Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Sans buts lucratifs, Ententes financières, Femme, Première Nation, CFG

Le gouvernement du Canada annonce un investissement dans des organismes de femmes à Ottawa


OTTAWA, le 12 juin 2019 /CNW/ - Les organismes de femmes fournissent des services indispensables dans nos collectivités, et elles aident les femmes et les filles à profiter d'une sécurité financière, à vivre à l'abri de la violence et à être en mesure de participer à toutes les sphères de notre économie et de notre société. Or, depuis trop longtemps déjà, ces organismes sont sous-financés, sous-estimés et affaiblis. Le gouvernement du Canada reconnaît que les organismes de femmes sont la pierre angulaire du mouvement des femmes; maintenir et accroître la capacité de ces organismes à faire ce travail important est la façon la plus efficace de promouvoir l'égalité entre les genres.

C'est pourquoi l'honorable Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique et député d'Ottawa Centre, a annoncé aujourd'hui, au nom de l'honorable Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l'Égalité des genres, que le gouvernement du Canada investira jusqu'à 7,4 millions de dollars dans 14 organismes de femmes et organismes autochtones au service des femmes à Ottawa.

La ministre McKenna a présenté les organismes suivants qui recevront du financement (veuillez consulter le document d'information pour de plus amples renseignements) :

Les fonds octroyés pour ces projets proviennent des investissements historiques effectués à la fois dans le cadre du budget de 2018 dans le Fonds de renforcement des capacités pour appuyer un mouvement de femmes viable, et dans le Programme de financement de la lutte contre la violence fondée sur le sexe pour combler les lacunes en matière de soutien aux groupes de victimes de violence fondée sur le sexe mal desservis au Canada.

Citations

« En réalisant ces investissements historiques, nous rendons hommage aux femmes et aux organismes de femmes éliminent les obstacles depuis longtemps et nous les remercions pour ce travail important qui a parfois été accompli depuis des décennies à l'aide d'un budget restreint. Le mouvement des femmes partout au Canada sollicite une source de financement fiable, prévisible et accessible pour assurer la viabilité de leurs travaux; notre gouvernement a écouté. Je suis fière du fait que, grâce à ce financement stable et flexible, nous aidons des organismes au Nouveau-Brunswick à croître et à perdurer, parce que nous savons que les investissements dans les organismes de femmes sont la façon la plus efficace de promouvoir l'égalité des genres. En appuyant un mouvement qui a produit des résultats fantastiques, nous favorisons la croissance de la classe moyenne, nous renforçons les familles et les collectivités, et nous créons des changements durables qui profitent à tous. »

L'honorable Maryam Monsef, c.p., députée
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l'Égalité des genres

« Grâce à l'aide que le gouvernement du Canada accorde à ces organismes, nous pourrons poursuivre la discussion sur les droits des femmes et l'importance de rendre accessible un espace sûr pour celles et ceux qui en ont le plus besoin. La plupart de ces centres offrent des lignes téléphoniques de soutien accessibles en tout temps, des services de défense, des groupes de soutien et des programmes de réhabilitation. Je suis déterminée à continuer de collaborer avec tous les ordres de gouvernement pour veiller à ce que ces ressources et ces services restent primordiaux pour les femmes d'Ottawa-Centre et des collectivités environnantes. »    

L'honorable Catherine McKenna, c.p., députée
Ministre de l'Environnement et du Changement climatique
Députée d'Ottawa-Centre

« Notre gouvernement s'est engagé à promouvoir l'égalité des genres, l'autonomisation économique des femmes et à appuyer les femmes entrepreneures à travers des investissements tels que les fonds annoncés aujourd'hui dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités. Nous comprenons qu'en appuyant les organismes de femmes et les organismes autochtones au service des femmes, nous aidons à éliminer les obstacles systémiques à l'égalité entre les genres dans notre pays. »

Mona Fortier
Députée d'Ottawa-Vanier

Faits en bref

Produit connexe

·  Document d'information

Document d'information

Programme de promotion de la femme du ministère des Femmes et de l'Égalité des genres

L'une des méthodes qu'emploie le ministère des Femmes et de l'Égalité des genres pour promouvoir l'égalité des genres au Canada est d'accorder des fonds à des organismes admissibles dans le cadre du Programme de promotion de la femme. Les projets sont choisis par l'entremise d'appels de propositions sur des thèmes précis, ainsi que dans le cadre d'un processus de demande continu qui permet au Programme de promotion de la femme de régler des enjeux nouveaux à mesure qu'ils surviennent.                                                  

Le Programme de promotion de la femme finance des projets qui visent à éliminer les obstacles systémiques à l'égalité des femmes dans trois domaines prioritaires, soit l'élimination de la violence faite aux femmes et aux filles, l'amélioration de la sécurité et de la prospérité économiques des femmes et des filles et leur accès aux postes de responsabilité.

