Le Lézard
Classé dans : L'environnement, Le Covid-19
Sujet : CFG

Le gouvernement du Canada lance le Défi de réduction du gaspillage alimentaire


OTTAWA, ON, le 19 nov. 2020 /CNW/ - Aujourd'hui, pendant son allocution au Arrell Food Summit, l'honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, a annoncé le lancement des deux premiers volets du Défi de réduction du gaspillage alimentaire, une initiative du gouvernement du Canada. Ce défi s'inscrit dans le cadre d'une Politique alimentaire pour le Canada.

On estime que plus de la moitié de l'offre alimentaire est gaspillée au Canada chaque année. Or, il serait possible d'éviter de gaspiller environ 49,5 milliards de dollars d'aliments. Des aliments sont perdus ou gaspillés tout le long du parcours des aliments entre la ferme et l'assiette, que ce soit pendant la production, la transformation, la distribution, la vente au détail, ou encore dans les services de restauration ou à la maison.

Les volets A et B du Défi sont ouverts et des propositions de concept sont maintenant acceptées. La date limite de participation est le 18 janvier 2021. Jusqu'à concurrence de 10,8 millions de dollars seront remis aux innovateurs qui proposeront une façon novatrice de « faire des affaires » (c.-à-d. qui présenteront un nouveau modèle d'affaires) pour prévenir le gaspillage ou réacheminer des déchets alimentaires à n'importe quel point du parcours des aliments entre la ferme et l'assiette.

Le Défi de réduction du gaspillage alimentaire se déroulera selon une approche par étapes où les innovateurs participants pourront avancer dans le processus de développement et de déploiement de leurs solutions. À chaque étape du Défi, un groupe externe d'experts recommandera les noms des participants qui pourront passer à l'étape suivante du Défi et recevoir des fonds. Pour les volets A et B du Défi, un gagnant par volet recevra à la dernière étape un grand prix qui pourra s'élever jusqu'à 1,5 M$.

Une aide financière sera allouée à ceux dont les solutions innovatrices ont le potentiel de réduire la plus grande quantité d'aliments gaspillés, et l'accent sera mis sur les nouveaux innovateurs qui entendent accélérer et développer leurs solutions et qui n'ont peut-être pas les ressources nécessaires pour le faire.

Globalement, le Défi de réduction du gaspillage alimentaire représente un investissement de 20 M$. Deux autres volets axés sur des solutions technologiques au gaspillage alimentaire seront lancés au printemps 2021. Les volets C et D du Défi soutiendront des technologies susceptibles de prolonger la durée de conservation des aliments ou de transformer des aliments qui autrement seraient perdus ou gaspillés.

Citations

« Il est nécessaire de réduire le gaspillage alimentaire pour de nombreuses raisons : cela peut aider à faire faire des économies aux consommateurs, à améliorer la sécurité alimentaire, à soutenir l'efficience dans le secteur agricole et alimentaire et à réduire considérablement les gaz à effet de serre. En lançant ce défi stimulant, le gouvernement vise à trouver de nouvelles façons de réduire le gaspillage alimentaire tout le long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire ».
L'honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

« Pour atteindre ses objectifs climatiques, le Canada doit réduire les émissions de tous les secteurs, y compris celles liées à la perte et au gaspillage d'aliments. La perte et le gaspillage d'aliments contribuent aux émissions de gaz à effet de serre à toutes les étapes, qu'il s'agisse de la production, du transport ou de l'élimination dans les sites d'enfouissement. Le Défi de réduction du gaspillage alimentaire aidera les Canadiens à élaborer des solutions novatrices et efficaces à ce problème, et j'ai hâte d'en voir les résultats. »
L'honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l'Environnement et du Changement climatique

« En tant qu'établissement réputé dans le domaine de l'alimentation au Canada, l'Université de Guelph félicite la ministre Marie-Claude Bibeau qui vient d'annoncer le lancement du Défi de réduction du gaspillage alimentaire à l'occasion du Arrell Food Summit de 2020. Le Défi stimulera la découverte de solutions innovatrices au problème du gaspillage alimentaire dans tous les maillons de la chaîne d'approvisionnement alimentaire du Canada. En outre, il correspond parfaitement à la mission de l'Institut Arrell Food de l'Université de Guelph qui consiste à élever notre système alimentaire pour améliorer les conditions de vie ».
Charlotte Yates -- président et vice-chancelier de l'Université de Guelph

