Le Lézard
Classé dans : Les affaires, L'environnement
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Économie, Enjeux environnementaux

L'intégration de la science du climat à la modélisation des risques de catastrophe serait bénéfique pour la société : The Geneva Association


ZURICH, November 20, 2018 /PRNewswire/ --

La modélisation des risques de catastrophe a révolutionné la manière dont les assureurs analysent, évaluent et gèrent les risques de catastrophe. Selon un rapport d'étude de The Geneva Association, principal groupe de réflexion international du secteur de l'assurance, son utilité pour la société pourrait se voir encore renforcée par l'intégration des toutes dernières avancées en matière de climat, de capacités d'observation et de technologies émergentes.

     (Logo: https://mma.prnewswire.com/media/714100/Geneva_Association_Logo.jpg )

Le rapport intitulé « Managing Physical Climate Risk: Leveraging Innovations in Catastrophe Risk Modelling » (Gestion des risques liés au climat physique : Exploiter les innovations dans la modélisation des risques de catastrophe) propose une analyse complète des derniers développements, opportunités et propositions de valeur des modèles appelés Cat. L'étude fournit des recommandations destinées à améliorer la modélisation Cat grâce à une approche prospective. Celle-ci pourrait permettre des tests de résistance et des analyses de risque selon différents scénarios de changement climatique et soutenir de nouvelles offres de produits et de services d'assurance climatique.

Anna Maria D'Hulster, secrétaire générale de The Geneva Association, a déclaré : « La modélisation Cat est plus pertinente que jamais. À mesure que les effets du changement climatique deviennent plus sévères, le secteur des assurances doit faire face à la demande du marché et anticiper les futurs changements par le biais d'une optimisation de l'analyse des risques. Les modèles Cat peuvent aider les assureurs et les décideurs à acquérir une compréhension approfondie des coûts et des implications du risque de catastrophe. Peu de secteurs de l'économie jouent un rôle aussi important dans le processus de récupération après catastrophe que l'assurance ; ce secteur se doit donc de s'efforcer de renforcer en continu la puissance prédictive de ses capacités de modélisation Cat. »

Maryam Golnaraghi, directrice des événements extrêmes et des risques climatiques de The Geneva Association, a ajouté : « En s'appuyant sur les recommandations du groupe de travail du Conseil sur la stabilité financière relatives aux informations financières liées au climat, de plus en plus de secteurs considèrent le risque climatique physique dans leurs activités principales et leurs méthodologies d'investissement. Les modèles Cat, à condition qu'ils soient correctement adaptés aux scénarios de changement climatique, pourraient être utilisés pour comprendre l'impact du risque lié au climat sur les actifs, les opérations et les investissements, et pour développer des mesures de gestion du risque permettant de faire face à ce risque. »

Compte tenu du déficit d'investissement dans les infrastructures, les modèles Cat pourraient être étendus pour évaluer et atténuer les risques météorologiques extrêmes tout au long du cycle de vie des projets d'infrastructure. Cela pourrait améliorer la résilience au climat des infrastructures et offrir des opportunités de transfert de risque et d'investissement supplémentaires.

En outre, la prochaine génération de modèles Cat devrait adopter une approche basée sur les systèmes, en les connectant à d'autres systèmes de modélisation tels que ceux appliqués à l'analyse économique, aux liens eau-alimentation-énergie et aux systèmes d'infrastructure et de santé. Cela pourrait permettre de mieux comprendre les boucles de rétroaction et les effets en cascade au sein des secteurs et entre ceux-ci, et d'améliorer les décisions en matière d'élaboration des politiques, de planification et de gestion du risque.  

Le rapport d'étude s'appuie sur l'expérience et les connaissances d'experts internationaux renommés de sociétés de modélisation des risques de catastrophe, des milieux scientifiques et universitaires, de praticiens du développement international et du secteur de la (ré)assurance.  

Rapport d'étude complet

Résumé de quatre pages

Interview vidéo avec l'auteur principal


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

24 mai 2019
Le député de Thunder Bay-Rainy River, Don Rusnak, au nom du ministre des Ressources naturelles du Canada, l'honorable Amarjeet Sohi, fera une annonce à propos d'une technologie propre pour le secteur forestier, à Thunder Bay. Un point de presse...

24 mai 2019
Les gouvernements du Canada et du Québec accordent des aides financières totalisant 1 047 500 $ au Parc régional Montagne du Diable (PRMD) pour la construction d'un chalet d'accueil, d'un stationnement ainsi que d'installations pour le traitement des...

24 mai 2019
Le plan de développement des Producteurs en serre du Québec s'inscrit parfaitement dans la volonté du premier Ministre M. François Legault de doubler les superficies en production serricole au Québec en utilisant l'électricité provenant de nos...

24 mai 2019
Le gouvernement du Canada est déterminé à protéger les terres et les cours d'eau du Canada contre les déchets de plastique et les débris marins. Nous savons que les Canadiennes et les Canadiens attachent beaucoup d'importance à leur environnement...

24 mai 2019
Le Conseil du système alimentaire montréalais (Conseil SAM) tiendra un forum de planification stratégique le 30-31 mai prochain en partenariat avec le Collège Dawson. Plus de 150 partenaires de cette mobilisation de Montréal - Métropole en santé...

24 mai 2019
L'efficacité énergétique dans les bâtiments réduit les coûts, crée de l'emploi et protège l'environnement. La promotion de pratiques écoénergétiques est un élément fondamental de la transition du Canada vers une économie fondée sur l'énergie propre....



Communiqué envoyé le 20 novembre 2018 à 14:43 et diffusé par :