Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Bénéfices, Dividendes / Ristournes

Résultats financiers de la banque HSBC Canada pour l'exercice 2018 et le quatrième trimestre de 2018


Une performance digne de mention grâce à une progression du bénéfice avant impôt de 10,7 % pour l'exercice

VANCOUVER, le 18 févr. 2019 /CNW/ -

Trimestre clos le 31 décembre1, 2 :

Exercice clos le 31 décembre1, 2 :

Au 31 décembre 20182 :

Les abréviations « M$ » et « G$ » signifient millions et milliards de dollars canadiens, respectivement.

1

Comparaison du trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2018 et des périodes correspondantes de l'exercice précédent (sauf indication contraire).

2

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 Instruments financiers (« IFRS 9 ») de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39 Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation (« IAS 39 »).

3

Pour évaluer sa performance, la banque utilise, entre autres, des mesures financières dérivées des résultats qu'elle publie. Or, ces mesures ne sont ni présentées dans les états financiers ni définies aux termes des IFRS. Elles sont considérées comme non conformes aux IFRS; il est donc improbable qu'elles soient comparables à des mesures semblables présentées par d'autres entreprises. Pour plus d'informations au sujet des mesures non conformes aux IFRS, se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non conformes aux IFRS » du présent document.

 

Le présent communiqué est publié par la

Banque HSBC Canada

Commentaire financier

Aperçu des résultats pour le trimestre et l'exercice clos le 31 décembre 20181, 2

La Banque HSBC Canada a affiché d'excellents résultats pour le trimestre et l'exercice, le total du résultat d'exploitation s'étant établi à 565 M$ pour le trimestre et à 2 264 M$ pour l'exercice, soit une augmentation de 25 M$, ou 4,6 %, et de 194 M$, ou 9,4 %, respectivement. Nous poursuivons la mise en oeuvre de notre stratégie et mettons l'accent sur la croissance et la création de valeur, profitant ainsi de cet élan pour continuer d'établir les bases du rendement futur.

Nos résultats ont été alimentés par l'augmentation des produits d'intérêts nets découlant de l'accroissement des soldes des prêts et des dépôts ainsi que par l'amélioration des marges attribuable à la hausse des taux d'intérêt. En outre, l'augmentation des profits réalisés à la cession de placements financiers et l'accroissement des revenus tirés des services de technologie de l'information fournis à d'autres sociétés du Groupe HSBC expliquent également les bons résultats que nous avons obtenus.

Dans le secteur des services aux entreprises, lequel a le plus fortement contribué à notre bénéfice net, la plupart des produits et des segments ont affiché une croissance, et entraîné un total du résultat d'exploitation de 247 M$ pour le trimestre et de 954 M$ pour l'exercice, soit une augmentation de 10 M$, ou 4,2 %, et de 69 M$, ou 7,8 %, respectivement. Nous avons continué d'investir dans les initiatives de croissance et notre capacité numérique, et nos efforts portent leurs fruits : les soldes de prêts ont augmenté de 16 % et atteint leur niveau le plus élevé depuis 2010.

Dans les services bancaires internationaux et marchés, le total du résultat d'exploitation s'est établi à 74 M$ pour le trimestre, soit une baisse de 1 M$, ou 1,3 % pour le trimestre, l'augmentation des produits d'intérêt nets associée à la hausse des taux d'intérêt et l'intensification des activités de prêt et de crédit ayant été contrebalancées par l'effet défavorable des ajustements d'évaluation de crédit et de débit et des ajustements de la juste valeur liés au financement. Pour l'exercice, le total du résultat d'exploitation s'est établi à 331 M$, soit une augmentation de 29 M$, ou 9,6 %, en raison de l'augmentation des transactions sur le marché des capitaux d'emprunt destinés aux infrastructures, de la hausse des taux d'intérêt et de l'augmentation des ventes et des activités de négociation visant des produits de change.

Dans le secteur des services bancaires de détail et gestion de patrimoine, l'attention accordée aux besoins des clients s'est traduite par une forte croissance du total des soldes des comptes3, essentiellement à l'égard des dépôts et des prêts hypothécaires, qui a mené à une augmentation de la part de marché occupée par ces produits. En dépit de l'intensification de la concurrence en ce qui concerne les prix, la forte croissance des produits de détail et l'augmentation des marges ont permis de porter le total du résultat d'exploitation à 185 M$ pour le trimestre et à 737 M$ pour l'exercice, soit une hausse de 8 M$, ou 4,5 %, et de 62 M$, ou 9,2 %, respectivement.

La gestion active des risques, alliée aux conditions de crédit favorables, a fait en sorte que la variation des pertes de crédit attendues2 pour l'exercice nous a permis de réaliser une reprise nette de 27 M$, soit une réduction par rapport au niveau de reprise élevé connu en 2017. Pour le trimestre, la variation des pertes de crédit attendues a consisté en une charge de 19 M$ par suite de la comptabilisation de plusieurs petites charges dans le portefeuille de prêts de gros non productifs et par suite de l'accroissement des pertes de crédit attendues sur les prêts productifs, sous l'effet des facteurs économiques prospectifs ayant trait aux portefeuilles de prêts de gros et de détail.

Nous continuons d'investir dans les ressources humaines et la technologie afin d'assurer la croissance de notre entreprise et de rendre nos services bancaires encore plus pratiques pour nos clients. En conséquence, les charges d'exploitation ont augmenté dans les secteurs d'activité mondiaux. Ce facteur a été contrebalancé en partie par la diminution des charges d'exploitation du centre général maintenant que certains projets de restructuration et de rationalisation menés de 2015 à 2017 sont terminés. Les charges d'exploitation ont diminué de 9 M$, ou 2,7 %, pour le trimestre et augmenté de 11 M$, ou 0,9 %, pour l'exercice.

1

Comparaison du trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2018 et des périodes correspondantes de l'exercice précédent (sauf indication contraire).

2

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39. Aux termes d'IFRS 9, l'expression « variation des pertes de crédit attendues » est utilisée, alors qu'avant le 1er janvier 2018 et en vertu d'IAS 39, l'expression correspondante « pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives aux risques de crédit » était employée.

