Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Exploitation pétrolière
Sujets : Acquisitions et fusions d'entreprises, Gouvernement européen

PKN ORLEN progresse vers sa fusion avec le groupe LOTOS


P?OCK, Pologne, 4 juillet 2019 /PRNewswire/ -- PKN ORLEN vient de présenter une demande officielle auprès de la Commission européenne pour obtenir son approbation concernant son projet d'acquisition du groupe LOTOS. À terme, l'achèvement de ce processus conduirait à une entité unique et intégrée, forte sur le plan intérieur et dotée d'un potentiel international lui permettant de jouer un rôle encore plus important sur le marché de l'approvisionnement en pétrole. 

« Dans le monde des affaires, la taille compte. C'est une règle de base que les principaux acteurs européens et mondiaux du secteur des carburants et de l'énergie ont bien comprise, après s'être engagés eux-mêmes depuis longtemps dans leurs propres efforts de regroupement. Une entité unique et forte serait donc bien placée pour rivaliser sur un marché exigeant, conférerait une meilleure stabilité à l'économie nationale, ainsi qu'aux prix du carburant, et accélèrerait ses propres investissements axés sur la croissance. Nous avons relevé ce défi en envisageant cette fusion comme un moteur essentiel de l'avenir des activités des deux sociétés, de leurs actionnaires et de la sécurité énergétique de la Pologne, tout en servant les intérêts de la clientèle des particuliers et des communautés locales. Le bon déroulement de ce processus constitue à nos yeux une priorité et la demande officielle déposée auprès de la Commission européenne illustre parfaitement à quel point nous sommes déterminés à atteindre efficacement ces objectifs », a déclaré Daniel Obajtek, président du conseil d'administration de PKN ORLEN.

La demande de PKN ORLEN inclut notamment le modèle proposé de la transaction, une présentation des activités des parties sur certains marchés en cause et des arguments relatifs à l'incidence de la fusion sur la concurrence dans ces marchés. Elle s'accompagne d'un paquet de documents internes des deux sociétés, qui devrait permettre à la Commission européenne d'évaluer la validité du dossier présenté par PKN ORLEN.

L'acquisition du groupe LOTOS par PKN ORLEN a été initiée en février 2018 par la signature d'une lettre d'intention avec le Trésor public polonais, qui détient 53,19 % des droits de vote à l'assemblée générale du groupe LOTOS. La structure transactionnelle était présentée dans cette lettre. Lors de la première étape, PKN ORLEN ferait l'acquisition de 32,99 % des parts du groupe LOTOS auprès du Trésor public polonais. Ensuite, une offre publique d'achat portant sur jusqu'à 66 % du total des droits de vote à l'assemblée générale du groupe LOTOS devrait être annoncée.

En avril 2018, une procédure de diligence préalable a été lancée dans le groupe LOTOS, incluant la vérification de sa situation commerciale, financière, juridique et fiscale dans la perspective de l'acquisition prévue. Au mois de novembre dernier, un avant-projet de la demande d'autorisation de concentration a été envoyé par PKN ORLEN à la Commission européenne. Tout en travaillant à l'élaboration du document, PKN ORLEN et le groupe LOTOS ont reçu des centaines de demandes de la part de la Commission européenne, auxquelles elles ont rapidement répondu. La bonne coopération entre les parties impliquées a conduit à l'élaboration finale du projet d'application.

Grâce à la consolidation de la société PKN ORLEN et du groupe LOTOS, la Pologne rejoint la tendance mondiale consistant à regrouper des acteurs majeurs du secteur des carburants et de l'énergie. Cela représente une réponse des sociétés polonaises à la tendance mondiale, qui devrait permettre de réduire le risque de perte de liquidités des raffineries nationales. Les processus de consolidation dans ce secteur sont en cours depuis longtemps, principalement en raison de la nécessité d'assurer la sécurité énergétique au niveau national. Des consolidations sectorielles similaires ont été entreprises par des raffineries telles que MOL en Hongrie, Statoil en Norvège, Repsol en Espagne, GalpEnergia au Portugal, ENI en Italie, OMV en Autriche et TOTAL en France.

Ces processus de consolidation en Europe n'ont en rien limité la concurrence sur les marchés respectifs en termes de combustibles ou de logistique. Cela serait à l'évidence également le cas avec la fusion entre PKN ORLEN et le groupe LOTOS. Le marché polonais est très compétitif dans ce domaine et cela continuera à être le cas à l'avenir.

Cette transaction devrait accroître les perspectives d'investissement en matière de développement des actifs, d'expansion à l'étranger et dans d'autres domaines. Un acteur unique et fort disposera d'une capacité d'investissement accrue, tout en maintenant ses ratios financiers à un niveau sûr. À cet égard, cette transaction devrait renforcer considérablement l'économie polonaise.

La fusion entre PKN ORLEN et le groupe LOTOS devrait également tirer parti des technologies et produits complémentaires des sociétés, ainsi que de leur position sur le marché des carburants. Grâce à la capacité de raffinage combinée, les usines qui sont actuellement exploitées par les deux groupes devraient être en mesure d'atteindre une production annuelle d'environ 12 millions de tonnes en produits légers (comme l'essence) et de 20 millions de tonnes en distillats moyens (principalement du diesel et du kérosène). Essentiellement, environ deux-tiers de cette production devrait provenir d'usines polonaises. À l'avenir, ces volumes devraient encore augmenter en lien avec les projets actuels et futurs d'investissement axés sur la croissance.

L'entité fusionnée sera ainsi en bien meilleure position pour allouer des fonds significatifs à la recherche, ce qui est essentiel au développement durable de toute économie. PKN ORLEN construit actuellement un centre de recherche et de développement à P?ock, dont le travail sera axé sur la mise en oeuvre de nouvelles solutions techniques et sur le développement de produits et de technologies innovants. L'équipe du groupe LOTOS pourra tirer parti de l'expérience de PKN ORLEN et utiliser les ressources dont elle disposera à P?ock, y compris au centre de recherche et de développement et dans ses centres similaires situés en République Tchèque.

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 20:26
«?D'un côté, j'ai 5?735 membres qui travaillent dans les laboratoires, qui manipulent ou auront à manipuler des milliers d'échantillons contaminés à la COVID-19 et qui mettent chaque jour leur santé en péril pour le bien de la population. De l'autre,...

à 16:42
Dans le cadre des efforts de secours déployés par BMO pour aider les Canadiens touchés financièrement par la COVID-19, la Banque offrira temporairement un taux d'intérêt de cartes de crédit effectif de 10,99 % pour les particuliers et les petites...

à 14:51
Quantstamp, une société de sécurité leader de la chaîne de blocs, a vu émerger une forme de gouvernance décentralisée tout en sécurisant le contrat de soutien du syndicat Maker. Face à l'extrême volatilité du marché des cryptomonnaies, la communauté...

à 11:00
La santé et la sécurité de tous les Canadiens sont la priorité absolue du gouvernement du Canada. C'est pourquoi le gouvernement investit dans les personnes les plus vulnérables à la pandémie de COVID-19, dont les personnes en situation d'itinérance...

3 avr 2020
La Banque Scotia a annoncé qu'elle réduira le taux d'intérêt des cartes de crédit aux particuliers et aux petites entreprises à 10,99 % pour les clients qui éprouvent des difficultés...

3 avr 2020
En réponse à la pandémie de COVID-19, la TD déploie des mesures sans précédent pour soutenir la population canadienne pendant cette période difficile, offrant notamment des options de report de versements, des allégements de paiements et d'autres...



Communiqué envoyé le 4 juillet 2019 à 13:05 et diffusé par :