. « Le personnel de bureau et les répartiteurs et répartitrices méritent la même reconnaissance », ajoute Josée Marcotte, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

À propos du SEUS et de la CSN
Le Syndicat des employé-e-s d'Urgences-santé (SEUS-CSN) regroupe 102 répartitrices et répartiteurs médicaux d'urgence ainsi que du personnel de bureau. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) qui compte plus de 100 000 membres dans les secteurs privé et public. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) qui regroupe sur une base régionale quelque 90 000 membres. Pour sa part, la CSN est composée de plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que douze autres conseils centraux régionaux.

 

SOURCE CSN


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 11:45
Plusieurs centaines de responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE), membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), ont manifesté aujourd'hui à Québec, devant l'Assemblée nationale, pour presser le...

à 09:16
theLotter.com: « Le jackpot estimé à 1,6 milliard $ devrait être réévalué à la hausse en raison de ventes internationales sans précédent. » Selon les initiés de l'industrie, le jackpot record de 1,6 milliard $ du Mega Millions de cette semaine...

à 07:00
Des Responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE), affiliées à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), manifesteront le dimanche 21 octobre devant l'Assemblée nationale pour interpeller le nouveau...

à 06:41
Du 22 au 26 octobre 2018, dans le cadre de la semaine nationale de l'action communautaire autonome, L'R des centres de femmes du Québec donne le coup d'envoi à la campagne #donnetoidelair, au moyen d'activités grand public dans les régions de...

20 oct 2018
Le marché chinois a connu une accélération de la consommation au cours des vingt dernières années. Le secteur de la bijouterie, en tant que pilier de l'industrie de la mode, étudie un nouveau mode de vente au détail, dont MATRO GBJ est l'un des...

20 oct 2018
Aider les nouveaux arrivants formés à l'étranger à se joindre plus rapidement à la population active du Canada renforce notre classe moyenne, aide ceux qui travaillent fort pour en faire partie et contribue à la croissance de notre économie. C'est...




Communiqué envoyé le 13 décembre 2017 à 15:39 et diffusé par :