Le Lézard
Sujets : Lois fédérales et d'états, Femme, Nouvelles africaines et américaines, Plaidoyer (politique), CFG, DEI

La campagne #BloquonsLaHaine met en évidence les dangers de l'inaction face aux discours haineux en ligne, alors que les politiciens débattent d'une loi sur les discours haineux à Ottawa


La Fondation canadienne des relations raciales et YWCA Canada lancent une campagne de sensibilisation sur le danger d'ignorer la propagation des discours haineux en ligne sur les plateformes de médias sociaux.

MONTRÉAL, le 29 juill. 2021 /CNW/ - La Fondation canadienne des relations raciales (FCRR) et YWCA Canada lancent une campagne #BloquonsLaHaine, qui vise à sensibiliser les gens aux pièges de l'ignorance des discours haineux et du racisme perpétrés en ligne. Le lancement de la dernière vidéo coïncide avec une augmentation de 250 % des crimes haineux en Amérique du Nord.1 De nombreux experts estiment qu'il existe un lien entre la rhétorique raciste incendiaire sur les plateformes de médias sociaux populaires et la forte hausse des crimes à caractère raciste.

Cette vidéo, commanditée par Toyota Canada, est le dernier chapitre de la campagne #BlockHate et se concentre sur l'histoire de Carla Beauvais, une chroniqueuse et entrepreneure sociale noire basée à Montréal. Elle est devenue la cible d'abus raciaux en juin dernier après avoir été citée dans une publication locale pour une application mobile destinée aux entrepreneurs noirs qu'elle a créée à la suite du meurtre de George Floyd. Cette expérience l'a profondément traumatisée et l'a amenée à réexaminer son sentiment d'appartenance à la société.

«Je ne pense pas que quiconque soit prêt mentalement ou émotionnellement à recevoir toute cette violence. On peut se croire à l'abris ou assez fort pour confronter ces déferlements de haine, mais la réalité est toute autre, » expliquait Mme Beauvais. « Jamais je ne me suis sentie aussi démunie et impuissante. Jamais, je n'ai eu aussi peur dans ma vie. Encore aujourd'hui, je me demande pourquoi notre humanité en est là ! Je me conforte à l'idée de savoir que plusieurs voix s'élèvent pour que la violence et la haine en ligne cessent et surtout pour que des mesures soient prises pour protéger les victimes et contrôler les messages haineux sur la Toile. »

Malheureusement, l'histoire de Carla n'est pas unique. À la mi-juin, la police municipale de Montréal a publié un rapport selon lequel les crimes haineux ont augmenté de près de 53 % l'année dernière par rapport à 2019. De plus, en 20192, Statistique Canada a conclu que les crimes haineux en ligne représentaient plus d'un dixième3 de l'ensemble des crimes haineux à travers le pays, et cela semble être en hausse.

« L'augmentation stupéfiante des discours haineux en ligne est une cause d'alarme », déclare Maya Roy, directrice générale à YWCA Canada. « La haine en ligne prend de nombreuses formes vicieuses et nous devons reconnaître comment les femmes et les personnes de sexe différent au Canada ayant des identités croisées, comme les membres des communautés noires, autochtones et racialisées, sont ciblées dans ces attaques. »

Selon un sondage mené par la FCRR et Abacus Data, en janvier dernier, 58 pour cent des Canadiens racialisés ont déclaré avoir été confrontés ou avoir fait l'expérience du racisme en ligne. Soixante et un pour cent des Canadiennes croient que le racisme et les discours haineux ont augmenté au cours des dernières années et 82 % des femmes sont préoccupées par la propagation du racisme en ligne.

« Les Canadiens comme Carla méritent de vivre et d'exister dans des espaces exempts du traumatisme du racisme, que ce soit en ligne ou dans leur quartier, leur lieu de culte, leur école ou au travail, » a déclaré Mohammed Hashim, directeur général du FCRR. « Pour faire mieux par toutes les personnes ciblées par la discrimination raciale, tous les secteurs, gouvernementaux, les entreprises de médias sociaux et les membres de la communauté doivent redoubler d'efforts collectivement pour créer des solutions qui conviennent à la société que nous aspirons à être. »

LIRE ET TÉLÉCHARGER LES RÉSULTAS DÉTAILLÉS HAINE ET RACISME EN LIGNE UNE SONDAGE PAR FCRR ET ABACUS DATA

À propos de la FCRR :
La Fondation canadienne des relations raciales a été créée en 1996 pour réaffirmer la justice et l'égalité pour tous au Canada. Le mandat de la Fondation est de faciliter dans tout le Canada le développement, le partage et l'application des connaissances et de l'expertise afin de contribuer à l'élimination du racisme et de toutes les formes de discrimination raciale dans la société canadienne.

À propos de YWCA Canada :
YWCA Canada est le principal porte-parole des femmes, des filles, des personnes bispirituelles et des personnes de sexe différent. Depuis 150 ans, nous sommes à l'avant-garde d'un mouvement : lutter contre la violence sexiste, construire des logements abordables et défendre l'équité en milieu de travail. Nous travaillons à l'avancement de l'équité entre les sexes en répondant aux besoins urgents des communautés, par le biais d'un plaidoyer national et d'initiatives locales. YWCA Canada est le plus ancien et le plus important organisme d'équité entre les sexes au Canada. Il est présent dans 300 communautés dans 9 provinces et 2 territoires. Les YWCA locales investissent plus de 258 millions de dollars par an pour soutenir plus de 330 000 personnes à travers le pays. Aujourd'hui, nous faisons appel à de jeunes leaders, à diverses communautés et à des entreprises partenaires pour réaliser notre vision d'un Canada sûr et équitable pour tous.

___________________________

1 CBC/Radio Canada. (2021, July 21). Canadian right-wing extremism increased online during the pandemic, report says / CBC News. CBC News. https://www.cbc.ca/news/politics/right-wing-extremism-report-1.6108958.

2 Racially motivated hate crimes up by 53 per cent in Montreal last year: report. Montreal. (2021, June 16). https://montreal.ctvnews.ca/racially-motivated-hate-crimes-up-by-53-per-cent-in-montreal-last-year-report-1.5472848.

3 Armstrong, A. (2019, April 30). This Juristat article examines the nature and extent of police-reported hate crime in Canada. Key topics include motivations for hate crime (e.g., race/ethnicity, religion, and sexual orientation), types of offences, geographical comparisons, and victim/accused characteristics. The article uses data from the Incident-based Uniform Crime Reporting Survey which gathers data from police records. Statistics Canada: Canada's national statistical agency / Statistique Canada : Organisme statistique national du Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/85-002-x/2019001/article/00008-eng.htm.

 

SOURCE YWCA Canada



Communiqué envoyé le 29 juillet 2021 à 11:27 et diffusé par :