Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Entreprises conjointes, Comptabilité

Acheter-louer.fr : Mise à disposition du rapport du Cabinet Didier Kling Expertise & Conseil


L'expert confirme le bien-fondé du rejet par le Directoire d'ACHETER-LOUER.FR de l'opération de rachat de YEELD SAS proposée par les Concertistes.

PARIS, 30 avril 2021 /PRNewswire/ -- La Société rappelle avoir, par communiqué de presse du 30 novembre 2020, informé ses actionnaires et le marché que, dans le cadre de la tentative de rapprochement forcé d'ACHETER-LOUER.FR avec la société YEELD SAS proposée par les Concertistes, la Société a désigné le Cabinet DIDIER KLING EXPERTISE & CONSEIL en qualité d'expert indépendant, avec notamment pour mission de :

Au terme de son rapport en date du 8 avril 2021, le cabinet d'expertise DIDIER KLING EXPERTISE & CONSEIL ne se prononce pas sur la valorisation de la société YEELD SAS compte tenu des caractéristiques de celle-ci.

Acheter-louer.fr logo

Il relève notamment dans sa conclusion que :

« (...) YEELD est une start-up ayant lancé une application de micro-épargne en mars 2019. Son application vise à inciter ses utilisateurs à épargner de manière ludique (§ 2.2).

Elle était encore à un stade précoce de développement à la date de réception du Projet de protocole d'accord. Elle n'avait, en effet, bénéficié que d'une levée de fonds d'amorçage d'un montant de 712 k?, en juin 2018, et attiré 14.000 utilisateurs actifs, dont 7% ayant souscrit une offre avec un abonnement payant, à la fin du mois d'avril 2020.

Le Projet de protocole d'accord adressé le 12 novembre 2020 par le dirigeant de YEELD à ALFR (§ 2.3) décrivait un projet d'acquisition de YEELD par ALFR sur la base d'une valorisation de 20 m?, sous réserve d'un rapport à réaliser par un expert indépendant, payée pour moitié en cash (10 m? à payer en dix mensualités de 1 m? entre janvier et octobre 2021) et pour moitié par émission d'actions.

Le Projet de protocole d'accord prévoyait également une modification de la structure de gouvernance d'ALFR avec la mise en place d'un conseil d'administration de 5 membres dont 3 proposés par YEELD.

C'est dans ce contexte que le directoire d'ALFR nous a mandaté afin de donner un avis indépendant sur la valorisation de YEELD affichée dans le Projet de protocole d'accord.

Or, la valorisation de YEELD ne peut être réalisée sur la base des critères habituellement retenus (DCF, méthodes analogiques) compte tenu de son stade de développement précoce et son absence d'historique d'activité significatif (cf. § 4.2).

Elle aurait dû ressortir du processus de recherche de nouveaux investisseurs et des négociations qui se seraient engagés autour des besoins de financement de YEELD, du pourcentage de capital que des investisseurs auraient estimé nécessaire d'obtenir pour disposer de perspectives de gain attractives, tout en maintenant l'intérêt de l'équipe fondatrice dans le projet. 

Nos analyses ont donc porté sur l'intérêt économique et financier du projet d'acquisition de YEELD.

Nos conclusions sont les suivantes :

En premier lieu, nous observons qu'ALFR ne disposait pas à la date d'envoi du Protocole d'accord des ressources financières nécessaires pour procéder à l'acquisition de YEELD dans les conditions qui lui étaient proposées.

Notre analyse fait, en effet, apparaître qu'ALFR disposait de ressources financières immédiates limitées, comprises dans une fourchette de 3,0 m? à 4,5 m? sur les dix premiers mois de 2021.

Plus généralement, ALFR disposait d'une taille trop limitée, à la date du Projet de protocole d'accord, pour financer les besoins de développement d'un acteur du domaine de la micro-épargne ou une néobanque en compétition avec des acteurs mieux financés.

En deuxième lieu, même si pour les besoins du raisonnement on considère qu'ALFR disposait des ressources financières pour procéder à l'acquisition de YEELD, selon les termes indiqués dans le Protocole d'accord que YEELD lui avait adressé, une telle opération de croissance externe s'avérait trop risquée pour ALFR.

Elle l'aurait en effet conduite à concentrer et ainsi déséquilibrer son portefeuille d'activités en faveur d'un investissement très risqué, compte tenu de la forte probabilité d'échec observé sur les start-ups.

Le caractère risqué de cet investissement était accru par le fait qu'il reposait sur des perspectives de développement qui n'étaient pas financées, auxquelles les fondateurs et actionnaires de YEELD n'auraient plus été, au mieux, qu'en partie exposées et qui n'avaient pas été validées au travers d'une levée de fonds récente.

