Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Personnes âgées, DEI

Les cas mondiaux de démence devraient tripler d'ici 2050


Une nouvelle analyse montre une diminution de la prévalence de la démence en raison des progrès en éducation, toutefois contrebalancée par une augmentation de celle-ci due aux facteurs de risque pour la santé cardiaque

DENVER, 27 juillet 2021 /CNW/ - Les tendances positives à l'échelle mondiale en matière d'accès à l'éducation devraient réduire la prévalence de la démence dans le monde de 6,2 millions de cas d'ici 2050. Entre-temps, les tendances anticipées en matière de tabagisme, d'indice de masse corporelle élevé et d'hyperglycémie devraient augmenter la prévalence de presque le même nombre : 6,8 millions de cas. Ces informations proviennent de nouvelles données mondiales sur la prévalence rapportées à l'Alzheimer's Association International Conference® (AAIC®) 2021 à Denver, au Colorado, et virtuellement.

Grâce à l'intégration de ces prévisions, des chercheurs de l'Institute for Health Metrics and Evaluation de la Faculté de médecine de l'Université de Washington ont signalé à l'AAIC 2021 qu'ils estiment que le nombre de personnes atteintes de démence va presque tripler pour atteindre plus de 152 millions de cas d'ici 2050. La plus forte augmentation de la prévalence devrait se produire en Afrique de l'Est subsaharienne, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

« L'amélioration du mode de vie des adultes dans les pays développés et ailleurs, y compris l'amélioration de l'accès à l'éducation et une plus grande attention aux problèmes de santé cardiaque, a réduit l'incidence de la démence au cours des dernières années, mais le nombre total de personnes atteintes continue d'augmenter en raison du vieillissement de la population, a déclaré Maria C. Carrillo, Ph. D., conseillère scientifique en chef de l'Association Alzheimer. De plus, l'obésité, le diabète et les modes de vie sédentaires chez les jeunes augmentent rapidement, et ce sont des facteurs de risque de démence. »

Le National Institute on Aging des États-Unis estime que les personnes de plus de 65 ans représenteront 16 % de la population mondiale d'ici 2050, comparativement à 8 % en 2010.

Deux autres études sur la prévalence et l'incidence ont également été signalées à l'AAIC 2021. Voici quelques-unes des principales conclusions du sondage :

La prévalence mondiale de la démence devrait augmenter rapidement jusqu'en 2050
Pour mieux prévoir la prévalence de la démence dans le monde et produire des estimations à l'échelle des pays, Emma Nichols, MPH, chercheuse à l'Institute for Health Metrics and Evaluation de la Faculté de médecine de l'Université de Washington, et ses collègues ont tiré parti des données de 1999 à 2019 tirées de l'étude Global Burden of Disease (GBD), un ensemble complet d'estimations des tendances en matière de santé à l'échelle mondiale. Cette étude visait également à améliorer les prévisions antérieures en intégrant des renseignements sur les tendances des facteurs de risque de démence.

Nichols et son équipe ont constaté que la démence passerait d'environ 57,4 (50,4 à 65,1) millions de cas dans le monde en 2019 à environ 152,8 (130,8 à 175,6) millions de cas en 2050. Les augmentations les plus marquées ont été observées en Afrique de l'Est subsaharienne, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Selon leur analyse, les augmentations prévues du nombre de cas pourraient être attribuées en grande partie à la croissance et au vieillissement de la population, bien que l'importance relative de ces deux facteurs varie selon la région du monde.

De plus, Nichols et son équipe ont prédit la prévalence de la démence attribuable au tabagisme, à un indice de masse corporelle (IMC) élevé et à un taux élevé de glucose plasmatique à jeun en utilisant la relation prévue entre ces facteurs de risque et la prévalence de la démence. Ils ont constaté une augmentation de 6,8 millions de cas de démence dans le monde entre 2019 et 2050, en raison précisément des changements prévus dans ces facteurs de risque. Séparément et inversement, les chercheurs ont constaté que les changements prévus dans les niveaux d'éducation entraîneront une diminution de la prévalence de la démence de 6,2 millions de personnes dans le monde entre 2019 et 2050. Ensemble, ces tendances opposées se rapprochent de l'équilibre.