Appel de propositions visant le renforcement des capacités

En octobre 2018, la ministre Monsef a annoncé le lancement d'un appel de propositions dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités du Programme de promotion de la femme. Les projets locaux, provinciaux et nationaux étaient admissibles à différents montants de financement, en fonction de leurs besoins internes précis et de leur portée.

Le 8 mars 2019, à l'occasion de la Journée internationale des femmes, la ministre Monsef a annoncé que plus de 250 organisations de femmes de partout au pays recevraient du financement provenant du Fonds de renforcement des capacités.

L'objectif consiste à financer les propositions qui renforceront les capacités d'organismes de femmes et d'organismes autochtones au service des femmes qui sont admissibles et dont les initiatives contribuent à un mouvement de femmes viable au Canada qui promeut l'égalité des genres. Les organismes se serviront du financement pour renforcer leur capacité de prendre de l'expansion, de répondre aux demandes de services de plus en plus importantes et de continuer de travailler en collaboration pour aborder les enjeux d'égalité des genres. Le financement résulte de l'annonce, dans le Budget de 2018, d'un financement de 100 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir un mouvement de femmes viable et durable partout au Canada.

Projets à Ottawa

L'annonce d'aujourd'hui portait sur 12 projets à Ottawa seront financés par le gouvernement fédéral dans le cadre du Fonds de renforcement des capacités :

Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF)

Titre du projet : Renforcement des services en français en violence faite aux femmes en Ontario et de leur regroupement provincial
Montant du financement : 571?830 $

AOcVF accroîtra sa capacité organisationnelle et celle de ses organismes membres pour mieux servir les femmes francophones de l'Ontario. Le financement permettra à l'AOcVF de renforcer sa gouvernance, sa planification stratégique, sa gestion des ressources humaines, sa collaboration et ses activités de défense des droits. L'AOcVF élaborera également une stratégie d'établissement de partenariats pour renforcer sa collaboration avec ses organismes membres et ses partenaires. Ce travail permettra de renforcer la capacité des organismes francophones de l'Ontario grâce à l'élaboration d'une stratégie collective de défense des droits.

AOcVF a été fondé en 1988 par des intervenantes de première ligne qui ont décelé la nécessité d'avoir un organisme féministe francophone à l'échelle de la province qui est orienté par l'analyse féministe, afin d'établir des services en français et de produire du matériel d'information et de sensibilisation.

« La demande de services en français pour les femmes victimes de violence augmente en Ontario. Pour continuer à y répondre, nous devons s'adapter Grâce à l'appui du gouvernement fédéral, nous disposons maintenant des fonds nécessaires pour actualiser, consolider nos structures, incluant la gouvernance, nos collaborations et partenariats, pour un impact collectif plus grand dans le secteur de lutte contre la violence faite aux femmes. Ainsi, ce projet permettra de renforcer les capacités de notre organisme à tous les niveaux, afin de mieux répondre à la demande croissante. »

Maggy Razafimbahiny, directrice générale intérimaire
Action ontarienne contre la violence faite aux femmes

Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC)

Titre du projet : « En mouvement », assurer le renforcement des capacités des femmes francophones et acadiennes du Canada !
Montant du financement : 514?675 $

L'AFFC compte renforcer ses capacités organisationnelles afin de mieux soutenir les organismes membres qui représentent les communautés de femmes francophones et acadiennes. L'AFFC élaborera et mettra en oeuvre des solutions durables de façon à accroître les compétences en réseautage, la formation et le transfert des connaissances entre organismes membres sur les pratiques exemplaires. Ces activités devraient avoir un effet d'entraînement sur le renforcement de leurs capacités et faciliter des améliorations au développement social, économique et civique des femmes francophones en situation minoritaire.

L'AFFC représente plus de 1,3 million de femmes des communautés francophones et acadiennes du Canada et elle travaille avec 13 organismes de femmes à travers le pays. L'AFFC se consacre à l'égalité entre les sexes, à la sensibilisation et à la promotion du rôle et de la contribution des femmes francophones dans leurs communautés et de leur droit de vivre et de s'épanouir pleinement en français.