3

Le total des soldes des comptes des clients est composé des soldes des prêts, des dépôts et des comptes de gestion de patrimoine.

 

Le bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat s'est accru de 16 M$, ou 7,8 %, pour le trimestre et de 96 M$, ou 10,7 %, pour l'exercice, la forte croissance des revenus, la gestion active des risques, les conditions de crédit favorables et la gestion rigoureuse des coûts ayant plus que compensé le coût des investissements de l'entreprise.

Commentant les résultats, Sandra Stuart, présidente et chef de la direction de la Banque HSBC Canada, a déclaré :

« Depuis de nombreuses années, nous comptons pour une part importante du bénéfice du Groupe HSBC. Au cours des trois ans où j'ai exercé les fonctions de présidente, nous avons tiré profit des investissements du Groupe au pays et avons travaillé sans relâche pour consolider nos secteurs d'activité de façon à les améliorer et à les rendre plus efficaces et plus sécuritaires pour nos clients. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur notre connaissance des autres marchés et sur l'imposant réseau international de HSBC. La hausse de 11 % du bénéfice avant impôt et de 9 % des revenus enregistrée cette année ainsi que le fait que nous déclarions pour la première fois des actifs supérieurs à 100 G$ témoignent de la croissance durable et solide dans nos trois secteurs. Les investissements que nous continuons de faire ont été plus que contrebalancés par la forte croissance des revenus.

Au cours de l'exercice qui s'amorce, nous poursuivrons la mise en oeuvre de notre stratégie et continuerons de mettre l'accent sur la croissance et la création de valeur, tout en veillant à la gestion active des coûts et des risques. Nous demeurerons présents pour nos clients, et ce, peu importe où ils se trouvent et quoi qu'il arrive. »

Analyse des résultats financiers consolidés du trimestre et d'exercice clos le 31 décembre 20181, 2

Les produits d'intérêts nets du trimestre se sont chiffrés à 335 M$ pour le trimestre et à 1 292 M$ pour l'exercice, soit une hausse de 17 M$, ou 5,3 %, et de 115 M$, ou 9,8 %, respectivement. Les hausses enregistrées tant pour le trimestre que pour l'exercice ont découlé notamment de l'accroissement du volume des prêts et des dépôts du secteur des services bancaires de détail et gestion de patrimoine ainsi que de l'augmentation des prêts et avances des secteurs des services aux entreprises et des services bancaires internationaux et marchés. En outre, nos marges se sont améliorées en raison des hausses de taux d'intérêt. Ces facteurs ont été atténués par la réduction des intérêts sur les prêts douteux et la diminution des soldes des dépôts dans les secteurs des services aux entreprises et des services bancaires internationaux et marchés, certains de nos clients ayant réagi à la réforme fiscale américaine en rapatriant des soldes vers leur société mère aux États?Unis.

Les produits de commissions nets se sont établis à 164 M$ pour le trimestre et à 673 M$ pour l'exercice, soit une hausse de 5 M$, ou 3,1 %, et de 20 M$, ou 3,1 %, respectivement. Les commissions tirées des facilités de crédit se sont accrues sous l'effet de l'augmentation du volume d'acceptations bancaires pour ces deux périodes. Ces facteurs ont été atténués, pour le trimestre, par un repli des fonds sous gestion et des commissions de prise ferme et, pour l'exercice, par la diminution des produits nets tirés des cartes de crédit résultant de meilleurs incitatifs et récompenses sur cartes de crédit.

Les produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction se sont chiffrés à 26 M$ pour le trimestre, en baisse de 5 M$, ou 16,1 %. Cette baisse a résulté surtout de l'effet défavorable des ajustements d'évaluation de crédit et de débit et ajustements de la juste valeur liés au financement, alliés à la volatilité comptable associée aux activités de gestion du bilan. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'intensification des transactions visant les produits de change, par l'augmentation des produits d'intérêts nets sur les activités de négociation attribuable aux rendements plus élevés et au portefeuille de produits ainsi que par les inefficacités de couverture, qui ont été favorables.

Les produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction ont atteint 136 M$ pour l'exercice, soit une hausse de 11 M$, ou 8,8 %, en raison essentiellement du volume accru d'opérations de change, de la hausse des intérêts nets gagnés sur les activités de négociation attribuable aux rendements plus élevés et au portefeuille de produits, ainsi que des inefficacités de couverture, qui ont été favorables. Ces facteurs ont été annulés en partie par une perte liée à la volatilité comptable attribuable aux activités de gestion du bilan.

Les autres éléments de produits se sont chiffrés à 40 M$ pour le trimestre et à 163 M$ pour l'exercice, soit une hausse de 8 M$, ou 25 %, et de 48 M$, ou 41,7 %, respectivement. Les hausses enregistrées pour le trimestre et l'exercice proviennent surtout de l'accroissement des revenus tirés des services de technologie de l'information fournis à d'autres entités du Groupe HSBC. En outre, nous avons bénéficié d'une augmentation des profits réalisés à la cession de placements financiers par suite du rééquilibrage du portefeuille d'actifs liquides de la banque.

La variation des pertes de crédit attendues2 pour le trimestre a consisté en une charge de 19 M$, comparativement à des pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives au risque de crédit de 1 M$ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le résultat pour le trimestre reflète surtout une série de faibles charges dans le portefeuille de prêts non productifs du secteur des services aux entreprises ainsi qu'une augmentation des pertes de crédit attendues sur les prêts productifs, sous l'effet des facteurs économiques prospectifs touchant l'ensemble des secteurs d'activité mondiaux.

La variation des pertes de crédit attendues pour l'exercice a donné lieu à une reprise de 27 M$, comparativement à des reprises sur pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives au risque de crédit de 108 M$ pour l'exercice précédent. La reprise enregistrée pour l'exercice est essentiellement imputable aux reprises sur provisions dans le portefeuille de prêts non productifs du secteur des services aux entreprises attribuables à l'amélioration de la qualité du crédit, en particulier en ce qui concerne les clients du secteur des services énergétiques.

En 2017, le montant élevé des reprises avait découlé d'importantes reprises sur provisions spécifiques à l'égard de comptes du secteur des services énergétiques, ainsi que de reprises sur provisions collectives, ce qui témoignait alors d'une amélioration générale de la qualité du crédit.

