Le Lézard
Classé dans : Science et technologie, Santé
Sujets : Photo/Multimedia, Conference, Product/Service

Ferring présente une analyse primée des résultats, dans un contexte réel, , pour le produit biothérapeutique vivant basé sur le microbiote, le RBX2660, à l'ACG 2021


Ferring Pharmaceuticals et Rebiotix, une société du groupe Ferring, ont annoncé aujourd'hui les résultats de deux analyses rétrospectives clés lors du congrès annuel de l'American College of Gastroenterology 2021. L'une des analyses a évalué la sécurité et l'efficacité du RBX2660 expérimental au sein d'une large cohorte de patients atteints d'ICD et présentant des comorbidités communément rencontrées chez ce type de patients. Cette analyse a été récompensée par un Presidential Poster Award pour une recherche de haute qualité, nouvelle, unique et intéressante.

Si les critères d'inclusion dans les essais cliniques prospectifs sont souvent définis avec précision afin de n'y inclure que les patients diagnostiqués pour une infection par ICD, cette analyse a permis aux chercheurs d'évaluer l'impact du RBX2660 sur une population de patients plus représentative d'un contexte réel. Dans l'analyse, 94 participants présentant des comorbidités communément rencontrées chez les personnes atteintes d'infection récurrente à C. difficile (IrCD) ont été traités avec le RBX2660 dans le cadre d'une politique d'application discrétionnaire de la Food and Drug Administration (FDA) américaine. L'analyse a montré un taux de réussite du traitement de 82,8 %, sans différence observable entre les participants ayant reçu une dose (83,3 %) et ceux ayant reçu deux doses (82,5 %). Le succès du traitement a été défini comme l'absence de récidive de l'ICD 8 semaines après l'administration du RBX2660. Parmi les participants qui ont répondu au traitement après la première dose, 88,7 % ont démontré une réponse clinique maintenue jusqu'à six mois. Les résultats de sécurité dans cette analyse en conditions réelles étaient comparables à ceux des études prospectives, avec des effets indésirables dont la plupart étaient d'une gravité légère à modérée.1

« Les résultats de cette étude rétrospective apportent des informations supplémentaires essentielles sur le RBX2660, car ils confirment l'idée selon laquelle les données observées dans des essais cliniques prospectifs bien contrôlés peuvent être reproduites dans un contexte réel », a déclaré Paul Feuerstadt, MD, FACG, AGAF, de la faculté de médecine de l'université de Yale. « Cette étude montre que même avec des critères d'inclusion larges, le RBX2660 a donné des résultats similaires à ceux obtenus avec des critères d'inclusion plus restreints et limités des essais de phase 2 et 3. Cette étude rétrospective a inclus des patients présentant différentes comorbidités, qui sont plus représentatifs de la population vivant avec l'infection à C. difficile et qui restent vulnérables au cycle débilitant de la récidive. »

Les pathologies concomitantes représentées dans cette population comprenaient : le reflux gastro-oesophagien (47,9 %), le syndrome du côlon irritable (17 %), la gastrite (11,7 %), la constipation (8,5 %), la colite microscopique (7,4 %), la diverticulite (6,4 %), la maladie de Crohn (5,3 %) et la colite ulcéreuse (4,3 %).1

Dans un deuxième résumé, les chercheurs ont effectué une comparaison dans un contexte réel des résultats sous forme de taux, et de l'utilisation des ressources médicales chez les patients âgés de 65 ans ou plus qui ont eu au moins un épisode d'ICD avec ou sans une maladie inflammatoire de l'intestin (MICI) concomitante. L'analyse, basée sur les données de Medicare, analysées entre 2009 et 2017, a inclus un total de 497 489 patients atteints d'ICD, dont 36 059 ayant reçu un diagnostic de MICI. Dans l'ensemble, le taux de décès chez les patients atteints d'ICD était plus élevé chez ceux qui ne présentaient pas de MICI concomitante, notamment la maladie de Crohn (MC) (42,9 % contre 34,7 % avec MC ; p<0,0001) et la colite ulcéreuse (CU) (42,9 % contre 40,0 % avec CU ; p<0,0001). Parmi les patients atteints de MICI, la mortalité était plus élevée chez ceux qui présentaient une ICD primaire (MC 37,6 % ; CU 44,6 %) que chez ceux qui présentaient une ICD récurrente (MC 28,7 % ; CU 31,1 % ; p<0,001).2

