Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujet : Divers

Jour de la Terre Une meilleure santé grâce aux espaces verts


MONTRÉAL, 22 avr. 2019 (GLOBE NEWSWIRE) -- Dans le cadre du Jour de la Terre, la Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal fait le point sur les effets des espaces verts sur la santé, et leur rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Il a été démontré qu'un environnement verdoyant favorise l'activité physique, diminue le stress, l'isolement social, le bruit, et l'exposition à la pollution atmosphérique, lesquels peuvent augmenter le risque de maladie cardiovasculaire (articles de synthèse iciici et ici).

Des études pour évaluer les effets de la verdure sur la santé
Les enfants qui vivent dans des endroits où il y a davantage de végétation souffrent moins d'asthme et ont une pression artérielle plus basse, en comparaison avec ceux qui vivent dans des voisinages moins verts. Plusieurs études ont d'ailleurs évalué les effets de la végétation présente dans les quartiers résidentiels sur la santé et la longévité des résidants. Ces études épidémiologiques utilisent un indice de végétation, établi à partir d'images satellites, qui mesure la lumière réfléchie à la surface de la Terre durant l'activité photosynthétique et qui permet d'estimer la densité de végétation.

Une étude réalisée sur la population entière de l'Angleterre indique qu'un environnement plus verdoyant diminue les inégalités en matière de santé qui sont associées aux différences de revenus. Les auteurs estiment que l'exposition à une grande quantité de verdure a sauvé 1 328 vies par année en Angleterre parmi les personnes à faibles revenus.

D'après une étude auprès de 108?630 participantes de la Nurses' Health Study, les femmes qui vivaient dans les secteurs qui avaient le plus de végétation avaient un taux de mortalité, toutes causes confondues, 12 % plus bas que celles qui vivaient dans des régions moins verdoyantes. L'analyse a montré que la baisse de mortalité était fortement associée au degré de végétation dans les cas de morts causées par le cancer, les maladies respiratoires ou rénales.

Une étude australienne a montré que les chances d'être hospitalisé pour une maladie coronarienne ou un AVC étaient 37 % moins élevées pour des adultes qui résidaient dans des voisinages où il y avait une grande variabilité de couvert végétal, comparé à ceux qui vivaient dans un environnement «?vert?», mais où il avait peu de variabilité. Cet effet était indépendant du niveau absolu de verdure dans le voisinage des participants. Les auteurs suggèrent que des quartiers avec une plus grande variété de couverts végétaux pourraient favoriser l'exercice physique (marche, jogging), par exemple à cause de la présence de parcs bien desservis par des rues, des sentiers pédestres et des pistes cyclables. Résider à proximité d'un espace vert est associé à un taux de survie plus élevé après avoir subi un AVC, cela même en corrigeant l'analyse pour tenir compte de la proximité d'une autoroute (pollution de l'air) et de différents facteurs socio-économiques, selon une étude réalisée aux États-Unis.

Comment expliquer le lien entre la verdure et les maladies cardiovasculaires?
On ne comprend pas encore par quel mécanisme un environnement plus «?vert?» diminue l'incidence de maladies cardiovasculaires, mais les chercheurs soupçonnent que cela pourrait être lié à la proximité d'espaces qui favorisent l'exercice, à une meilleure qualité de l'air et à la réduction du stress psychologique. Une meilleure connaissance des mécanismes impliqués pourrait permettre d'améliorer nos environnements urbains et par conséquent la santé de ses habitants.

Pour en apprendre davantage sur la prévention en santé cardiovasculaire, rendez-vous sur le site Web de l'Observatoire de la prévention de l'Institut de Cardiologie de Montréal : observatoireprevention.org.

À propos de l'Institut de Cardiologie de Montréal
Fondé en 1954 par le Dr Paul David, l'Institut de Cardiologie de Montréal vise constamment les plus hauts standards d'excellence dans le domaine cardiovasculaire par son leadership en recherche clinique et fondamentale, en soins ultraspécialisés, en formation des professionnels et en prévention. L'Institut de Cardiologie de Montréal figure parmi les trois meilleurs centres de cardiologie au monde. Il s'est doté de la première Direction de la prévention au Canada, d'un centre de génétique cardiovasculaire, et du premier programme d'enseignement par simulation dédié à la cardiologie au Canada. L'Institut est affilié à l'Université de Montréal et compte plus de 2 000 employés, dont 225 médecins membres du CMDP et plus de 80 chercheurs. On y pratique plus de 2 300 interventions chirurgicales chaque année.

À propos de la Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal
Établie en 1977, la Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal recueille et administre des fonds pour soutenir la réalisation des projets novateurs et prioritaires de l'Institut, et lutter contre les maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité au monde. Ses événements philanthropiques et les contributions de ses donateurs ont permis à ce chef de file en santé cardiovasculaire de devenir le plus important centre de recherche en cardiologie au pays. Depuis sa création, la Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal a recueilli près de 260 millions de dollars en dons. Ses 27 350 donateurs ont permis de faire des découvertes importantes et de soutenir les spécialistes, professionnels et chercheurs de l'Institut afin d'offrir des soins à la fine pointe de la technologie à des dizaines de milliers de patients du Québec.

L'information de ce communiqué provient de l'article Espaces verts et la santé de l'Observatoire de la prévention : observatoireprevention.org/2017/08/28/espaces-verts-sante/

Source :                                                              
Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal    

Relations médias :
Marine Kaysen
Directrice, marketing et communications
Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal
514 376-3330, poste 3055 | marine.kaysen@icm-mhi.org


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

23 aoû 2019
L'avis de rappel d'aliments diffusé le 21 août 2019 a été mis à jour et comprend des renseignements supplémentaires sur le produit. Ces renseignements supplémentaires ont été obtenus au cours de l'enquête sur la salubrité des aliments effectuée par...

23 aoû 2019
Eli Lilly and Company a annoncé hier que TALTZ® (ixékizumab) a répondu au critère d'évaluation principal ainsi qu'à tous les critères d'évaluation secondaires importants de l'étude de phase IV IXORA?R, laquelle évaluait...

23 aoû 2019
La ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, l'honorable Mary Ng, se rendra à Surrey pour souligner l'esprit d'innovation et d'entrepreneuriat dans le domaine des entreprises en démarrage. La ministre annoncera ensuite des...

23 aoû 2019
Santé Canada avise la population canadienne que les produits qui suivent peuvent présenter de graves risques pour la santé. Pour en savoir plus, y compris sur ce que les consommateurs canadiens devraient faire, consultez l'avis de sécurité en ligne....

23 aoû 2019
Le choix d'autoriser à l'échelle industrielle la commercialisation d'une gamme élargie de produits du cannabis qui sont relativement peu connus du public et beaucoup moins consommés par les usagers que la forme fumée, pose plusieurs risques pour la...

23 aoû 2019
L'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre fédérale de la Santé, visitera le Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé à l'Université St Francis Xavier et fera une annonce. Il y aura un point de presse immédiatement après...



Communiqué envoyé le 22 avril 2019 à 01:15 et diffusé par :