Le total des charges d'exploitation du trimestre s'est établi à 324 M$, en baisse de 9 M$, ou 2,7 %. Nous continuons d'investir dans les ressources humaines et la technologie pour favoriser la croissance de tous nos secteurs d'activité mondiaux. Toutefois, cet investissement a été plus que contrebalancé par une diminution des charges d'exploitation du centre général, maintenant que certains projets de transformation et de rationalisation menés de 2015 à 2017 sont terminés. En outre, nous avons bénéficié d'une baisse des frais de marketing et de l'amortissement pour le trimestre.

Le total des charges d'exploitation de l'exercice s'est établi à 1 300 M$, en hausse de 11 M$, ou 0,9 %, tandis que nous continuons d'investir afin d'assurer la croissance de notre entreprise et de rendre nos services bancaires encore plus pratiques pour nos clients. Ce facteur a été contrebalancé en partie par la diminution des charges d'exploitation du centre général, comme nous l'avons mentionné plus tôt, ainsi que par la réduction des coûts attribuables aux locaux pour bureaux et à la centralisation de certaines activités au sein du Groupe.

Pour le trimestre et l'exercice, la quote-part du résultat d'entreprises associées a été de néant, comparativement à des profits de néant et de 6 M$ pour les périodes correspondantes de 2017. Cette quote-part reflète les variations de la valeur des placements de la banque dans des fonds d'actions de sociétés fermées.

En ce qui concerne la charge d'impôt sur le résultat, le taux d'imposition effectif pour le trimestre a été de 29,4 %, à 26,1 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le taux d'imposition effectif pour l'exercice a été de 27,6 %, contre 25,4 % pour 2017. Les variations de taux pour le trimestre et l'exercice sont attribuables à la comptabilisation de passifs d'impôt additionnels.

1

Comparaison du trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2018 et des périodes correspondantes de l'exercice précédent (sauf indication contraire).

2

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39. Aux termes d'IFRS 9, l'expression « Variation des pertes de crédit attendues » est utilisée, alors qu'avant le 1er janvier 2018 et en vertu d'IAS 39, l'expression correspondante « Pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives aux risques de crédit » était employée.

 

Évolution de la situation financière

Actif

Le total de l'actif s'élevait à 103,4 G$ au 31 décembre 2018, en hausse de 7,0 G$, ou 7,3 %, par rapport à ce qu'il était au 31 décembre 2017. Cette augmentation s'explique principalement par la vigoureuse croissance de 6,8 G$ des prêts et avances dans l'ensemble de nos secteurs d'activité mondiaux. Le secteur des services aux entreprises a connu une forte croissance dans l'ensemble des régions, conformément à notre plan stratégique, ce qui a donné lieu à la progression la plus marquée des soldes des prêts depuis 2010. Notre image de marque, l'innovation et nos investissements stratégiques, alliés aux taux hypothécaires concurrentiels, ont alimenté la croissance des prêts hypothécaires résidentiels du secteur des services bancaires de détail et gestion de patrimoine. L'intensification des activités de financement du commerce international s'est traduite par une croissance dans notre secteur des services bancaires internationaux et marchés.

Les autres actifs ont augmenté de 1,3 G$, ce qui est principalement imputable à l'accroissement des montants en trésorerie donnés en garantie par suite de variations de la juste valeur du portefeuille de dérivés et à la hausse des soldes non réglés à la clôture de la période. Les activités de gestion du bilan ont mené à une augmentation de 1,1 G$ des placements financiers.

L'augmentation de l'actif a été contrebalancée en partie par un recul de 1,5 G$ des actifs détenus à des fins de transaction dans le cadre des activités de négociation normales et par la réduction de 0,9 G$ des engagements de clients en contrepartie d'acceptations attribuable à une diminution des volumes.

Passif

Le total du passif s'établissait à 97,8 G$ au 31 décembre 2018, en hausse de 7,1 G$, ou 7,9 %, par rapport à celui au 31 décembre 2017. L'accroissement des volumes des mises en pension et les activités de gestion du bilan ont mené à une hausse de 3,6 G$ des mises en pension à des fins autres que de transaction. Les titres de créance émis se sont accrus de 3 G$ en raison surtout de l'augmentation du financement de gros.

Les comptes des clients ont augmenté de 2,8 G$, en raison surtout de l'efficacité des campagnes menées dans tous nos secteurs d'activité mondiaux. Cette croissance a été atténuée par le fait que certains de nos clients ont réagi à la réforme fiscale américaine en rapatriant des soldes vers leur société mère aux États-Unis.

Ces hausses ont été contrebalancées en partie par une réduction de 1,5 G$ des passifs détenus à des fins de transaction par suite du recul des positions vendeur nettes qui étaient détenues à la clôture de la période à la suite des activités de négociation normales.

Capitaux propres

Le total des capitaux propres s'établissait à 5,6 G$ au 31 décembre 2018, pour une baisse de 0,1 G$, ou 2,2 %, par rapport à celui au 31 décembre 2017. Cette baisse est attribuable surtout aux profits de 0,7 G$ générés au cours de la période, déduction faite de dividendes de 0,8 G$ versés au cours de la période, y compris un dividende spécial de 0,4 M$ sur les actions ordinaires de la Banque HSBC Canada versé au cours de l'exercice.

Dividendes

Dividendes déclarés en 2018

Au cours de l'exercice, la banque a déclaré et versé des dividendes de 810 M$, y compris un dividende spécial de 400 M$, sur ses actions ordinaires, une hausse de 575 M$ par rapport à l'exercice précédent, et de 37 M$ sur ses actions privilégiées de catégorie 1, toutes séries confondues.

En janvier 2018, le BSIF a fait part de sa décision de réviser le plancher de fonds propres en vigueur pour les institutions qui utilisent une approche avancée à l'égard du risque de crédit et du risque opérationnel. Depuis le deuxième trimestre de 2018, le plancher de fonds propres est établi selon l'approche standard aux termes de Bâle II, et son coefficient de rajustement est intégré sur trois trimestres. Ce changement a eu pour résultat une réduction immédiate des actifs pondérés en fonction des risques, ce qui a permis à la Banque HSBC Canada de déclarer et de verser un dividende spécial de 400 M$.

