Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Soins de santé / hôpitaux

Selon un sondage de la Société canadienne du cancer, 96 % des Canadiens n'ont pas mesuré la quantité de radon, un gaz carcinogène, présent dans leur maison


Mais plus de la moitié des Canadiens disent qu'ils déménageraient si le gaz mortel s'infiltrait dans leur maison

TORONTO, le 24 nov. 2014 /CNW/ - Un récent sondage commandé par la Société canadienne du cancer révèle que 96 % des Canadiens n'ont pas mesuré ou fait mesurer la concentration de radon dans leur maison. Pourtant, 51 % des Canadiens ont dit qu'ils déménageraient s'ils savaient que ce gaz contamine l'air de leur maison.

L'exposition au radon augmente le risque de cancer du poumon. On estime que 3000 Canadiens meurent chaque année d'un cancer du poumon dû au radon.

Novembre est le Mois de la sensibilisation au radon, et la Société presse tous les Canadiens de prendre conscience du risque de cancer associé au radon et de mesurer la concentration de ce gaz dans leur maison.

« Bien des gens croient que le tabagisme est l'unique cause de cancer du poumon, mais dans les faits, l'exposition au radon est à l'origine de 16 % des décès par cancer du poumon, ce qui en fait la deuxième cause de cancer du poumon après le tabac, précise Robert Nuttall, directeur adjoint, Politiques de lutte contre le cancer, Société canadienne du cancer. Mesurer la concentration de radon dans votre maison est le seul moyen de savoir si vous êtes à risque. »

Le radon est un gaz radioactif incolore, inodore et insipide, qui est présent à l'état naturel dans l'environnement et qui peut pénétrer dans les maisons et les endroits fermés par des fissures et des crevasses.

Pour mesurer la concentration de radon, vous pouvez vous procurer une trousse relativement peu coûteuse à la quincaillerie du coin ou confier la tâche à un professionnel. L'âge de votre maison et les concentrations de radon dans les immeubles voisins ne sont pas de bons indicateurs de la quantité de radon à laquelle vous êtes exposé.

Janet Whitehead, survivante d'un cancer du poumon et militante contre le radon, a constaté par elle-même la puissance d'une mesure de la concentration de ce gaz. Janet n'a jamais fumé, et après avoir reçu un diagnostic de cancer du poumon, elle a fait vérifier les concentrations de radon dans les deux résidences d'Ottawa où elle a vécu pendant des années avant de s'installer en Colombie-Britannique. La quantité détectée dans l'une de ces résidences a été effarante, étant 16 fois plus élevée que la limite de 200 Bq/m3 (becquerels par mètre cube, une mesure de la radioactivité) définie dans la ligne directrice de Santé Canada sur le radon. « Heureusement, des moyens efficaces ont permis d'atténuer le radon, et la maison est aujourd'hui totalement sécuritaire pour le propriétaire actuel et sa famille, dit Janet. J'encourage tous les Canadiens à mesurer la quantité de radon dans leur maison. Agir maintenant peut leur éviter un diagnostic de cancer du poumon dans 20 ans. »

Si la concentration de radon dans votre maison dépasse 200 Bq/m3, vous devriez faire appel à un professionnel certifié en atténuation du radon pour déterminer quelle est la méthode la plus efficace et la plus économique pour la réduire. La Société vous renseigne sur les façons de réduire votre risque et suggère des liens vers d'autres sources d'information sur le radon.

Comment le radon entre dans les maisons
Le radon est libéré dans l'air lorsqu'il s'échappe des sols et des roches au cours du processus naturel de désintégration de l'uranium. À l'extérieur, il est vite dispersé et ses concentrations restent très faibles. Cependant, lorsqu'il entre dans les immeubles par les fondations, les joints et les orifices d'aération, il s'y accumule en plus grandes quantités. C'est particulièrement vrai dans les sous-sols, qui sont souvent mal ventilés. De fortes concentrations de radon augmentent le risque de cancer du poumon, et Santé Canada recommande que des mesures d'atténuation soient prises dans les maisons où elles sont de 200 Bq/m3 ou plus.

