Le Lézard
Classé dans : Exploitation minière

Le chrysotile, une fibre distincte des autres fibres d'amiante



MONTRÉAL, le 23 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 23 mai /CNW Telbec/ - Il est désormais avéré scientifiquement que la fibre chrysotile ne doit pas être confondue avec les autres types d'amiante dans l'évaluation des risques pour la santé. La démonstration est en effet aujourd'hui amplement faite que le niveau de dangerosité du chrysotile, appartenant à la famille des serpentines, est très nettement inférieur à celui des fibres de la famille des amphiboles, telles que le crocidolite et l'amosite. Il y a donc lieu de toujours faire la distinction entre le chrysotile et les autres fibres d'amiante, du point de vue de la faisabilité d'un usage contrôlé, sécuritaire et responsable.

Telles sont en substance les principales conclusions qui ressortent des exposés de nombreux experts scientifiques à la Conférence internationale sur le chrysotile qui se tient à Montréal sous l'égide de l'Institut du chrysotile.

Dr David Bernstein

------------------

Ainsi pour le Dr David Bernstein, éminent toxicologue de Suisse, les plus récentes données expérimentales relatives à la biopersistance pulmonaire des fibres de chrysotile établissent hors de tout doute que le chrysotile est rapidement éliminé alors que les fibres amphiboles et d'autres fibres

synthétiques persistent dans les poumons pour de très longues périodes. "Les résultats des études les plus récentes dont il est fait était dans la littérature scientifique, soutient le Dr Bernstein, contiennent de solides données démontrant la différence, sous l'angle épidémiologique, entre le chrysotile et les amphiboles." "Ils confirment, conclut-il, que l'exposition au chrysotile aux niveaux aujourd'hui en vigueur dans les lieux de travail n'entraîne pas de risque indu pour la santé"

Dr Suresh Moolgavkar

--------------------

Membre du Fred Hutchinson Cancer Research Center et professeur d'épidémiologie à l'Université de Washington, le Dr Suresh Moolgavkar estime, pour sa part, au terme de l'examen épidémiologique d'une vingtaine de cohortes, que le potentiel d'induction des amphiboles pour le mésothéliome est d'au moins 500 fois plus élevé que pour le chrysotile.

Dr Hans Weill

-------------

Traitant de la relation de causalité entre le mésothéliome et l'exposition à l'amiante, le réputé Dr Hans Weill, ancien professeur à la Faculté de médecine de l'Université Tulane de la Nouvelle-Orléans, ancien directeur de la section de médecine environnementale et titulaire de la Schlieder Foundation comme professeur de médecine pulmonaire, a démontré que l'incidence des cas de mésothéliome aux Etats-Unis est en décroissance depuis l'abandon graduel de l'utilisation des amphiboles. "il ne fait plus de doute, a fait observer le Dr Weill, à la lumière de la démonstration épidémiologique prépondérante que la plupart des mésothéliomes sont causés par une exposition aux amphiboles."

Dr Dennis Paustenbach

---------------------

Pour le Dr Dennis Paustenbach, spécialiste reconnu dans l'évaluation des risques industriels et environnementaux, il ressort d'un examen exhaustif des données quantitatives d'exposition et du risque afférent, que l'utilisation de l'amiante dans les matériaux de jointage, les mastics, les composites moulés et les matériaux de friction ne présente véritablement pas de risque dès lors qu'il n'y a pas de présence d'amphiboles. Le Dr Paustenbach s'est ainsi employé à démontrer, avec de nombreuses études épidémiologiques à l'appui, que les niveaux d'exposition aux fibres chrysotiles en suspension dans l'air, dans le cas des applications auxquelles il est fait référence, sont trop bas pour être nuisibles à la santé.

Dr Michel Camus

---------------

Enfin le Dr Michel Camus, professeur-chercheur associé au Centre de recherche sur la santé publique de l'Université de Montréal, a présenté une étude publiée dans le prestigieux New England Journal of Medicine démontrant que le modèle utilisé aux Etats-Unis par l'Environmental Protection Agency (EPA) surestime le risque pour la population exposée à l'amiante par un facteur de quelque 10 fois pour le cancer du poumon et de 45 à 150 fois pour le mésothéliome.

Le modèle EPA

-------------

L'Agence de protection de l'environnement des Etats-Unis (EPA) a d'ailleurs reconnu récemment, comme suite aux recommandations d'un groupe d'experts, la nécessité d'apporter des modifications majeures à son modèle d'évaluation du risque, du fait que celui-ci ne tient pas compte des différences significatives de dangerosité entre le chrysotile et les amphiboles.

L'OMS

-----

Tirant les conclusions de ces exposés et prenant acte de la volonté de EPA de revoir son modèle, le Dr Jacques Dunnigan, président de la Conférence, a souligné que l'Organisation Mondiale de la Santé serait bien avisée de revoir à son tour sa propre évaluation du risque lié à l'utilisation du chrysotile, dans la mesure où le modèle de l'OMS est toujours basé sur des données médicales et scientifiques qui remontent au milieu des années 90, alors que la différence entre la dangerosité du chrysotile et les autres fibres d'amiante n'avait pas encore été démontrée de façon aussi convaincante qu'elle apparaît aujourd'hui.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

17 nov 2018
Les représentants des médias sont invités à assister à la Journée Découverte de Québec Mines + Énergie 2018 prévue le dimanche 18 novembre au Centre des congrès de Québec. Il s'agira d'une belle occasion de témoigner des mille et un usages des...

16 nov 2018
Devenue incontournable au fil des ans, la Journée Découverte inscrite dans le cadre du grand congrès annuel Québec Mines + Énergie 2018 s'annonce fort animée. Le dimanche 18 novembre, petits et grands sont conviés au Centre des congrès de Québec à...

16 nov 2018
Les représentants des médias sont invités à assister à la Journée Découverte de Québec Mines + Énergie 2018 prévue le dimanche 18 novembre au Centre des congrès de Québec. Il s'agira d'une belle occasion de témoigner des mille et un usages des...

16 nov 2018
Les travailleurs syndiqués de Rio Tinto au Saguenay?Lac-Saint-Jean se mobilisent en appui aux lockoutés d'ABI et somment Rio Tinto de prendre ses distances face à la stratégie des lockouts. Dans une pleine page de journal publiée hier dans Le...

15 nov 2018
Canfor Corporation annonce avoir conclut un accord pour l'achat de 70 % des parts du suédois VIDA Group (« VIDA ») pour un montant de 3 990 millions de couronnes suédoises (soit environ 580 millions de dollars canadiens) sur une base de trésorerie...

15 nov 2018
Les Premières Nations innues de Uashat mak Mani-utenam et de Matimekush-Lac John sont déçues de la décision rendue aujourd'hui par la Cour suprême du Canada qui a accepté d'entendre un appel du gouvernement de Terre-Neuve-Labrador sur la compétence...




Communiqué envoyé le 23 mai 2006 à 11:45 et diffusé par :