« Nous remercions le gouvernement fédéral pour son soutien financier. La valeur des services que nous offrons aux femmes francophones et acadiennes est très bien comprise par les organisations féministes et par les femmes qui comptent sur notre soutien. Grâce à ce nouvel investissement à long terme du gouvernement du Canada, nous pouvons renforcer notre organisation et offrir un soutien à d'autres organisations féministes francophones au pays. »

Soukaina Boutiyeb, directrice générale
Alliance des femmes de la francophonie canadienne

CALACS Francophone d'Ottawa

Titre du projet : Tracer la voie
Montant du financement : 198?405 $

Le CALACS Francophone d'Ottawa a décelé un besoin critique de conserver et de documenter les connaissances institutionnelles essentielles. Son travail porte sur le transfert des connaissances d'une génération de fournisseurs à l'autre; il rendra ces connaissances accessibles et créera les conditions optimales pour leur transfert, leur acquisition et leur intégration dans les activités quotidiennes de l'organisation. Les outils de transfert de connaissances et les pratiques exemplaires mis au point à toutes les étapes de ce travail seront partagés avec le réseau du CALACS et d'autres organismes du secteur.

Le CALACS Francophone d'Ottawa est un organisme féministe, géré et exploité par et pour les femmes, qui oeuvre pour l'égalité. Il offre une multitude de services aux femmes francophones survivantes âgées de 16 ans et plus, et est activement engagé dans la prévention et la sensibilisation à la violence fondée sur le sexe dans la communauté.

« Chaque génération tire des leçons de la précédente et ceci est particulièrement vrai au sein d'organisations comme la nôtre. Le temps et les efforts requis pour rassembler ces connaissances et les intégrer exigent d'y consacrer des fonds et des ressources. Nous nous réjouissons de pouvoir compter sur l'investissement du gouvernement fédéral. Nous pourrons ainsi commencer à partager ces connaissances avec la prochaine génération de fournisseurs, dans l'intérêt des femmes qu'ils servent. »

Josée Guidon, gestionnaire
CALACS Francophone d'Ottawa

Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (CAEFS)

Titre du projet : Soeurs à l'interne : Renforcement des capacités pour soutenir l'accès à la justice et l'égalité pour les femmes criminalisées [Sisters Inside: Building Capacity to support access to justice and equality for criminalized women]
Montant du financement : 687?450 $

La CAEFS cherche à créer les partenariats, les outils et la formation nécessaires dans le but de soutenir son activité de défense des droits des femmes et de promotion de l'égalité des sexes à l'échelle locale et à l'échelle nationale. À l'échelle locale, la CAEFS apportera un soutien durable aux sociétés membres dans le but d'étendre et de développer des programmes et des services qui s'attaquent aux obstacles à la justice et à la réintégration à long terme des femmes criminalisées.

La CAEFS est une association de sociétés Elizabeth Fry autonomes et communautaires qui travaillent avec et pour les femmes et les filles dans le système de justice, en particulier celles qui sont ou pourraient être criminalisées. La CAEFS compte 24 sociétés membres partout au Canada et continue de maintenir et de renforcer ses liens avec d'autres organismes nationaux de justice, de femmes et de bénévoles.

« Nous sommes ravies d'apprendre que notre projet a été approuvé pour un investissement à long terme dans le cadre du nouveau plan d'appui du gouvernement fédéral aux organisations de femmes. Les obstacles à la justice et à la réintégration dans la société sont des problèmes à long terme qui exigent une attention et une mobilisation constantes. Le financement nous aidera à soutenir localement les membres qui passent à l'échelle supérieure pour répondre à la demande croissante de services tout en renforçant notre activité de défense des droits des femmes et de promotion de l'égalité des sexes à l'échelle locale et à l'échelle nationale. »

Kassandra Churcher, directrice générale
Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry

Initiatives : une ville pour toutes les femmes (IVTF)

Titre du projet : S'approprier la nôtre [Coming into Our Own]
Montant du financement : 222?360 $

L'IVTF vise à s'assurer que son travail de promotion de l'égalité des sexes et d'amélioration de la participation sociale et démocratique des femmes se poursuit. Le financement lui permettra de se restructurer et de prendre de l'expansion, principalement en ce qui a trait aux ressources humaines et à la viabilité financière. Pour parvenir à une plus grande indépendance financière, l'IVTF établira une entreprise sociale efficace grâce aux services de facilitation et de changement organisationnel qu'elle offre à l'appui de l'équité.

