Le Lézard
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Religion

École secondaire Loyola : Le jugement de la Cour suprême du Canada est contradictoire et inquiétant


LONGUEUIL, QC, le 23 mars 2015 /CNW Telbec/ - En permettant à l'école secondaire privée Loyola d'offrir le cours Éthique et culture religieuse (ÉCR) dans une perspective confessionnelle catholique, la Cour suprême du Canada a fait l'une de ces gymnastiques pour essayer de plaire à tous, ce qui ne sera pas sans conséquences. L'Association québécoise en éthique et culture religieuse (AQÉCR) s'en inquiète.

D'une part, la Cour maintient l'obligation pour le collège de donner le cours ÉCR du ministère de l'Éducation du Québec. Elle souligne même que l'État est en droit d'imposer un enseignement sur les religions à tous les élèves du Québec, et ce même dans les écoles confessionnelles. Sur ce, nous applaudissons.

Toutefois, comment peut-elle ne pas désavouer le programme ÉCR et, en même temps, permettre à cette école de l'enseigner à travers le prisme du catholicisme? De ce fait, la Cour suprême ignore non seulement la posture professionnelle exigée par ce cours, mais aussi les deux finalités du programme que sont la reconnaissance de l'autre et la poursuite du bien commun, rendant ainsi caduc l'esprit même du cours. Ce qui est proposé par Loyola n'a donc rien à voir avec ÉCR et ne peut d'aucune manière être jugé équivalent.

Cela est inquiétant, car cela ouvre la porte non seulement à Loyola, mais également à d'autres écoles à vocation religieuse, de confessions diverses, d'y voir là la légitimité de promouvoir, à l'intérieur du cours ÉCR, des valeurs et des croyances particulières qui pourraient aller à l'encontre des valeurs communes québécoises, l'égalité homme-femme par exemple.

Il nous est donc permis de croire que ce jugement est susceptible de causer des préjudices plus graves que ceux qu'il voulait éviter et nous encourageons, en ce sens, le Ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du Québec, monsieur François Blais, à réfléchir sérieusement, comme le mentionne Jocelyn Maclure, à envisager « la possibilité de proposer un compromis différent aux écoles privées confessionnelles que celui imaginé par la Cour suprême -- quitte à utiliser la clause dérogatoire s'il le faut. [1]»

L'AQÉCR tient au passage à saluer la position de la Fédération des établissements d'enseignement privés (FEEP) qui « encourage ses membres à appliquer le programme d'ECR, conformément au Programme de formation de l'école québécoise. [2]»

[1] http://www.lactualite.com/blogues/le-blogue-politique/lerreur-de-la-cour-supreme-du-canada-dans-le-dossier-ethique-et-culture-religieuse/?fb_action_ids=10153142728583006&fb_action_types=og.shares

[2] http://www.feep.qc.ca/files/jugement%20loyola(1).pdf

 

SOURCE Association québécoise en éthique et culture religieuse



Communiqué envoyé le 23 mars 2015 à 12:44 et diffusé par :