Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Bénéfices, Dividendes / Ristournes

SNC-Lavalin annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l'exercice complet


Pour regarder Neil Bruce commenter les résultats financiers du 4e trimestre et de l'exercice 2018, cliquez ici.

MONTRÉAL, le 22 févr. 2019 /CNW Telbec/ - Le Groupe SNC-Lavalin inc. (TSX: SNC) annonce aujourd'hui ses résultats du quatrième trimestre terminé le 31 décembre 2018.

« L'année 2018 a été décevante en raison de nos secteurs Mines et métallurgie et Pétrole et gaz qui ont obtenu un faible rendement, a déclaré Neil Bruce, président et chef de la direction, Groupe SNC-Lavalin inc. En raison de la dégradation des perspectives à court terme du secteur Pétrole et gaz imputable à divers facteurs dont des relations intergouvernementales difficiles entre le Canada et l'Arabie saoudite, jumelées aux prix imprévisibles des marchandises et aux plans d'investissement incertains des clients, nous avons dû comptabiliser une perte de valeur du goodwill durant le trimestre. En ce qui concerne le problème déjà mis au jour dans le cadre d'un projet du secteur Mines et métallurgie, nous croyons que des reprises futures éventuelles auront une incidence positive. Il est maintenant temps de nous tourner vers l'avenir. Nos activités d'Infrastructures, d'ICGP et d'Énergie nucléaire ont connu un excellent trimestre et nous nous attendons à ce qu'elles continuent d'afficher de bons résultats. La Société possède des actifs représentant des milliards de dollars, un carnet de commandes bien rempli et des employés très talentueux qui sont fiers de concevoir et de bâtir le monde qui nous entoure. »

« Le conseil d'administration réitère sa confiance en l'équipe de direction pour diriger l'entreprise en 2019, pour mettre en oeuvre la stratégie figurant dans le rapport de gestion, et pour créer le maximum de valeur pour les actionnaires, a déclaré L'honorable Kevin Lynch, Président du conseil. »

Résultats du quatrième trimestre

La perte nette attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin déclarée en vertu des IFRS s'est établie à 1,6 milliard $ (9,11 $ par action après dilution) pour le quatrième trimestre de 2018, comparativement à un résultat net de 52,4 millions $ (0,30 $ par action après dilution) pour la période correspondante de 2017. La perte nette au quatrième trimestre de 2018 inclut une perte de valeur du goodwill sans effet de trésorerie après impôts de 1,2 milliard $, des charges nettes liées à la restructuration et autres de 48,8 millions $ (après impôts), à l'amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises de 42,9 millions $ (après impôts), des coûts sans effet de trésorerie liés à l'égalisation des prestations au titre de la pension minimale garantie de 20,8 millions $ (après impôts) et des frais connexes à l'acquisition et coûts d'intégration de 16,1 millions $ (après impôts).

La perte de valeur du goodwill sans effet de trésorerie après impôts de 1,2 milliard $ au quatrième trimestre de 2018 est liée au secteur Pétrole et gaz et est attribuable à une croissance plus faible que prévu au départ dans le modèle financier de la Société lorsqu'elle a acquis Kentz en 2014 et est imputable à divers facteurs, dont des défis bien documentés liés à la conjoncture et certains facteurs adverses propres à la Société (se reporter au communiqué de presse de la Société daté du 28 janvier 2019).

Les charges nettes liées à la restructuration et autres de 48,8 millions $ (après impôts) au quatrième trimestre de 2018 sont principalement attribuables au programme « Excellence opérationnelle » de la Société, qui a été lancé en 2016 et dont l'objectif est de promouvoir une culture d'amélioration continue. L'Excellence opérationnelle est une approche structurée à long terme qui met l'accent sur l'amélioration de toutes les facettes de l'entreprise.

Le résultat net ajusté provenant d'I&C(1) s'est établi à négatif 284,1 millions $ (1,62 $ par action après dilution) au quatrième trimestre de 2018, comparativement à 137,8 millions $ (0,78 $ par action après dilution) pour le quatrième trimestre de 2017. Cette variation est principalement attribuable à un RAII sectoriel(6) total négatif, puisque les secteurs Mines et métallurgie et Pétrole et gaz ont affiché des pertes, et à une augmentation des frais de vente, généraux et administratifs corporatifs au quatrième trimestre de 2018 par rapport au quatrième trimestre de 2017, contrebalancés en partie par la baisse des impôts sur le résultat et des charges financières nettes.

Les secteurs Énergie nucléaire et Infrastructures ont continué d'enregistrer un bon rendement et ont dégagé un RAII sectoriel(6) et des marges au quatrième trimestre de 2018 supérieurs à ceux du quatrième trimestre de 2017. Le secteur ICGP a affiché un autre solide trimestre et a enregistré une marge du RAII sectoriel(6) de 11,2 %.