On a lancé l'IVTF à Ottawa en 2004 pour que les préoccupations des femmes de divers milieux soient prises en compte dans le processus décisionnel municipal. À ce moment-là, Ottawa ne disposait pas des données nécessaires pour tenir compte du genre et de la diversité. En juin 2004, le conseil municipal d'Ottawa a adopté une motion visant à reconnaître officiellement l'IVTF comme partenariat ville-collectivité.

« Pendant des années, nous nous sommes tellement concentrées sur la mobilisation des femmes d'horizons divers et l'établissement des partenariats que nous n'avions ni le temps ni les ressources pour gérer notre propre croissance en tant qu'organisation. Grâce à l'annonce faite aujourd'hui par le gouvernement du Canada, nous aurons un financement stable pour nous restructurer et atteindre nos objectifs financiers et stratégiques de façon à améliorer notre indépendance financière. »

Valerie Stam, directrice générale
Initiatives : une ville pour toutes les femmes

Alliance féministe pour l'action internationale (AFAI)

Titre du projet : Renforcement des capacités pour l'avenir [Capacity Building for the Future]
Montant du financement : 406?400 $

L'AFAI sera en mesure de renforcer sa capacité pour offrir des services et des programmes et améliorer toutes les dimensions de son activité et ses structures de collecte de fonds. Elle élaborera une série de plans stratégiques afin d'examiner et de réviser trois grands domaines d'engagement : la collecte de fonds, les communications et les partenariats. Un autre résultat visé à long terme est un plan d'activités complet et une vision renouvelée de la gouvernance, et de meilleures communications avec les organisations membres et le grand public.

L'AFAI est une alliance d'organismes de défense de l'égalité qui sont déterminés à faire des accords internationaux sur les droits fondamentaux des femmes une réalité. L'AFAI compte des groupes membres à l'échelle provinciale, territoriale et nationale. Elle offre aux femmes de partout au Canada un cadre où elles peuvent travailler ensemble à assurer une meilleure qualité de vie à toutes les femmes.

« L'AFAI collabore avec des organismes de toutes les régions du Canada pour faire respecter les droits fondamentaux des femmes dans le monde entier. Pendant de nombreuses années, cela a été difficile parce qu'on ne pouvait compter que sur le travail bénévole. Grâce à cet investissement du gouvernement fédéral, nous pourrons nous restructurer et prévoir. Le renforcement de nos capacités signifie que nous pourrons veiller sur l'avenir des droits des femmes au Canada. »

Amanda Dale, directrice
Alliance féministe pour l'action internationale

Services pour femmes immigrantes d'Ottawa (IWSO)

Titre du projet : Salaire égal pour services égaux : Combler l'écart salarial [Equal pay for equal services: Closing the Salary Gap]
Montant du financement : 200?000 $

IWSO est en train d'élaborer une stratégie de viabilité afin de diversifier son financement de base et de combler l'écart salarial de son effectif, qui est entièrement composé de femmes immigrantes, réfugiées et appartenant à des minorités raciales. Une plus grande égalité économique réduira le temps consacré au recrutement et se traduira par une meilleure rétention des fournisseurs de services et par une utilisation plus efficace des ressources. Le financement permettra à ces femmes d'acquérir un savoir-faire à mesure qu'elles avancent avec l'organisme dans la mesure où leur sécurité économique sera moins préoccupante qu'elle a pu l'être auparavant. Dans le cadre du projet, le personnel de niveau supérieur d'IWSO intensifiera les activités de sensibilisation aux questions touchant les femmes immigrantes dans leur cheminement vers l'égalité dans la société canadienne.

IWSO est un organisme communautaire au service des immigrantes et des femmes des minorités visibles depuis 1988. Il s'efforce d'offrir aux femmes des possibilités de s'intégrer dans la société, de retrouver une vie exempte de violence et d'atteindre des objectifs personnels. Chaque année, plus de 2?000 femmes et enfants sont aidés par le personnel et les bénévoles dévoués de l'IWSO.

