Le Lézard
Classé dans : Science et technologie, Santé
Sujets : Nouveaux produits et services, Droit des brevets

Merck reçoit un premier brevet américain pour une méthode améliorée de réécriture génomique pour CRISPR


- La technologie proxy-CRISPR fournit une solution permettant d'améliorer la réécriture génomique et de faire progresser de nouvelles possibilités pour la recherche

- Elle aide à modifier des zones difficiles d'accès du génome en augmentant la couverture du génome

DARMSTADT, Allemagne, 19 février 2019 /PRNewswire/ -- Merck, société de premier plan dans les sciences et la technologie, et en tête de la réécriture génomique, a annoncé aujourd'hui que le Bureau américain des brevets a émis un avis officiel autorisant la demande de brevet par Merck concernant sa technologie proxy-CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats, ou courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées).

Merck has been granted 13 CRISPR-related patents worldwide.

« C'est notre premier brevet américain pour CRISPR, et en tant qu'innovateur leader de la technologie des CRISPR, nous allons continuer à collaborer avec des scientifiques autour du globe afin de veiller à ce que cet outil puissant réalise tout son potentiel de façon responsable et selon des valeurs éthiques, » a déclaré Udit Batra, membre du conseil d'administration de Merck et PDG de Life Science. « Cela représente d'excellentes nouvelles pour les chercheurs aux États-Unis, car ils disposent à présent de plus d'options pour la réécriture génomique permettant d'accélérer la mise au point de médicaments. »

La technique proxy-CRISPR de Merck est nouvelle dans la réécriture de génome et elle rend l'application des CRISPR plus efficace, plus flexible et plus spécifique en ouvrant le génome pour une modification de l'ADN.

Cette technologie peut aider les scientifiques à modifier des régions du génome difficiles à accéder.

Cette attribution du brevet américain représente le 13e brevet CRISPR de Merck dans le monde entier. Le portefeuille de CRISPR de la Société comporte des brevets attribués en Australie, au Canada, en Europe, à Singapour, en Chine, en Israël et en Corée du Sud. Ces brevets s'appliquent à des technologies en rapport avec les CRISPR couvrant des méthodes fondamentales et alternatives dans la réécriture de séquences génomiques.

Pour déployer la méthode proxy-CRISPR, deux systèmes de CRISPR sont conçus afin de cibler le génome à proximité de chacun et de les faire fonctionner ensemble. Un système de CRISPR ouvre une « porte » régionale et repousse les protéines bloquant la chromatine, tandis que l'autre pénètre pour trouver le lieu exact devant être modifié. Dans la mesure où la modification résultante nécessite deux événements de liaison de CRISPR, la méthode proxy-CRISPR peut permettre une spécificité qui est le double de celle des systèmes individuels de CRISPR.

Merck a reçu des brevets pour sa technologie de technologie d'enzyme 'nickase' appariée (clivage de brins opposés d'une séquence chromosomique afin de créer une rupture du double-brin) en Australie, au Canada et en Europe. Merck a obtenu des brevets en Australie, au Canada, en Europe, à Singapour, en Chine, en Israël et en Corée du Sud pour sa technologie d'intégration de CRISPR (coupure chromosomique de la séquence de cellules eucaryotiques puis insertion d'une séquence d'ADN). Merck attribue des licences pour la totalité de son portefeuille de brevets dans tous les domaines d'utilisation.

La technologie CRISPR est une compétence de base pour Merck qui possède 15 années d'expérience dans la réécriture génomique, allant de la découverte à la fabrication. Merck reconnaît que la réécriture génomique a eu pour résultat des progrès importants dans la recherche biologique et la médecine. En même temps, le potentiel croissant des technologies de réécriture génomique a fait naître des préoccupations d'ordre scientifique, juridique et sociétal. La Société soutient la recherche sur la réécriture génomique sous réserve d'une prise en compte prudente de normes éthiques et juridiques. Merck a mis en place un Comité consultatif de bioéthique indépendant, externe, afin de fournir une gouverne pour la recherche dans laquelle son entreprise est engagée, comprenant la recherche portant sur ou utilisant la réécriture génomique. Merck a élaboré, défini et publié de façon transparente une prise de position opérationnelle claire, prenant en compte des questions scientifiques et sociétales afin d'informer sur des approches thérapeutiques prometteuses pour utilisation en recherche et en applications de celle-ci.

Suivre Merck sur Twitter @Merckgroup, sur Facebook @merckgroup et sur LinkedIn.

Tous les communiqués de Merck sont distribués par courriel et sont en même temps disponibles sur le site web de Merck. Veuillez visiter www.merckgroup.com/subscribe pour vous inscrire en ligne, changer votre sélection ou interrompre ce service.

À propos de Merck
Merck est une société dominante des sciences et des technologies dans les soins de santé, les sciences de la vie et les matériaux de haute performance. Près de 51 000 employés s'appliquent à établir une différence positive dans les existences de millions de personnes chaque jour en créant plus de joie et de durabilité dans les modes de vie. Depuis les progrès dans les technologies de réécriture de gènes, des découvertes de moyens uniques de traiter les maladies paraissant les plus insurmontables, jusqu'à l'activation de l'intelligence dans les appareils : Merck est présente partout. En 2017, Merck a réalisé 15,3 milliards d'euros de ventes dans 66 pays.

L'exploration scientifique et l'entrepreneuriat responsable ont été à la base de toutes les percées technologiques et scientifiques chez Merck. C'est ainsi que Merck a prospéré depuis sa fondation en 1668. La famille fondatrice demeure à ce jour l'actionnaire majoritaire de la société cotée en bourse. Merck détient les droits mondiaux sur le nom et la marque « Merck ». Les seules exceptions portent sur les États-Unis et le Canada, où les secteurs d'entreprise opèrent sous les noms d'EMD Serono dans les soins de santé, MilliporeSigma dans les sciences de la vie et EMD Performance Materials.

Photo : https://mma.prnewswire.com/media/822751/Merck_CRISPR_Patent_Graphic.jpg

 

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 12:05
Veeva Systems  a annoncé aujourd'hui que les entreprises des sciences de la vie adoptent Veeva Nitro pour accélérer leurs projets de stockage des données et obtenir plus rapidement des informations utiles à leur activité....

à 11:23
Les personnes vivant dans les pays émergents éprouvent de grandes difficultés à financer leurs besoins en soins de santé, car les dépenses médicales augmentent, dans l'ensemble, plus vite que le produit intérieur brut, selon un rapport de recherche...

à 10:00
Hoffmann-La Roche Limitée (Roche Canada) a annoncé aujourd'hui avoir achevé les négociations avec l'Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP) en vue d'une lettre d'intention concernant OCREVUS®  (ocrélizumab) en traitement de première intention des...

à 09:15
La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, annonce aujourd'hui, à l'occasion de l'édition 2019 du Colloque en don et en transplantation d'organes, qu'un financement de 994 488 $ est octroyé par le ministère de la Santé et des...

à 09:15
Dans le cadre du Colloque en don et en transplantation d'organes qui a lieu les 19 et 20 mars 2019 à Trois-Rivières, Transplant Québec a eu l'honneur d'accueillir la ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann, qui a prononcé...

à 09:00
« L'APTS a maintes fois déploré que les considérations purement bureaucratiques prennent le dessus sur le gros bon sens et le facteur humain dans la réforme OPTILAB. Le MSSS en fait à nouveau la preuve, et cette fois de façon retentissante, en...



Communiqué envoyé le 19 février 2019 à 08:00 et diffusé par :