Le Lézard
Classé dans : L'environnement
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Femme, Sécurité publique, CMG, DEI

Le Service de police de la Ville de Saint-Eustache engagé dans la lutte contre la violence conjugale


SAINT-EUSTACHE, QC, le 6 déc. 2021 /CNW Telbec/ - C'est en présence de la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique, ministre des Relations internationales et de la Francophonie suppléante et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Mme Geneviève Guilbault, et du député de Deux-Montagnes et ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de Laval, M. Benoit Charette, que le maire de Saint-Eustache, M. Pierre Charron, et le directeur du Service de police de la Ville de Saint-Eustache (SPVSE), M. Thierry Vallières, ont annoncé la mise en oeuvre du Projet PIVOT (Projet d'Intervention Visant à Outiller les Témoins), une initiative novatrice du SPVSE visant à lutter contre la problématique de la violence conjugale. À cette fin, le SPVSE procédera incessamment à l'embauche d'un intervenant social ou d'une intervenante sociale dont le mandat spécifique sera d'assurer un filet de sécurité aux victimes et de travailler en amont des situations de violence conjugale.

À l'instar des corps de police provinciaux et municipaux, l'intervention en contexte de violence intrafamiliale est l'une des principales préoccupations du SPVSE. À l'heure actuelle, les interventions policières, bien qu'elles respectent les protocoles et les directives établies, ne permettent pas de garantir efficacement un filet de sécurité rassurant pour les victimes.

Dès 2017, soucieux d'accompagner sa clientèle vulnérable et d'agir rapidement sur diverses problématiques vécues par les victimes (violence conjugale, problèmes de consommation ou de santé mentale, deuil, accidents, sinistres, etc.), le SPVSE incorporait une travailleuse sociale au sein de son service. En accompagnant directement les victimes sur les lieux avec les patrouilleurs, elle a ainsi pu guider ces personnes vers les ressources spécialisées, en plus de contribuer à conscientiser les policiers aux enjeux liés aux violences conjugales et familiales.

Cependant, cet ajout ne permet pas de travailler entièrement en amont sur ces situations, pour ainsi prévenir d'éventuels événements tragiques. La mise en oeuvre du Projet PIVOT vise donc à combler ce besoin et à intervenir auprès des victimes et des personnes adoptant des comportements à caractère violent. Il permettra notamment de proposer des solutions alternatives au système judiciaire pour mieux répondre aux attentes des victimes, d'intervenir auprès des agresseurs afin de les responsabiliser face à leurs comportements, d'être disponible lorsque la victime ou l'agresseur présente un besoin au moment opportun pour eux, et d'offrir une intervention adaptée, indépendamment du dépôt d'une dénonciation par la victime, du dénouement de celle-ci ou de l'implication du système judiciaire.

Selon les modalités de l'entente, d'une durée de trois ans, le ministère de la Sécurité publique du Québec accorde à la Ville de Saint-Eustache une subvention maximale de 202 590 $, qui représente en proportion 90 % des dépenses annuelles liées à l'implantation du Projet PIVOT au sein du SPVSE. En contrepartie, la Ville de Saint-Eustache s'engage à produire un bilan annuel faisant état des opérations menées, de leurs résultats ainsi que de l'évolution des problématiques de la violence conjugale et intrafamiliale sur le territoire.

« L'une des priorités de notre gouvernement est de prévenir la violence conjugale. Je salue l'initiative du SPVSE, car le Projet PIVOT s'inscrit parfaitement dans l'esprit de notre action et répond aux objectifs que nous nous sommes fixés. À l'instar de la Sûreté du Québec et des services de police de Terrebonne et de Montréal entre autres, qui ont déjà présenté des projets et obtenu des subventions pour mettre en place des mesures de prévention de la violence conjugale, le SPVSE fait désormais partie des modèles à suivre pour tous les corps de police du Québec. Avec ce genre de projet, ajouté aux bracelets antirapprochements que nous avons annoncés la semaine dernière et dont le déploiement est prévu sur deux ans, tous seront mieux outillés pour enrayer la violence envers les femmes », de dire la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique, ministre des Relations internationales et de la Francophonie suppléante et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale. 

« Déjà bien desservie par un corps de police bienveillant et efficace, la population de la MRC de Saint-Eustache saura certainement être rassurée de le savoir adéquatement outillé pour travailler en amont des situations de violence conjugale. En plus de contribuer à prévenir des dénouements tragiques, ce nouveau service du SPVSE pourrait très bien, et je l'espère, rehausser d'un cran le sentiment de sécurité et la qualité de vie globale des personnes qui ont choisi de vivre dans la région », ajoute le député de Deux-Montagnes, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette.

« C'est avec une très grande satisfaction que nous avons obtenu la confirmation que le ministère de la Sécurité publique acceptait d'octroyer à la Ville de Saint-Eustache, une subvention qui lui permettra de bonifier l'offre en intervention sociale au SPVSE, et d'influencer la trajectoire des services offerts, tant aux victimes qu'aux agresseurs, par une approche concertée. Il est indéniable que la mise en oeuvre du Projet PIVOT permettra au SPVSE de mieux agir en amont des problèmes, de façon préventive », conclut le maire de Saint-Eustache, M. Pierre Charron.

SOURCE Ville de Saint-Eustache


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 16:38
RECYC-QUÉBEC tient à saluer la démarche menée par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), qui a déposé aujourd'hui son rapport sur L'état des lieux et la gestion des résidus ultimes. Cette démarche de consultation a permis...

à 16:30
Réagissant au rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur l'État des lieux et la gestion des résidus ultimes, le Chantier de l'économie sociale (Chantier) se réjouit de voir ses recommandations en faveur d'une plus grande...

à 16:05
À titre de porte-parole de l'expertise privée de l'économie verte, le Conseil des entreprises en technologies environnementales du Québec (CETEQ) accueille avec satisfaction le rapport du Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur...

à 14:26
C'est avec une vision d'optimisation jusqu'au zéro déchet que Ricova opère les centres de tri des arrondissements de Lachine et de St-Michel, à Montréal. « Notre modèle d'affaires intégré de collecte, de tri et de revente de matières recyclables...

à 14:25
Amp Energy, plateforme mondiale de transition énergétique et développeur d'énergies renouvelables, annonce aujourd'hui les deux plus grandes installations de stockage par batterie d'Europe avec son portefeuille de batteries de 800 MW dans le centre...

à 13:03
Pour que le Canada atteigne ses objectifs climatiques, il est essentiel de réduire les émissions du secteur des transports. C'est pourquoi le gouvernement du Canada fait en sorte qu'il soit plus facile pour les Canadiens d'acheter et de conduire des...



Communiqué envoyé le 6 décembre 2021 à 16:08 et diffusé par :