Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Sécurité publique, CFG

Mise à jour - Santé Canada rappelle aux Canadiens les risques associés à la consommation d'amandes d'abricot


OTTAWA, le 25 juill. 2019 /CNW/ - Santé Canada rappelle aux Canadiens qu'ils doivent limiter leur consommation d'amandes d'abricots en raison du risque d'empoisonnement au cyanure. Les amandes d'abricots contiennent naturellement de l'amygdaline, un composé pouvant libérer du cyanure s'il est ingéré.

Le corps humain peut éliminer de petites quantités de cyanure, mais de fortes dosent peuvent causer un empoisonnement qui risque d'entraîner la mort. L'empoisonnement au cyanure peut entraîner des symptômes tels qu'une faiblesse et de la confusion, de l'anxiété, de l'agitation, des maux de tête, des nausées, une difficulté à respirer, un essoufflement, des évanouissements, des convulsions et un arrêt cardiaque.

Les Canadiens qui ont consommé des amandes d'abricot et qui éprouvent des symptômes associés à un empoisonnement au cyanure devraient consulter un médecin sur-le-champ.

Pour protéger les Canadiens contre le risque d'empoisonnement au cyanure causé par les amandes d'abricot, Santé Canada a fixé une concentration maximale réglementaire pour le cyanure extractible total dans les amandes d'abricot vendues comme aliments au Canada. Cette concentration maximale s'appliquera aussi aux amandes d'abricot utilisées comme ingrédients dans d'autres aliments. Ainsi, les Canadiens pourront manger des amandes d'abricots en toute sécurité, de la même manière que les autres types de graines et de noix.

La concentration maximale entrera en vigueur le 25 janvier 2020. Pour les amandes d'abricot achetées avant cette date, la recommandation de Santé Canada continue d'être la suivante : les enfants ne devraient jamais en consommer et les adultes ne devraient pas en manger plus de trois par jour, et seulement sous forme broyée et mélangées à d'autres aliments.

Pendant la période de transition, le Ministère assurera un suivi auprès des grands fournisseurs de produits contenant des amandes d'abricot dont la teneur en cyanure total extractible dépasse actuellement la concentration maximale, pour confirmer que ces produits ne seront plus sur le marché au Canada. À compter du 25 janvier 2020, seulement les produits qui respectent la concentration maximale pourront être vendus.

L'amande d'abricot est la graine qui se trouve à l'intérieur du noyau de l'abricot frais. Elle a l'aspect d'une petite amande et son goût rappelle celui d'une amande. Il en existe deux types, qui sont fondés sur le goût : les amandes douces et les amandes amères. Toutes deux contiennent de l'amygdaline à l'état naturel.

Les amandes d'abricots sont habituellement vendues entières ou en moitiés, préemballés ou en vrac, dans les magasins d'aliments naturels, dans les épiceries asiatiques et sur Internet. Elles peuvent également être vendues moulues ou servir d'ingrédients dans d'autres aliments ou boissons. Les amandes d'abricots amères et douces ont un aspect et un goût semblables à ceux des amandes, si bien que les consommateurs ont de la difficulté à les reconnaître si elles ne sont pas clairement étiquetées. Les consommateurs devraient s'informer au point de vente si l'étiquette des produits alimentaires qu'ils achètent ne permet pas de savoir clairement quel est leur contenu.

L'amygdaline peut aussi être appelée laétrile ou « vitamine B17 ». La vitamine B17 n'est pas une vitamine reconnue par le Règlement sur les aliments et drogues. Santé Canada considère que tout aliment, y compris les amandes d'abricots, accompagné d'une mention ou d'une allégation relative à son contenu en vitamine B17 contrevient au Règlement.

Les amandes d'abricot vendues comme aliments et les produits alimentaires contenant des amandes d'abricot ne devraient pas être consommés à des fins médicinales. Santé Canada n'a approuvé ni les usages médicinaux ni les usages à titre de produit de santé naturel des amandes d'abricots, du laétrile ou de la « vitamine B17 ».

Si, après le 25 janvier 2020, les Canadiens veulent savoir si un produit donné respecte la concentration maximale, ils devraient communiquer directement avec le fabricant ou le détaillant. Les Canadiens sont également incités à signaler toute préoccupation liée à la salubrité ou l'étiquetage d'un aliment à l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Also available in English

 

SOURCE Santé Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

20 sep 2019
Au terme d'une tournée québécoise de sensibilisation aux avantages du modèle privé conventionné pour l'hébergement et les soins de longue durée des personnes aînées et vulnérables, l'Association des établissements privés conventionnés (AEPC) invite...

20 sep 2019
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle la ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann, procédera à une annonce concernant les ressources en...

20 sep 2019
Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), la ministre McCann doit indiquer dès maintenant que les investissements en soutien à domicile du dernier budget seront injectés dans le réseau public pour épauler le personnel...

20 sep 2019
Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, monsieur Lionel Carmant, a dévoilé aujourd'hui les noms des quatre derniers membres qui viennent compléter le Comité de vigilance sur le cannabis. Ces personnes ont été sélectionnées selon leurs...

20 sep 2019
Les organismes communautaires en santé et services sociaux de la région de Lanaudière bénéficieront d'une hausse historique du financement qui leur est accordé. Le ministre responsable de la région de Lanaudière, monsieur Pierre Fitzgibbon, en a fait...

20 sep 2019
- On estime que l'ostéoporose touche 200 millions de personnes dans le monde1 et qu'elle est à l'origine d'une fracture toutes les 3 secondes2 ; cependant, une nouvelle enquête révèle que les spécialistes de l'ostéoporose en Europe pensent que ses...



Communiqué envoyé le 25 juillet 2019 à 11:54 et diffusé par :