Le Lézard
Classé dans : Transport

Bitume Québec et les acteurs de l'industrie du pavage prévoient une dégradation accentuée du réseau routier déjà largement hypothéqué au printemps 2020


MONTRÉAL, le 11 oct. 2019 /CNW Telbec/ - Les acteurs de l'industrie du bitume, de l'entretien des routes et du pavage routier ont lancé un cri d'alarme et prévenu aujourd'hui le ministère des Transports du Québec que les changements climatiques appréhendés allant en s'accentuant vont contribuer à obscurcir encore plus l'horizon de l'écosystème routier québécois au printemps prochain.

S'appuyant en cela sur les observations diagnostiques faites ces dernières années par l'industrie, et sur les conclusions, notamment, des études du ministère des Ressources naturelles du Canada, et plus particulièrement sur le plus récent rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), Bitume Québec estime que l'impact de ces changements climatiques va se faire sensiblement ressentir sur nos routes en raison de l'augmentation de la température, des pluies inhabituelles, des périodes de gel et de dégel à répétition, ainsi que de la diminution du couvert de neige qui, conformément aux analyses des scientifiques, sont susceptibles d'engendrer des cascades d'événements sur le système routier et les écosystèmes environnants.

« Nous allons jusqu'à être convaincus que la situation tant dénoncée des nids-de-poule et de routes en mauvais état sera pire encore au printemps 2020 » a dit aujourd'hui, en conférence de presse, le président de Bitume Québec, Martin Pelletier, pour qui ces pronostics alarmants forcent l'industrie à maintenir une vigie constante à ce chapitre. Cependant, Bitume Québec ne partage pas totalement l'opinion de plusieurs experts qui prétendent, a dit celui-ci, que le déficit d'entretien évalué à 16, 4 milliards de dollars (16,4G $) ne pourrait jamais être récupéré et ce, même si l'un des quelques constats faits par les membres du comité d'experts indépendant du MTQ, créé sur recommandation de la commission Charbonneau, clame que le même ministère des Transports « n'est pas capable de garder le rythme tellement le réseau routier du Québec se détériore rapidement », dixit le même comité du MTQ.

Cela signifie qu'il aurait fallu investir 1 milliard de plus par année pour maintenir le niveau de déficit d'entretien d'actifs de 2015. Cela fait peur, ajoute l'organisme! 

« L'héritage du passé est extrêmement lourd à porter pour le ministre des Transports, M. Bonnardel, qui en a visiblement plein les bras, et à qui nous offrons toutefois notre entière coopération » a par ailleurs enchaîné M. Pelletier.

Soutenant avoir la conviction que le 1 milliard 450 millions investi en 2019-2021 ne suffira pas, Bitume Québec, qui se refuse par contre à brandir épouvantails et scénarios catastrophes, met en garde les pouvoirs publics contre le fait qu'il faudra aussi s'occuper de la remise à niveau, à court et moyen terme, de près de 9 700 kilomètres de chaussées souples municipales (soit près de deux fois et demie la longueur de toute le réseau de rues de Montréal) en marge de la réfection des réseaux souterrains d'aqueducs et d'égouts désuets et en mauvais état, dans les villes québécoises. 

« À défaut d'injecter de l'argent neuf, un réaménagement des priorités d'investissements prévus au Plan québécois des infrastructures 2019-2029 pourrait peut-être permettre de dégager la marge de manoeuvre nécessaire » a poursuivi Martin Pelletier, en précisant que sur les 115 milliards de dollars prévus au Plan, une provision de 24,5 milliards était destinée au réseau routier.  

À court terme, Bitume Québec réitère la nécessité de lancer les appels d'offres en novembre et décembre pour permettre aux entreprises du secteur de faire les investissements nécessaires et de s'assurer d'une disponibilité de main d'oeuvre. L'association croit fermement que jusqu'à 20-25 % plus de chantiers avec ce simple changement de pratique pourraient être réalisés et livrés. Pour le long terme, l'organisme croit fermement que la réfection en profondeur de nos routes malades, avec des fondations renouvelées, un meilleur drainage, des matériaux mieux adaptés, et l'utilisation de technologies de dernière génération pourra être un facteur curatif déterminant pour la pérennité du réseau.

« L'heure n'est pas à l'autoflagellation, mais, à l'action » a conclu monsieur Pelletier en rappelant que Bitume Québec était aux côtés du Ministre, pour faire partie de la solution, et surtout pas du problème.

SOURCE Bitume Québec


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

12 oct 2019
Exo avise la clientèle de ses réseaux de trains, de transport régulier par autobus et de transport adapté que des horaires spéciaux seront en vigueur à l'occasion de l'Action de grâce, le lundi 14 octobre 2019. Nous invitons la clientèle à planifier...

11 oct 2019
17 h - Le ministère des Transports du Québec avise les usagers de la route des principales entraves sur le réseau supérieur de la région métropolitaine pour ce soir et la fin de semaine. Exceptionnellement, ces travaux peuvent être annulés ou...

11 oct 2019
La ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, invite les représentants des médias à un point de presse suivant une visite de chantier du Réseau express métropolitain sur...

11 oct 2019
Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) souhaite informer les automobilistes qu'il y aura des réductions de voie alternée sur le pont-jetée LaSalle aux fins de travaux de réparation durant les périodes suivantes : Le mardi 15 octobre, de...

11 oct 2019
La direction de la Société en commandite Stationnement de Montréal (la «?Société?») lance les installations de son parc de bornes de paiement du projet de modernisation et elles seront bientôt en service. «?Comme annoncé publiquement le 5 juin...

11 oct 2019
En collaboration avec Bridgestone, Robert Bernard remettra dans la région de la MRC de la Haute-Yamaska 250 habits de neige neufs de la marque québécoise Deux par Deux à des enfants issus de milieux défavorisés âgés de 12 mois à 14 ans....



Communiqué envoyé le 11 octobre 2019 à 10:30 et diffusé par :