Le Lézard
Classé dans : Le Covid-19
Sujet : CFG

Les restrictions frontalières pour la pêche et la navigation de plaisance en eaux canadiennes restent en vigueur


OTTAWA, ON, le 10 juin 2021 /CNW/ - Le gouvernement du Canada est déterminé à protéger la santé et la sécurité de la population canadienne et à minimiser le risque de propagation de la COVID-19 et ses variants au Canada.

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) rappelle aux plaisanciers et aux pêcheurs à la ligne que les restrictions sur les voyages sont toujours en vigueur. À moins d'en être exemptés, les ressortissants étrangers, y compris les citoyens des États-Unis, ne peuvent pas entrer en eaux canadiennes pour toute raison discrétionnaire (non essentielle), notamment :

Ces restrictions comprennent tout déplacement dans les eaux canadiennes à des fins discrétionnaires, même si les plaisanciers ne viennent pas au port, ne jettent pas l'ancre ou ne s'amarrent pas. À l'heure actuelle, ces restrictions s'appliquent quel que soit le statut vaccinal des plaisanciers.

Les plaisanciers peuvent toujours naviguer dans les eaux internationales ou canadiennes lorsqu'ils sont en transit directement d'un endroit à l'extérieur du Canada à un autre endroit à l'extérieur du Canada si le transit est direct, continu/ininterrompu, et qu'il passe par le trajet le plus raisonnable. Si, à tout moment pendant le transit, les plaisanciers arrivent à un port, jettent l'ancre, s'amarrent ou entrent en contact avec un autre navire, ils doivent le signaler immédiatement à l'ASFC. Le transit par un canal ou un système d'écluses qui nécessite un amarrage ou un ancrage ne constitue pas un itinéraire ininterrompu et est donc interdit par les mesures frontalières actuelles.

L'ASFC et ses partenaires chargés de l'exécution de la loi surveillent activement les voies navigables canadiennes. Les plaisanciers étrangers qui se trouvent dans les eaux canadiennes à des fins discrétionnaires s'exposent à des sanctions sévères, dont des peines maximales pouvant atteindre 750 000 dollars et/ou une peine d'emprisonnement de six mois.

Les plaisanciers qui entrent au Canada sans signaler leur présence à l'ASFC (y compris pour faire le plein d'essence) s'exposent à des sanctions pécuniaires, à la saisie de leur bateau et à des accusations criminelles. L'amende minimale pour avoir omis de se présenter à l'ASFC à l'entrée au Canada est de 1 000 $. En outre, la non-observation des règles par les ressortissants ét

rangers peut affecter leur admissibilité à l'immigration et leur capacité à entrer de nouveau au Canada à l'avenir.

Les faits en bref

Liens connexes 

 

SOURCE Agence des services frontaliers du Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 03:35
Hecla Mining Company (Hecla ou la société) a dévoilé aujourd'hui ses résultats financiers et d'exploitation du premier trimestre 2021. FAITS SAILLANTS Chiffre d'affaires de 210,9 millions de dollars, le deuxième plus élevé en 130 années...

à 03:00
  Nouvelles données relatives à l'innocuité du traitement par COPAXONE® (acétate de glatiramère) chez les mères allaitantes atteintes de sclérose en plaques récurrente : l'étude COBRA est présentée au 7e congrès de l'Académie européenne de...

à 00:22
Le Fonds approfondit son approche de finance durable sans compromis sur le rendement. Faits saillants de l'exercice financier 2020-2021 se terminant au 31 mai 2021 : Rendement net à l'actionnaire de 22,7 % pour l'exercice financier, qui porte la...

22 jun 2021
Le CN et le Kansas City Southern (« KCS ») ont annoncé aujourd'hui que M. William Huneke Ph.D., ancien directeur de l'Office of Economics et économiste en chef du Surface Transportation Board (« STB »), a rédigé un article d'opinion publié dans la...

22 jun 2021
Personalis, Inc. , un chef de file dans la génomique avancée du cancer, a annoncé aujourd'hui son événement inaugural, le NeXT Level Biomarkers Symposium, qui présentera de nouvelles recherches sur les biomarqueurs émergents utilisant la Personalis...

22 jun 2021
Un rapport sur l'état du travail hybride mené par Owl Labs, qui a interrogé 2000 chefs d'entreprise* basés au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et dans les pays nordiques**, montre que seulement 11 % d'entre eux s'attendent à ce que leurs employés...



Communiqué envoyé le 10 juin 2021 à 16:37 et diffusé par :