Alors que tous les groupes étudiés présentaient des taux élevés d'hospitalisation - entre 86 % et 99 % (p<0,0001) - ceux atteints d'ICD et de MICI ont utilisé davantage de ressources médicales, notamment des séjours hospitaliers plus longs et des taux de réadmission à 30 jours plus élevés. Parmi les patients qui sont décédés, ceux atteints d'ICD et de CU avaient des coûts mensuels significativement plus élevés que ceux atteints de MC. Les chercheurs ont observé que, compte tenu de leur risque élevé, les patients atteints d'ICD et de MICI sont susceptibles d'être identifiés plus rapidement et nécessitent davantage de ressources pour stabiliser les deux affections, ce qui peut expliquer les taux de décès plus faibles mais l'utilisation plus importante des soins de santé.2

À propos du microbiome intestinal et de l'infection à C. difficile

L'infection à C. difficile (ICD) est une maladie grave et potentiellement mortelle et qui touche des personnes dans le monde entier. La bactérie C. difficile provoque des symptômes débilitants comme la diarrhée sévère, la fièvre, une sensibilité ou des douleurs à l'estomac, la perte d'appétit, des nausées et la colite (une inflammation du côlon)3 Déclarée menace pour la santé publique par les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) nécessitant une action urgente et immédiate, on estime que l'ICD provoque un demi-million de maladies et des dizaines de milliers de décès chaque année rien qu'aux États-Unis.3,4,5

L'infection à C. difficile est souvent le début d'un cercle vicieux de récidives, faisant peser une charge importante sur les patients et le système de soins de santé.6,7Jusqu'à 35 % des cas d'ICD connaissent une récidive après le diagnostic initial8,9 et les personnes ayant vécu une récidive présentent un risque nettement accru de nouvelles infections.10,12,12,13 Après la première récidive, on estime que jusqu'à 60 % des patients pourraient développer une récidive ultérieure.14

L'infection récurrente à C. difficile (IrCD) est associée à des perturbations du microbiome intestinal, ou « dysbiose ». Le microbiome intestinal est une communauté microbienne très diversifiée qui joue un rôle essentiel dans la santé humaine. De plus en plus de données montrent qu'une perturbation de la composition et/ou de la diversité du microbiome intestinal peut entraîner un risque de maladies graves, dont l'ICD. Le traitement standard actuel de l'IrCD est la prescription d'antibiotiques, ce qui ne permet pas de traiter la dysbiose sous-jacente ni de restaurer le microbiome intestinal.14 Il a été démontré que l'utilisation d'antibiotiques perturbe l'écosystème du microbiome intestinal et constitue un facteur de risque prédominant pour l'IrCD.8,9,15

La restauration du microbiome intestinal est de plus en plus considérée comme une option thérapeutique prometteuse pour le traitement de l'infection récurrente à C. difficile.16

À propos du RBX2660

RBX2660 est un produit biothérapeutique potentiel basé sur les microbiotes, premier de sa catégorie, actuellement étudié pour déposer un vaste consortium de micro-organismes divers dans l'intestin, dans le but de réduire l'infection récurrente à C. difficile. RBX2660 a obtenu les désignations de procédure accélérée (Fast Track), de médicament orphelin et de thérapie révolutionnaire de l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA). Le programme pivot de Phase 3 s'appuie sur près d'une décennie de recherches: six essais cliniques contrôlés réalisés sur plus de 1 000 participants ont permis de recueillir de solides données cliniques et relatives au microbiome.

