Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Nouvelles - Monde du travail, Plaidoyer (politique), CPG

Resserrement des critères du Programme de l'expérience québécoise - Un geste proprement scandaleux!


MONTRÉAL, le 5 nov. 2019 /CNW Telbec/ - Dans un règlement édicté le 9 octobre dernier, le ministre de l'Immigration du Québec a apporté des modifications unilatérales au Programme de l'expérience québécoise (PEQ), lequel vise à attirer ici des milliers d'étudiants étrangers en leur donnant accès à un traitement accéléré vers l'immigration permanente. Pour la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), il s'agit d'un geste proprement scandaleux.

Ces modifications au PEQ imposent de nouvelles conditions de sélection et viennent réduire la liste des programmes d'études tant dans les centres de formation professionnelle que dans les cégeps et les universités. Dorénavant, seulement 7 programmes de doctorat, 24 de maîtrise, 54 de baccalauréat, 59 diplômes d'études collégiales et 37 diplômes d'études professionnelles feront partie de la liste.

De plus, seuls les programmes d'études menant à des métiers faisant l'objet d'une « pénurie de main-d'oeuvre », selon le ministère de l'Immigration, sont inscrits sur cette liste. Pourtant certains programmes dont les finissants sont en demande, n'y figurent pas. Pensons, par exemple, aux domaines de la santé et du soutien informatique. Par ailleurs, aucune mesure n'a été prévue pour atténuer l'impact de ces modifications sur les étudiants et les institutions.

« Imaginez un peu le drame : du jour au lendemain, ces personnes ont appris que peu importe leur niveau d'avancement, si leur programme d'études ne fait pas partie de la liste prioritaire du ministre, c'est terminé. Leur projet de vie, leur rêve de venir s'installer ici, au Québec, tombe à l'eau. Pour ne pas utiliser une autre expression, ces personnes se sont littéralement fait flouer par le gouvernement du Québec », affirme Sonia Ethier, présidente de la CSQ.

« Là où le bât blesse, c'est que pendant des années, on a fait la promotion du Québec par le biais de ce programme. Une offre volontairement alléchante, qui permettait d'attirer et de former ici et en français, la main-d'oeuvre dont on a tant besoin. En prime, à la fin de leurs études, le programme permettait à ces étudiantes et à ces étudiants d'avoir accès au Certificat de sélection du Québec dans un délai d'un mois, donc d'avoir accès à la résidence permanente. Tout le monde en ressortait gagnant », a poursuivi Sonia Ethier.

« En plus des drames humains, un tel chambardement provoque une onde de choc dans le réseau de l'enseignement, tant du côté de la formation professionnelle que du côté collégial et universitaire. Le PEQ a directement contribué à attirer davantage d'étudiants étrangers, notamment dans les programmes de deuxième et de troisième cycles. Il faut savoir que l'on compte près de 5 000 étudiants étrangers dans nos collèges et près de 50 000 dans nos universités. Dans les centres de formation professionnelle, ils peuvent représenter jusqu'à 40 % de toutes les inscriptions. Ces étudiants sont un atout pour le Québec. Ils contribuent à maintenir la diversité de l'offre de formation et permettent d'assurer la pérennité de nos établissements situés en région, lesquels doivent faire face à d'importants défis démographiques. Au cégep de Matane, par exemple, les étudiants étrangers représentent environ 45 % des effectifs à la formation régulière. C'est considérable! Il faudrait être vraiment naïf pour croire que cette désertion artificielle, provoquée par Québec, n'aura pas d'impact dans nos milieux », illustre la leader syndicale.

« Le ministre manque cruellement de vision dans ce dossier. Le PEQ constitue une porte d'entrée qui a fait ses preuves. Plutôt que de favoriser son développement, le ministre a fait le choix de mépriser des milliers de personnes, d'entacher l'image du Québec à l'étranger et de compromettre le dynamisme de ses institutions académiques. Il doit reculer », a conclu Sonia Ethier.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 dans le secteur public. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

Twitter : @csq_centrale

SOURCE CSQ


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 09:00
Yuyu Pharma (Robert Wonsang Yu, chef de la direction; KRX 000220), une société pharmaceutique coréenne, a récemment signé un contrat de publicité avec le Korea Economic Daily, qui détient les droits commerciaux de publicité sur le Stade de baseball...

à 08:50
Reprise des négociations pour: Société : Organic Flower Investments Group Inc. Symbole CSE : SOW (toutes les émissions) Reprise (HE) : 9 h 30 L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les opérations à l'égard d'un...

à 08:07
Reprise des négociations pour : Société : Computer Modelling Group Ltd. Symbole TSX : CMG (toutes les émissions) Reprise : 8 h 00 L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les opérations à l'égard d'un titre d'une...

à 08:03
Air Canada (la « Société ») a annoncé aujourd'hui la fixation du prix de son placement public par voie de prise ferme commercialisé de 30 800 000 actions à droit de vote variable de catégorie A et/ou actions à droit de vote de catégorie B (les...

à 08:00
Morneau Shepell a publié le numéro de mai 2020 de son bulletin mensuel Nouvelles et opinions, où on aborde les sujets suivants : Le point sur les congés non rémunérés dans le contexte de la pandémie de COVID?19 - Plusieurs territoires de compétence...

à 08:00
Numinus Wellness Inc. («?Numinus?»), récemment inscrite à la Bourse de croissance TSX , est heureuse d'annoncer ses objectifs à court terme pour faire avancer sa mission qui est de répondre au désir universel de guérir. Pour 2020, la société prévoit...



Communiqué envoyé le 5 novembre 2019 à 18:56 et diffusé par :