« Ces estimations permettront aux législateurs et aux décideurs de mieux comprendre les augmentations prévues du nombre de personnes atteintes de démence ainsi que les facteurs de ces augmentations dans un contexte géographique donné, a déclaré Mme Nichols. La forte augmentation prévue du nombre de personnes atteintes de démence met en évidence le besoin vital de recherches axées sur la découverte de traitements modificateurs de la maladie et d'interventions efficaces à faible coût pour prévenir ou retarder l'apparition de la démence. »

Publié récemment dans Alzheimer & Dementia : Le Journal of the Alzheimer's Association, Nichols et son équipe ont utilisé le même ensemble de données pour estimer que les taux de mortalité liés à la maladie d'Alzheimer ont augmenté de 38,0 % entre 1990 et 2019.

« Sans traitements efficaces pour arrêter, ralentir ou prévenir la maladie d'Alzheimer et toutes les formes de démence, ce nombre augmentera au-delà de 2050 et continuera d'avoir des répercussions sur les personnes, les soignants, les systèmes de santé et les gouvernements du monde entier, a déclaré Mme Carrillo. En plus des thérapies, il est essentiel de découvrir des interventions culturellement adaptées qui réduisent le risque de démence grâce à des facteurs liés au mode de vie comme l'éducation, l'alimentation et l'exercice. »

L'Étude américaine de l'Alzheimer Association visant à protéger la santé du cerveau grâce à une intervention axée sur le mode de vie pour réduire le risque (U.S. POINTER) est un essai clinique de deux ans visant à évaluer si les interventions liées au mode de vie qui ciblent simultanément de nombreux facteurs de risque protègent la fonction cognitive chez les adultes âgés qui courent un risque accru de déclin cognitif.

Les estimations de l'incidence de la démence à apparition plus jeune suggèrent 350 000 nouveaux cas par année
Les données sur la  démence à apparition plus jeune (DAJ), une forme de démence où l'apparition des symptômes se produit avant l'âge de 65 ans, sont extrêmement limitées. Pour mieux comprendre l'incidence de la DAJ, Stevie Hendriks, M. Sc., étudiante à l'Université de Maastricht aux Pays-Bas, et des collègues ont effectué une recension systématique de toutes les études publiées au cours des 30 dernières années qui indiquaient combien de personnes avaient développé la démence avant l'âge de 65 ans.

Hendriks et son équipe ont constaté que, dans l'ensemble, le taux d'incidence global était de 10 nouveaux cas par année pour 100 000 personnes. Ils ont également constaté que l'incidence augmentait avec l'âge. Cela suggère qu'environ 350 000 personnes dans le monde développent une démence plus jeune chaque année. Les taux d'incidence chez les hommes et les femmes étaient semblables et étaient plus élevés pour la maladie d'Alzheimer, suivie de la démence vasculaire et de la démence fronto-temporale.

« Nos résultats devraient sensibiliser davantage les professionnels de la santé, les chercheurs et les décideurs parce qu'ils montrent qu'un nombre important de personnes sont nouvellement touchées par la démence précoce chaque année, a déclaré Mme Hendriks. Cela montre la nécessité d'investir dans des soins de santé adaptés à ce groupe de patients particuliers et dans d'autres recherches sur la meilleure façon de soutenir, mais aussi de prévenir et de traiter la démence précoce. »

« Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer plus jeunesfont face à des défis uniques en ce qui concerne le diagnostic, la famille, le travail, les finances, les soins futurs et, grâce à l'action récente de la FDA, les options de traitement possibles. Mais du soutien et de l'information sont disponibles, a déclaré Kristen Clifford, chef de programme de l'Association Alzheimer. Et vous avez le pouvoir de vous faire un nouveau plan et de déterminer comment vous choisissez de vivre le mieux possibleavec la maladie. »

Les zones rurales des États américains du Sud font l'expérience d'un fardeau disproportionné de la mortalité causée par la maladie d'Alzheimer
Même si la durée de vie moyenne a augmenté régulièrement au cours des dernières décennies aux États-Unis, les taux de mortalité varient de plus en plus entre les populations urbaines et rurales. Cet écart est probablement le résultat de nombreuses disparités en matière de santé que connaissent les résidents des régions rurales par rapport à leurs homologues des régions urbaines, y compris un statut socio-économique plus faible, des niveaux plus élevés de maladies chroniques, une disponibilité limitée des services Internet et moins d'accès aux services de santé, y compris les soins primaires.