À propos de Ferring Pharmaceuticals

Ferring Pharmaceuticals est un groupe biopharmaceutique spécialisé, axé sur la recherche, engagé à aider les gens partout dans le monde à fonder des familles et à vivre mieux. Avec son siège social situé à Saint-Prex, en Suisse, Ferring est un leader dans le domaine de la médecine reproductive et de la santé maternelle, ainsi que dans les domaines spécialisés de la gastro-entérologie et de l'urologie. Depuis plus de 50 ans, Ferring développe des traitements destinés aux mères et aux nourrissons et possède un portefeuille de traitements couvrant la période de la conception à la naissance. Fondée en 1950, la société privée Ferring emploie désormais environ 6 500 personnes à travers le monde, possède ses propres filiales en exploitation dans près de 60 pays et commercialise ses produits dans 110 pays. Basé à San Diego, aux États-Unis, le Ferring Research Institute Inc. (FRI), fait partie de l'unité Global Drug Discovery & External Innovation, qui est le moteur de recherche et d'idées de Ferring Pharmaceuticals. FRI fait partie intégrante de l'organisation de R&D de Ferring, axée sur la découverte et le développement précoces de médicaments. Pour en savoir plus, consultez le site www.ferring.com, ou suivez-nous sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn et YouTube.

Ferring s'engage à explorer le lien crucial qui existe entre le microbiome et la santé humaine, à commencer par la menace d'infection récurrente à C.difficile. Avec l'acquisition de Rebiotix en 2018 et plusieurs autres partenariats, Ferring est devenu un leader mondial de la recherche sur le microbiome, développant de nouvelles thérapeutiques basées sur le microbiome pour répondre à d'importants besoins non satisfaits et aider les gens à vivre mieux. Communiquez avec nous sur nos canaux dédiés au développement de thérapies basées sur le microbiome, à savoir Twitter et LinkedIn.

À propos de Rebiotix

Rebiotix Inc, une société du groupe Ferring, est une entreprise à un stade clinique avancé, axée sur le microbiome, se consacrant à exploiter la puissance du microbiome humain pour révolutionner le traitement de maladies complexes. Rebiotix possède un pipeline diversifié de médicaments expérimentaux basés sur sa plateforme de médicaments MRTTM novatrice basée sur le microbiote. La plateforme repose sur des technologies expérimentales de médicaments conçues pour réhabiliter le microbiome humain en introduisant un large consortium de microbes vivants dans le tube digestif du patient. Pour de plus amples informations concernant Rebiotix et son portefeuille de thérapies orientées vers le microbiome humain pour divers états pathologiques, visitez www.rebiotix.com, ou suivez-nous sur Twitter, Facebook, LinkedIn et YouTube.

À propos de l'ACG

L'American College of Gastroenterology (ACG) est un leader reconnu dans la formation des professionnels de l'appareil gastro-intestinal (GI) et du grand public en matière de troubles digestifs. Notre mission est de faire progresser les soins de qualité internationale pour les patients souffrant de troubles gastro-intestinaux par le biais de l'excellence, l'innovation et la défense des intérêts dans les domaines de la recherche scientifique, de l'éducation, de la prévention et du traitement. Vous trouverez de plus amples informations sur le site www.gi.org.

Références :