Dividendes déclarés en 2019

Le 15 février 2019, la banque a déclaré, pour le premier trimestre de 2019, des dividendes trimestriels réguliers sur toutes ses séries d'actions privilégiées de catégorie 1, dividendes qui seront versés, conformément à leurs modalités et de la façon habituelle, le 31 mars 2019 ou le premier jour ouvrable suivant, à l'actionnaire inscrit le 15 mars 2019.

Le 15 février 2019, la banque a également déclaré, pour l'exercice clos le 31 décembre 2018, un dividende définitif de 140 M$ sur ses actions ordinaires, dividende qui sera versé au plus tard le 30 mars 2019, à l'actionnaire inscrit le 15 février 2019.

Résultats des secteurs d'activité pour le trimestre et l'exercice clos le 31 décembre 20181, 2

Services aux entreprises

Le total du résultat d'exploitation s'est établi à 247 M$ pour le trimestre et à 954 M$ pour l'exercice, soit des hausses de 10 M$, ou 4,2 %, et de 69 M$, ou 7,8 %, respectivement. L'exécution de notre plan stratégique et l'effet favorable de la hausse des taux d'intérêt sont les principaux moteurs de la croissance enregistrée dans la plupart des segments et produits du secteur ainsi que pour les produits d'intérêts nets et les produits de commissions nets.

Notre plan stratégique consiste avant tout à accroître notre part de marché par voie d'une expansion dans l'Est, à augmenter la productivité grâce à une meilleure pénétration de nos produits, à rationaliser les processus, à optimiser notre gamme différenciée de produits du Commerce international et financement des comptes clients et du Service mondial de gestion des liquidités et de trésorerie et à consolider notre statut de chef de file des banques internationales grâce à un meilleur positionnement dans les principaux corridors commerciaux. En 2018, ces mesures stratégiques ont donné lieu à une augmentation de 16 % des soldes des prêts - la hausse la plus marquée depuis 2010 - ainsi qu'à une croissance supérieure à 10 % dans bon nombre de régions et de segments de marché.

Nous avons continué d'investir dans la technologie en ligne et l'amélioration des processus, ce qui nous a permis de réduire de beaucoup la durée du processus de contrôle diligent des clients, ce qui est avantageux tant pour les nouveaux clients que pour les clients existants. Ces progrès ont eu une incidence sur les résultats de notre sondage auprès des clients, qui se sont nettement améliorés : le pourcentage de ceux?ci ayant attribué à notre processus d'ouverture de compte la cote « excellent » a doublé depuis décembre 2017.

Le bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat s'est chiffré à 141 M$ pour le trimestre, en hausse de 2 M$, ou 1,4 %, l'augmentation du résultat d'exploitation et la diminution des charges d'exploitation ayant été atténuées par la variation des pertes de crédit attendues2. La diminution des charges d'exploitation pour le trimestre découle des projets de rationalisation entrepris en 2017. La variation des pertes de crédit attendues est attribuable à un certain nombre de petites charges dans le portefeuille de prêts non productifs, ainsi qu'à la hausse des pertes de crédit attendues sur les prêts productifs attribuable aux facteurs économiques prospectifs. Le bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat s'est établi à 589 M$ pour l'exercice, en baisse de 1 M$, ou 0,2 %, la hausse du résultat d'exploitation ayant été annulée par une baisse des reprises sur pertes de valeur liées aux prêts pour l'exercice précédent. En outre, les charges d'exploitation ont augmenté sous l'effet des investissements dans les services de première ligne et la technologie visant à stimuler la croissance des activités.

Services bancaires internationaux et marchés

Le total du résultat d'exploitation du secteur des services bancaires internationaux et marchés pour le trimestre s'est établi à 74 M$, soit la baisse de 1 M$, ou 1,3 %, l'augmentation des produits d'intérêt nets associée à la hausse des taux d'intérêt et à l'intensification des activités de prêt et de crédit ayant été plus que contrebalancée par des éléments défavorables au titre des ajustements d'évaluation de crédit et de débit et d'évaluation de la juste valeur liés au financement. Pour l'exercice, le total du résultat d'exploitation s'est chiffré à 331 M$, en hausse de 29 M$, ou 9,6 %, en raison de la forte croissance des revenus sous l'effet de l'augmentation des transactions sur le marché des capitaux d'emprunt destinés aux infrastructures, de la hausse des taux d'intérêt et de l'augmentation des ventes et des activités de négociation visant des produits de change.

Nous poursuivons l'application de notre stratégie qui consiste à offrir des solutions financières sur mesure, l'objectif étant de devenir une banque de choix pour nos clients qui sont prioritaires. Cette stratégie a évolué et met désormais davantage l'accent sur la connectivité entre les secteurs d'activité mondiaux de HSBC et entre les régions, mettant à profit le vaste réseau de distribution du Groupe HSBC.

Pour le trimestre, le bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat s'est établi à 40 M$, en hausse de 10 M$, ou 33,3 %, car le léger fléchissement du total du résultat d'exploitation, mentionné plus haut, a été plus que compensé par la variation positive des pertes de crédit attendue, pour le trimestre en raison de la gestion active des risques et des conditions de crédit favorables, ainsi que par la diminution des charges d'exploitation découlant essentiellement du calendrier de certaines charges. Le bénéfice avant impôt de l'exercice s'est chiffré à 180 M$, en hausse de 10 M$, ou 5,9 %, la forte croissance des revenus ayant plus que couvert le coût des investissements de l'entreprise et la hausse de la charge liée à la variation des pertes de crédit attendues pour l'exercice, alors que des reprises avaient été comptabilisées pour l'exercice précédent.

Services bancaires de détail et gestion de patrimoine

Le total du résultat d'exploitation s'est établi à 185 M$ pour le trimestre et à 737 M$ pour l'exercice, en hausse de 8 M$, ou 4,5 %, et de 62 M$, ou 9,2 %, respectivement. L'attention accordée aux besoins des clients - qui s'est traduite par une forte croissance des soldes des dépôts et des prêts et qui a entraîné un accroissement de la part de marché occupée par ces produits - et l'augmentation des marges sont les facteurs à l'origine de la hausse pour le trimestre et l'exercice. La baisse des produits de commissions essentiellement attribuable à la diminution des produits nets tirés des cartes de crédit résultant de meilleurs incitatifs et récompenses sur cartes de crédit aux clients a contrebalancé ces facteurs.

