Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Enfance, Lois fédérales et d'états, Première Nation, Plaidoyer (politique), CPG

Commission Laurent : l'APNQL et la CSSSPNQL militent pour l'avenir des enfants des Premières Nations


MONTRÉAL, le 12 févr. 2020 /CNW Telbec/ - À l'occasion de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (Commission Laurent), l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) et la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL) ont présenté un mémoire conjoint visant notamment à réaffirmer le droit des Premières Nations de décider de l'avenir et de l'éducation de leurs enfants.

Il faut dire que le triste événement à l'origine de cette Commission a soulevé bien des inquiétudes quant aux failles du système de protection de la jeunesse québécois et des mesures de soutien offertes aux familles. Malheureusement, pour les Premières Nations, ce constat ne date pas d'hier. Depuis sa création, les familles et les enfants des Premières Nations sont continuellement confrontés aux lacunes de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ), beaucoup trop rigide, voire rétrograde, qui ne prend pas en compte les différences culturelles et socioéconomiques des nations. Par son aveuglement, ce système est responsable d'avoir retiré un grand nombre d'enfants, de façon temporaire ou permanente, loin de leur famille et de leur communauté, provoquant de profonds bouleversements dans leur développement identitaire.

« La LPJ n'est pas adaptée pour nous, du moins la façon dont elle est mise en oeuvre dans nos communautés; certains de ses aspects sont même discriminatoires. La preuve : nos enfants sont surreprésentés en protection de la jeunesse, soit jusqu'à huit fois plus que les enfants québécois. C'est ce qui se produit quand des services et des programmes sont destinés aux Premières Nations, mais sans être créés ou contrôlés par elles. Il est grand temps que notre droit à l'autodétermination soit respecté », a indiqué Derek Montour, président du conseil d'administration de la CSSSPNQL.

« Il n'y a pas grand-chose qui puisse ralentir notre détermination d'exercer notre responsabilité collective de voir au mieux-être de nos enfants. L'entrée en vigueur, le 1er janvier 2020, de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis (C-92) confirme la compétence de nos autorités politiques en matière de services à l'enfance et à la famille. Au-delà des prétentions des autres gouvernements qui risquent de s'isoler dans des conflits de compétence interminables, nous avons l'obligation d'assurer les conditions nécessaires qui permettront à nos propres institutions, avec la participation de nos familles, de décider de l'avenir de nos enfants », a poursuivi Ghislain Picard, chef de l'APNQL.

Dans leur mémoire, les deux organisations ont émis des recommandations qui touchent autant la Loi C-92, le projet de loi no 31, dont le but est d'autoriser la communication de renseignements personnels concernant certains enfants autochtones disparus ou décédés à leur famille, ainsi que la LPJ. Entre autres, l'APNQL et la CSSSPNQL réitèrent leur droit constitutionnel de gérer les services de soutien aux familles et de protection de la jeunesse, selon la Loi C-92, et demandent au gouvernement du Québec de retirer sa contestation et de négocier de bonne foi avec les gouvernements des Premières Nations et le Canada des accords de coordination. En ce qui concerne la LPJ, il est réclamé que les enfants autochtones soient exemptés de l'application des durées maximales d'hébergement et que le règlement sur l'aide financière pour favoriser l'adoption et la tutelle d'un enfant soit modifié. De façon plus générale, les deux organisations recommandent que le Québec mette en oeuvre des mesures répondant correctement aux appels à la justice de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et aux appels à l'action de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec.

Pour lire le mémoire, cliquez ici.

À propos de l'APNQL
L'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador est l'organisme politique qui regroupe 43 chefs des Premières Nations au Québec et au Labrador.

www.apnql.com

À propos de la CSSSPNQL
La Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador est un organisme à but non lucratif qui accompagne les Premières Nations au Québec dans l'atteinte de leurs objectifs en matière de santé, de mieux-être, de culture et d'autodétermination.

www.cssspnql.com

SOURCE Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

25 sep 2020
Veuillez trouver ci-dessous la déclaration de la direction du Women's Entrepreneurship Accelerator concernant le premier anniversaire de cette initiative révolutionnaire. Il y a un an, nous nous sommes engagés à former et autonomiser dix millions de...

25 sep 2020
-Radius Health, Inc. (« Radius » ou la « société ») et le groupe Menarini ont annoncé aujourd'hui une mise à jour de l'essai en phase 3 d'EMERALD sur l'elacestrant. Étude en phase 3 d'EMERALD L'objectif de recrutement a été atteint...

25 sep 2020
Solvay est fière de présenter Actizonetm, une gamme de produits et d'ingrédients prêts à l'emploi qui éliminent rapidement les microbes et protègent les consommateurs des bactéries et virus, y compris du coronavirus. La technologie Actizonetm offre...

25 sep 2020
NEW YORK, 25 septembre 2020 /PRNewswire/ ? L'anxiété et la dépression touchent des gens partout dans le monde. Plus de 284 millions de personnes souffrent d'anxiété et plus de 264 millions de personnes souffrent de dépression1. La moitié de tous les...

25 sep 2020
Un nouveau rapport, L'égalité économique dans un monde en évolution?: éliminer les obstacles à l'emploi des femmes, publié par le Diversity Institute de l'Université Ryerson et le Forum des politiques publiques, avec l'appui du Centre des compétences...

25 sep 2020
Astellas Pharma Europe Ltd. a annoncé aujourd'hui les résultats d'une enquête européenne menée auprès de 200 néphrologues et 203 patients souffrant d'anémie de la maladie rénale chronique (MRC), révélant les effets de la maladie sur la...



Communiqué envoyé le 12 février 2020 à 09:53 et diffusé par :