Le secteur Mines et métallurgie a enregistré un RAII sectoriel(6) négatif de 349,3 millions $ durant le trimestre, principalement en raison d'une perte prévue d'environ 346 millions $ pour un projet d'envergure d'IAC en Amérique latine (se reporter aux communiqués de presse de la Société datés du 28 janvier 2019 et du 11 février 2019). Le secteur Pétrole et gaz a enregistré un RAII sectoriel(6) négatif de 23,2 millions $ durant le trimestre, principalement en raison de l'incidence défavorable d'environ 47 millions $ liée à une décision provisoire sur le processus d'arbitrage lié à un élément propre à un projet sur plusieurs années en Australie et de la comptabilisation de produits moins importants à l'égard de certains coûts engagés pour des projets pour lesquels la Société n'a pas été en mesure d'atteindre le niveau de service requis à l'heure actuelle auprès de ses clients afin de respecter les conditions de la norme IFRS 15 sur la comptabilisation des produits (se reporter au communiqué de presse de la Société daté du 28 janvier 2019).

Le résultat net ajusté provenant du secteur Capital(3) a augmenté pour s'établir à 54,4 millions $ (0,31 $ par action après dilution) au quatrième trimestre de 2018, comparativement à 34,9 millions $ (0,20 $ par action après dilution) pour la période correspondante de 2017. Cette hausse est principalement attribuable à un apport supérieur de certains autres investissements de Capital et à l'augmentation des dividendes reçus de l'Autoroute 407 ETR.

Pour le quatrième trimestre terminé le 31 décembre 2018, les produits provenant d'I&C ont atteint 2,5 milliards $, par rapport à 2,9 milliards $ au quatrième trimestre de 2017. La variation est principalement attribuable à une baisse des produits du secteur Pétrole et gaz, dont certains projets d'envergure sont en voie d'être achevés ou achevés, et du secteur Énergie thermique (un marché pour lequel la Société a mis fin à ses activités), en grande partie contrebalancée par une progression du secteur Infrastructures.

Carnet de commandes et contrats octroyés

Le carnet de commandes(8) de la Société totalisait 14,9 milliards $ au 31 décembre 2018. La valeur totale des contrats octroyés a atteint 10,4 milliards $ pour l'exercice terminé le 31 décembre 2018, ce qui correspond à un ratio des octrois sur les produits de 1,1. La valeur totale des contrats octroyés s'est élevée à 2,2 milliards $ au quatrième trimestre de 2018, ce qui correspond à un ratio des octrois sur les produits de 0,9. La valeur des contrats octroyés au quatrième trimestre de 2018 comprenait 0,9 milliard $ dans le secteur ICGP (ratio des octrois sur les produits de 1,0), 0,6 milliard $ dans le secteur Pétrole et gaz (ratio des octrois sur les produits de 1,1) et 0,2 milliard $ dans le secteur Énergie propre (ratio des octrois sur les produits de 1,6).

Situation financière et flux de trésorerie

Au 31 décembre 2018, la Société affichait 634,1 millions $ en trésorerie et équivalents de trésorerie, une dette avec recours de 2,3 milliards $ et une capacité inutilisée de 2,1 milliards $ sur sa facilité de crédit renouvelable engagée de 2,6 milliards $.

Le ratio de la dette nette avec recours sur le RAIIA de la Société, conformément aux modalités de sa convention de crédit, s'établissait à 2,9.

Les flux de trésorerie d'exploitation se sont établis à (112,2) millions $ au quatrième trimestre de 2018. Ces résultats inférieurs à nos attentes sont principalement imputables à la perte nette imprévue enregistrée durant le trimestre et à quelques retards dans l'atteinte d'étapes importantes dans le cadre de certains contrats de grande envergure.

Mise à jour sur la vente de la participation dans l'Autoroute 407 ETR

Le processus de la Société relatif à la vente potentielle d'une partie de sa participation de la Société dans l'Autoroute 407 ETR se poursuit.

Bilan et dividende

Dans le but de renforcer le bilan de la Société, le conseil d'administration a réduit le dividende trimestriel de 0,187 $ par action. Sur une base annuelle, cette mesure permettra à SNC-Lavalin de conserver un montant en trésorerie d'environ 131 millions $, qui sera utilisé pour assainir son bilan et fournira à la Société une souplesse accrue.  Le conseil d'administration a donc déclaré aujourd'hui un dividende en espèces de 0,10 $ par action, payable le 22 mars 2019 aux actionnaires inscrits en date du 8 mars 2019. Ce dividende est un « dividende déterminé » aux fins de l'impôt sur le résultat. Le conseil d'administration de la Société continuera d'évaluer les niveaux de dividendes potentiels futurs sur une base trimestrielle, au besoin.

