Le Lézard
Classé dans : L'environnement
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Enjeux environnementaux, Politique environnementale

Seulement 2 % des Québécois prêts à payer pour une taxe carbone qui permettra d'atteindre les cibles de réduction de GES


MONTRÉAL, le 12 déc. 2018 /CNW Telbec/ - Une majorité de Québécois ne sont pas prêts à payer leur essence plus cher à cause d'une taxe sur le carbone. Quant à une taxe carbone «?efficace?», c'est-à-dire assez élevée pour permettre à la province d'atteindre ses objectifs environnementaux, l'appui n'est que de 2 %.

C'est ce qui ressort d'un sondage Léger réalisé pour le compte de l'IEDM.

Parmi les résultats du sondage :

«?Ce qui peut sembler à première vue une contradiction des Québécois est simplement une manifestation de leur rationalité quand on prend une idée comme la taxe carbone et qu'on la transpose dans la réalité, avec les coûts qui y sont associés?», souligne Germain Belzile, chercheur associé senior à l'IEDM.

«?Lorsqu'on leur présente autant les coûts que les bénéfices, les Québécois rejettent alors massivement l'idée d'une taxe carbone, ou en tout cas la suggestion d'une taxe sur le carbone établie à un niveau susceptible d'avoir l'impact recherché sur la consommation d'énergies fossiles?», ajoute-t-il.

«?Ces réponses ne sont pas si surprenantes quand on garde à l'esprit que, même dans l'éventualité où le Québec devenait le champion incontesté des réductions de GES, cela ne changerait absolument rien, ou presque, à l'état de la planète puisque le Québec est responsable d'approximativement 18 centièmes de 1 % des émissions mondiales, ou 0,18 %?», observe Michel Kelly-Gagnon, président et directeur général de l'IEDM.

«?On peut bien sûr faire de nobles efforts pour diminuer nos rejets de CO2, mais la solution aux problèmes des changements climatiques passe avant tout par l'innovation technologique et de bonnes politiques publiques?», conclut M. Kelly-Gagnon.

Le sondage web a été effectué du 9 au 12 novembre 2018 auprès d'un échantillon représentatif de 1005 Québécois âgés de 18 ans et plus. La marge d'erreur se situe autour de + ou - 3,1 %.

L'IEDM est un think tank indépendant sur les politiques publiques. Par ses publications et ses interventions, l'IEDM alimente le débat sur les politiques publiques au Québec et à travers le Canada en proposant des réformes fondées sur les principes de l'économie de marché et de l'entrepreneuriat.

____________________________
1 Soit respectivement 60 % et 22 % des 40 % de Québécois qui se disent prêts à payer pour la taxe carbone.
2 Soit 5 % des 40 % de Québécois qui se disent prêts à payer pour la taxe carbone. 

 

SOURCE Institut économique de Montréal


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

15 jui 2019
Le 3e Forum mondial de la pêche et salon des fruits de mer s'est tenu du 11 au 12 juillet à Saint-Pétersbourg. L'événement a réuni près de 6 000 participants, parmi lesquels des leaders des milieux économiques, des représentants de pêcheries, des...

15 jui 2019
L'honorable Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles du Canada, en compagnie de son secrétaire parlementaire Paul Lefebvre, fera une annonce concernant l'efficacité énergétique à Cranbrook, en Colombie?Britannique, en marge de la Conférence...

15 jui 2019
L'industrie canadienne des mines et des minéraux est importante pour notre économie et pour les collectivités partout au pays. En exploitant les ressources naturelles du Canada de façon plus écologique et durable, nous serons en mesure de créer de...

15 jui 2019
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour, et le vice-président à l'exploitation du secteur faunique de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), M. Dave Boulet, ont annoncé aujourd'hui un investissement...

15 jui 2019
Le gouvernement du Canada reconnaît que les investissements stratégiques dans les infrastructures vertes jouent un rôle clé dans le soutien de collectivités dynamiques et saines, tout en créant de bons emplois qui favorisent la croissance de la...

15 jui 2019
Le secteur forestier canadien demeure une importante source d'emplois de qualité partout au pays, y compris dans les collectivités autochtones, rurales et éloignées du Québec. Le gouvernement du Canada continue de travailler avec les peuples...



Communiqué envoyé le 12 décembre 2018 à 06:00 et diffusé par :