Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Bénéfices, Dividendes / Ristournes

La Banque Nationale divulgue ses résultats du deuxième trimestre de 2019 et hausse son dividende trimestriel de 3 cents, à 68 cents par action


L'information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2019 préparés selon les Normes internationales d'information financière (IFRS) telles que publiées par l'International Accounting Standards Board (IASB), sauf indication contraire. Les IFRS représentent les principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Les symboles M$ et G$ désignent respectivement les millions et les milliards de dollars canadiens.

MONTRÉAL, le 30 mai 2019 /CNW Telbec/ - La Banque Nationale déclare un résultat net de 558 M$ au deuxième trimestre de 2019, en hausse de 2 % par rapport à 547 M$ pour le trimestre correspondant de 2018. Le résultat dilué par action de 1,51 $ au deuxième trimestre de 2019 se compare à 1,44 $ au trimestre correspondant de 2018, une hausse de 5 % essentiellement attribuable à la croissance de la plupart des secteurs d'exploitation, atténuée par un ralentissement des activités dans le secteur des Marchés financiers.

Le résultat net de la Banque pour le premier semestre de 2019 se chiffre à 1 110 M$, en hausse de 13 M$ par rapport à 1 097 M$ pour la période correspondante de 2018. Le résultat dilué par action atteint 3,01 $ pour le semestre terminé le 30 avril 2019, contre 2,90 $ pour le semestre correspondant de 2018, une hausse de 4 %.

« Au deuxième trimestre de l'exercice 2019, la Banque a réalisé une solide performance, avec un résultat net de 558 M$ et un résultat par action de 1,51 $, en hausse de 5 % par rapport à l'année dernière, a souligné M. Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada. En plus des fondamentaux économiques favorables, notre performance a bénéficié de la bonne progression de nos activités, de notre gestion des coûts disciplinée, de la qualité élevée du crédit et de la robustesse de nos ratios des fonds propres réglementaires. »

 

Faits saillants


(en millions de dollars canadiens)

Trimestre terminé le 30 avril

Semestre terminé le 30 avril


2019


2018


Variation %

2019


2018


Variation %












Résultat net

558


547


2

1 110


1 097


1

Résultat dilué par action (en dollars)

1,51

$

1,44

$

5

3,01

$

2,90

$

4

Rendement des capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires

17,8

%

18,6

%


17,5

%

18,6

%


Ratio de versement des dividendes

42

%

41

%


42

%

41

%



















Au 30 avril

2019


Au 31 octobre

2018



Ratio des fonds propres CET1 selon Bâle III






11,5

%

11,7

%


Ratio de levier selon Bâle III






4,0

%

4,0

%



 

Particuliers et Entreprises

Gestion de patrimoine

Marchés financiers

Financement spécialisé aux États-Unis et International

Autres

Gestion du capital

Dividendes

Le 29 mai 2019, le conseil d'administration a déclaré les dividendes réguliers sur les diverses séries d'actions privilégiées de premier rang, ainsi qu'un dividende de 68 cents par action ordinaire, en hausse de 3 cents ou 4,6 %, payable le 1er août 2019 aux actionnaires inscrits le 25 juin 2019.

 

(1)

Consulter le « Mode de présentation de l'information » à la page 4 pour le détail des mesures financières non conformes aux PCGR.

 

Faits saillants


(en millions de dollars canadiens, sauf pour les données par action)

Trimestre terminé le 30 avril

Semestre terminé le 30 avril


2019


2018


Variation %

2019


2018


Variation %












Résultats d'exploitation











Revenu total

1 770


1 754


1

3 569


3 560


?