Perspectives financières

En 2019, la direction se fixe pour objectif de se concentrer sur les résultats et la génération de flux de trésorerie, ainsi que sur l'exécution de sa stratégie, divulguée dans le rapport de gestion 2018 de la Société. Cette stratégie inclut : i) la poursuite des progrès de la Société en matière d'excellence opérationnelle; ii) le remboursement de la dette et l'optimisation de l'efficience des flux de trésorerie; iii) la vente d'une portion de la participation de la Société dans l'Autoroute 407 ETR; et iv) la réalisation d'un vaste programme intégré et précis en matière de technologie et d'innovation, y compris une feuille de route numérique.

Le tableau ci-dessous offre un aperçu de nos cibles financières pour 2019. Les prévisions de la Société pour 2019 tiennent compte de l'incidence, sans effet de trésorerie, de l'IFRS 16, Contrats de location (« IFRS 16 »). Les résultats financiers pour 2018 ne seront pas retraités selon la nouvelle norme comptable. Si la Société n'avait pas tenu compte de l'adoption de l'IFRS 16, le RAIIA ajusté pour 2019 aurait été inférieur d'environ 132 millions $, et les charges financières nettes auraient été inférieures de 27 million $, principalement contrebalancées par un RAII inférieur d'un montant semblable.

 

Prévisions 2019

RAIIA ajusté provenant d'I&C(7,9)

De 900 M$ à 950 M$

RPA ajusté dilué provenant d'I&C(2,9)

De 2,00 $ à 2,20 $

RPA ajusté dilué consolidé(5,9)

De 3,00 $ à 3,20 $

Taux d'imposition effectif sur le résultat ajusté provenant d'I&C

~20 %

Nombre moyen pondéré d'actions en circulation

~175,8 M

 

Sur une base trimestrielle, la Société prévoit que le RPA ajusté dilué provenant d'I&C(2) de T1 2019 soit le moins élevé de l'exercice et anticipe qu'il augmentera graduellement pendant le reste de l'année.   

Le RAII sectoriel(6) de Mines et métallurgie devrait être touché par une baisse des produits en 2019, par rapport à 2018, car la direction de la Société a pris la décision stratégique de mettre l'accent sur les mandats de services du secteur Mines et métallurgie et d'arrêter de soumissionner sur des projets d'IAC à prix forfaitaires du secteur Mines et métallurgie (se reporter au communiqué de presse de la Société daté du 11 février 2019). La Société prévoit que le RAII sectoriel(6) de Pétrole et gaz augmentera en 2019, par rapport à 2018, et prévoit que les secteurs Infrastructures et Énergie nucléaire enregistreront un RAII sectoriel(6) plus élevé, principalement en raison de la grande solidité de leur carnet de commandes et de leur liste de projets potentiels. Le RAII sectoriel(6) de ICGP devrait se maintenir au même niveau que 2018.

Les présentes perspectives sont fondées sur les hypothèses et les méthodes décrites dans le rapport de gestion de 2018 de la Société à la rubrique « Comment nous établissons le budget et nos prévisions à l'égard des résultats »; elles doivent être lues en parallèle avec la rubrique « Énoncés prospectifs » ci-dessous et sont assujetties aux risques et incertitudes énoncés aux présentes, décrits plus en détail dans les documents d'information publiés par la Société.

Conférence téléphonique et webdiffusion sur les résultats du quatrième trimestre de 2018

SNC-Lavalin tiendra une conférence téléphonique aujourd'hui à 13h30 HNE, au sujet des résultats du quatrième trimestre. Une webdiffusion audio en direct de la conférence téléphonique ainsi que le document de présentation qui l'accompagne seront disponibles à investisseurs.snclavalin.com. Pour vous joindre à la conférence téléphonique, veuillez composer sans frais le 1 888 394 8218 en Amérique du Nord, le 647 484 0475 à Toronto, le 438 968 3558 à Montréal ou le 080 0358 6377 au Royaume-Uni. Un enregistrement de la conférence téléphonique sera mis en ligne sur notre site Web dans les 24 heures qui suivront celle-ci.

Mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures conformes aux IFRS

Les résultats financiers de la Société sont préparés conformément aux IFRS. Cependant, les mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures conformes aux IFRS suivantes sont utilisées par la Société : le résultat net ajusté provenant d'I&C, le RPA ajusté dilué provenant d'I&C, le résultat net ajusté provenant de Capital, le RPA ajusté dilué provenant de Capital, le RPA ajusté dilué consolidé, le RAIIA, le RAIIA ajusté provenant d'I&C, le RAII sectoriel et le carnet de commandes de 2017. Ces mesures non conformes aux IFRS et autres mesures conformes aux IFRS sont expliquées plus en détail ci-dessous et dans le rapport de gestion de SNC-Lavalin qui se trouve dans la section « Investisseurs » sur le site Web de la Société à l'adresse www.snclavalin.com. Les mesures financières non conformes aux IFRS n'ont pas de définition normalisée en vertu des IFRS et pourraient donc ne pas être comparables aux mesures semblables présentées par d'autres émetteurs. La direction est d'avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, ces mesures financières non conformes aux IFRS permettent de mieux comprendre les résultats financiers de la Société et certains investisseurs pourraient utiliser ces informations pour évaluer le rendement de la Société d'une période à l'autre. Cependant, ces mesures financières non conformes aux IFRS comportent certaines limites et ne devraient pas être considérées séparément ni comme un substitut aux mesures de rendement préparées en vertu des IFRS.

À propos de SNC-Lavalin

Fondée en 1911, SNC-Lavalin est une entreprise mondiale spécialisée en gestion de projet offrant des services professionnels entièrement intégrés et un acteur de premier plan en matière de propriété d'infrastructures. À partir de bureaux situés dans le monde entier, les membres du personnel de SNC-Lavalin sont fiers de bâtir l'avenir. Nos équipes fournissent des solutions couvrant le cycle complet des projets, notamment dans les domaines de l'investissement de capital, des services-conseils, de la conception, de l'ingénierie, de la gestion de construction, des investissements de maintien et de l'exploitation et de l'entretien, pour les clients dans les secteurs Pétrole et gaz, Mines et métallurgie, Infrastructures, Énergie propre, Énergie nucléaire et ICGP (ingénierie, conception et gestion de projets). Le 3 juillet 2017, SNC-Lavalin a acquis Atkins, l'une des entreprises de services-conseils les plus respectées du monde dans les domaines de la conception, de l'ingénierie et de la gestion de projet, maintenant intégrée dans nos secteurs.www.snclavalin.com

(1) Le résultat net ajusté provenant d'I&C est défini comme le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin provenant d'I&C, à l'exclusion des charges liées à la restructuration, à la rationalisation et autres, des frais connexes à l'acquisition et des coûts d'intégration, ainsi que l'amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises, la perte de valeur du goodwill, la charge nette liée au règlement des recours collectifs de 2012 et frais juridiques connexes, la charge au titre de la pension minimale garantie (« GMP »), des gains (pertes) sur cessions d'activités d'I&C et de l'immeuble du siège social, et de l'incidence de la réforme de l'impôt sur les sociétés aux États-Unis. Les activités regroupées sous I&C sont définies dans les états financiers et le rapport de gestion de 2018 de la Société. Le terme « résultat net ajusté provenant d'I&C » n'a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu'il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d'autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d'une période à l'autre d'une manière plus significative. La direction est d'avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société. Voir le rapprochement ci-après.

 (2) Le RPA ajusté dilué provenant d'I&C est défini comme le résultat net ajusté provenant d'I&C, divisé par le nombre moyen pondéré d'actions en circulation dilué pour la période.

(3) Le résultat net ajusté provenant de Capital est défini comme le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin provenant de Capital, à l'exclusion des charges liées à la restructuration, à la rationalisation et autres et des gains sur cession d'investissements de Capital.

(4) Le RPA ajusté dilué provenant de Capital est défini comme le résultat net ajusté provenant de Capital, divisé par le nombre moyen pondéré d'actions en circulation dilué pour la période.

(5) Le RPA ajusté dilué consolidé est défini comme le résultat net ajusté provenant d'I&C plus le résultat net ajusté provenant de Capital divisé par le nombre moyen pondéré d'actions en circulation dilué pour la période.

(6) Le RAII sectoriel correspond aux produits moins i) les charges directement liées aux activités ii) les frais de vente, généraux et administratifs directs; iii) les frais de vente, généraux et administratifs corporatifs qui sont attribués aux secteurs; et iv) les participations ne donnant pas le contrôle, avant impôts. Les frais qui ne sont pas attribués aux secteurs de la Société comprennent : certains frais de vente, généraux et administratifs corporatifs qui ne sont pas directement associés à des projets ou à des secteurs, la perte de valeur découlant des pertes de crédit attendues, le gain (la perte) découlant des actifs (passifs) financiers à la juste valeur par le biais du résultat net, les coûts de restructuration, la perte de valeur du goodwill, les frais connexes à l'acquisition et coûts d'intégration, l'amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises, et la charge nette liée au règlement des recours collectifs de 2012 et frais juridiques connexes, la charge au titre de la pension minimale garantie (« GMP »), ainsi que les gains (pertes) sur cessions d'activités d'I&C, d'investissements de Capital et de l'immeuble du siège social. Le terme « RAII sectoriel » n'a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu'il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d'autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d'une période à l'autre d'une manière plus significative. La direction est d'avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société.