« Comme les nombreuses femmes fortes qui viennent nous demander de l'aide, nous voulons être aussi indépendantes que possible, et pour cela, nous avons besoin de sécurité financière. Notre plan qui vise à diversifier notre financement et à combler l'écart salarial pour notre personnel peut enfin aller de l'avant maintenant que nous avons un appui du gouvernement fédéral. Nous lui en sommes reconnaissantes, et nous nous attendons à ce que le résultat de cet investissement ait une influence importante sur la vie de notre personnel consciencieux et dévoué, dont tous les membres sont des femmes immigrantes, réfugiées ou appartenant à des minorités. »

Mercy Lawluvi, directrice générale
Services pour femmes immigrantes d'Ottawa

Association des femmes autochtones du Canada (AFAC)

Titre du projet : Gestion du risque et renforcement des capacités de base [Risk Management and Building Grassroots Capacity]
Montant du financement : 750?000 $

Grâce à ce financement, l'AFAC élaborera et appliquera un cadre de gestion des risques au renforcement des capacités à la base, lequel permettra de déceler, de surveiller et d'atténuer les risques pour l'organisme. De plus, l'AFAC déterminera et mettra en oeuvre les changements et les révisions nécessaires à ses politiques, à ses systèmes et à ses processus internes de façon à assurer la stabilité et la viabilité à long terme. Cette approche servira également à renforcer la capacité financière et à améliorer la gouvernance de ses associations provinciales et territoriales membres (APTM). Les résultats devraient se traduire par une amélioration de la stabilité organisationnelle et de la gouvernance. Ce changement profitera au travail de l'AFAC et des APTM en contribuant au bien-être et à la prospérité des femmes et des filles, et des personnes bispirituelles et de diverses identités de genre.

L'AFAC a été constituée en société sans but lucratif en 1974. Elle a été fondée dans le but collectif d'améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes et des filles autochtones et des personnes autochtones de diverses identités de genre (des Premières Nations, métisses et inuites) au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne.

« Nous remercions le gouvernement fédéral de son aide. Elle contribuera à améliorer notre capacité interne et notre structure organisationnelle, ce qui contribuera au mieux-être et à la prospérité des femmes, des filles, des personnes bispirituelles et de diverses identités de genre au sein de nos collectivités autochtones. »

Lynne Groulx, directrice générale
Association des femmes autochtones du Canada

Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes (COCVFF)

Titre du projet : Mettre fin à la violence faite aux femmes : Renforcer nos assises, accroître notre mouvement [Ending VAW : Strengthening Our Foundation, Building Our Movement]
Montant du financement : 122?400 $

Ce financement permettra à la COCVFF de renforcer sa capacité organisationnelle, notamment en matière de communication et de sensibilisation, de promotion des droits et de production de revenus. Les résultats attendus du projet comprennent une stratégie et une trousse à outils de revendication, une stratégie de transfert des connaissances, des stratégies globales de communication et une stratégie sur les médias numériques. En outre, la COCVFF déterminera et élaborera des stratégies de production de revenus afin de contribuer à sa viabilité à long terme. Les outils et les pratiques exemplaires découlant de ses travaux seront partagés avec d'autres.

La COCVFF est une coalition non partisane et à but non lucratif qui rassemble des organismes et des personnes à Ottawa et dans la région pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe et aux abus commis contre les femmes et les enfants. Les membres et les partenaires sont notamment des organismes d'aide aux victimes de viol, des services aux victimes, des services de protection de l'enfance, des hôpitaux locaux; des représentants du système judiciaire, y compris la police, la Couronne et les services de probation et de libération conditionnelle, des services de santé et de counselling, des chercheurs universitaires et d'autres membres engagés des collectivités.

« Notre mission consiste à mettre fin à la violence fondée sur le sexe et aux violences commises contre les femmes. Nous croyons au droit des femmes, des filles et des personnes de diverses identités de genre de vivre à l'abri de la violence et des abus. Grâce à l'investissement du gouvernement fédéral, nous renforcerons notre capacité et nous servirons mieux les personnes survivantes. »

Erin Leigh, directrice générale
Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes

Pauktuutit Inuit Women of Canada

Titre du projet : Renforcer le secteur des femmes inuites - Travailler ensemble pour renforcer les capacités [Strengthening the Inuit Women Sector - Working Together to Build Capacity]
Montant du financement : 736?903 $

Pauktuutit utilisera ce financement pour renforcer ses partenariats en offrant aux femmes inuites une plateforme qui leur permettra de se réunir et de communiquer leurs priorités distinctes et communes. L'organisme vise à établir l'Inuit Women's Advocacy Network et à assurer en même temps le partage des connaissances et la collaboration nécessaires à l'élaboration d'une stratégie qui comprend des résultats attendus compte tenu en particulier des principaux besoins, lacunes et difficultés.

Pauktuutit est l'organisme national qui représente les femmes inuites au Canada. Il promeut une plus grande sensibilisation aux besoins des femmes inuites, milite en faveur de l'égalité et des améliorations sociales et favorise la pleine participation des femmes inuites à la vie locale, régionale et nationale.