Revenu total en équivalent imposable (1)

1 850


1 818


2

3 712


3 683


1

Résultat net

558


547


2

1 110


1 097


1

Résultat net attribuable aux actionnaires de la Banque

539


522


3

1 075


1 049


2

Rendement des capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires

17,8

%

18,6

%


17,5

%

18,6

%


Ratio d'efficience en équivalent imposable (1)

55,5

%

54,6

%


55,3

%

54,7

%


Résultat par action











de base

1,52

$

1,46

$

4

3,03

$

2,94

$

3

dilué

1,51


1,44


5

3,01


2,90


4












Informations sur les actions ordinaires











Dividendes déclarés

0,65

$

0,60

$


1,30

$

1,20

$


Valeur comptable






35,49


32,64



Cours de l'action











haut

63,82


64,08



63,82


65,35



bas

60,31


58,69



54,97


58,69



clôture

63,82


60,98



63,82


60,98



Nombre d'actions ordinaires (en milliers)

335 116


339 348



335 116


339 348



Capitalisation boursière

21 387


20 693



21 387


20 693




(en millions de dollars canadiens)

Au 30 avril

 2019


Au 31 octobre

2018


Variation %







Bilan et hors bilan






Actif total

269 106


262 471


3

Prêts et acceptations, déduction faite des provisions

148 742


146 082


2

Dépôts

179 419


170 830


5

Capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires

11 892


11 526


3

Actifs sous administration et sous gestion

549 391


485 080


13







Ratios réglementaires selon Bâle III






Ratios des fonds propres






catégorie 1 sous forme d'actions ordinaires (CET1)

11,5

%

11,7

%


catégorie 1

15,1

%

15,5

%


total

16,2

%

16,8

%


Ratio de levier

4,0

%

4,0

%


Ratio de liquidité à court terme (LCR)

141

%

147

%








Autres renseignements






Nombre d'employés - mondial

24 137


23 450


3

Nombre de succursales au Canada

428


428


?

Nombre de guichets automatiques au Canada

940


937


?


(1)

Consulter le « Mode de présentation de l'information » à la page 4 pour le détail des mesures financières non conformes aux PCGR.

 

Mode de présentation de l'information

La Banque a adopté l'IFRS 15 le 1er novembre 2018 tel qu'indiqué à la note 2 afférente aux états financiers annuels consolidés audités de l'exercice terminé le 31 octobre 2018. Tel que permis par l'IFRS 15, la Banque n'a pas retraité les états financiers consolidés comparatifs et la note 2 afférente aux présents états financiers consolidés présente l'incidence de l'adoption de l'IFRS 15 sur le bilan consolidé de la Banque le 1er novembre 2018. Puisque les états financiers consolidés intermédiaires ne comprennent pas toute l'information exigée aux termes des IFRS dans les états financiers annuels, ils doivent être lus conjointement avec les états financiers annuels consolidés audités et les notes y afférant de l'exercice terminé le 31 octobre 2018.

La présentation des informations sectorielles est conforme à la présentation que la Banque a adoptée pour l'exercice qui a débuté le 1er novembre 2018. Cette présentation tient compte du fait que les activités des services bancaires aux conseillers, qui étaient présentées dans le secteur de Gestion de patrimoine, sont maintenant présentées dans le secteur des Particuliers et Entreprises. La Banque a procédé à ce changement afin d'aligner le suivi de ses activités sur sa structure de gestion.

Mesures financières non conformes aux PCGR

La Banque a recours à diverses mesures financières pour évaluer les résultats et mesurer sa performance globale. Certaines de ces mesures financières ne sont pas calculées selon les PCGR, lesquels sont fondés sur les IFRS. Le fait de recourir à des mesures financières non conformes aux PCGR donne aux lecteurs une meilleure compréhension de la façon dont la direction analyse les résultats, en plus de leur permettre d'apprécier l'incidence d'éléments particuliers sur les résultats des périodes visées et de mieux évaluer les résultats en ne tenant pas compte de ces éléments s'ils considèrent que ceux-ci ne reflètent pas la performance financière sous-jacente des activités d'exploitation de la Banque. Les organismes de réglementation du commerce des valeurs mobilières exigent que les entreprises préviennent les lecteurs que les mesures financières non conformes aux PCGR n'ont pas de définition normalisée en vertu des PCGR et qu'il pourrait donc être impossible de les comparer avec des mesures similaires utilisées par d'autres entreprises.