Nous avons poursuivi notre stratégie visant à accroître notre gamme de produits et de services bancaires hautement concurrentiels afin d'aider tous les Canadiens à gérer leurs finances, à acheter leur habitation, à économiser et à investir en vue de l'avenir. Nous sommes déterminés à tirer parti de notre expertise mondiale et de nos capacités internationales pour améliorer nos produits et services, y compris l'offre et la distribution de produits et services en gestion du patrimoine par l'intermédiaire de canaux numériques. Notre marque jouit d'une visibilité accrue sur le marché à la faveur de nos nouveaux produits et services numériques qui permettent aux clients de gagner du temps et d'effectuer leurs opérations bancaires au moment qui leur convient - nous avons notamment lancé une application destinée aux petites entreprises pour le crédit en ligne ainsi qu'une plateforme de placement numérique grâce à HSBC Horizon Patrimoine - à prix concurrentiels.

Le bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat s'est établi à 10 M$ pour le trimestre et à 71 M$ pour l'exercice, en baisse de 19 M$, ou 65,5 %, et de 9 M$, ou 11,3 %, respectivement. Les facteurs ayant contribué à cette baisse pour le trimestre et l'exercice sont l'augmentation des charges d'exploitation découlant de la croissance de nos activités, l'augmentation des coûts associée à la proposition d'un modèle de prestation de services amélioré et l'accroissement des coûts pour soutenir la croissance déjà réalisée. Le bénéfice avant impôt sur le résultat a également été touché par la variation des pertes de crédit attendues, qui s'est traduite par une charge pour le trimestre et pour l'exercice, attribuable essentiellement à l'incidence des facteurs économiques prospectifs sur notre portefeuille de prêts personnels garantis par des biens immobiliers et sur les sorties du bilan. Ces hausses ont été en partie atténuées par l'accroissement des revenus attribuable à la forte croissance du total des soldes des comptes des clients3 et par l'augmentation des marges.

Centre général

Le bénéfice avant impôt s'est établi à 31 M$ pour le trimestre et à 151 M$ pour l'exercice, en hausse de 23 M$ et 96 M$, respectivement. Ces hausses découlent de la diminution des charges, puisque certains projets de transformation et de rationalisation menés de 2015 à 2017 sont maintenant terminés, ainsi que de l'augmentation du résultat d'exploitation attribuable à la hausse des profits réalisés à la cession de titres dans le cadre d'activités de gestion du bilan.

1

Comparaison du trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2018 et des périodes correspondantes de l'exercice antérieur (sauf indication contraire).

2

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats des périodes précédentes sont présentés conformément à IAS 39. Aux termes d'IFRS 9, l'expression « Variation des pertes de crédit attendues » est utilisée, alors qu'avant le 1er janvier 2018 et en vertu d'IAS 39, l'expression correspondante « Pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives aux risques de crédit » était employée.

3

Le total des soldes des comptes des clients est composé des soldes des prêts, des dépôts et des comptes de gestion de patrimoine.

 

Utilisation de mesures financières non conformes aux IFRS

Pour évaluer sa performance, la banque utilise, entre autres, des mesures financières dérivées des résultats qu'elle publie. Or, ces mesures ne sont ni présentées dans les états financiers consolidés ni définies aux termes des IFRS. Elles sont considérées comme non conformes aux IFRS; il est donc improbable qu'elles soient comparables à des mesures semblables présentées par d'autres entreprises. Les mesures financières non conformes aux IFRS suivantes sont utilisées tout au long du présent document.

Le rendement des capitaux propres moyens attribuables à l'actionnaire ordinaire correspond au bénéfice attribuable à l'actionnaire ordinaire annualisé et divisé par la moyenne1 des capitaux propres ordinaires.

Le rendement de la moyenne des actifs pondérés en fonction des risques correspond au bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat annualisé et divisé par la moyenne1 des actifs pondérés en fonction des risques.

Le ratio d'efficience correspond au total des charges d'exploitation exprimé en pourcentage du total du résultat d'exploitation.

Le levier d'exploitation/effet ciseau s'entend de l'écart entre le taux de variation des produits et celui des charges d'exploitation.

La marge d'intérêts nette désigne les produits d'intérêts nets exprimés en pourcentage annualisé de la moyenne1 des actifs productifs d'intérêts.

La variation des pertes de crédit attendues en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations s'entend de la variation annualisée des pertes de crédit attendues2 et exprimée en pourcentage de la moyenne1 du montant brut des prêts et avances à des clients et des acceptations.

La variation des pertes de crédit attendues sur les prêts et avances et les acceptations de stade 3 en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations s'entend de la variation annualisée des pertes de crédit attendues2 sur les actifs de stade 32 et exprimée en pourcentage de la moyenne1 du montant brut des prêts et avances à des clients et des acceptations.

Le total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues de stade 3 en pourcentage du montant brut des prêts et avances et des acceptations de stade 3 s'entend du total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues sur les prêts et avances à des clients et les acceptations de stade 32 exprimé en pourcentage des prêts et avances à des clients et des acceptations de stade 32.

Les sorties du bilan nettes en pourcentage de la moyenne des prêts et avances à des clients et des acceptations correspondent aux sorties du bilan nettes annualisées et exprimées en pourcentage de la moyenne1 du montant net des prêts et avances à des clients et des acceptations.

1

Les soldes moyens sont calculés à l'aide des soldes de clôture.

2

Depuis le 1er janvier 2018 et aux termes d'IFRS 9, les expressions « variation des pertes de crédit attendues » et « actifs de stade 3 » sont utilisées, alors qu'avant cette date et en vertu d'IAS 39, les expressions correspondantes « pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives aux risques de crédit » et « actifs dépréciés » étaient employées.

