Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Sans buts lucratifs, Économie, Plaidoyer (politique), CPG

Mise à jour économique - Deux mesures simples que le gouvernement ne peut plus reporter


QUÉBEC, le 5 nov. 2019 /CNW Telbec/ - Rien n'indique que le gouvernement du Québec investira massivement dans la lutte contre la pauvreté avec la mise à jour économique du 7 novembre. Le Collectif pour un Québec sans pauvreté espère toutefois qu'il saisira l'occasion pour enfin poser deux gestes qui permettraient à des personnes vivant dans la pauvreté de toucher des revenus auxquels elles ont droit ou qui leur ont été promis; deux gestes qui feraient une énorme différence dans leur vie et qu'elles attendent depuis longtemps : le versement automatique du crédit d'impôt pour solidarité et la mise en oeuvre du programme de Revenu de base.

Logo : Collectif pour un Québec sans pauvreté (Groupe CNW/Collectif pour un Québec sans pauvreté)

Versement automatique du crédit d'impôt pour solidarité 
« Le 26 septembre dernier, la protectrice du citoyen relevait que plus de 40 000 prestataires d'aide de dernier recours qui ont droit au crédit d'impôt pour solidarité ne le reçoivent pas parce qu'elles ne remplissent pas de déclaration de revenus, rappelle le porte-parole du Collectif, Serge Petitclerc. Cela représente 998 $ par année pour une personne seule: un montant énorme pour quelqu'un qui, à l'aide sociale, touche des prestations de 8028 $ par année. »

« Ce crédit d'impôt a été instauré pour aider les personnes les plus mal prises. Mais pour beaucoup d'entre elles, l'argent ne se rend juste pas. Quand le gouvernement cessera-t-il de les priver de cet argent? Oui, le premier ministre a dit vouloir régler le problème au plus tard avec le prochain budget, mais nous ne savons pas de quelle façon il entend le faire. Nous espérons qu'il optera pour le versement automatique du crédit d'impôt, comme le suggère d'ailleurs la protectrice du citoyen. Et nous espérons qu'il procédera immédiatement; le dossier n'a que trop traîné. »

Mise en oeuvre du programme de Revenu de base 
Serge Petitclerc poursuit : « Le programme de Revenu de base a suscité beaucoup d'espoir chez les personnes assistées sociales avec contraintes sévères à l'emploi. Malheureusement, même si le projet de loi visant l'instauration du revenu de base a été adopté en mai 2018, une étape importante a été escamotée : l'édiction du règlement devant permettre sa mise en oeuvre. Cela fait en sorte que le programme, avec toutes les mesures intéressantes qui avaient été annoncées dans les intentions réglementaires, n'existe tout simplement pas. »

« Dans ce dossier aussi, le gouvernement doit cesser de faire attendre les gens sans raison. En édictant le règlement, le gouvernement aurait l'occasion d'y confirmer le montant de la prestation du revenu de base, censé atteindre sinon dépasser le montant de la Mesure du panier de consommation (soit un peu plus de 18 000 $ en 2019). Il pourrait aussi confirmer des mesures comme l'individualisation des prestations, les gains de travail illimités et l'exclusion unique de 500 000 $ pour les biens et avoirs liquides. Finalement, il pourrait en profiter pour disposer du principal irritant de ce programme, soit le délai de carence de 66 mois imposé aux personnes admissibles. »

Une inaction injuste
« Si le gouvernement ne veut pas traiter la lutte contre la pauvreté en priorité, il pourrait au moins cesser de priver des dizaines de milliers de personnes de revenus auxquels elles ont droit ou qui leur ont été promis, conclut Serge Petitclerc. La mise à jour économique est une belle occasion pour enfin annoncer le versement automatique du crédit d'impôt pour solidarité pour les personnes assistées sociales et la mise en oeuvre du programme de Revenu de base. L'inaction nous semblerait d'autant plus injuste que ces mesures sont principalement destinées aux personnes les moins nanties de notre société et que le gouvernement dispose de considérables surplus budgétaires. »

AVIS AUX MÉDIAS
Veuillez noter que le porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Serge Petitclerc, est disponible dès maintenant pour complément d'information et pour entrevue. Il le sera également pour réagir à la mise à jour économique.

SOURCE Collectif pour un Québec sans pauvreté


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 22:52
La Banque Scotia a annoncé qu'elle réduira le taux d'intérêt des cartes de crédit aux particuliers et aux petites entreprises à 10,99 % pour les clients qui éprouvent des difficultés...

à 20:23
En réponse à la pandémie de COVID-19, la TD déploie des mesures sans précédent pour soutenir la population canadienne pendant cette période difficile, offrant notamment des options de report de versements, des allégements de paiements et d'autres...

à 19:29
TerraVest Industries Inc., (« TerraVest » ou la « Société ») a annoncé aujourd'hui qu'en réponse aux incertitudes économiques liées à la pandémie de coronavirus (COVID-19), la rémunération des membres de la direction et du conseil d'administration...

à 19:01
RBC a annoncé aujourd'hui qu'elle réduirait de 50 % les charges d'intérêts sur carte de crédit pour ses clients qui ont demandé le report du paiement minimum de leur carte de crédit. À l'issue d'un examen financier réalisé par un conseiller RBC, les...

à 18:21
Le Réseau québécois de l'action communautaire autonome (RQ-ACA) accueille favorablement l'annonce du Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels annoncée aujourd'hui par les ministres Éric Girard et Jean Boulet. Selon les...

à 17:26
Le député d'Hochelaga-Maisonneuve et responsable solidaire en matière de travail a réagi à la mise sur pied du Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels annoncé par les ministres Jean Boulet et Eric Girard cet après-midi. «...



Communiqué envoyé le 5 novembre 2019 à 14:48 et diffusé par :