À l'instar de plusieurs autres institutions financières, la Banque utilise l'équivalent imposable comme méthode de calcul du revenu net d'intérêts, des revenus autres que d'intérêts et de la charge d'impôts. Cette méthode consiste à ajuster certains revenus exempts d'impôts (notamment les dividendes) en les majorant de l'impôt qui aurait autrement été exigible. Un montant équivalent est ajouté à la charge d'impôts. Cet ajustement est nécessaire pour comparer le rendement des différents éléments de l'actif sans égard à leur traitement fiscal.

Les éléments particuliers liés aux acquisitions des dernières années (principalement celles du secteur de Gestion de patrimoine) ne sont plus présentés comme des éléments particuliers à compter du 1er novembre 2018 puisque ces montants sont jugés non significatifs. Les données du trimestre et du semestre terminés le 30 avril 2018 reflètent ce changement.

 

Données financières 


(en millions de dollars canadiens, sauf pour les données par action)

Trimestre terminé le 30 avril

Semestre terminé le 30 avril


2019


2018


Variation %

2019


2018


Variation %












Résultat net (1)











Particuliers et Entreprises

234


215


9

480


445


8

Gestion de patrimoine

118


112


5

243


226


8

Marchés financiers

160


190


(16)

330


394


(16)

Financement spécialisé aux États-Unis et International

72


63


14

132


113


17

Autres

(26)


(33)



(75)


(81)



Résultat net

558


547


2

1 110


1 097


1

Résultat dilué par action

1,51

$

1,44

$

5

3,01

$

2,90

$

4

Rendement des capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires

17,8

%

18,6

%


17,5

%

18,6

%




(1)

Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2018, certains montants ont été reclassés par rapport à ceux présentés précédemment, principalement les activités des services bancaires aux conseillers qui ont été transférées du secteur de Gestion de patrimoine au secteur des Particuliers et Entreprises. 

 

Mise en garde à propos des déclarations prospectives

À l'occasion, la Banque fait des déclarations prospectives écrites et verbales, notamment celles contenues dans la section « Survol et perspectives économiques » du Rapport aux actionnaires - Deuxième trimestre 2019 et dans la section « Principales tendances économiques » du Rapport annuel 2018, ainsi que dans d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation canadiens et d'autres communications, et ce, aux fins de décrire le contexte économique dans lequel la Banque évoluera au cours de l'exercice 2019 et les objectifs qu'elle souhaite atteindre au cours de cette période. Ces déclarations prospectives sont faites conformément aux lois sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada et aux États-Unis. Elles comprennent, entre autres, des déclarations à l'égard de l'économie - notamment les économies canadienne et américaine -, de l'évolution des marchés, des observations concernant les objectifs de la Banque et ses stratégies pour les atteindre, du rendement financier prévu de la Banque et de certains risques auxquels la Banque est confrontée. Ces déclarations prospectives sont habituellement marquées par l'usage de verbes au futur et au conditionnel ou par l'emploi d'expressions comme « prévoir », « croire », « estimer », « projeter », « s'attendre à », « avoir l'intention de » et autres termes ou expressions similaires.

En raison de leur nature même, ces déclarations prospectives supposent l'élaboration d'hypothèses et elles comportent donc nécessairement des risques et des incertitudes d'ordre général et spécifique. Les hypothèses qui ont trait à la performance des économies du Canada et des États-Unis en 2019 et à leurs effets sur les activités de la Banque figurent parmi les principaux facteurs pris en considération au moment de déterminer les priorités et les objectifs stratégiques et de fixer les objectifs financiers, notamment en ce qui a trait aux provisions pour pertes de crédit. Au moment d'établir les prévisions concernant la croissance économique en général et dans le secteur des services financiers en particulier, la Banque s'appuie surtout sur les données économiques historiques fournies par les gouvernements du Canada et des États-Unis et leurs organismes.