 

Banque HSBC Canada


Faits saillants financiers






(Montants en M$, sauf indication contraire)


Trimestre clos le


Exercice clos le



31 déc. 20181


31 déc. 2017


31 déc. 20181


31 déc. 2017










Performance financière de la période









Total du résultat d'exploitation


565


540


2 264


2 070

Bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat


222


206


991


895

Bénéfice attribuable à l'actionnaire ordinaire


148


142


681


630

Variation des pertes de crédit attendues - (charge)/reprise


(19)


s. o


27


s. o

Reprises sur pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions









relatives au risque de crédit


s. o


(1)


s. o


108

Charges d'exploitation


(324)


(333)


(1 300)


(1 289)

Bénéfice par action ordinaire, de base et après dilution ($)


0,29


0,28


1,36


1,26










Mesures financières2 %









Rendement des capitaux propres moyens attribuables à l'actionnaire









ordinaire


12,6


11,7


14,5


13,3

Rendement de la moyenne des actifs pondérés en fonction









des risques3, 4


2,2


1,8


2,3


2,1

Ratio d'efficience


57,3


61,7


57,4


62,2

Levier d'exploitation/effet ciseau


7,3


3,0


8,5


(3,1)

Marge d'intérêts nette


1,50


1,57


1,53


1,50

Variation des pertes de crédit attendues en pourcentage de la moyenne









du montant brut des prêts et avances et des acceptations5


0,12


0,01


s. o


s. o

Variation des pertes de crédit attendues sur les prêts et avances et les









acceptations de stade 3 en pourcentage de la moyenne du montant









brut des prêts et avances et des acceptations5


--


0,18


s. o


s. o

Total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues de









stade 3 en pourcentage du montant brut des prêts et avances et









des acceptations de stade 35


35,8


35,8


35,8


35,8

Sorties du bilan nettes en pourcentage de la moyenne des prêts et









avances et des acceptations


0,16


0,19


0,15


0,14












À la clôture de la période







31 déc. 20181


31 déc. 2017





Situation financière au 31 décembre









Total de l'actif


103 406


96 379





Prêts et avances à des clients


57 123


50 337





Comptes des clients


59 812


57 054





Ratio des prêts et avances en pourcentage des comptes









des clients2 (%)


95,5


88,2





Capitaux propres attribuables à l'actionnaire ordinaire


4 733


4 860














Mesures du capital3









Ratio des capitaux propres ordinaires de catégorie 1 (%)


11,3


10,5





Ratio du capital de catégorie 1 (%)


13,4


12,4





Ratio du capital total (%)


16,0


14,7





Ratio de levier (%)


4,6


4,9





Actifs pondérés en fonction des risques4


40 142


45 035





Ratio de couverture de la liquidité (%)


132


137







1

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39.

2

Il y a lieu de se reporter à la rubrique intitulée « Utilisation de mesures financières non conformes aux IFRS » figurant dans le présent document pour une description des mesures financières non conformes aux IFRS.

3

La banque évalue l'adéquation de ses fonds propres en fonction de normes issues des lignes directrices émises par le BSIF conformément au cadre d'adéquation des fonds propres de Bâle III.

4

En janvier 2018, le BSIF a fait part de sa décision de réviser le plancher de fonds propres en vigueur pour les institutions qui utilisent une approche avancée à l'égard du risque de crédit et du risque opérationnel. Depuis le deuxième trimestre de 2018, le plancher de fonds propres est établi selon l'approche standard aux termes de Bâle II, et son coefficient de rajustement a été intégré sur trois trimestres. Ce coefficient a été de 70 % au deuxième trimestre de 2018, puis il a augmenté à 72,5 % au troisième trimestre de 2018 et à 75 % au quatrième trimestre de 2018.

5

Depuis le 1er janvier 2018 et aux termes d'IFRS 9, les expressions « variation des pertes de crédit attendues » et « actifs de stade 3 » sont utilisées, alors qu'avant cette date et en vertu d'IAS 39, les expressions correspondantes « pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions relatives aux risques de crédit » et « actifs dépréciés » étaient employées. La mention « s. o. » est indiquée lorsque la banque est en position de reprise nette, ce qui donne lieu à un ratio négatif.

 

Banque HSBC Canada


État consolidé du résultat net







(Montants en M$, sauf les montants par action)


Trimestre clos le


Exercice clos le




31 déc. 20181


31 déc. 2017


31 déc. 20181


31 déc. 2017












Produits d'intérêts


674


526


2 421


1 910


Charges d'intérêts


(339)


(208)


(1 129)


(733)


Produits d'intérêts nets


335


318


1 292


1 177












Produits de commissions


189


182


762


729


Charges de commissions


(25)


(23)


(89)


(76)


Produits de commissions nets


164


159


673


653












Produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins










de transaction (produits de négociation nets en 2017)


26


31


136


125


Variations de la juste valeur de la dette à long terme (charges










nettes liées aux instruments financiers désignés comme étant










à la juste valeur en 2017)


--


--


--


(4)


Variations de la juste valeur des autres instruments financiers










obligatoirement évalués à la juste valeur par le biais du










résultat net


(2)


s. o


(2)


s. o


Profits diminués des pertes liés aux placements financiers


11


6


56


31


Produits de dividendes


--


--


1


--


Autres produits d'exploitation


31


26


108


88












Total du résultat d'exploitation


565


540


2 264


2 070












Variation des pertes de crédit attendues


(19)


s. o


27


s. o


Reprises sur pertes de valeur liées aux prêts et autres provisions










relatives au risque de crédit


s. o


(1)


s. o


108












Résultat d'exploitation net


546


539


2 291


2 178












Rémunération et avantages du personnel


(157)


(168)


(696)


(705)


Charges générales et administratives


(154)


(149)


(555)


(537)


Amortissement des immobilisations corporelles


(8)


(10)


(32)


(33)


Amortissement et perte de valeur des immobilisations










incorporelles


(5)


(6)


(17)


(14)


Total des charges d'exploitation


(324)


(333)


(1 300)


(1 289)












Bénéfice d'exploitation


222


206


991


889












Quote-part du résultat d'entreprises associées


--


--


--


6












Bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat


222


206


991


895












Charge d'impôt sur le résultat


(65)


(54)


(273)


(227)












Bénéfice de la période


157


152


718


668












Bénéfice attribuable à l'actionnaire ordinaire


148


142


681


630


Bénéfice attribuable au détenteur d'actions privilégiées


9


10


37


38


Bénéfice attribuable aux actionnaires


157


152


718


668












Nombre moyen d'actions ordinaires en circulation (en milliers)


498 668


498 668


498 668


498 668


Bénéfice par action ordinaire, de base et après dilution ($)


0,29

$

0,28

$

1,36

$

1,26

$



1

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39.

