Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Économie, CFG

Le gouvernement du Canada aide à remédier à la pénurie d'enseignants en français partout au pays et appuie les programmes offerts en français à l'Université Simon Fraser


Le gouvernement du Canada appuie le recrutement et le maintien en poste d'enseignants dans les écoles de la minorité francophone ainsi que dans les programmes d'immersion et de français langue seconde grâce à une nouvelle stratégie nationale, et il appuie les programmes offerts en français à l'Université Simon Fraser

VANCOUVER, le 13 mai 2019 /CNW/ - L'anglais et le français font partie intégrante de notre identité en tant que Canadiens. Tous les enfants devraient avoir la chance de s'épanouir, de grandir et de s'amuser à l'école dans l'une ou l'autre de nos langues officielles ou les deux.

Depuis quelques années, les intervenants du milieu scolaire partout au pays signalent une grave pénurie d'enseignants dans les écoles de la minorité francophone ainsi que dans les programmes d'immersion et de français langue seconde. Cette situation a des répercussions importantes pour les communautés en situation minoritaire et la promotion du bilinguisme.

L'honorable Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, a dévoilé aujourd'hui une stratégie nationale de recrutement et de rétention des enseignants dans ces écoles et programmes. Dotée d'une enveloppe de 62,6 millions de dollars sur 4 ans, cette stratégie permettra de financer des projets en vue de remédier à la pénurie d'enseignants et de créer une table de concertation nationale sur le français langue seconde.

La ministre Joly lance un appel de propositions dans le but de financer des projets et mesures permettant de mieux comprendre la pénurie et d'accroître la capacité à recruter et à maintenir en poste des professeurs de français. Pour en savoir davantage sur l'admissibilité des projets et la façon de soumettre une demande, veuillez consulter la page Web des Programmes d'appui aux langues officielles.

Parallèlement, la ministre Joly créera une table de concertation nationale sur le français en tant que langue seconde qui réunira les principaux acteurs (les gouvernements provinciaux et territoriaux, les organismes communautaires concernés et le gouvernement fédéral) afin de travailler en étroite collaboration pour répondre aux enjeux de l'heure en matière d'immersion et de l'enseignement du français langue seconde.

La ministre Joly a également annoncé l'octroi de 3 millions de dollars à l'Université Simon Fraser pour l'aider à élargir la portée de ses cours et programmes offerts en français. Ainsi, l'Université sera mieux outillée pour satisfaire à la demande croissante des étudiants pour des cours de niveau postsecondaire en français en Colombie-Britannique. Elle reverra à la hausse son offre de cours et de programmes postsecondaires en français, grâce aux efforts continus de son Bureau des affaires francophones et francophiles.

Citations

« Au fil des générations, les francophones de toutes les régions du Canada ont gardé leur langue et leur culture bien vivantes. Notre gouvernement sait que les enseignants jouent un rôle essentiel dans la vitalité des communautés de langue officielle en milieu minoritaire et la promotion du bilinguisme partout au pays. C'est pourquoi je suis heureuse d'annoncer cette stratégie. Elle est le fruit d'une collaboration soutenue avec les provinces, les territoires et des organismes communautaires. »

- L'honorable Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie

« Tous les ministères de la Colombie-Britannique travaillent fort pour veiller à ce que les étudiants aient accès à un enseignement en français. Cet investissement fédéral est un grand pas vers le renforcement de notre engagement envers la diversité. Les financements qui consolident les partenariats et suscitent la collaboration dans les écosystèmes de la maternelle à la 12e année et de l'enseignement postsecondaire de la province sont toujours les bienvenus, car, en fin de compte, ils se traduisent par de plus grandes possibilités d'éducation et de carrière pour la prochaine génération. »

- L'honorable Melanie Mark, présidente du Conseil des ministres de l'Éducation (Canada) et ministre de l'Enseignement supérieur, des Compétences et de la Formation de la Colombie-Britannique

« De plus en plus de Britanno-Colombiens veulent apprendre les deux langues officielles du Canada, et il est important qu'ils en aient la possibilité. Nous accueillons favorablement ce soutien pour aider à remédier à la pénurie d'enseignants en français. Cet investissement s'appuie sur le travail que nous avons accompli avec le gouvernement du Canada jusqu'à maintenant, notamment le financement de 74 places supplémentaires sur deux ans pour la formation de professeurs de français à l'Université Simon Fraser, à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) et à l'UBC-Okanagan. »

- L'honorable Rob Fleming, ministre de l'Éducation de la Colombie-Britannique

« Cet octroi de fonds à l'Université Simon Fraser continuera à consolider notre engagement à former la prochaine génération d'enseignants de langue française, alors que la demande pour étudier en français augmente. Il permettra également à l'Université d'étendre ses programmes offerts en français à l'ensemble des facultés, au profit de ceux et celles qui ont à coeur d'étudier dans les deux langues officielles du Canada. » 

- M. Kris Magnusson, doyen, Faculté d'éducation, Université Simon Fraser

Les faits en bref

Selon le Recensement de 2016 de Statistique Canada, les communautés francophones hors Québec représentent 3,8 p. 100 de la population, et le taux de bilinguisme des anglophones hors Québec est de 6,8 p. 100. Selon les projections pour 2036, le pourcentage de francophones hors Québec pourrait chuter à 3 p. 100, et le taux de bilinguisme national augmenter seulement chez les francophones du Québec.

Selon Statistiques Canada, le nombre d'élèves inscrits dans les programmes d'immersion a augmenté de 47,8 p. 100 de 2006-2007 à 2016-2017, tandis que le nombre d'élèves inscrits dans des écoles francophones en milieu minoritaire a augmenté de 14,3 p. 100.

