Le Lézard
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Plaidoyer (politique)

Un consortium national de cabinets d'avocats avise les consommateurs qu'ils doivent examiner leurs options avant de s'inscrire à une offre de carte-cadeau dans le cadre du complot lié à la fixation des prix de Loblaw



TORONTO et MONTRÉAL, le 27 déc. 2017 /CNW/ - Strosberg Sasso Sutts LLP, Renno Vathilakis Avocats Inc. et LPC Avocat Inc., les cabinets d'avocats qui ont intenté des recours collectifs contre Les Compagnies Loblaw limitée, George Weston limitée, Weston Foods (Canada) Inc., Canada Bread Company, Limited, Grupo Bimbo, S.A.B. DE C.V., Empire Company Limited, Sobeys Inc., Metro Inc., Wal-Mart Canada Corp., Wal-Mart Stores, Inc. et Giant Tiger Stores Limited relativement au « complot de fixation des prix du pain », avisent les consommateurs qu'ils doivent bien comprendre les droits auxquels ils renoncent en échange de l'offre de Loblaw d'une carte-cadeau de 25 $ CA en guise de compensation pour sa participation avouée au complot. Les recours collectifs, qui sont en attente d'autorisation, présentent des réclamations de plus de 1 milliard de dollars en dommages-intérêts et 100 millions de dollars en dommages-intérêts punitifs. Une demande de recours collectifs a été déposée le 1er novembre 2017 au Québec et le 8 novembre 2017 en Ontario.

Après que le chef de la direction des Compagnies Loblaw, Galen Weston, ait reconnu qu'« une telle conduite n'aurait jamais dû se produire » au cours d'une conférence téléphonique avec des analystes le 19 décembre 2017, Loblaw a annoncé qu'elle offrait aux consommateurs une carte-cadeau de 25 $ en guise de « geste de bonne volonté ».

Toutefois, David Wingfield, associé à Strosberg Sasso Sutts LLP, et spécialiste de la loi sur la concurrence, avise les consommateurs canadiens qu'ils doivent bien comprendre les droits auxquels ils renoncent s'ils s'inscrivent à l'offre de carte-cadeau de 25 $.

« Loblaw n'a fourni aucun détail quant à ce qu'il sera attendu que les consommateurs offrent à Loblaw en échange de cette carte-cadeau », a déclaré M. Wingfield. « Loblaw n'a pas non plus dévoilé aux consommateurs ce qu'elle sait au sujet de la mesure dans laquelle les prix du pain ont été gonflés à la suite de sa participation au complot de fixation des prix. Par conséquent, Loblaw tient les consommateurs dans l'ignorance sur le véritable objectif du programme de carte-cadeau. »

Loblaw a reconnu qu'elle avait pris part à une entente prétendument collusoire, à l'échelle de ce secteur d'activité, afin de fixer les prix du pain, mais à ce jour, elle n'a pas dévoilé publiquement ce que ce stratagème avait coûté aux consommateurs canadiens ni la façon dont elle était arrivée à la somme de 25 $ en guise de compensation.

« Loblaw a reconnu qu'elle a participé à un complot illégal lié aux prix pendant 14 ans. Ainsi, les consommateurs du Québec et de partout au pays pourraient avoir subi des pertes bien plus importantes que la valeur de la carte-cadeau que Loblaw a offert de donner aux consommateurs individuels qui s'inscrivent sur le site Web de Loblaw », a ajouté Michael Vathilakis, associé et cofondateur, Renno Vathilakis Avocats Inc.

« L'offre de Loblaw semble être plus promotionnelle et intéressée plutôt que d'offrir aux Canadiens une compensation juste, ce que réclament nos clients au moyen d'un recours collectif. Les consommateurs canadiens ne devraient accepter rien de moins que ce à quoi ils ont droit en vertu de la loi. Voilà pourquoi Loblaw et les autres défendeurs doivent rembourser à tous les consommateurs les sommes obtenues illégalement à la suite de leur collusion », a déclaré Joey Zukran, avocat à LPC Avocat Inc.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet des recours collectifs liés à la fixation des prix du pain en Ontario et dans le reste du Canada, veuillez cliquer ici (en anglais). Au Québec, veuillez cliquer ici. D'autres renseignements pour le Québec sont accessibles ici.

Les cabinets d'avocats Strosberg Sasso Sutts LLP, Renno Vathilakis Avocats Inc. et LPC Avocat Inc., établis en Ontario et au Québec, détiennent une vaste expérience en matière de recours collectifs. Ils collaborent en vue d'intenter des recours collectifs liés à la fixation des prix du pain.

SOURCE Strosberg Sasso Sutts LLP




Communiqué envoyé le 27 décembre 2017 à 08:00 et diffusé par :