« Les femmes inuites sont plus fortes lorsqu'elles collaborent et s'entraident. Nous devons être capables de nous rassembler pour échanger nos idées, nos priorités et nos connaissances de façon à continuer à grandir. Nous sommes reconnaissantes au gouvernement du Canada d'avoir appuyé et financé notre plan qui vise à établir un réseau de défense des droits des femmes inuites. Grâce aux efforts soutenus des femmes inuites et à un soutien de ce genre, un avenir meilleur est possible pour nous, nos familles et nos collectivités. »

Rebecca Kudloo, présidente
Pauktuutit Inuit Women of Canada

St. Matthew's Harmony House

Titre du projet : Les dix prochaines années [The Next Ten Years]
Montant du financement : 22?800 $

St. Matthew's Harmony House élaborera un plan stratégique approfondi afin d'avoir l'assurance de disposer des ressources nécessaires pour répondre aux nouveaux besoins des femmes et des enfants dont la vie est affectée par la violence. Le plan stratégique couvrira toutes les dimensions organisationnelles, dont les finances, les ressources humaines, les partenariats, l'orientation et les objectifs stratégiques.

St. Matthew's Harmony House est un refuge de deuxième étape qui offre aux femmes et à leurs enfants ayant survécu à la violence une période de transition entre les services d'hébergement de crise et la vie autonome. L'organisme promeut la création d'un monde où les femmes et leurs enfants sont en sécurité et à l'abri de toutes les formes de violence et d'oppression.

« À cause des grandes difficultés auxquelles se heurtent les survivantes qui fuient la violence ainsi que les organismes de première ligne comme Harmony House qui leur viennent en aide, nous devons faire une pause de temps à autre pour réfléchir à la meilleure façon de répondre aux besoins actuels et nouveaux des femmes et des enfants avec lesquels nous travaillons. Grâce à l'investissement annoncé aujourd'hui par le gouvernement fédéral, nous serons en mesure d'avoir un plan solide qui nous permettra de nous adapter et d'intervenir du mieux possible, de façon à pouvoir continuer d'aider les femmes et les enfants à se construire une vie future exempte de violence. »

Leighann Burns, directrice générale
St. Matthew's Harmony House

Sexual Assault Support Centre of Ottawa (SASC)

Titre du projet : En forme pour l'avenir : Restructuration du SASC pour les survivantes d'aujourd'hui et de demain [Fit for the Future: Restructuring SASC for the survivors of today and tomorrow]
Montant du financement : 190?770 $

Le SASC fait face à une demande croissante pour ses services : ce financement lui permet donc de renforcer sa capacité à répondre aux besoins des survivantes de violence sexuelle. Le SASC utilisera le financement pour devenir un organisme plus solide, plus souple et plus efficace. Il entreprendra un travail afin d'élaborer un plan stratégique qui comprendra un examen complet des processus et des politiques établis. Un cadre d'évaluation féministe servira à évaluer les programmes actuels et ceux en cours d'élaboration.

Le SASC est un organisme communautaire à but non lucratif qui a été créé en 1983 pour offrir aux femmes qui ont subi de la violence sexuelle des services de soutien guidés par des survivantes. L'organisme offre un service d'assistance téléphonique 24 heures sur 24, un soutien individuel et de groupe, un appui juridique, un accompagnement au tribunal, à l'hôpital et dans les commissariats de police, de l'information, des programmes d'éducation publique et spécialisés pour les jeunes femmes, les femmes immigrantes et réfugiées et les femmes victimes de dérives sectaires.

« La demande pour nos services a augmenté avec la croissance des collectivités que nous desservons. Notre besoin de nous réinventer survient à un moment où le financement à long terme est difficile à obtenir. Nous sommes reconnaissantes au gouvernement fédéral d'avoir fourni ce plan de financement pluriannuel aux organismes de femmes, lequel aidera les nombreuses survivantes de violence sexuelle qui ont besoin des services et du soutien offerts par le SASC et d'autres centres. »

Ezioma O. Nnorom, directrice générale intérimaire
Sexual Assault Support Centre of Ottawa

Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe du ministère des Femmes et de l'Égalité des genres

À la suite de l'annonce en juin 2017 sur ll est temps : Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, le ministère des Femmes et de l'Égalité des genres (anciennement Condition féminine Canada) a lancé en janvier 2018 le Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe (VFS).