(7) Le RAIIA ajusté provenant d'I&C est défini comme le résultat d'I&C avant les charges financières nettes (produits financiers nets), l'impôt sur le résultat et les amortissements, et ne comprend pas les charges liées à la restructuration, à la rationalisation et autres, les frais connexes à l'acquisition et les coûts d'intégration, la charge nette liée au règlement des recours collectifs de 2012 et frais juridiques connexes, la charge au titre de la pension minimale garantie (« GMP »), ainsi que les gains (pertes) sur cessions d'activités d'I&C et de l'immeuble du siège social. Le terme « RAIIA ajusté provenant d'I&C » n'a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu'il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d'autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d'une période à l'autre d'une manière plus significative. La direction est d'avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société.

(8) Le carnet de commandes n'avait pas de définition normalisée en vertu des IFRS avant 2018. Débutant le 1er janvier 2018, le carnet de commandes est une mesure conforme aux IFRS et correspond à l'« obligation de prestation restant à remplir »,et est définie comme étant un indicateur prévisionnel des produits prévus qui seront comptabilisés par la Société, établis en fonction des contrats octroyés considérés comme des commandes fermes et correspondant au prix de transaction réparti entre les obligations de prestation restantes. La direction pourrait devoir effectuer des estimations quant aux produits qui seront tirés de certains contrats. Le carnet de commandes de 2017 correspondait à un indicateur prévisionnel des produits prévus qui seront comptabilisés par la Société, établis en fonction des contrats octroyés considérés comme des commandes fermes. La direction pouvait devoir effectuer des estimations quant aux produits qui seront tirés des contrats à long terme de type remboursable qui ont été octroyés comme des commandes fermes. Afin de fournir une information comparable au carnet de commandes des autres catégories d'activité, la Société limitait le carnet de commandes des activités d'O&M, s'étalant sur une période pouvant aller jusqu'à 40 ans, à la période dont l'échéance est la plus rapprochée, soit i) la durée du contrat octroyé; ou ii) les cinq prochaines années.

(9) Les perspectives de la Société pour 2019 comprennent l'incidence de l'IFRS 16, Contrats de location, qui est sans effet de trésorerie.

 

Sommaire des résultats financiers de SNC-Lavalin




(en milliers de dollars canadiens, à moins
d'indication contraire)

Quatrième trimestre

Exercice terminé
le 31 décembre


2018

2017

2018

2017






Produits





Provenant d'I&C

2 485 413

2 867 747

9 819 349

9 096 715

Provenant du secteur Capital

77 090

50 089

264 657

238 003


2 562 503

2 917 836

10 084 006

9 334 718






Résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin





Provenant d'I&C

(1 654 303)

14 277

(1 562 986)

175 995

Provenant du secteur Capital

55 579

38 079

246 088

206 040


(1 598 724)

52 356

(1 316 898)

382 035






Résultat dilué par action ($)





Provenant d'I&C 

(9,42)

0,08

(8,90)

1,08

Provenant du secteur Capital

0,32

0,22

1,40

1,26


(9,11)

0,30

(7,50)

2,34











Résultat net ajusté attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin





Provenant d'I&C (1)

(284 146)

137 775

43 119

351 284

Provenant du secteur Capital (3)

54 444

34 942

186 549

171 032


(229 703)

172 717

229 668

522 316






RPA ajusté dilué ($)





Provenant d'I&C (2)

(1,62)

0,78

0,25

2,15

Provenant du secteur Capital (4)

0,31

0,20

1,06

1,05


(1,31)

0,98

1,31

3,20






RAIIA ajusté provenant d'I&C(7)

(204 868)

245 863

385 588

629 021

Marge du RAIIA ajusté provenant d'I&C

(8,2%)

8,6%

3,9%

6,9%






Carnet de commandes (8) 



14 885 000

10 406 400






Trésorerie et équivalents de trésorerie



634 084

706 531

Dette avec recours



2 288 020

1 345 539


Noter que certains totaux et sous-totaux peuvent ne pas concorder en raison de l'arrondissement des chiffres

 

Rapprochement du résultat net déclaré en vertu des IFRS et du résultat net ajusté





Quatrième trimestre 2018

Exercice terminé le
31 décembre 2018


I&C

Capital

Total

I&C

Capital

Total

(En M$)







Résultat net (IFRS)

(1 654,3)

55,6

(1 598,7)

(1 563,0)

246,1

(1 316,9)

Charges nettes liées au plan de restructuration et de rationalisation et autres

48,5

0,3

48,8

58,71

0,3

59,0

Frais connexes à l'acquisition et coûts d'intégration

16,1

-

16,1

42,8

-

42,8

Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises

42,9

-

42,9

171,1

-

171,1

Perte nette (gain net) sur cessions d'activités d'I&C et dinvestissements de Capital

