Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Science et technologie
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Salon commercial, Gouvernement européen, Affaires étrangères

Un appel à l'action pour faire progresser la cyberstabilité : la Commission mondiale (CSGC) lance son rapport final


Présenté sur le Forum de Paris sur la paix, le rapport de la CSGC comprend un cadre de cyberstabilité et des recommandations à un moment crucial pour l'avenir du cyberespace

PARIS, 12 novembre 2019 /PRNewswire/ -- La Commission mondiale sur la stabilité du cyberespace (CSGC pour Global Commission on the Stability of Cyberspace) a publié aujourd'hui son rapport final, Advancing Cyberstability (Faire progresser la cyberstabilité) dans le cadre d'une table ronde qui s'est tenue lors du Forum de Paris sur la paix 2019. Stef Blok, ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, Jean-Yves Le Drian, ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères et David Koh, directeur général de l'Agence de cybersécurité de Singapour ont présenté le rapport et replacé les conclusions dans le contexte des efforts menés actuellement à l'échelle mondiale pour renforcer la sécurité internationale dans le cyberespace. Les coprésidents de la Commission, Michael Chertoff et Latha Reddy, ainsi que l'ancienne présidente Marina Kaljurand ont transmis des recommandations et commenté l'approche stratégique et le travail de la CSGC.

Ce rapport représente l'aboutissement du travail accompli par la Commission au cours des trois dernières années et il offre un cadre de cyberstabilité, des principes, des normes de comportement et des recommandations, destinés à la communauté internationale et à l'écosystème dans son ensemble.

« Plus tôt cette année, les 28 États membres de l'UE ont apporté leur soutien à un cadre de sanctions ciblant les cyber-activités malveillantes. Aujourd'hui, la CSGC renforce un ensemble de normes et de principes applicables au comportement des acteurs étatiques et non étatiques. Il s'agit là d'une contribution importante à un espace numérique dans lequel l'ordre et la paix doivent prédominer », a déclaré Stef Blok, ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, cofondateur de la CSGC. « La stabilité dans le cyberespace étant directement liée à la stabilité dans le 'monde réel', un tel cadre de cyberstabilité est plus crucial que jamais. La prochaine étape de ce processus multilatéral consiste à recueillir des preuves et à tenir responsables ceux qui enfreignent les règles. Ensemble, nous devons accroître la responsabilité et assembler toutes les pièces du puzzle, entre les gouvernements, les entreprises de technologie et de sécurité et la société civile. »

Les travaux de la Commission sont nés de la volonté de s'attaquer à l'instabilité sociale et politique croissante qui découle d'actions malveillantes perpétrées dans le cyberespace. La situation s'est encore détériorée, comme en témoigne l'augmentation du nombre et de la sophistication des cyberattaques commises par des acteurs étatiques et non étatiques, qui mettent de plus en plus en péril les immenses bienfaits du cyberespace. Dans cet environnement de plus en plus explosif, il y a un manque apparent de compréhension et de sensibilisation mutuelles entre les communautés qui travaillent sur les questions liées à la cybersécurité internationale. Par le présent rapport, la CSGC cherche à contribuer aux efforts internationaux visant à relever ces défis.

« La cyberstabilité et la gouvernance sont inextricablement et naturellement liées », a ajouté Michael Chertoff, coprésident de la CSGC. « Alors que l'ère numérique évolue si rapidement, les gouvernements et les sociétés n'atteignent pas le niveau d'échange souhaité, sans parler des processus décisionnels nécessaires pour garantir la stabilité du cyberespace. Les efforts que déploie la CSGC complètent le travail d'autres organisations et serviront à influencer la façon dont les acteurs essentiels peuvent s'impliquer les uns auprès des autres et collaborer en faveur d'un cyberespace stable ».

Mettant en exergue une approche concertée et « multi-acteurs », le cadre reflète les mesures technologiques et relatives à l'exploitation et aux produits, ainsi que l'accent mis sur les changements de comportement requis entre tous les acteurs concernés.

« La publication de ce rapport final ne marque pas la fin, mais plutôt le début d'un nouvel effort colossal en vue de la mise en oeuvre des principes, normes et recommandations conseillés », a déclaré Latha Reddy, coprésidente de la CSGC. « Il revient à toutes les parties prenantes - gouvernements, industrie, société civile - de collaborer, d'adopter et de mettre place des pratiques acceptées pour aider à renforcer la cyberstabilité. Les enjeux sont plus grands que jamais, ce qui impose une réponse du même acabit. »

Après la publication du rapport, les membres de la CSGC continueront de défendre les intérêts de leurs communautés respectives et de s'impliquer auprès d'elles. La contribution et les réactions de ces groupes reflétaient les interactions avec les experts étatiques et non étatiques et constitueront la base servant à prôner en faveur de la poursuite du rapport.

Pour avoir une vue d'ensemble, veuillez consulter la feuille d'information et pour obtenir un exemplaire du rapport, rendez-vous sur Advancing Cyberstability.

À propos de la Commission

Lancée lors de la Conférence de Munich sur la sécurité en 2017, la Commission mondiale sur la stabilité du cyberespace s'est fixé pour mission de définir des propositions de normes et de politiques visant à renforcer la sécurité et la stabilité internationales et à orienter les comportements responsables des acteurs étatiques et non étatiques dans le cyberespace. La Commission contribue à encourager la sensibilisation et la compréhension mutuelles entre les différentes communautés du cyberespace qui travaillent sur les questions liées à la cybersécurité internationale. Pour en savoir plus, veuillez consulter www.cyberstability.org.  

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 12:25
Reprise des négociations pour : Société : Solaris Resources Inc. Symbole à la Bourse de croissance TSX : SLS Les titres : Oui Reprise (HE) : 13 h 00 L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les opérations à...

à 12:21
Reprise des négociations pour : Société : Bayhorse Silver Inc. Symbole à la Bourse de croissance TSX : BHS Les titres : Oui Reprise (HE) : 13 h 00 L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les opérations à l'égard...

à 12:02
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), le Conseil du patronat du Québec (CPQ), la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et Manufacturiers et Exportateurs...

à 11:59
BMO Investissements Inc. (« BMOII »), le gestionnaire du Fonds Étape Plus 2030 BMO (le « fonds »), a annoncé aujourd'hui que la répartition du portefeuille du fonds a été remplacée par une composition d'actif « protégée ». Le portefeuille du fonds...

à 11:59
Depuis le début de la pandémie, le gouvernement du Canada a pris des mesures pour soutenir les Canadiens financièrement et aussi pour les appuyer en matière de santé afin d'éviter la propagation de la COVID-19. Dès son lancement, la Prestation...

à 11:37
L'OCRCVM a suspendu la négociation des titres suivants : Société : Northern Vertex Mining Corp. Symbole à la Bourse de croissance TSX : NEE Les titres : Non Motif : À la demande de la société en attendant une nouvelle Heure de la suspension (HE) :...



Communiqué envoyé le 12 novembre 2019 à 05:00 et diffusé par :