 

Banque HSBC Canada

Bilan consolidé






(Montants en M$)


31 déc. 20181


31 déc. 2017






ACTIF





Trésorerie et soldes détenus dans des banques centrales


78


411

Effets en cours de compensation auprès d'autres banques


8


25

Actifs détenus à des fins de transaction


3 875


5 373

Autres actifs financiers devant obligatoirement être évalués à la juste valeur par le biais





du résultat net


4


s. o

Dérivés


4 469


3 675

Prêts et avances à des banques


1 221


1 221

Prêts et avances à des clients


57 123


50 337

Prises en pension à des fins autres que de transaction


5 860


6 153

Placements financiers


24 054


22 913

Autres actifs


2 200


899

Paiements anticipés et produits à recevoir


234


213

Engagements de clients en contrepartie d'acceptations


3 932


4 801

Actifs d'impôt exigible


51


44

Immobilisations corporelles


101


106

Goodwill et immobilisations incorporelles


121


90

Actifs d'impôt différé


75


118

Total de l'actif


103 406


96 379






PASSIF ET CAPITAUX PROPRES





Passif





Dépôts effectués par des banques


1 148


1 696

Comptes des clients


59 812


57 054

Mises en pension à des fins autres que de transaction


8 224


4 604

Effets en transit vers d'autres banques


252


299

Passifs détenus à des fins de transaction


2 164


3 701

Dérivés


4 565


3 516

Titres de créance émis


13 863


10 820

Autres passifs


1 891


2 217

Acceptations


3 937


4 801

Charges à payer et produits différés


574


475

Passifs au titre des prestations de retraite


270


346

Créances subordonnées


1 039


1 039

Provisions


41


61

Passifs d'impôt exigible


43


40

Total du passif


97 823


90 669






Capitaux propres





Actions ordinaires


1 225


1 225

Actions privilégiées


850


850

Autres réserves


(111)


(61)

Résultats non distribués


3 619


3 696

Total des capitaux propres


5 583


5 710

Total du passif et des capitaux propres


103 406


96 379



1

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39.

 

Banque HSBC Canada

Tableau consolidé des flux de trésorerie






Exercice clos le



31 déc. 2018


31 déc. 2017






Bénéfice avant impôt


991


895

Ajustements pour :





- éléments sans effet de trésorerie inclus dans le bénéfice avant impôt


53


(40)

Variations des actifs et des passifs d'exploitation





- variation des actifs d'exploitation


(6 744)


(3 982)

- variation des passifs d'exploitation


7 919


2 232

- impôt payé


(234)


(159)

Flux de trésorerie nets liés aux activités d'exploitation


1 985


(1 054)






Achat de placements financiers


(13 442)


(7 685)

Produit de la vente et de l'arrivée à échéance de placements financiers


12 182


10 028

Acquisition d'immobilisations corporelles et incorporelles


(76)


(65)

Produit de la vente d'immobilisations corporelles


1


--

Flux de trésorerie nets liés aux activités d'investissement


(1 335)


2 278






Remboursement de créances subordonnées


--


(1 400)

Émission de créances subordonnées


--


1 000

Remboursement de titres de créance


--


(671)

Rachat d'actions privilégiées


(350)


--

Dividendes versés à l'actionnaire


(847)


(273)

Émission d'actions privilégiées


--


350

Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement


(1 197)


(994)






(Diminution)/augmentation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie


(547)


230






Trésorerie et équivalents de trésorerie au 1er janvier


1 880


1 650

Trésorerie et équivalents de trésorerie au 31 décembre


1 333


1 880

Intérêts





Intérêts payés


(1 038)


(743)

Intérêts reçus


2 369


1 887

 

Banque HSBC Canada

Information par secteur d'activité mondial (non audité)






(Montants en M$)


Trimestre clos le


Exercice clos le



31 déc. 20181


31 déc. 2017


31 déc. 20181


31 déc. 2017










Services aux entreprises









Produits d'intérêts nets


152


150


586


545

Produits autres que d'intérêts


95


87


368


340

Total du résultat d'exploitation


247


237


954


885

Variation des pertes de crédit attendues - (charge)/reprise


(12)


s. o


38


s. o

Reprises sur pertes de valeur liées aux prêts et autres









provisions relatives au risque de crédit


s. o


3


s. o


93

Résultat d'exploitation net


235


240


992


978

Total des charges d'exploitation


(94)


(101)


(403)


(388)

Bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat


141


139


589


590










Services bancaires internationaux et marchés









Produits d'intérêts nets


28


24


107


98

Produits autres que d'intérêts


46


51


224


204

Total du résultat d'exploitation


74


75


331


302

Variation des pertes de crédit attendues - (charge)


--


s. o


(1)


s. o

(Charges)/reprises sur pertes de valeur liées aux prêts et autres









provisions relatives au risque de crédit


s. o


(7)


s. o


6

Résultat d'exploitation net


74


68


330


308

Total des charges d'exploitation


(34)


(38)


(150)


(138)

Bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat


40


30


180


170










Services bancaires de détail et gestion de patrimoine









Produits d'intérêts nets


126


114


489


425

Produits autres que d'intérêts


59


63


248


250

Total du résultat d'exploitation


185


177


737


675

Variation des pertes de crédit attendues - (charge)


(7)


s. o


(10)


s. o

Reprises sur pertes de valeur liées aux prêts et autres









provisions relatives au risque de crédit


s. o


3


s. o


9

Résultat d'exploitation net


178


180


727


684

Total des charges d'exploitation


(168)


(151)


(656)


(604)

Bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat


10


29


71


80










Centre général









Produits d'intérêts nets


29


30


110


109

Produits autres que d'intérêts


30


21


132


99

Résultat d'exploitation net


59


51


242


208

Total des charges d'exploitation


(28)


(43)


(91)


(159)

Bénéfice d'exploitation


31


8


151


49

Quote-part du résultat d'entreprises associées


--


--


--


6

Bénéfice avant la charge d'impôt sur le résultat


31


8


151


55



1

En date du 1er janvier 2018, la banque a adopté IFRS 9 de manière rétrospective sans retraiter les chiffres des périodes précédentes. Les résultats de ces périodes sont présentés conformément à IAS 39.