0,2

(1,4)

(1,2)

0,5

(59,8)

(59,3)

Charge nette liée au règlement des recours collectifs de 2012 et frais juridiques connexes

1,2

-

1,2

65,7

-

65,7

Incidence de la réforme de l'impôt sur les sociétés aux États-Unis

-

-

-

6,0

-

6,0

Charge sans effet de trésorerie liée à la perte de valeur du goodwill

1 240,4

-

1 240,4

1 240,4

-

1 240,4

Coûts sans effet de trésorerie liés à l'égalisation des prestations au titre de la pension minimale garantie (GMP)2

20,8

-

20,8

20,8

-

20,8








Résultat net ajusté (non-IFRS)

(284,1)

54,4

(229,7)

43,1

186,5

229,7








(En $)







RPA dilué (IFRS)

(9,42)

0,32

(9,11)

(8,90)

1,40

(7,50)

Charges nettes liées au plan de restructuration et de rationalisation et autres

0,28

0,00

0,28

0,33

0,00

0,34

Frais connexes à l'acquisition et coûts d'intégration

0,09

-

0,09

0,24

-

0,24

Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises

0,24

-

0,24

0,97

-

0,97

Perte nette (gain net) sur cessions d'activités d'I&C et d'investissements de Capital

0,00

(0,01)

(0,01)

0,00

(0,34)

(0,34)

Charge nette liée au règlement des recours collectifs de 2012 et frais juridiques connexes

0,01

-

0,01

0,37

-

0,37

Incidence de la réforme de l'impôt sur les sociétés aux États-Unis

-

-

-

0,03

-

0,03

Charge sans effet de trésorerie liée à la perte de valeur du goodwill 

7,07

-

7,07

7,07

-

7,07

Coûts sans effet de trésorerie liés à l'égalisation des prestations au titre de la pension minimale garantie (GMP)2

0,12

-

0,12

0,12

-

0,12








RPA ajusté dilué (non-IFRS)

(1,62)

0,31

(1,31)

0,25

1,06

1,31


Noter que certains totaux et sous-totaux peuvent ne pas concorder en raison de l'arrondissement des chiffres


1Ce montant comprend 6,9 millions $ (5,6 millions $ après impôts) de charges nettes qui ne répondent pas à la définition des coûts de restructuration conformément aux IFRS.

2Incluse à la rubrique « Frais de vente, généraux et administratifs corporatifs ».

 



Quatrième trimestre 2017

Exercice terminé le

31 décembre 2017


I&C

Capital

Total

I&C

Capital

Total

(En M$)







Résultat net (IFRS)

14,3

38,1

52,4

176,0

206,0

382,0

Charges nettes (reprise) liées au plan de restructuration et de rationalisation et autres

(1,9)1

-

(1,9)

25,42

-

25,4

Frais connexes à l'acquisition et coûts d'intégration

21,6

-

21,6

97,2

-

97,2

Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises

61,3

-

61,3

112,6

-

112,6

Gain net sur cessions d'activités d'I&C, de l'immeuble du siège social, et d'investissements de Capital

-

(3,1)3

(3,1)

(102,4)

(35,0)

(137,4)

Incidence de la réforme de l'impôt sur les sociétés aux États-Unis

42,54

-

42,5

42,54

-

42,5








Résultat net ajusté (non-IFRS)

137,8

34,9

172,7

351,3

171,0

522,3








(En $)







RPA dilué (IFRS)

0,08

0,22

0,30

1,08

1,26

2,34

Charges nettes (reprise) liées au plan de restructuration et de rationalisation et autres

(0,01)

-

(0,01)

0,15

-

0,15

Frais connexes à l'acquisition et coûts d'intégration

0,12

-

0,12

0,60

-

0,60

Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d'entreprises

0,35

-

0,35

0,69

-

0,69

Gain net sur cessions d'activités d'I&C, de l'immeuble du siège social, et d'investissements de Capital

-

(0,02)

(0,02)

(0,63)

(0,21)

(0,84)

Incidence de la réforme de l'impôt sur les sociétés aux États-Unis

0,24

-

0,24

0,26

-

0,26








RPA ajusté dilué (non-IFRS)

0,78

0,20

0,98

2,15

1,05

3,20


Noter que certains totaux et sous-totaux peuvent ne pas concorder en raison de l'arrondissement des chiffres


1Ce montant comprend la reprise d'un montant de  1,1 million $ (0,7 million $ après impôts) de charges qui ne répondaient pas à la définition de coûts de restructuration en vertu des IFRS.

2Ce montant comprend 5,1 millions $ (5,3 millions $ après impôts) de charges nettes qui ne répondent pas à la définition des coûts de restructuration conformément aux IFRS.

