Le Lézard
Classé dans : Exploitation minière
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Sécurité publique

Conclusions de l'enquête de la CNESST - Décès par asphyxie d'un travailleur des Industries TLT, à Sainte-Monique : la conception des évents d'un séchoir à bois est en cause



SAGUENAY, QC, le 14 déc. 2017 /CNW Telbec/ - Le 15 mars 2017, M. Jimmy Tremblay, responsable des expéditions et des séchoirs à l'usine de transformation des Industries TLT, située dans la municipalité de Sainte-Monique au Lac-Saint-Jean, a perdu la vie, asphyxié par du monoxyde de carbone (CO) après être entré dans un séchoir à bois. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient notamment pour cause de l'accident une mauvaise conception des évents du séchoir.

Au Québec, depuis 5 ans, 138 travailleurs ont subi des lésions à la suite d'une exposition au monoxyde de carbone et 2 travailleurs ont été intoxiqués mortellement.

Concentration mortelle de monoxyde de carbone

Le matin de l'accident, M. Tremblay marchait seul dans la cour à bois de l'usine lorsqu'il est passé à proximité du nouveau séchoir à bois, qui était alors en fonction. Il y est entré par la porte non verrouillée et a aussitôt été exposé à une concentration mortelle de monoxyde de carbone. Son corps inanimé a été retrouvé par des collègues quelques minutes plus tard. Le décès de M. Tremblay a été constaté sur place par les ambulanciers appelés sur les lieux.

Trois causes expliquent l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir trois causes pour expliquer l'accident :

La CNESST a exigé des correctifs

À la suite de l'accident, la CNESST a interdit à l'employeur, Industries TLT, l'utilisation du séchoir à bois en cause jusqu'à ce que l'employeur informe ses travailleurs sur les risques, qu'il établisse des procédures d'accès au séchoir et forme ses travailleurs sur ces procédures, et qu'il contrôle l'accès au séchoir en tout temps. L'employeur a aussi dû s'assurer que les appareils du séchoir fonctionnant au propane étaient conformes à la norme et faire en sorte que la glace ne puisse plus bloquer les évents. L'employeur s'étant conformé aux exigences, la CNESST a autorisé la remise en fonction du séchoir à bois le 9 mai 2017.

La CNESST a délivré à Industries TLT un constat d'infraction. Pour ce type d'infractions, l'amende varie de 16 545 $ à 66 183 $ pour une première offense, et pourrait atteindre 330 918 $ en cas de récidive.

Comment éviter un tel accident

La CNESST rappelle que pour éviter qu'un tel accident se répète, tout employeur doit s'informer des consignes de sécurité des fabricants d'équipements. De plus, il doit procéder à sa propre analyse de risques, particulièrement lors de l'acquisition et de la mise en fonction d'un nouvel appareil. Enfin, il doit former ses travailleurs aux méthodes de travail sécuritaires qu'il détermine.

Pour en savoir plus sur la prévention des accidents liés au monoxyde de carbone :
http://www.cnesst.gouv.qc.ca/monoxyde.

Par la loi, tout employeur a l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires. L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer et les contrôler.

Suivis de l'enquête

Afin de sensibiliser les milieux de travail, la CNESST transmettra les conclusions de ce rapport à PréviBois ? Santé et sécurité, un regroupement d'employeurs du secteur forestier, pour qu'il informe ses membres. De plus, le rapport d'enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d'études en sciage pour sensibiliser les futurs travailleurs de ce secteur.

Pour en savoir plus

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004164.pdf

Photo (libre de droits) :
http://cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communiques/PublishingImages/industries-tlt.JPG

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est la fiduciaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

 

Source :

Swann Thibault, responsable des communications
CNESST - Direction régionale du Saguenay-Lac-Saint-Jean
Tél. : 418 696-5200, poste 5223

 

SOURCE Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 12:52
Anaconda Mining Inc. (« Anaconda » ou la « Société ») (ANX : TSX) est heureuse d'annoncer que l'évaluation économique préliminaire (« EEP ») indépendante qui a été menée sur le projet aurifère Goldboro (« Goldboro » ou le « projet ») a eu des...

19 jan 2018
Tarku Resources Ltd. (la « Société » ou « Tarku ») annonce que, suite à son assemblée générale annuelle tenue le 19 mai 2017 à Calgary, les personnes suivantes ont été élues à titre d'administrateurs de Tarku : Sylvain Laberge, Julien Davy, Benoit...

19 jan 2018
Redevances Aurifères Osisko Ltée (« Osisko » ou la « Société ») annonce qu'elle publiera ses résultats financiers pour le quatrième trimestre et l'année 2017 avant l'ouverture des marchés, mardi le 20 février 2018. Une conférence téléphonique aura...

19 jan 2018
CORPORATION AURIFÈRE MONARQUES (« Monarques » ou la « Société ») est heureuse d'annoncer que tous les candidats énumérés dans sa circulaire de sollicitation de procurations par la direction date?e du 13 décembre 2017 ont e?te? re?e?lus en tant...

19 jan 2018
Le Fonds de revenu Noranda (le « Fonds ») fait le point sur les progrès réalisés en vue de rétablir la capacité normale de production suite à la signature de la nouvelle convention collective, le 1er décembre 2017. Tous les employés syndiqués...

18 jan 2018
Des joueurs-clés de l'industrie maritime annoncent la mise à jour du Bureau d'information maritime (BIM), la plateforme Web qui permet un accès rapide à l'information et aux experts entourant l'industrie, ses retombées et ses activités au Québec. Ce...




Communiqué envoyé le 14 décembre 2017 à 08:00 et diffusé par :