Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Exploitation pétrolière
Sujet : Économie

L'économie du Canada devrait ralentir en 2019 au moment où les risques augmentent


OTTAWA, le 18 déc. 2018 /CNW/ - L'économie canadienne fait face à des vents contraires sur plusieurs fronts. La croissance plus faible de l'emploi et des salaires, l'endettement élevé et la hausse des taux d'intérêt limiteront les dépenses de consommation. Entretemps, la chute du prix du pétrole de même que des difficultés au niveau de la capacité pipelinière continueront de freiner l'investissement dans le secteur canadien de l'énergie. On s'attend également à ce que les dépenses publiques ralentissent en raison de la hausse des déficits budgétaires.

Somme toute, le Conference Board du Canada s'attend à ce que le PIB du Canada augmente de 1,9 % en 2019, un recul par rapport au gain de 2,1 % prévu pour cette année.

«?L'économie canadienne est en proie à quelques défis à l'approche de l'année 2019, a déclaré Matthew Stewart, directeur, Prévisions nationales. Les dépenses de consommation ont été le moteur de la croissance économique au cours des dernières années, mais les Canadiens resserrent les cordons de leur bourse. En 2019, la croissance économique dépendra d'un climat d'affaires amélioré et d'un meilleur rendement du secteur hors énergie.?» 

Faits saillants

Les dépenses des ménages ralentissent en raison de plusieurs facteurs, dont, notamment la croissance plus faible de l'emploi, la hausse des taux d'intérêt et le refroidissement du prix des maisons. Bien que la croissance de l'emploi ait repris au cours des derniers mois, la croissance globale de l'emploi a été modeste en 2018. L'un des facteurs à l'origine de la faible croissance de l'emploi est la hausse des départs à la retraite, car de nombreux baby-boomers continuent de quitter le marché du travail. Cela a entraîné des pénuries de main-d'oeuvre dans de nombreuses industries au Canada, le taux de chômage ayant atteint un creux record de 5,6 % en novembre. Malheureusement, la croissance des salaires demeure faible. Cependant, à la lumière du resserrement des marchés du travail, la croissance des salaires devrait commencer à reprendre en 2019, vu que les entreprises rivalisent pour recruter un nombre limité de travailleurs.

En plus des perspectives plus faibles en matière de dépenses de consommation, l'effondrement du prix du pétrole et les contraintes liées à la capacité des pipelines frappent durement le secteur énergétique canadien. On s'attend à ce que les investissements dans l'industrie pétrolière et gazière en Alberta diminuent pour une deuxième année consécutive en 2019. La faiblesse du prix du pétrole et l'incertitude liée aux goulots d'étranglement dans le transport et aux compressions imposées par le gouvernement provincial relativement à la production de pétrole nuisent aux intentions d'investissement. Malgré les difficultés persistantes de l'Alberta, l'investissement global dans le secteur énergétique du Canada augmentera en 2019, grâce au projet LNG Canada et au pipeline Coastal GasLink qui généreront des investissements considérables en Colombie-Britannique.

Sur une note plus positive, l'investissement hors énergie devrait connaître un élan lié à la signature du nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) et aux nouvelles mesures fédérales qui permettent l'amortissement accéléré de plusieurs types d'investissements. En supposant que le Congrès américain adopte le projet de loi sur le commerce, cela contribuera à dissiper en partie l'incertitude qui décourage les dépenses d'investissement. L'ACEUM devrait également aider à améliorer le rendement du Canada en matière d'exportation. On prévoit une reprise des exportations hors énergie en 2019, mais la croissance sera limitée par la faiblesse des investissements et les taux élevés d'utilisation de la capacité dans le secteur manufacturier.

Le rapport Note de conjoncture canadienne est un rapport trimestriel du Conference Board du Canada. Il se penche sur les prévisions économiques à court terme, y compris les dépenses de consommation, le logement, le secteur gouvernemental, l'investissement hors énergie et le commerce.

Suivez le Conference Board du Canada sur Twitter.

Si vous souhaitez que votre nom soit retiré de notre liste d'envoi, veuillez adresser un courriel à corpcomm@conferenceboard.ca.

 

SOURCE Le Conference Board du Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 10:16
Trina Solar, l'un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions complètes du domaine de l'énergie solaire, a annoncé le lancement de quatre nouvelles séries de modules visant à répondre aux différents besoins des applications photovoltaïques dans...

à 08:49
Aujourd'hui, Sasol s'est engagé à faire un don de 250 000 USD - environ 15 millions de meticais -, pour soulager et aider les collectivités gravement touchées par le cyclone tropical Idai à Beira et à Dondo, dans la province de Sofala, ainsi que dans...

20 mar 2019
Le secteur du biométhane connait un essor mondial. Plus de 1 000 unités de production seront bientôt en activité dans 34 pays, contre 720 fin 2017. Longtemps essentiellement européen, le secteur du gaz vert se mondialise indiscutablement. Depuis...

20 mar 2019
Les exportations internationales de marchandises du Québec, désaisonnalisées, en dollars constants, ont augmenté de 6,2 % en décembre 2018 en regard du mois précédent (+ 0,3 % en novembre 2018). Pour l'ensemble de l'année 2018, elles affichent une...

19 mar 2019
Bénéfice net attribuable aux actionnaires de la société (le « bénéfice net ») de 612,1 millions $ (1,08 $ par action sur une base diluée) pour le troisième trimestre de l'exercice 2019 comparativement à 482,4 millions $ (0,85 $ par action sur une...

18 mar 2019
Pour le gouvernement du Canada, assurer la propreté, la sécurité et la santé de nos océans et de nos régions côtières pour les générations actuelles et futures est une priorité absolue. C'est pour cette raison que nous faisons d'importants...



Communiqué envoyé le 18 décembre 2018 à 08:00 et diffusé par :