Le Programme de lutte contre la VFS, qui vient compléter le Programme de promotion de la femme du Ministère, aide les organismes actifs dans le domaine de la VFS à élaborer et à mettre en oeuvre des pratiques prometteuses afin de combler les lacunes dans le soutien apporté aux personnes survivantes et à leur famille.

Bien que la violence puisse toucher tout le monde, peu importe le sexe ou le genre, l'âge, la culture, l'origine ethnique, le lieu géographique et les milieux socioéconomiques, certaines populations sont plus à risque et se heurtent à des obstacles supplémentaires dans l'accès aux services. Le Programme de lutte contre la VFS répond à ce besoin en fournissant des fonds aux organismes admissibles à l'échelle locale, régionale et nationale pour la réalisation de projets qui comblent les lacunes dans les mesures de soutien apporté à certains groupes de personnes survivantes, notamment les femmes autochtones et d'autres populations mal desservies comme les enfants et les jeunes, les communautés LGBTQ2, les femmes en situation irrégulière, les réfugiées et les immigrantes, les personnes âgées, les femmes vivant dans une collectivité de langue officielle en situation minoritaire, les femmes vivant dans des collectivités nordiques, rurales ou éloignées, et les femmes handicapées.

Projets à Ottawa

L'annonce d'aujourd'hui a mis l'accent sur trois projets à Ottawa, en Ontario, qui bénéficient du financement du Programme de lutte contre la VFS, à savoir les suivants :

Inuuqatigiit Centre for Inuit Children, Youth and Families 

Titre du projet : Bien-être des Inuites : Soutien aux femmes et aux familles inuites touchées par la violence fondée sur le sexe [Inuit Well Being: Support for Inuit Impacted by Gender-Based Violence and their families]
Montant du financement : 750?000 $

L'Inuuqatigiit Centre for Inuit Children, Youth and Families est un centre important de services à la petite enfance et aux jeunes pour les familles inuites à Ottawa. Afin d'accroître sa capacité à offrir des services et des programmes liés à la violence fondée sur le sexe, ce projet mettra à l'essai et évaluera un modèle de prestation de services holistique, fondé sur les forces, qui tient compte des traumatismes, spécifiquement conçu pour les Inuits et destiné aux survivantes inuites de la violence fondée sur le sexe ainsi qu'à leur famille. Le projet privilégiera la prestation de programmes et de services culturellement adaptés et toutes les mesures de supplémentaires de soutien pouvant être nécessaires selon les résultats et les attentes.

L'Inuuqatigiit Centre for Inuit Children, Youth and Families est un organisme multiservices qui offre des services culturels, éducatifs, récréatifs et sociaux aux femmes, aux familles, aux enfants et aux jeunes inuits. Le centre a été établi en 2005 par des parents d'enfants inscrits au Programme d'aide préscolaire aux enfants de Tungasuvvingat Inuit, le parrain du programme. En 2006, l'Agence de la santé publique du Canada a transféré le parrainage à l'Inuuqatigiit Centre for Inuit Children, Youth and Families Centre Inuuqatigiit actuel.

« En peu de temps, nous sommes passés d'un organisme desservant des familles et des enfants inuits à un fournisseur multiservices capable d'offrir des programmes dans une vaste gamme de services sociaux. Mais notre capacité actuelle de faire face aux problèmes de la violence fondée sur le sexe doit être revue et élargie. Nous sommes très reconnaissantes envers le gouvernement fédéral de cet investissement dans nos programmes futurs de lutte contre la violence faite aux femmes qui prévoient des services particuliers conçus par et pour les survivantes inuites et leurs familles. »

Karen Baker-Anderson, directrice générale
Inuuqatigiit Centre for Inuit Children, Youth and Families
 

Association des femmes autochtones du Canada (AFAC)

Titre du projet : Élaborer une formation fondée sur des données probantes à l'intention des fournisseurs de services, à l'appui des personnes autochtones de la diversité sexuelle et les survivantes bispirituelles de la violence fondée sur le sexe [Developing Evidence-Based Training to Service Providers, Supporting LGBTQ+ and Two-Spirit Indigenous Survivors of Gender-based Violence]
Montant du financement :  jusqu'à 982?710 $

L'AFAC utilisera ce financement pour élaborer et mettre à l'essai un manuel d'engagement et de formation à l'intention des fournisseurs de services qui aident les LGBTQ2 autochtones et les survivantes bispirituelles de la violence fondée sur le sexe. Le manuel sera élaboré avec la participation de survivantes et il sera adapté à la culture et tiendra compte des traumatismes.

