Le Lézard
Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Exploitation pétrolière, Chasse, pêche et plein air

Gaz naturel renouvelable : Énergir rétablit les faits


MONTRÉAL, le 12 févr. 2020 /CNW Telbec/ - Énergir évolue aux côtés de près d'une centaine d'acteurs économiques, environnementaux et sectoriels qui se sont regroupés pour le gaz naturel renouvelable au Québec. Nous croyons en cette nouvelle filière, son potentiel de contribution aux objectifs de lutte aux changements climatiques et au développement d'un modèle d'économie circulaire québécois.

C'est pourquoi Énergir juge important de corriger certaines informations erronées véhiculées dans la lettre d'opinion « Gaz naturel renouvelable - Fiasco économique à l'horizon » publiée dans La Presse aujourd'hui.

Les coûts du gaz naturel renouvelable

Afin de comprendre si le coût du GNR est concurrentiel, il doit être comparé avec les alternatives énergétiques renouvelables et non avec le prix du gaz naturel conventionnel. C'est un fait :  toutes les formes d'énergies renouvelables, incluant l'hydroélectricité, le solaire, l'éolien et le GNR, ont un prix plus élevé que le gaz naturel conventionnel. Pourtant, le GNR constitue une option concurrentielle pour les consommateurs désirant réduire leur empreinte carbone. Le rapport réalisé par la firme Dunsky pour le Gouvernement du Québec montre que les projets de biométhanisation peuvent être réalisés à moins de 50 $ la tonne de GES évitée, ce qui en fait un levier de réduction de GES efficace et efficient.

Les auteurs de la lettre ont fait une erreur de calcul en prétendant qu'il coûterait 6 000 $ pour chauffer une petite maison au GNR plutôt que 1 000 $ avec le gaz naturel. Le coût de la molécule de gaz naturel conventionnel ou renouvelable n'est qu'une portion de la facture d'un client puisque des frais de distribution, d'équilibrage et de transport doivent notamment être ajoutés au coût de la molécule.

Ainsi, un client résidentiel dont la facture énergétique au gaz naturel conventionnel est de 1 000 $, payerait 1 600 $ pour du gaz naturel renouvelable et 1 200 $ pour de l'électricité.

Le GNR représente une solution économique pour les clients commerciaux, industriels et institutionnels. Un hôpital dont la facture au gaz naturel est de 335 000 $ payerait 722 000 $ au gaz naturel renouvelable et 768 000 $ pour de l'électricité. Il est important de savoir que ce changement peut s'opérer simplement, sans changer les équipements, et qu'il est possible de moduler sa proportion d'énergie renouvelable.

Un potentiel réel

Ceux qui achètent du GNR le font de manière volontaire et acceptent de payer un prix plus élevé pour réduire leur empreinte carbone. Aucun coût n'est socialisé. La demande pour le GNR excède en ce moment l'offre qu'Énergir peut proposer à ses clients.

L'injection de nouveaux volumes de GNR permettrait de répondre à la demande croissante de nos clients soucieux de bénéficier de cette énergie renouvelable à un coût compétitif. Actuellement, il se produit déjà l'équivalent de 2% de GNR au Québec, sur notre consommation actuelle de gaz naturel. Aussi, des projets de production de GNR en développement totalisent plus de 5 % de GNR.  

Les bénéfices climatiques

Le GNR est une énergie renouvelable. Il est produit à partir des matières organiques résiduelles qui se renouvellent constamment. C'est pourquoi il a été identifié comme une solution pour favoriser une transition vers une économie plus sobre en carbone. En 2019, la distribution de gaz naturel renouvelable a permis d'éviter un minimum de 8 100 tonnes de GES au Québec, ce qui représente plus de 2 000 voitures sur nos routes.

D'ailleurs, les pays les plus avancés dans leur transition énergétique ont priorisé le gaz naturel renouvelable : la France, le Danemark, l'Italie, la Finlande, la Suède et l'Angleterre ont tous des programmes avancés pour développer le GNR.

Selon l'analyse du cycle de vie du GNR réalisé par le California Air Resources Board, le gaz naturel renouvelable a un bilan carbone très faible et se classe parmi les options énergétiques les plus avantageuses au point de vue de la réduction de GES sur son cycle de vie. Le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) est en phase de validation de son analyse du cycle de vie du GNR produit au Québec et semble montrer des résultats similaires.

Dans cette optique, nous croyons fermement que le GNR constitue une solution durable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec, tout en assurant la prospérité collective.

SOURCE Énergir


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

7 aoû 2020
17 h - Le ministère des Transports du Québec avise les usagers de la route des principales entraves sur le réseau supérieur de la région métropolitaine pour ce soir et la fin de semaine. Exceptionnellement, ces travaux peuvent être annulés ou...

7 aoû 2020
Le gouvernement du Canada prend des mesures importantes, immédiates et efficaces pour atténuer les répercussions de la COVID-19 sur notre économie et pour protéger les Canadiens. Le secteur forestier canadien n'a pas cessé de s'adapter et d'adopter...

7 aoû 2020
Le président du Conseil du Trésor et député de Québec, l'honorable Jean-Yves Duclos, annoncera, au nom du ministre des Ressources naturelles du Canada, l'honorable Seamus O'Regan, l'octroi de fonds pour un projet de technologie propre dans le secteur...

7 aoû 2020
Les parcs nationaux constituent un havre de paix pour une abondance de poissons, d'oiseaux et d'animaux sauvages. Ils offrent également aux Canadiens un espace sécuritaire pour profiter de la nature tout en maintenant la distance sociale pendant la...

7 aoû 2020
Boralex inc. (« Boralex » ou la « Société ») est heureuse d'annoncer la clôture d'un refinancement d'environ 805 M$ d'une durée de 16 ans pour son parc éolien de 230 MW Niagara Region Wind Farm (NRWF) situé dans la péninsule de Niagara en Ontario au...

7 aoû 2020
La priorité absolue du gouvernement du Canada est la santé et la sécurité de tous les Canadiens tout au long de la pandémie de la COVID-19. Dans le cadre de nos efforts pour assurer la santé et le bien-être économique, nous devons prendre des mesures...



Communiqué envoyé le 12 février 2020 à 16:51 et diffusé par :