Dans le cadre du Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023 : Investir dans notre avenir, le gouvernement du Canada investit 62,6 millions de dollars sur 4 ans pour appuyer le recrutement et le maintien en poste d'enseignants dans les écoles francophones en situation minoritaire, ainsi que les programmes d'immersion et de français langue seconde.

Le Plan d'action pour les langues officielles comprend un investissement de 2,7 milliards de dollars sur 5 ans, y compris 500 millions de dollars en nouveau fonds pour soutenir les communautés de langue officielle en situation minoritaire et promouvoir le bilinguisme partout au pays.

Liens connexes

Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023 : Investir dans notre avenir

Programmes d'appui aux langues officielles

Document d'information - Le gouvernement du Canada aide à remédier à la pénurie d'enseignants en français partout au pays et appuie les programmes offerts en français à l'Université Simon Fraser   

Stratégie de recrutement et de rétention des enseignants dans les écoles de langue française en situation minoritaire et dans les programmes d'immersion et de français langue seconde

Selon le Recensement de 2016 de Statistique Canada, les communautés francophones hors Québec représentent 3,8 p. 100 de la population, et le taux de bilinguisme des anglophones hors Québec est de 6,8 p. 100. Selon les projections pour 2036, le pourcentage de francophones hors Québec pourrait chuter à 3 p. 100, et le taux de bilinguisme national ne serait tiré à la hausse que par les francophones du Québec.

En raison de la pénurie d'enseignants, il est plus difficile pour les enfants et leur famille d'avoir accès à l'enseignement en français, que ce soit dans les écoles de la minorité francophone ou dans le cadre de programmes d'immersion ou de français langue seconde. Cette pénurie peut donc aussi avoir des incidences sur les communautés francophones en situation minoritaire ainsi que sur le bilinguisme.

Le gouvernement du Canada lance une stratégie nationale en deux volets pour aider à recruter et à maintenir en poste des enseignants dans les écoles de langue française en situation minoritaire et dans les programmes d'immersion et de français langue seconde. Un appel de propositions national sera lancé afin de trouver des projets qui permettront de mieux comprendre la pénurie qui sévit dans le monde de l'enseignement et d'accroître la capacité à recruter et à maintenir en poste le personnel enseignant. Les provinces, les territoires et les organismes à but non lucratif peuvent soumettre des propositions. Afin de connaître les critères d'admissibilité et les modalités pour soumettre un dossier, veuillez consulter la page Web des Programmes d'appui aux langues officielles.

De plus, le gouvernement du Canada annonce qu'une nouvelle table de concertation nationale sur le français langue seconde sera mise sur pied dans le but de réunir des intervenants clés des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi que des organismes visés, et de discuter de l'enseignement du français langue seconde et de la pénurie d'enseignants.

Cette nouvelle stratégie nationale, dotée d'une enveloppe de 62,6 millions de dollars, fait partie intégrante du Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023 et vise à soutenir les communautés de langue officielle en situation minoritaire et à promouvoir nos deux langues officielles.

L'Université Simon Fraser : un leader de l'enseignement en français en Colombie-Britannique

Afin de répondre à la demande croissante des étudiants et de leur famille en matière d'éducation en français en Colombie-Britannique, le gouvernement du Canada investit 3 millions de dollars pour aider l'Université Simon Fraser à étendre la portée de ses cours et programmes en français. Cette somme permettra de continuer à appuyer le Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF) de l'Université dans l'élaboration de ces programmes et de futurs projets éducatifs en français dans tout l'établissement universitaire.

Le financement est conditionnel à la ratification d'une nouvelle entente Canada-Colombie-Britannique sur l'éducation dans la langue de la minorité et sur l'enseignement de la langue officielle seconde, couvrant la période visée par la proposition.

Il existe des accords bilatéraux entre le Canada et la Colombie-Britannique depuis presque 50 ans dont le but est d'aider la province à mettre en oeuvre ses activités éducatives en français et ses activités d'enseignement de la langue officielle seconde.

 

SOURCE Patrimoine canadien


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 18:39
Le plus ancien groupe hôtelier de luxe d'Europe est fier d'offrir sa riche tradition de service personnel attentif et d'hébergement incomparable à sa plus récente destination des Amériques. Attendu depuis longtemps, le centre de villégiature Cabrits...

à 18:30
Les petites entreprises comptent pour 98 % de toutes les entreprises canadiennes. Elles emploient huit millions de Canadiens qui travaillent très fort, d'un océan à l'autre. Ces petites entreprises forment l'assise de notre économie et sont...

à 18:03
Suning.com, une filiale du Suning Holdings Group (« Suning »), figure au classement 2019 des Fortune Global 500 avec un résultat d'exploitation de 37 milliards USD ; c'est la troisième fois qu'elle y est classée depuis sa première apparition sur la...

à 18:00
Le gouvernement du Canada travaille à renforcer le pouvoir économique des femmes avec sa toute première Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, une initiative assortie d'une enveloppe de 2 milliards de dollars qui vise à doubler, d'ici 2025, le...

à 17:02
Microsoft Corp. et OpenAI, deux sociétés qui réfléchissent en profondeur au rôle de l'intelligence artificielle...

à 17:01
Le Fonds de Placement Immobilier Nexus (« FPI Nexus » ou le « FPI ») a annoncé aujourd'hui la déclaration de la distribution du mois de juillet 2019. Le FPI versera une distribution en espèces de 0,01333 $ par part, représentant 0,16 $ par part sur...



Communiqué envoyé le 13 mai 2019 à 18:45 et diffusé par :