L'AFAC a été constituée en société sans but lucratif en 1974. Elle a été fondée dans l'objectif collectif d'améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes, des filles et des personnes de diverses identités de genre autochtones (des Premières Nations, métisses et inuites) au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne.

« Pour que nous puissions former les fournisseurs à intervenir de manière adaptée et efficacement dans des circonstances et conditions diverses, notre formation doit être mise à niveau. Nous sommes heureuses de recevoir ce nouvel investissement du gouvernement du Canada qui nous aidera à faire notre travail avec confiance et à continuer d'aider les survivantes autochtones de la violence fondée sur le sexe. »

Lynne Groulx, directrice générale
Association des femmes autochtones du Canada
 

Women of the Métis Nation (WMN) - Les Femmes Michif Otipemisiwak

Titre du projet : Engagement communautaire des survivantes métisses de la violence fondée sur le genre [Community-Based Engagement of Métis Survivors of Gender-Based Violence]
Montant du financement : jusqu'à 1 million $ 

WMN fera participer les survivantes métisses de la violence fondée sur le sexe pour aider à mettre à l'essai et à évaluer la pratique prometteuse qui consiste à créer des services propres aux personnes de la Nation métisse qui sont touchées par la violence fondée sur le sexe. Dans cette optique, nous encouragerons les personnes survivantes à partager leurs expériences et ce faisant, nous les aiderons à définir les services dont ils ont besoin. Au fil du temps, les résultats escomptés seront établis et adaptés, de façon à ce que les services offerts favorisent la guérison et le rétablissement.

Les Femmes Michif Otipemisiwak -- WMN promeut et représente les intérêts et aspirations personnels, spirituels, sociaux, culturels, politiques et économiques des femmes de la Nation métisse au Canada. Fonctionnant comme secrétariat du Ralliement national des Métis depuis 1999, l'organisme a été constitué en société en 2010 lors de sa réunion inaugurale.

« Il est important et nécessaire que nous prenions des mesures pour améliorer les services offerts aux survivantes métisses de la violence fondée sur le sexe. Grâce à ce nouveau soutien du gouvernement fédéral, nous pouvons faire le travail dans la durée et concevoir des programmes propres à la Nation métisse avec l'aide et les conseils des survivantes métisses. Cela améliorera la vie des femmes métisses, leur donnera plus de pouvoir et contribuera à l'acquisition des connaissances collectives dont nous avons besoin pour mieux lutter contre la violence fondée sur le sexe dans nos collectivités. »

Melanie Omeniho, présidente
Women of the Métis Nation  (Les Femmes Michif Otipemisiwak)

Liens connexes

Suivez le ministère des Femmes et de l'Égalité des genres

 

SOURCE Ministère des Femmes et de l'Égalité des genres


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 20:09
Lyre Miner et Harp Miner, deux plateformes de minage de cryptomonnaie récemment lancées par www.BitHarp.com ( BitHarp Group Limited ), s'avèrent être rapidement des plateformes révolutionnaires sur le marché mondial des cryptomonnaies. Pendant leur...

à 14:00
Lyre Miner et Harp Miner, deux plateformes de cryptominage récemment lancées sur le site www.BitHarp.com (BitHarp Group Limited), sont en train de changer rapidement la donne sur le marché mondial de la cryptomonnaie. En effet, lancés il y a peu, ces...

à 10:11
À la suite d'une journée de médiation tenue hier, les travailleuses et travailleurs de Barry Callebaut ont déclenché une grève générale illimitée. Forts d'un mandat adopté à 95 %, les 365 travailleurs n'ont eu d'autre choix que d'envoyer un message...

21 sep 2019
HUAWEI CLOUD a annoncé une série d'investissements stratégiques en 2019, dans le but d'élargir sa présence mondiale et de répondre à la demande croissante pour sa plateforme intelligente dans le Cloud, sécurisée et stable. HUAWEI CLOUD connaît une...

21 sep 2019
La Cour d'appel donne raison à la CSN-Construction en ce qui concerne le pourvoi judiciaire accompagné d'un sursis d'urgence qui a été déposé en juillet dernier dans le dossier du conflit de compétences entourant la pose des rails du métro de...

21 sep 2019
Les représentants des médias sont conviés à un point de presse, ce samedi 21 septembre. Le président général du SFPQ, Christian Daigle, et la présidente régionale du SFPQ, Caroline Bouffard seront sur la ligne de piquetage dans la réserve faunique...



Communiqué envoyé le 12 juin 2019 à 12:15 et diffusé par :