Le Lézard
Classé dans : Santé, Le Covid-19
Sujet : Femme

Dépôt du Projet de loi 19 - Une orientation attendue pour améliorer la santé des femmes


MONTRÉAL, le 3 déc. 2021 /CNW Telbec/ - L'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec (AOGQ) se réjouit du dépôt du projet de loi 19 par le ministre Christian Dubé qui, nous l'espérons, aura sans contredit un impact positif et significatif sur la santé des femmes, mais également des nouveau-nés et des enfants.

« L'annonce d'aujourd'hui vient mettre en place un outil depuis longtemps nécessaire. En fait, le Québec accuse un retard important en comparaison aux autres provinces canadiennes en matière de données relatives à la santé des femmes. Nous sommes convaincus qu'un accès et une meilleure utilisation des données favoriseront une connaissance accrue de la santé maternelle et infantile, en plus d'assurer des parcours de soins optimaux, au bénéfice des patientes », affirme Dr Dario Garcia, président de l'AOGQ.

L'exemple de l'Ontario

Depuis plusieurs années, l'AOGQ milite en faveur de la mise en place d'un registre semblable à la plateforme BORN Ontario, qui permet de colliger plusieurs données concernant les grossesses, les accouchements et les naissances. De telles données peuvent être utilisées à des fins de mesure du rendement, d'amélioration de la qualité et de politiques de santé, etc. Le Québec est aussi la seule province à ne pas avoir des données fiables sur la mortalité maternelle. Ainsi, lorsque des publications canadiennes sont présentées, on indique toujours que ces données excluent les résultats du Québec. 

« La pandémie a mis en lumière l'importance de pouvoir bénéficier de données probantes sur la santé des femmes enceintes et des nouveau-nés afin de les protéger, entre autres, des impacts de la COVID-19. C'est en nous basant sur des données canadiennes que nous avons pu recommander la vaccination pour les femmes enceintes et rassurer les familles déjà aux prises avec un stress lié à une situation hors du commun et l'arrivée d'un bébé », conclut Dr Garcia.

À propos de l'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec
L'Association des obstétriciens et gynécologues a été fondée en 1966 et permet aux spécialistes des milieux de l'obstétrique et de la gynécologie de se rassembler sous une structure commune. Les membres de l'association participent au suivi de grossesse de 45 % des femmes enceintes de la province. L'Association des gynécologues et obstétriciens du Québec est fière de contribuer à la santé des femmes québécoises depuis près de 55 ans.

SOURCE ASSOCIATION DES OBSTETRICIENS ET GYNECOLOGUES DU QUEBEC (AOGQ)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

2 déc 2022
Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec la Division de l'inspection des aliments de la Ville de Montréal et l'entreprise Marché Épicure, située au 5252 rue Paré à Montréal, avise la population...

2 déc 2022
L'élacestrant a démontré une survie sans progression (SSP) plus longue par rapport à l'endocrinothérapie SOC avec des médianes allant jusqu'à 8,6 mois, positivement associée à la durée du traitement antérieur par inhibiteurs CDK4/6Les effets...

2 déc 2022
Le rythme de la reprise économique au Canada a fait en sorte qu'il est difficile pour les employeurs, y compris ceux de l'industrie touristique, de trouver les travailleurs dont ils ont besoin. L'honorable Sean Fraser, ministre de l'Immigration, des...

2 déc 2022
Le Service correctionnel du Canada (SCC) indique que trois détenus de l'Établissement de Drumheller, en Alberta, ont été déclarés positifs à la COVID-19. La santé et la sécurité de nos employés, des délinquants et du public demeurent une priorité...

2 déc 2022
Célébrée chaque année depuis 1992 à l'initiative de l'Organisation des Nations-Unies (ONU), le 3 décembre est la journée internationale des personnes handicapées. Elle vise à promouvoir la compréhension des questions de handicap et à mobiliser le...

2 déc 2022
Les effets persistants du colonialisme et du racisme institutionnel sont étroitement liés aux risques disproportionnés que la crise des surdoses et l'approvisionnement en drogues de plus en plus toxiques ont causés aux peuples autochtones. Le...



Communiqué envoyé le 3 décembre 2021 à 17:56 et diffusé par :