Comment mesurer la concentration de radon
Vous pouvez acheter une trousse d'analyse du radon dans une quincaillerie, ou en ligne auprès de certains organismes. Le détecteur de radon contenu dans la trousse doit être placé dans la maison pendant de 3 à 6 mois, à un moment de l'année où la plupart des fenêtres et portes sont fermées (automne et hiver). Le détecteur doit ensuite être envoyé à un laboratoire, qui vous fera parvenir le résultat et dont les frais sont généralement inclus dans le prix de la trousse. La Société offre une liste de ressources pour vous aider à trouver un fournisseur de trousse d'analyse du radon ou un professionnel certifié en radon.

Comment le radon cause le cancer du poumon
Le radon étant un gaz radioactif, il se désintègre naturellement en plus petites particules au fil du temps. Nous inhalons ces particules quand nous respirons. Une fois que ces particules sont dans les poumons, leur désintégration continue et produit de petites salves d'énergie qui peuvent altérer les cellules et, parfois, entraîner un cancer du poumon.

Le risque de cancer du poumon dépend de l'importance et de la durée de l'exposition au radon, et de l'usage ou non de tabac. Le risque dû au radon est beaucoup plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

Faits sur le cancer du poumon
On estime que 26 100  nouveaux cas de cancer du poumon seront diagnostiqués en 2014 au Canada, et que 20 500 personnes succomberont à la maladie. Le radon serait lié à quelque 3000 décès par cancer du poumon chaque année.

Le cancer du poumon demeure la première cause de mortalité par cancer tant chez les hommes que chez les femmes, et emporte plus de Canadiens que le cancer du sein, le cancer de la prostate et le cancer colorectal réunis.

À propos du sondage
Le sondage a été réalisé en ligne par Angus Reid, entre le 22 et le 29 octobre 2014, auprès d'un échantillon de 1238 Canadiens âgés de 18 ans ou plus choisis au hasard. La marge d'erreur pour un échantillon de cette taille est de ± 2,8 %, 19 fois sur 20.

À propos de la Société canadienne du cancer
La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national à caractère communautaire dont la mission est l'éradication du cancer et l'amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Grâce à nos donateurs et nos bénévoles, la Société est l'organisme qui a le plus d'impact, contre le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada. Forts des progrès réalisés, nous travaillons avec les Canadiens afin de changer le cancer à jamais. Pour plus d'information, visitez cancer.ca ou appelez notre Service d'information sur le cancer, un service bilingue et gratuit, au 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934).

SOURCE Société canadienne du cancer (Bureau National)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 15:36
Les premiers ministres des provinces et des territoires ont écrit aujourd'hui au premier ministre du Canada pour l'inviter à une rencontre au début de janvier en vue d'assurer un financement durable et à long terme des soins de santé par le biais du...

à 15:25
Le Canada voit augmenter le nombre des enfants qui tombent gravement malades et même meurent au cours de la triple épidémie de COVID, de grippe et de VRS. Les syndicats du Canada demandent aux hommes et femmes politiques de tous les niveaux de cesser...

à 14:29
L'honorable Carolyn Bennett, ministre de la Santé mentale et des Dépendances et ministre associée de la Santé, a déposé aujourd'hui au Parlement les résultats du premier examen législatif de la Loi sur les produits du tabac et du vapotage (LPTV)....

à 14:26
Aujourd'hui, Santé Canada a annoncé que les modifications apportées à la Loi sur le cannabis et à la réglementation connexe concernant la recherche sur le cannabis, les essais menés avec du cannabis et les boissons contenant du cannabis ont été...

à 14:25
COMIRNATY Original & Omicron BA.4/BA.5 est désormais homologué au Canada pour l'administration d'une dose de rappel chez les enfants âgés de 5 ans à moins de 12 ans. L'autorisation a été accordée après examen de données cliniques et précliniques sur...

à 14:23
La mise en place de services de santé efficaces et de qualité, maintenant et pour l'avenir, est une priorité fondamentale des premiers ministres des provinces et territoires. Ces derniers se sont réunis aujourd'hui par visioconférence afin de...



Communiqué envoyé le 24 novembre 2014 à 03:01 et diffusé par :