3 Redressement fiscal en lien avec des gains sur cessions antérieurement enregistrés.

4 Compte tenu de la réforme de l'impôt sur les sociétés aux États-Unis, la Société a comptabilisé une charge sans effet de trésorerie qui reflète l'effet net estimé de la réévaluation de ses actifs et de ses passifs d'impôt sur le résultat différé aux États-Unis.

 

Énoncés prospectifs

Dans le présent communiqué de presse et ci-après, le terme « Société » ou le terme « SNC-Lavalin » désigne, selon le contexte, le Groupe SNC-Lavalin inc. et toutes ou certaines de ses filiales ou partenariats, ou le Groupe SNC-Lavalin inc. ou l'une ou plusieurs de ses filiales ou partenariats.

Les énoncés contenus dans le présent communiqué faisant état des budgets, des estimations, des attentes, des prévisions, des objectifs, des prédictions, des projections pour l'avenir ou des stratégies de la Société ou de la direction peuvent être des « énoncés prospectifs » et peuvent être signalés par l'utilisation de verbes ou de termes tels que « anticiper », « s'attendre à », « cible », « cibler », « croire », « devoir », « économie de coûts », « espérer », « estimer », « évaluer », « perspective », « planifier », « pouvoir », « présumer », « prévoir », « projeter », « synergies » ou « vision », ainsi que par l'emploi du conditionnel ou du futur, que la tournure soit négative ou positive et quelle que soit la variante utilisée. Les énoncés prospectifs incluent également toutes les autres affirmations qui ne s'appuient pas sur des faits historiques. Ils comprennent également les énoncés liés aux éléments suivants : i) les dépenses d'investissement futures, les produits, les charges, les bénéfices, les résultats économiques, l'endettement, la situation financière, les pertes et les projets à venir; et ii) les stratégies d'affaires et de gestion, l'expansion et la croissance des activités de la Société. Tous ces énoncés prospectifs sont formulés conformément aux règles refuges des lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. La Société met en garde le lecteur que ces énoncés prospectifs, par leur nature même, comportent des risques et des incertitudes, et que les actions et/ou les résultats réels de la Société pourraient différer significativement de ceux contenus explicitement ou implicitement dans de tels énoncés prospectifs, ou pourraient avoir une incidence sur le degré avec lequel une projection particulière se réalisera. Les énoncés prospectifs sont présentés dans le but d'assister les investisseurs et autres personnes dans la compréhension de certains éléments clés des objectifs, priorités stratégiques, attentes et plans actuels de la Société, ainsi que pour leur permettre d'avoir une meilleure compréhension des activités de la Société ainsi que de l'environnement dans lequel elle prévoit exercer ses activités. Les lecteurs sont mis en garde que de telles informations peuvent ne pas être appropriées pour d'autres usages.

Les perspectives pour 2019 dont il est fait mention dans le présent communiqué de presse constituent de l'information prospective; elles ont été établies selon la méthode décrite dans le rapport de gestion 2018 de la Société à la rubrique « Comment nous établissons le budget et nos prévisions à l'égard des résultats », et sont assujetties aux risques et aux incertitudes décrits dans les autres documents d'information publiés par la Société. Les perspectives pour 2019 ont pour objet de fournir au lecteur une indication des attentes de la direction, à la date du présent communiqué de presse, concernant le rendement financier futur de la Société, mais le lecteur doit savoir que ces renseignements peuvent ne pas convenir à d'autres fins.