  1. Feuerstadt, P, Harvey, A, Bancke, L. RBX2660, an Investigational Live Microbiota-Based Biotherapeutic, Improves Outcomes of Clostridioides difficile Infection in a Real-World Population: A Retrospective Study of Use Under Enforcement Discretion. Présenté à la réunion scientifique annuelle et au cours postdoctoral de l'ACG 2021. Du 22 au 27 octobre 2021. Poster #P2217.
  2. Feuerstadt, P, Dahdal, D., Wong, A., et al. A Real-World Comparison of Mortality, Healthcare Resource Utilization, and Cost Among Medicare Beneficiaries with Clostridioides difficile Infection (CDI) With and Without Inflammatory Bowel Disease (IBD). Présenté à la réunion scientifique annuelle et au cours postdoctoral de l'ACG 2021. Du 22 au 27 octobre 2021. Poster #2611.
  3. Centers for Disease Control and Prevention (Centres de contrôle et de prévention des maladies). Qu'est-ce que l'infection à C. Diff ? 17 déc. 2018. Disponible à l'adresse suivante : https://www.cdc.gov/cdiff/what-is.html.
  4. Centers for Disease Control and Prevention (Centres de contrôle et de prévention des maladies). Les plus grandes menaces et les données, 14 nov. 2019. Disponible à l'adresse suivante : https://www.cdc.gov/drugresistance/biggest-threats.html
  5. Fitzpatrick F, Barbut F. Breaking the cycle of recurrent Clostridium difficile. Clin Microbiol Infect. 2012;18 (suppl. 6):2-4.
  6. Centers for Disease Control and Prevention (Centres de contrôle et de prévention des maladies). 24 juin 2020. Disponible à l'adresse suivante : https://www.cdc.gov/drugresistance/pdf/threats-report/clostridioides-difficile-508.pdf.
  7. Feuerstadt P, et al. J Med Econ. 2020;23(6):603-609.
  8. Lessa FC, Mu Y, Bamberg WM, et al. Burden of Clostridium difficile infection in the United States. N Engl J Med. 2015;372(9):825-834.
  9. Cornely OA, et al. Treatment of First Recurrence of Clostridium difficile Infection: Fidaxomicin Versus Vancomycin. Clinical Infectious Diseases. 2012;55(S2):S154?61.
  10. Riddle DJ, Dubberke ER. Clostridium difficile infection in the intensive care unit. Infect Dis Clin North Am. 2009;23(3):727-743.
  11. Nelson WW, et al. Health care resource utilization and costs of recurrent Clostridioides difficile infection in the elderly: a real-world claims. J Manag Care Spec Pharm. Published online March 11, 2021.
  12. Kelly, CP. Can we identify patients at high risk of recurrent Clostridium difficile infection? Clin Microbiol Infect. 2012; 18 (Suppl. 6): 21?27.
  13. Smits WK, et al. Clostridium difficile infection. Nat Rev Dis Primers. 2016;2:16020. doi: 10.1038/nrdp.2016.20.
  14. Leong C, Zelenitsky S. Treatment strategies for recurrent Clostridium difficile infection. Can J Hosp Pharm. 2013;66(6):361-368.
  15. Langdon A, Crook N, Dantas G. The effects of antibiotics on the microbiome throughout development and alternative approaches for therapeutic modulation. Genome Med. 2016;8(1):39.
  16. van Nood E, Vrieze A, Nieuwdorp M, et al. Duodenal infusion of donor feces for recurrent Clostridium difficile. N Engl J Med. 2013;368(5):407-415.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 04:47
Cette semaine, Artel Electronics LLC (Artel), le plus grand fabricant d'appareils électroménagers et électroniques d'Asie centrale, est devenu un participant officiel du Pacte mondial des Nations Unies (UNGC). Lancée en 2000, l'UNGC est une...

à 03:20
QUOMI en tant que communauté de soins de santé numérique haut de gamme vise à apporter un nouvel ordre et de nouvelles possibilités pour tous les niveaux de HCP en perturbant les anciennes structures et en établissant de nouvelles normes. Nous avons...

à 03:00
Les prix du pétrole Brent et West Texas Intermediate (WTI) se sont légèrement redressés, ce qui corrobore l'hypothèse d'une reprise imminente. L'imprévisibilité des prix fait que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) reste prudente...

à 02:00
- La campagne digitale Follow me to be Healthy with Europe ? lancée depuis trois ans ? a été coordonnée par Freshfel Europe et Aprifel, et co-financée par la Commission européenne, avec l'objectif d'augmenter la consommation de fruits et légumes...

à 01:38
Lors d'une réunion en ligne le 25 novembre, l'UNESCO et Huawei ont annoncé le lancement de la phase de mise en oeuvre du projet Technology-Enabled Open Schools for All (TeOSS) au Ghana, en Éthiopie et en Égypte. Aligné sur le SDG4 de l'ONU, TeOSS...

à 01:00
EcoFlow, une entreprise de solutions d'alimentation portable et d'énergie renouvelable, a dévoilé sa vente de Noël le 6 décembre, offrant aux clients des réductions sur une gamme de sélections de produits. Qu'il s'agisse de familles qui se préparent...



Communiqué envoyé le 26 octobre 2021 à 17:25 et diffusé par :