Si cette opération pouvait s'avérer satisfaisante pour les actionnaires de YEELD, qui auraient ainsi trouvé une porte de sortie à leur investissement dans une start-up à un stade encore précoce de son développement, ou pour des actionnaires engagées dans une démarche spéculative vis-à-vis des actions d'ALFR, dans le sens où ils n'auraient cherché qu'à profiter de la forte volatilité induite par la réalisation d'un investissement très risqué, elle n'était pas dans l'intérêt d'actionnaires soucieux des perspectives à long terme d'ALFR.

En dernier lieu, nous observons que l'acquisition de YEELD par ALFR ne pouvait se justifier par les synergies créées par une telle opération (§ 5.).

YEELD a justifié son entrée au capital d'ALFR en affichant son ambition d'en faire, à moyen terme, le « leader de l'accession à la propriété ».

Or, cette ambition ne repose pas :

Au demeurant, nous notons que ces synergies apparaissent limitées et auraient plus justifié un partenariat commercial ou technologique qu'une acquisition.

Surtout, l'ambition affichée de devenir le « leader de l'accession à la propriété » pouvait apparaître comme un risque pour les clients d'ALFR de voir cette dernière les concurrencer.

La mise en oeuvre d'une stratégie consistant à devenir le leader de l'accession à la propriété faisait donc courir le risque à ALFR de perdre les revenus de clients qui n'aurait pas accepté qu'elle les concurrence. »

L'expert conclut finalement que « L'opération proposée par YEELD et ses actionnaires n'apparait donc pas dans l'intérêt économique et financier d'ALFR ou ses actionnaires ».

Le Cabinet DIDIER KLING EXPERTISE & CONSEIL est membre de l'APEI (Association Professionnelle des Experts Indépendants), de la SFEV (Société Française des Evaluateurs) et de la CCEF (Compagnie des Conseils et Experts Financiers), et Monsieur Didier KLING est expert judiciaire agréé par la Cour de cassation.

Le rapport du Cabinet DIDIER KLING EXPERTISE & CONSEIL peut être consulté sur le site d'ACHETER-LOUER.FR dans la rubrique Informations investisseurs https://www.acheter-louer.fr/qui-sommes-nous/infos-invest

À propos d'Acheter-Louer.fr (FR0010493510-ALALO) 

Acheter-Louer.fr offre sur les thématiques de l'immobilier et de l'habitat, aux particuliers des conseils, des actualités, des annonces immobilières, des offres sur l'habitat et aux professionnels de l'immobilier et de l'Habitat une gamme complète de solutions marketing.

Contacts Acheter-Louer.fr : 01 60 92 96 00 investisseurs@acheter-louer.fr

Informations investisseurs : https://www.acheter-louer.fr/qui-sommes-nous/infos-invest

Logo - https://mma.prnewswire.com/media/777840/Acheter_louer_fr_Logo.jpg

 

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 06:00
George Weston Limitée (« GWL » ou la « société ») a annoncé aujourd'hui ses résultats consolidés non audités pour les 12 semaines closes le 27 mars 2021....

à 05:01
Alors que l'Assemblée nationale entreprend cette semaine l'étude des changements touchant l'assistance médicale dans le projet de loi n° 59 modernisant le régime de santé et de sécurité du travail, des organisations regroupant des travailleuses et...

à 04:15
Accenture a annoncé son intention d'acquérir Linkbynet, principal fournisseur français indépendant de services infonuagiques, spécialisé dans l'optimisation du nuage et ses services gérés, la transformation infonuagique et la sécurité infonuagique....

à 03:00
Le test rapide antigénique du Covid-19 INDICAID®, mis au point par la start-up de biotechnologie PHASE Scientific International Limited (PHASE) de Hong Kong, a été retenu par le gouvernement comme l'un des tests rapides à effectuer lors de la reprise...

à 03:00
En collaboration avec plusieurs gouvernements locaux, maires, mairies, commerce local et associations d'entreprises, Vircontech, Budapest, a développé une solution innovante pour stimuler l'économie locale, créer de l'emploi et accroître les...

à 02:00
Leclanché fournira ses batteries lithium-ion exclusives et son logiciel de gestion de l'énergie intégrés aux modules de piles à combustible.Ce projet révolutionnaire représente une entrée sur le marché du transport ferroviaire de marchandises, qui...



Communiqué envoyé le 30 avril 2021 à 12:30 et diffusé par :