Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Enfance, Sondages, Opinions et Recheches, Plaidoyer (politique)

Une pionnière de la recherche réclame un meilleur accès aux soins et plus d'éducation pour améliorer les conditions de vie des enfants victimes d'un AVC


La Dre Gabrielle deVeber signale qu'un AVC passe souvent inaperçu et ne fait l'objet d'aucun traitement chez les enfants.

OTTAWA, le 3 oct. 2019 /CNW/ - La pionnière de la recherche, la Dre Gabrielle deVeber, a exhorté les cliniciens et le public à améliorer l'accès aux soins et l'éducation en matière d'ACV pédiatrique - une affection qui touche au moins 10 000 enfants canadiens - en prononçant ici aujourd'hui la prestigieuse conférence Hnatyshyn au Congrès canadien sur l'ACV.

Plus de 700 délégués au Congrès ont entendu Gabrielle deVeber de l'Hôpital pour enfants de Toronto retracer les origines canadiennes de la recherche sur l'AVC pédiatrique et la création du premier registre ici même au Canada. Son travail a aidé à déterminer l'incidence des accidents vasculaires cérébraux chez les bébés, les enfants et les adolescents.

« Gabrielle deVeber a eu un impact énorme à bien des égards ", affirme le Dr. Adam Kirton, neurologue pédiatrique, chef du Programme de l'AVC pédiatrique de Calgary, chercheur de pointe et l'un de ses anciens stagiaires. « Mais le résultat le plus important est peut-être la façon dont elle a réuni des gens du monde entier pour influencer les soins aux enfants victimes d'un AVC et à leur famille.»

Souvent, l'AVC infantile n'est diagnostiqué que lorsqu'il réapparaît.

L'absence de l'AVC pédiatrique dans les campagnes de sensibilisation à l'AVC signifie que l'AVC chez les enfants passe souvent inaperçu et ne fait l'objet d'aucun traitement. Un enfant dont le poignet est faible ou qui marche en boitant peut être amené à passer une radiographie et, lorsqu'aucune fracture ou tension n'est détectée, l'examen prend fin. Ce n'est que lorsque l'enfant subit un AVC subséquent que le problème est identifié. Il y a au moins 500 enfants qui ont un AVC chaque année au Canada, dont plusieurs vivent avec des déficits légers ou modérés qui durent toute leur vie. « Le fardeau de la maladie est important et durable », dit la Dre deVeber.

Elle a exhorté les professionnels de la santé présents au Congrès à lire et à appliquer les meilleures pratiques en matière d'AVC. Les pratiques exemplaires canadiennes sont les seules à avoir des lignes directrices intégrées en pédiatrie. Elle a lancé un appel en faveur d'un financement accru de la recherche et de la formation d'un nombre accru de professionnels de la santé dans ce domaine. En raison de la petite taille du domaine, seuls Calgary et Toronto ont de solides programmes d'AVC pédiatrique au Canada. « Nous avons décerné des diplômes à 20 neurologues pédiatriques au Canada depuis 1995 et bon nombre d'entre eux se sont rendus dans différentes parties du monde - aux Philippines, en Allemagne et ailleurs en Europe, en Amérique du Sud et en Asie », dit-elle. « Il ne nous reste qu'une poignée de neurologues pédiatriques formés pour prodiguer des soins de l'AVC. »

Mais, bien qu'il reste encore des défis à relever, deVeber a également décrit les progrès énormes réalisés au cours des 30 dernières années. Au début des années 1990, la Dre deVeber, neurologue spécialisée en AVC chez SickKids, s'est associée à son mentor, la regrettée Dre Maureen Andrew, hématologue à l'Université McMaster, pour étudier les caillots dans le cerveau des enfants - comment ils se sont formés, où et pourquoi ils se sont formés, quels préalables ont mené à leur formation et les raisons des récurrences.

« Nous savions qu'après la période néonatale, il y avait récidive et que les enfants non traités avaient deux, trois et parfois beaucoup plus d'AVC », dit-elle. « Mais au début des années 90, nous ne savions pas comment les prévenir et les traiter. » Leur recherche s'est concentrée sur les accidents ischémiques cérébraux - le type d'accident vasculaire cérébral le plus courant dus à la formation de caillots sanguins. Chez les enfants, les origines sous-jacentes des caillots sont différentes de celles chez les adultes.

Le premier registre de l'AVC pédiatrique a permis d'identifier les causes de l'AVC

Comme il n'y avait pas de recherche systématique sur l'AVC pédiatrique à l'époque, les Dres deVeber et Andrew ont élaboré un programme pour suivre les enfants qui venaient à McMaster et à SickKids. Elles ont mis sur pied un registre national des AVC pédiatriques qui a recruté des patients pendant 10 ans, puis assuré un suivi pendant cinq ans.

