Le Lézard
Classé dans : L'environnement
Sujets : Gouvernement européen, Enjeux environnementaux, CFG

La présidence britannique de la COP26 publie le Plan de mise en oeuvre du financement pour le climat, dirigé par le secrétaire d'État allemand Flasbarth et le ministre canadien Wilkinson avant la tenue de la COP26


Le plan présente la trajectoire qui permettra d'atteindre l'objectif des pays développés qui consiste à mobiliser 100 milliards de dollars par année en financement pour le climat

OTTAWA, ON, le 25 oct. 2021 /CNW/ - Aujourd'hui, la présidence britannique de la COP26 publie le Plan de mise en oeuvre du financement pour le climat, afin d'établir clairement quand et comment les pays développés atteindront l'objectif de mobiliser 100 milliards de dollars pour financer la lutte contre les changements climatiques et comment le financement se poursuivra pour l'avenir, jusqu'en 2025.

Le financement climatique joue un rôle essentiel pour aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques et à s'adapter à leurs répercussions. Voilà pourquoi, en 2009, les pays développés ont convenu de mobiliser 100 milliards de dollars par année d'ici 2020 en soutien à la lutte contre les changements climatiques, puis en 2015, ils ont accepté de maintenir cet objectif jusqu'en 2025. Bien que les pays développés aient considérablement accru leur soutien au cours de la dernière décennie, les tendances récentes ont montré qu'il était peu probable que l'objectif fixé à 100 milliards de dollars soit atteint en 2020.

Dans ce contexte, et avec la tenue prochaine de la COP26, l'honorable Jonathan Wilkinson, ministre canadien de l'Environnement et du Changement climatique, et Jochen Flasbarth, secrétaire d'État du ministère allemand de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire, ont accepté l'invitation du président désigné de la COP26, Alok Sharma, pour travailler ensemble à l'élaboration d'un plan de mise en oeuvre de l'engagement de 100 milliards de dollars qui permettra aussi de renforcer la confiance et la conviction que les pays développés s'acquitteront de leur promesse.

Fondé sur les évaluations des progrès réalisés jusqu'à présent dans l'atteinte de l'objectif des 100 milliards de dollars, le Plan de mise en oeuvre présente une trajectoire estimative du financement climatique de 2021 à 2025, en tenant compte des nouveaux engagements en matière de financement climatique pris par chacun des pays développés et chacune des banques multilatérales de développement, ainsi que des mesures qualitatives collectives visant à améliorer la mise en oeuvre du financement climatique

Selon l'analyse des récents engagements à l'égard du financement climatique réalisée par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), le Plan de mise en oeuvre tourné vers l'avenir montre que les pays développés réaliseront de grands progrès dans l'atteinte de l'objectif des 100 milliards de dollars en 2022 et donne bon espoir qu'il sera atteint également en 2023. Les données permettent aussi de croire que les pays développés sont en mesure de mobiliser plus que 100 milliards de dollars par année par la suite jusqu'en 2025.

Bien qu'il soit désolant que l'objectif n'ait pas été atteint en temps voulu, de nombreux pays développés, notamment le Canada, le Royaume Uni et l'Allemagne, ont déployé des efforts accrus ou redoublé d'efforts, envoyant ainsi des signaux importants que les pays développés souhaitent atteindre leur cible. La vaste majorité de la hausse du financement climatique qui se dégage de ces projections provient de fonds publics. Comme la proportion du financement climatique provenant du secteur privé a jusqu'ici été décevante, le plan montre clairement qu'il faut en faire plus à cet égard, mais il ne s'appuie pas sur de grandes améliorations de cette proportion pour que l'objectif soit atteint d'ici 2023.

De plus, selon les consultations pilotées par le ministre Wilkinson et le secrétaire d'État Flasbarth, d'autres engagements pourraient être annoncés cette année par certains pays développés, mais ils n'ont pas pu être inclus dans l'analyse au moment de sa publication. Ces engagements supplémentaires feront probablement grimper les projections présentées dans le rapport. Les engagements pris jusqu'ici individuellement par certains pays ont été publiés sur le site Web de la présidence britannique de la COP (en anglais seulement). Le Plan reconnaît d'autres lacunes que les pays développés tenteront de combler dans la mobilisation et la mise en oeuvre du financement climatique d'ici 2025. Il présente également une série de principes directeurs régissant les mesures collectives, y compris l'accroissement du financement pour l'adaptation, la nécessité que les subventions représentent une portion importante du financement par rapport aux prêts, la levée des obstacles à l'accès au financement climatique et la hausse de la mobilisation du financement provenant du secteur privé.

Par surcroît, le Plan indique que les pays développés continueront de dialoguer avec les pays en développement et d'autres intervenants et partenaires clés pour veiller à ce que le financement climatique soit mis en oeuvre de façon efficace, efficiente et à l'échelle voulue.

L'OCDE a contribué aux travaux d'élaboration de ce plan de mise en oeuvre par des analyses d'experts fournissant des estimations consolidées et tournées vers l'avenir selon lesquelles il y aura une hausse du financement climatique de 2021 à 2025. Les coauteurs souhaitent également remercier la Suède pour sa précieuse contribution.