Il est fort possible que les projections expresses ou implicites contenues dans ces déclarations prospectives ne se réalisent pas ou se révèlent inexactes. La Banque recommande aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces déclarations, étant donné que divers facteurs, dont plusieurs sont indépendants de la volonté de la Banque, pourraient faire en sorte que les résultats, les conditions, les mesures ou les événements futurs varieront sensiblement des objectifs, attentes, estimations ou intentions figurant dans ces déclarations prospectives. Ces facteurs incluent notamment le risque de crédit, le risque de marché, le risque de liquidité et de financement, le risque opérationnel, le risque de non-conformité à la réglementation, le risque de réputation, le risque stratégique et le risque environnemental, lesquels sont décrits plus amplement dans la section « Gestion des risques » débutant à la page 52 du Rapport annuel 2018, et plus précisément la conjoncture économique générale et les conditions du marché financier au Canada, aux États-Unis et dans certains autres pays où la Banque exerce ses activités, y compris la modification à la réglementation touchant les activités de la Banque, les modifications apportées aux conventions et méthodes comptables que la Banque utilise à des fins de présentation de sa situation financière, y compris les incertitudes liées aux hypothèses et aux principales estimations comptables, les lois fiscales en vigueur dans les pays où la Banque est présente, principalement le Canada et les États-Unis (y compris la Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) aux États-Unis), les modifications aux lignes directrices sur les fonds propres et la liquidité ainsi que les instructions relatives à leur présentation et leur interprétation, les changements aux notations de crédit attribuées à la Banque, et les perturbations potentielles à l'égard des systèmes de technologie de l'information de la Banque, y compris l'évolution des risques liés aux cyberattaques.

La liste des facteurs de risques susmentionnés n'est pas exhaustive. Des renseignements supplémentaires sur ces facteurs sont fournis dans la section « Gestion des risques » du Rapport annuel 2018. Les investisseurs et autres personnes qui se fondent sur les déclarations prospectives de la Banque doivent considérer soigneusement les facteurs susmentionnés ainsi que les incertitudes et les risques qu'ils comportent. À moins que la loi ne l'exige, la Banque ne prévoit pas mettre à jour quelque déclaration prospective que ce soit, verbale ou écrite, qu'elle peut faire ou qui peut être faite en son nom de temps à autre.

L'information prospective contenue dans le présent document est destinée à l'interprétation des renseignements contenus dans ce document et pourrait ne pas convenir à d'autres fins.

Divulgation des résultats du deuxième trimestre de 2019

Conférence téléphonique

Diffusion de l'appel sur Internet

Documents financiers

 

SOURCE Banque Nationale du Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 07:35
Olympus, un chef de file technologique mondial qui conçoit et fournit des solutions innovatrices pour les interventions chirurgicales et médicales, entre autres secteurs d'activité clés, annonce aujourd'hui qu'Olympus Canada a été nommé l'un des...

à 07:23
Voici la solution pour les retardataires : la carte-cadeau pourrait être ce que vos êtres chers désirent cette année. Selon les résultats du sondage annuel réalisé par Rakuten, les Canadiens sont heureux de recevoir des cartes-cadeaux comme cadeau...

à 07:05
Broccolini, fier bâtisseur de la nouvelle Maison de Radio-Canada, annonce l'ouverture d'un concours en vue de sélectionner un ou une artiste québécois(e) pour créer une oeuvre d'art public. L'oeuvre sera installée sur le mur du studio principal (ou...

à 07:00
La Ville de Montréal souhaite impliquer la collectivité dans le développement d'une vision de développement économique pour le secteur industriel de la Pointe-de-l'Île. La Ville lance une consultation sur sa vision de ce secteur, ce qui lui permettra...

à 07:00
Exploration Azimut Inc. (« Azimut » ou « la Société »)  a le plaisir d'annoncer les résultats complets du programme d'exploration 2019 provenant du Trend Copperfield de 20 km de long identifié sur la Propriété Pikwa (la « Propriété ») dans la région...

à 07:00
Le 10e sommet mondial sur l'investissement des family offices de Sir Anthony Ritossa s'est achevé à Dubaï sous un tonnerre d'applaudissements des quelque 600 participants qui représentent des richesses de plus de 4 500 milliards de dollars. En plus...



Communiqué envoyé le 30 mai 2019 à 06:30 et diffusé par :