"Près d'un tiers de tous les aliments produits sont perdus ou gaspillés : il est essentiel de s'attaquer au gaspillage alimentaire pour façonner un avenir plus durable. Le financement annoncé aujourd'hui par la ministre Bibeau lors du Arrell Food Summit nous permettra de travailler en ce sens, tout en offrant aux jeunes Canadiens une occasion de positionner notre pays comme chef de file dans ce domaine."
Dr Evan Fraser, directeur de l'Arrell Food Institute

« Le Conseil national zéro déchet félicite AAC pour avoir mis en place le Défi de réduction du gaspillage alimentaire. Le Défi contribuera à réduire la perte et le gaspillage d'aliments en donnant la chance à de petites et moyennes entreprises du Canada de mettre en place un modèle d'affaires innovateur dans leur entreprise tout en encourageant aussi le leadership de plus gros joueurs. Nous sommes heureux que ce Défi s'harmonise aussi bien avec notre Stratégie de lutte contre la perte et le gaspillage d'aliments au Canada, et nous félicitons le gouvernement du Canada pour son leadership et son soutien aux efforts qui visent à réduire la perte et le gaspillage d'aliments, ce qui sera bénéfique pour la sécurité alimentaire, l'économie et le climat du pays ».
Malcolm Brodie, président, Conseil national zéro déchet

« Les entreprises canadiennes de l'industrie des aliments et boissons sont à l'avant-garde de la lutte contre la perte et le gaspillage d'aliments. Toutefois, il reste encore beaucoup de chemin à faire, car nous avons aidé à déterminer que 50 entreprises auraient pu éviter de gaspiller plus de 11 millions de kilogrammes d'aliments l'an dernier. Le Défi de réduction du gaspillage alimentaire a un rôle important à jouer en faisant connaître les possibilités de prévenir et de réduire le gaspillage et en accélérant l'adoption de nouvelles solutions qui aideront les entreprises à concrétiser ces possibilités. »
Cher Mereweather, présidente-directrice générale de la Provision Coalition

Faits en bref

Liens connexes

Suivez-nous sur Twitter : @AAC_Canada
Aimez notre page Facebook : AgricultureCanadienne 

SOURCE Agriculture et Agroalimentaire Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 07:05
Les liens entre les différentes régions du globe ont été beaucoup plus remarqués cette année, alors que la pandémie de COVID-19 a mis à rude épreuve les réseaux commerciaux et le transport de marchandises. En effet, cette année, sept Canadiens sur...

à 07:00
Le 12 novembre, lors de l'assemblée annuelle des membres de Concertation Montréal, l'École de technologie supérieure a reçu le prix de la transition écologique.  Ce prix lui a été décerné pour son engagement de tous les instants en environnement, que...

à 07:00
La Compagnie Électrique Lion (« Lion »), une société dont l'actionnaire indirect principal est Power Sustainable Capital (« Power Sustainable »), une filiale en propriété exclusive de Power Corporation du Canada (« Power Corporation » ou la «...

à 06:00
Neige, pluie, records de froid et de chaleur, l'automne 2020 en aura fait vivre de toutes les couleurs sur le plan météo aux Québécois et Canadiens. Mais peut-on s'attendre à un hiver aussi changeant ? Selon l'Aperçu de l'hiver de MétéoMédia, qui...

29 nov 2020
La centrale d'énergie solaire AREV-1, située dans la région de Vayots Dzor, au sud-est de l'Arménie, est connectée au réseau. Risen Energy a fourni ses modules bifaciaux à double vitrage PERC monocristallin JÄGER PLUS 144, dont la capacité installée...

29 nov 2020
« Nous avons besoin d'un mouvement positif pour accélérer, responsabiliser, affiner et concevoir un avenir plus durable, et sensibiliser les gens, entreprises, citoyens, institutions, au fait qu'un autre avenir est possible ». Guido Barilla,...



Communiqué envoyé le 19 novembre 2020 à 17:53 et diffusé par :