Le financement climatique sera un sujet clé lors de la COP26 qui se tiendra à Glasgow plus tard ce mois-ci. L'apport de précisions sur le calendrier et les sources de financement n'est qu'une première étape vers la mise en oeuvre. Les conversations franches se poursuivront lors de la COP26 quant aux moyens de veiller à ce que les pays prennent collectivement les mesures qui s'imposent pour assurer l'atteinte des objectifs de l'Accord de Paris.

Citations

« Le Plan de mise en oeuvre présente comment les pays développés atteindront leur objectif de mobiliser les 100 milliards de dollars qu'ils ont promis depuis longtemps.

« L'accroissement du financement climatique a été l'une de mes grandes priorités à titre de président de la COP. Ce plan tient compte des progrès réalisés, qui reposent sur de nouveaux engagements en matière de financement de la lutte contre les changements climatiques. Bien qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, ce plan de mise en oeuvre, couplé au robuste rapport méthodologique de l'OCDE, assure clarté, transparence et responsabilisation. Il représente une étape importante pour regagner la confiance des pays en développement et offre à ces derniers une plus grande certitude qu'ils obtiendront de l'aide prévisible.

« Nous pouvons et nous devons en faire plus pour veiller à ce que du financement soit versé aux pays en développement. Ainsi, en préparation de la COP26, il est crucial que la communauté donatrice prenne de plus amples engagements et adopte des mesures à l'égard de grandes priorités, comme l'accès à l'aide financière et le financement de l'adaptation. »

- Alok Sharma, président désigné de la COP26

« Il sera essentiel que les pays en développement puissent avoir la certitude que les pays développés tiendront leurs promesses, à commencer par leur objectif de 100 milliards de dollars en financement pour le climat. Plus tôt cette année, le Canada a doublé son engagement à l'égard du financement de la lutte contre les changements climatiques, et il est fier d'avoir tenu son rôle de chef de file avec l'Allemagne, à la demande du président désigné de la COP26. Bien qu'il reste du travail à faire, j'espère que le rapport publié aujourd'hui suscitera la confiance et montrera que les pays développés tiendront leurs promesses faites aux pays en développement et que le Canada continuera de contribuer positivement à cet objectif sur la scène internationale. »

- L'honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l'Environnement et du Changement climatique

« Les pays en développement ont été à juste titre déçus que les pays développés n'aient jusqu'à présent pas tenu leur promesse de mobiliser les 100 milliards promis en 2009. Par conséquent, je suis heureux que le processus que j'ai eu l'honneur de diriger conjointement avec l'honorable Jonathan Wilkinson ait donné l'impulsion requise pour contribuer à respecter l'engagement global de financement d'ici 2025. Nous savons très bien que malgré la publication du Plan de mise en oeuvre d'aujourd'hui, il reste beaucoup à faire. Cependant, j'espère sincèrement qu'avec ce plan nous pourrons montrer à la communauté internationale que les pays développés demeurent résolus à tenir leurs promesses. Je peux vous assurer que l'Allemagne a vraiment à coeur l'atteinte de l'objectif des 100 milliards de dollars américains. En 2020, nous avons fourni 7,8 milliards d'euros en contribution au financement international de la lutte contre les changements climatiques. Nous avons l'intention d'accroître la fraction de notre financement de la lutte contre les changements climatiques provenant de notre budget national et de la faire passer de 4 milliards d'euros en 2020 à 6 milliards d'euros en 2025. Nous continuerons de participer aux efforts internationaux au cours des années à venir. »

- Jochen Flasbarth, secrétaire d'État du ministère fédéral allemand de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire

Notes à l'intention des rédacteurs en chef

Produits connexes

Page Twitter d'Environnement et Changement climatique Canada

Page Facebook d'Environnement et Changement climatique Canada

SOURCE Environnement et Changement climatique Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 04:47
Cette semaine, Artel Electronics LLC (Artel), le plus grand fabricant d'appareils électroménagers et électroniques d'Asie centrale, est devenu un participant officiel du Pacte mondial des Nations Unies (UNGC). Lancée en 2000, l'UNGC est une...

à 03:00
"J'ai fondé BUILDERS & PARTNERS il y a 10 ans, avec l'ambition d'apporter au secteur de l'immobilier une communauté à son service, où la diversité créerait le gisement des expertises, où l'écoute confiante approfondirait les échanges, où l'audace...

5 déc 2021
Le plus grand salon professionnel de motos au monde, l'EICMA, s'est terminé le 28 novembre à Milan, en Italie. Au cours de l'événement, SUPERSOCO, une marque de motos électriques mondialement reconnue, a découvert qu'une entreprise exposait, sans...

3 déc 2021
En février 2020, le ministre fédéral de l'Environnement et du Changement climatique a décidé qu'il était nécessaire d'entreprendre, en vertu de la Loi sur l'évaluation d'impact fédérale, une évaluation régionale dans la région du Cercle de feu,...

3 déc 2021
Exo, en collaboration avec la Ville de La Prairie et l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), est heureux d'annoncer la mise en service d'une nouvelle navette par taxi collectif reliant le stationnement incitatif La Prairie et le...

3 déc 2021
Inspirées par une édition 2019 ayant réuni près de 1 800 participants et participantes, les équipes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) travaillent d'ores et déjà à la préparation d'un nouveau Carrefour Forêts. Vous pouvez dès...



Communiqué envoyé le 25 octobre 2021 à 09:13 et diffusé par :