Le Lézard
Classé dans : Les affaires, L'environnement, Science et technologie, Transport, Exploitation minière, Exploitation pétrolière, Chasse, pêche et plein air
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Économie, Plaidoyer (politique), CPG

Pour que les voitures électriques aient meilleure mine : Une nouvelle étude confirme les risques financiers de Nouveau Monde Graphite


MONTRÉAL, le 21 juin 2019 /CNW Telbec/ - Alors que la minière Nouveau Monde Graphite tient aujourd'hui son assemblée annuelle des actionnaires, la Coalition citoyenne des opposants à un projet minier en Haute-Matawinie (COPH) rend publique une nouvelle étude qui confirme les nombreux risques financiers de son projet visant le marché des pilles pour les voitures électriques.

« L'étude que nous rendons publique aujourd'hui soulève de nombreuses questions et de nombreux drapeaux rouges. Nous mettons en garde le gouvernement, Investissement Québec et la Caisse de dépôt de ne pas engouffrer davantage de millions d'argent public dans ce projet sans des analyses plus poussées », insiste Paul Comeau, membre de la coalition citoyenne.

Les citoyens ont mandaté l'organisme MiningWatch Canada et l'ingénieur minier Jim Kuipers pour faire l'analyse du projet. L'étude d'une vingtaine de pages a été transmise à Investissement Québec et la Caisse de dépôt le 6 juin dernier. Les institutions financières auraient investi environ 15 millions dans ce projet à ce jour.

Projet hautement spéculatif
Dans l'étude d'une vingtaine de pages, l'ingénieur minier de 35 ans d'expérience conclut que la viabilité économique du projet « n'est pas démontrée ». La firme Kuipers & Associates juge les hypothèses financières de la minière comme « optimistes et peu prudentes ». Il conclut que le projet est « vulnérable » face aux « grands joueurs internationaux qui contrôlent le marché du graphite », lequel se resserre. Il souligne que la multinationale Imerys, pourtant déjà implantée au Québec, a récemment préféré acheter un autre projet plutôt que celui-ci.

Revenus surestimés, coûts sous-estimés
L'ingénieur minier note que le prix du graphite prévu dans l'étude de faisabilité (1730 $US) est incohérent avec les prix prévus à court terme et dans les études précédentes (1124 $US à 1532 $US), soit un écart de 11 à 35%. Il estime que le taux de change de 0.76:1.00 $CD/US prévu sur plus de 20 ans est peu prudent et gonfle les revenus. Du côté des dépenses, nombreux coûts sont sous-estimés ou non documentés adéquatement, notamment les coûts pour la gestion de 107 millions de tonnes de déchets miniers, le traitement des eaux contaminées, la restauration du site après la fermeture, les mesures de mitigation pour la poussière et le bruit, de mêmes les compensations pour les résidents limitrophes, la municipalité et la Nation autochtone.

Une mine « toute électrique » : réalité ou poudre aux yeux?
Kuipers & Associates observe que la viabilité technique et économique d'une mine « toute électrique » n'est pas démontrée: les coûts de capitalisation et d'opération de cette technologie ne sont pas détaillés nulle part dans les documents de l'entreprise. Le promoteur prévoit recourir au diesel au départ, pendant cinq ans, et possiblement le maintenir à long terme.

Chute de 50% du prix de l'action
Dans ce contexte, la coalition citoyenne conclut qu'il n'est pas étonnant de constater que les investisseurs ne sont pas au rendez-vous et que le cours de l'action de la compagnie a chuté de 50% au cours des 20 derniers mois. 

Rappelons que le projet minier est situé dans un milieu sensible entre le Parc national du Mont Tremblant et le Parc régional du Lac Taureau. S'il est autorisé, il deviendrait la plus grande mine à ciel ouvert dans le sud du Québec avec une fosse de 2.6km de longueur et plus de 100 millions de tonnes de déchets miniers produits. Le projet sera devant le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement au cours de la prochaine année.

La Coalition des opposants à un projet minier en Haute-Matawinie (COPH) regroupe une centaine de propriétaires, villégiateurs, commerçants du secteur de Saint-Michel-des-Saints. La vision de la Coalition privilégie des projets économiques récréotouristiques clairement orientés vers le respect des paysages, de la nature et de la tranquillité des lieux. www.lacoph.com et pétition

 

SOURCE Coalition des opposants à un projet minier en Haute-Matawinie (COPH)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

6 avr 2020
Dans le contexte de pandémie de COVID-19, la Société des traversiers du Québec (STQ), qui chapeaute la traverse Rivière-du-Loup--Saint-Siméon, et Clarke inc., l'entreprise qui l'exploite, ont pris la décision de reporter le début de la saison,...

6 avr 2020
Air Canada a annoncé aujourd'hui plusieurs mises à jour visant à maintenir le statut des membres Air Canada Altitude jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de voyager...

6 avr 2020
Dans le cadre de l'initiative #DéroulerVotreGénérosité, Mercedes-Benz Canada et son réseau de concessionnaires collaborent avec Produits Kruger pour fournir des produits essentiels aux professionnels de la santé de première ligne, permettant ainsi à...

6 avr 2020
Le gouvernement du Québec a adopté le 13 mars dernier un décret par lequel il a déclaré l'état d'urgence sanitaire en raison de la pandémie actuelle de COVID?19. Des exemptions s'appliquent maintenant en ce qui a trait au Règlement sur les heures de...

6 avr 2020
La Société des traversiers du Québec (STQ) souhaite informer sa clientèle de l'horaire et des paramètres du service aérien par hélicoptère mis en place à la traverse de la rivière Saint-Augustin à la suite de la fermeture de la Route blanche le 3...

6 avr 2020
C'est avec la volonté d'accompagner ses assurés, Particuliers et Entreprises, que Desjardins Assurances...



Communiqué envoyé le 21 juin 2019 à 10:03 et diffusé par :