Les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué sont basés sur certaines hypothèses qui sont jugées raisonnables par la Société en date de ce communiqué. Les hypothèses sont posées tout au long du rapport de gestion 2018 de la Société, particulièrement dans les sections intitulées « Jugements comptables critiques et sources principales d'incertitudes relatives aux estimations » et « Comment nous analysons et présentons nos résultats ». Les perspectives pour 2019 supposent également que les accusations portées en vertu des lois fédérales contre la Société et ses filiales indirectes SNC-Lavalin International inc. et SNC-Lavalin Construction inc. le 19 février 2015 n'auront pas d'effet négatif significatif sur les activités de la Société en 2019. Si ces hypothèses s'avèrent inexactes, les résultats réels de la Société pourraient différer significativement de ceux contenus explicitement ou implicitement dans de tels énoncés prospectifs. De plus, des facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les hypothèses et estimations de la Société s'avèrent inexactes, et que les actions ou les résultats réels de la Société diffèrent significativement de ceux contenus explicitement ou implicitement dans de tels énoncés prospectifs. Ces facteurs de risque incluent, sans s'y limiter : a) issue des réclamations et litiges en cours et futurs; b) depuis le 19 février 2015, la Société fait face à un chef d'accusation de corruption en vertu de la Loi sur la corruption d'agents publics étrangers (Canada) (la « LCAPE ») et à un chef d'accusation de fraude en vertu du Code criminel (Canada). La Société est également assujettie à d'autres enquêtes en cours qui pourraient l'exposer à des actions coercitives sur les plans administratif et criminel, à des poursuites civiles, ainsi qu'à des sanctions, à des amendes et à d'autres pénalités, dont certaines pourraient être importantes. Ces accusations et enquêtes, ainsi que leur issue, pourraient nuire à la réputation de la Société, donner lieu à une suspension, à une interdiction ou à une radiation visant à empêcher la Société de participer à certains projets, réduire ses produits et son résultat net et avoir une incidence défavorable sur ses activités; c) nouvelle réglementation et inconduite ou non-respect des lois anticorruption ou autres lois ou règlements gouvernementaux par un employé, un agent ou un partenaire; d) réputation de la Société; e) contrats à prix forfaitaire ou incapacité de la Société à respecter l'échéancier contractuel et les exigences de rendement ou à exécuter les projets de façon efficiente; f) octroi des contrats et calendrier; g) obligations de prestation restant à remplir; h) statut de fournisseur de services auprès d'organismes publics; i) activités mondiales; j) Brexit; k) participation dans des investissements de Capital; l) dépendance envers des tiers; m) coentreprises et partenariats; n) concurrence; o) responsabilité professionnelle de la Société ou sa responsabilité pour des services déficients; p) indemnités et pénalités pécuniaires relatives aux rapports et aux opinions techniques et professionnels fournis; q) protection d'assurance; r) santé et sécurité; s) compétence du personnel; t) arrêts de travail, négociations syndicales et autres questions relatives à la main-d'oeuvre; u) systèmes et données informatiques; v) acquisitions ou autres investissements; w) cession ou vente d'actifs importants; x) liquidités et situation financière; y) endettement; z) garantie aux termes du prêt consenti à SNC-Lavalin Autoroute Holding; aa) dépendance envers les filiales relativement au remboursement de la dette; bb) dividendes; cc) obligations au titre des avantages postérieurs à l'emploi, y compris des régimes de retraite; dd) besoins en fonds de roulement; ee) recouvrement auprès des clients; ff) dépréciation du goodwill et d'autres actifs; gg) conjoncture économique mondiale; hh) fluctuations dans les prix des marchandises; ii) limites inhérentes au cadre de contrôle de la Société; et jj) lois et règlements en matière d'environnement.

La Société met en garde le lecteur que la liste des facteurs qui précède n'est pas exhaustive. Pour plus d'information sur les risques et incertitudes, et sur les hypothèses qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent des attentes actuelles, se reporter respectivement aux sections « Risques et incertitudes », « Comment nous analysons et présentons nos résultats » et « Jugements comptables critiques et sources principales d'incertitudes relatives aux estimations » du rapport de gestion 2018 de la Société.

Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué reflètent les attentes de la Société en date de ce dernier, et sont sujets à changement après cette date. La Société ne s'engage nullement à actualiser publiquement ou à réviser ces énoncés prospectifs, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou autres, sauf si les lois ou les règlements applicables l'exigent.

Il est possible de consulter les états financiers consolidés et le rapport de gestion de SNC-Lavalin, ainsi que d'autres documents financiers pertinents, sous l'onglet Investisseurs du site Web de la Société au www.snclavalin.com. Ces documents et d'autres rapports de la Société se trouvent également sur le site Web tenu par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières au www.sedar.com.

 

SOURCE SNC-Lavalin


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

20 sep 2019
Une formation d'instruction de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) tiendra une audience en vue de déterminer si elle devrait accepter l'entente de règlement conclue entre le personnel de l'OCRCVM et BMO...

20 sep 2019
L'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) tiendra une audience disciplinaire concernant Michael Alexander McKee.  Plus particulièrement, les allégations portées sont les suivantes : (a) En mars et en avril...

20 sep 2019
Le gouvernement du Québec encourage l'essor de Zú, en accordant une aide financière de 425 000 $ à cet organisme à but non lucratif qui a pour mission de rassembler, de soutenir et de propulser les entreprises innovantes du secteur de la création et...

20 sep 2019
Le Château Inc. a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers pour le deuxième trimestre clos le 27 juillet 2019. Sauf indication contraire, les résultats de la Société pour le deuxième trimestre tiennent compte de l'incidence de la mise en oeuvre...

20 sep 2019
Reprise des négociations pour : Société : Helio Resource Corp. Symbole à la Bourse de croissance TSX : HRC (toutes les émissions) Reprise (HE) : 09 h 30 9/23/2019 L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les...

20 sep 2019
Reprise des négociations pour : Société : Rio Silver Inc. Symbole à la Bourse de croissance TSX : RYO (toutes les émissions) Reprise (HE) : 09 h 30 9/23/2019 L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les...



Communiqué envoyé le 22 février 2019 à 07:31 et diffusé par :