 

Renseignements relatifs à la Banque HSBC Canada

La Banque HSBC Canada, filiale de HSBC Holdings plc, est le chef de file des banques internationales au pays. Nous aidons des entreprises et des particuliers partout au Canada à faire des affaires et à gérer leurs finances à l'échelle mondiale par l'entremise de trois secteurs d'activité mondiaux, soit les services aux entreprises, les services bancaires internationaux et marchés et les services bancaires de détail et gestion de patrimoine. Le Groupe HSBC est l'un des plus importants groupes de services bancaires et financiers au monde, ses actifs totalisant 2 558 G$ US au 31 décembre 2018. Il sert des clients du monde entier dans 66 pays et territoires en Europe, en Asie, dans les Amériques, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et reliés entre eux grâce à des technologies de pointe.

Pour de plus amples renseignements, visitez le site www.hsbc.ca ou suivez-nous sur Twitter : @hsbc_ca ou sur Facebook : @HSBCCanada.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent document renferme des informations prospectives, dont des énoncés concernant les activités et projets futurs de la banque. Ces énoncés se caractérisent par le fait qu'ils ne reposent pas strictement sur des données ou événements passés ou en cours. Des énoncés prospectifs renferment souvent des termes ou expressions comme « prévoir », « estimer », « s'attendre à », « projeter », « avoir l'intention de », « planifier » et « croire », ainsi que des mots ou expressions similaires qui sont employés pour décrire le rendement financier ou opérationnel à venir. De par leur nature même, ces énoncés nous obligent à poser plusieurs hypothèses et sont assujettis à divers risques et incertitudes qui leur sont inhérents et qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés dans les énoncés prospectifs. Nous prions le lecteur de ne pas se fier indûment à ces énoncés puisque de nombreux facteurs de risque pourraient donner lieu à des résultats réels nettement différents des attentes exprimées par les énoncés. Dans le rapport de gestion figurant dans le Rapport et états financiers annuels 2018, la rubrique « Gestion des risques » décrit les principaux risques auxquels la banque est exposée, risques qui, s'ils ne sont pas gérés comme il se doit, pourraient influer grandement sur ses résultats financiers à venir. Ces risques comprennent le risque de crédit, le risque de liquidité et de financement et le risque de marché, les risques opérationnels (dont ceux liés à la conformité à la réglementation, à la criminalité financière, à la sécurité ainsi que le risque fiduciaire), le risque réputationnel, le risque lié à la caisse de retraite et le risque lié au développement durable. Les facteurs additionnels qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent nettement des attentes exprimées par les énoncés prospectifs comprennent la conjoncture économique dans son ensemble et les conditions de marché, les politiques budgétaires et monétaires, les modifications des lois, de la réglementation et de l'approche de supervision, le degré de concurrence et les technologies de rupture, les changements de nos notations de crédit, les risques relevant de nos activités et des infrastructures, ainsi que d'autres risques comme les risques matériels liés aux changements climatiques et les risques liés aux changements touchant les normes comptables, aux changements de taux d'imposition, aux changements de lois et règlement fiscaux et à notre capacité à recruter, à perfectionner et à retenir du personnel clé. La rubrique « Facteurs susceptibles d'avoir une incidence sur les résultats futurs » du Rapport de gestion 2018 renferme une description de ces facteurs de risque. Nous tenons à aviser le lecteur que la liste de facteurs de risque présentée ci-dessus n'est pas exhaustive et qu'il se peut que d'autres incertitudes et facteurs éventuels non mentionnés aux présentes nuisent à nos résultats et à notre situation financière. Tout énoncé prospectif paraissant dans ce document n'est valable qu'en date de celui-ci. Nous ne nous engageons nullement à réviser, à mettre à jour ou à modifier les énoncés prospectifs en raison de nouvelles informations, d'événements ultérieurs ou d'autres circonstances, et nous déclinons expressément toute obligation de le faire, sauf dans la mesure où les lois pertinentes sur les valeurs mobilières nous y contraignent.

SOURCE HSBC Bank Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 08:30
Le nombre d'emplois au Canada a augmenté de 49 300 emplois de juillet à août, selon le Rapport national sur l'emploi d'ADP® Canada pour le mois d'août. Largement diffusé au grand public chaque mois, et ce, gratuitement, le Rapport national sur...

à 08:30
BMO Gestion d'actifs inc. et BMO Investissements Inc. ont annoncé aujourd'hui les distributions en espèces pour le mois de septembre 2019 des fonds négociés en bourse BMO (FNB BMO) et des fonds de la série FNB de BMO Fonds d'investissement (série...

à 08:27
La fiducie de placement CT REIT (« CT REIT ») et une filiale de la Société Canadian Tire Limitée (« Canadian Tire », la « Société Canadian Tire » ou la « Société ») ont annoncé aujourd'hui la clôture de leur placement public déjà annoncé de 16 846...

à 08:15
Lors d'une conférence de presse tenue ce matin à Halifax, le Conseil des grandes villes canadiennes (CGVC) a demandé aux partis fédéraux en campagne électorale d'appuyer l'élaboration d'une stratégie urbaine nationale afin d'aider les villes à bâtir...

à 08:00
En l'honneur de la 10e Journée annuelle des compétences essentielles, ABC Alpha pour la vie Canada (ABC) a ajouté trois ateliers à son programme de compétences pour l'emploi FORCES Compétences au travail, lesquels portent sur la gestion du stress, la...

à 07:58
Garry MacNicholas, vice-président exécutif et chef des services financiers, Great-West Lifeco Inc., prendra la parole lors de la Conférence de l'Est à l'intention des investisseurs institutionnels de la Banque CIBC, qui se tiendra le...



Communiqué envoyé le 18 février 2019 à 23:15 et diffusé par :