Pour comprendre précisément les variations géographiques de la mortalité liée à la maladie d'Alzheimer, Ambar Kulshreshtha, M.D., Ph. D., de l'Université Emory, et ses collaborateurs ont utilisé les données du National Center for Health Statistics pour examiner les tendances des taux de mortalité de la maladie d'Alzheimer entre 1999 et 2019 selon les niveaux d'urbanisation.

Kulshreshtha et son équipe ont découvert que, de 1999 à 2019, le taux de mortalité lié à la maladie d'Alzheimer dans l'ensemble de la population a augmenté considérablement, passant de 16 à 30 décès pour 100 000 habitants, soit une augmentation de 88 %. Il a été démontré que les régions rurales des États-Unis affichent des taux de mortalité plus élevés pour la maladie d'Alzheimer que les régions urbaines. Ces taux étaient les plus élevés dans les régions rurales de l'Est et du Centre-Sud, à 274 cas pour 100 000 habitants chez les 65 ans et plus, soit plus de trois fois ceux des régions urbaines du Moyen-Atlantique où les taux de mortalité étaient les plus bas.

« Nos travaux montrent qu'il y a un écart croissant entre la mortalité due à la maladie d'Alzheimer en milieu urbain et en milieu rural. Cet écart pourrait être lié à d'autres disparités entre la santé urbaine et la santé rurale, y compris l'accès aux soins primaires et à d'autres services de santé, le niveau socio-économique, le délai de diagnostic et la proportion croissante d'Américains âgés vivant dans ces régions, a déclaré M. Kulshreshtha. Il est essentiel de cerner et de comprendre les raisons de ces disparités en matière de santé pour répartir adéquatement les ressources clés en santé sociale et publique. »

Cette étude a été financée en partie par l'Association Alzheimer.

À propos de la conférence internationale de l'Association Alzheimer (AAIC)
La conférence internationale de l'Alzheimer's Association (AAIC) est le plus grand rassemblement mondial de chercheurs du monde entier qui se concentrent sur la maladie d'Alzheimer et d'autres démences. Dans le cadre du programme de recherche de l'Association Alzheimer, l'AAIC sert de catalyseur pour générer de nouvelles connaissances sur la démence et favoriser une communauté de recherche collégiale et vitale.
Page d'accueil de l'AAIC 2021 : www.alz.org/aaic/
AAIC 2021 salle de presse : www.alz.org/aaic/pressroom.asp
Mot-clic AAIC 2021 : #AAIC21

À propos de l'Association Alzheimer
L'Association Alzheimer ouvre la voie pour mettre fin à la maladie d'Alzheimer et à toutes les autres formes de démence, en accélérant la recherche mondiale, en favorisant la réduction des risques et la détection précoce, et en maximisant la qualité des soins et du soutien. Notre vision est un monde sans Alzheimer et sans toutes les autres formes de démence. Visitez alz.org ou appelez la ligne d'assistance 24/7 au 800.272.3900.

Logo - https://mma.prnewswire.com/media/1579813/Alzheimers_Association_International_Conference_2021_Logo.jpg

 

 

SOURCE Alzheimer's Association


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 20:05
Le Syndicat des Métallos s'inquiète profondément des 39 travailleurs pris temporairement sous terre à la mine Totten de Vale à Sudbury depuis dimanche matin. Les efforts de sauvetage se poursuivent et le syndicat ose espérer que tous les travailleurs...

à 17:05
Les représentantes et représentants des médias sont conviés à une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, accompagné du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, et du...

à 16:22
Cardinal Health Canada a annoncé aujourd'hui une politique de vaccination des employés dans le cadre de ses efforts continus pour protéger ses employés, ses clients et le système de santé canadien contre la COVID-19. Compte tenu des directives...

à 16:00
Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, se réjouit des échanges qui ont eu lieu aujourd'hui à l'occasion de la consultation sur l'utilisation des écrans et la santé des jeunes. Cette consultation, tenue à Québec, a...

à 14:50
Altasciences a annoncé aujourd'hui l'élargissement continu de ses installations de formulation, de fabrication et de services analytiques à Philadelphie, en Pennsylvanie. Altasciences, une société de solutions intégrées de développement de...

à 13:00
Bunzl Canada a tenu son 21e tournoi de golf caritatif annuel à l'appui du plus grand centre de recherche sur les tumeurs cérébrales en son genre au monde, soit le Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales Arthur et Sonia Labatt de l'hôpital pour...



Communiqué envoyé le 27 juillet 2021 à 10:00 et diffusé par :