« Nous avons inscrit les nourrissons et les enfants victimes d'un AVC au Canada en collaborant avec les 16 hôpitaux spécialisés en pédiatrie au Canada... Cela a permis d'inscrire plus d'un millier d'enfants victimes d'un AVC dans les années 1990 et nous avons pu avoir une bonne idée de l'incidence des AVC chez les enfants grâce à notre système national de santé », poursuit-elle. « Il n'y avait pas de sensibilisation à l'époque et ce n'est que lorsque les tomodensitogrammes et les IRM sont devenus possibles pour les enfants que de plus en plus d'enfants victimes d'un AVC ont été identifiés. »

Enfin, les médecins ont pu cerner les facteurs de risque, l'incidence, les traitements et publier des recherches systématiques. Les AVC chez l'enfant résultent le plus souvent d'une inflammation focale des artères, d'une cardiopathie congénitale, d'une infection, de troubles hématologiques ou, dans le cas d'un AVC périnatal, d'une embolie probable du placenta.

Le premier registre a fermé ses portes en 2001 et, en 2002, la Dre deVeber a dirigé la création d'un registre international plus vaste - l'International Pediatric Stroke Study - avec 200 collaborateurs dans 40 pays. Depuis 2003, 6 000 patients d'AVC ischémique ont été recrutés et de nouvelles découvertes ont été faites à partir de ces résultats.

L'émergence des soins actifs de l'AVC

L'avènement de stratégies de traitement neuroprotecteur et de traitement d'urgence dont pourraient bénéficier les enfants rend particulièrement urgents le dépistage précoce de l'AVC et les méthodes systémiques en soins pédiatriques. Mais l'expertise des aspects uniques de l'ACV du nourrisson et de l'enfant et de l'ACV du cerveau et de l'enfant doit être au coeur de l'approche d'équipe pour optimiser la sécurité, dit-elle. « Les enfants ne sont pas des ' petits adultes ' quand il s'agit de leur sang, de leurs artères, de leur coeur et de leur cerveau. »

« Notre pays peut continuer à jouer un rôle de chef de file dans le domaine de l'ACV pédiatrique », affirme la Dre deVeber.

PARMI LES FAITS SAILLANTS DU CONGRÈS D'AUJOURD'HUI :

L'AVC : FAITS ET CHIFFRES

Le Congrès se tient à Ottawa en Ontario du 3 au 5 octobre 2019. Suivez-nous sur Twitter @strokecongress, #StrokeCongress.

Les énoncés et les conclusions des auteurs de l'étude sont uniquement ceux des auteurs de l'étude et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position de la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC ou du Consortium neurovasculaire canadien. Coeur et AVC et CSC ne font aucune déclaration ni garantissent leur exactitude ou leur fiabilité.

Congrès canadien de l'AVC
Organisé conjointement par Coeur et AVC et le CSC, le Congrès canadien de l'AVC est un forum canadien unique en son genre qui permet aux experts de partager les résultats des recherches les plus récentes, d'échanger des idées et d'établir les liens qui changeront l'avenir de l'AVC. Il réunit des chercheurs, des neurologues, des infirmières, des spécialistes en réadaptation, des responsables des politiques, des décideurs du système de santé - et  bien d'autres - dans une occasion sans précédent d'améliorer la santé du cerveau des Canadiens. (congresAVC.ca)

À propos de Coeur et AVC
La vie. Ne passez pas à côté.mc C'est pourquoi Coeur et AVC mène la lutte contre les maladies du coeur et les accidents vasculaires cérébraux. Ensemble, nous travaillons à prévenir les maladies, à sauver des vies et à promouvoir le rétablissement par la recherche, la promotion de la santé et les politiques publiques. (https://www.coeuretavc.ca/)

Consortium neurovasculaire canadien
Le Consortium neurovasculaire canadien est l'organisation professionnelle des neurologues spécialisés en AVC qui dirige la formation continue, la défense des intérêts et la recherche des professionnels de la santé. (strokeconsortium.ca)

SOURCE Fondation des maladies du coeur et de l'AVC


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 00:01
À une semaine du couvre-feu imposé par le gouvernement Legault, le RAPSIM constate les dommages de son application sur la santé et la sécurité des personnes marginalisées, dont celles en situation d'itinérance. Vendu comme un outil de plus pour...

15 jan 2021
L'industrie procède au rappel des crêpes de riz doux de marque Wang Korea parce que ces produits pourraient contenir des oeufs qui n'ont pas été déclarés sur l'étiquette. Les personnes allergiques aux oeufs ne doivent pas consommer les produits visés...

15 jan 2021
L'avis de rappel d'aliments diffusé le 31 décembre 2020 a été mis à jour et comprend des renseignements supplémentaires sur les produits. Ces renseignements supplémentaires ont été obtenus au cours de l'enquête sur la salubrité des aliments effectuée...

15 jan 2021
Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonce qu'en raison du réaménagement de la chaîne de production de la compagnie Pfizer et du retard que cela causera dans la livraison des doses de vaccins, le calendrier de livraison a dû être...

15 jan 2021
Avec le retour en classe des élèves qui s'est amorcé le 7 janvier dernier, le Syndicat de l'enseignement de la Pointe-de-l'Île (SEPÎ) exprime de vives inquiétudes face à la propagation du virus de la COVID-19 sur le territoire desservi par le Centre...

15 jan 2021
Les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de la santé ont publié aujourd'hui la déclaration suivante: « Partout au Canada, la réponse à la pandémie de la COVID-19 repose sur une base de collaboration solide. Nous sommes témoins de cet esprit...



Communiqué envoyé le 3 octobre 2019 à 07:00 et diffusé par :