Le Lézard
Sujets : Religion, Plaidoyer (politique)

Cour suprême et cours ÉCR - Jugement rendu en faveur du Collège Loyola


MONTRÉAL, le 19 mars 2015 /CNW Telbec/ - La Coalition pour la liberté en éducation (CLÉ) salue la décision de ce matin de la Cour suprême du Canada qui accueille la demande de l'école catholique secondaire Loyola de Montréal contre le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MÉLS) au sujet du cours Éthique et de culture religieuse (ÉCR). Selon Patrick Andries, secrétaire de la CLÉ, « cette décision s'imposait puisque comment refuser à une école privée catholique qu'elle puisse adapter le programme scolaire afin qu'il respecte la culture catholique de l'établissement ? » Effectivement, l'école Loyola ne s'oppose pas à ce que ses élèves apprennent des faits sur les religions du monde ni à parler d'éthique - ce qu'elle effectue depuis plus de 20 ans dans son cours de Morale et de religion du monde -, mais elle souhaite pouvoir rappeler la vision catholique de cette diversité ainsi que la morale catholique face à des dilemmes éthiques.

Tous les parents québécois bénéficient de ce jugement puisqu'il ouvre la possibilité de faire pression sur la direction de leur école pour adapter le cours ÉCR à la sensibilité des parents et des écoles. La CLÉ déplore cependant le long combat mené depuis 2007 par les gouvernements québécois successifs, dans le cadre du programme ÉCR, pour réprimer la liberté des parents et des écoles.

Selon Richard Décarie, porte-parole de la CLÉ, « ce jugement est important puisqu'il permet d'établir jusqu'à quel point une école privée peut adapter la façon de présenter le contenu d'un programme gouvernemental qui touche à sa nature même. » La CLÉ s'est impliquée dès le début dans le dossier de l'imposition unilatérale du programme ÉCR - réclamant notamment l'exemption pour tous les parents québécois -, alors que l'école Loyola a vu rejetée sa demande initiale d'équivalence au programme ÉCR imposé par le ministère de l'Éducation du Québec.

La Coalition pour la liberté en éducation (CLÉ) a organisé de très nombreuses réunions et manifestations publiques importantes contre l'imposition unilatérale du programme ÉCR, sans possibilité d'exemption ou d'adaptation. Elle contribué au financement du recours en justice des parents de Drummondville en Cour supérieur et d'appel, ainsi qu'à la Cour suprême du Canada. La CLÉ défend résolument l'autonomie des établissements scolaires, les intérêts des parents d'élèves comme premiers éducateurs de leurs enfants et milite pour une plus grande liberté scolaire au Québec.

 

SOURCE COALITION POUR LA LIBERTE EN EDUCATION (CLE)



Communiqué envoyé le 19 mars 2015 à 15:58 et diffusé par :