Le Lézard
Sujet : Divers

FCÉÉ-Ontario : Ford réduit le financement pour la population franco-ontarienne


TORONTO, 16 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Hier, le gouvernement de l'Ontario a annulé le projet d'ouverture de la première université francophone du sud de l'Ontario, qui devait ouvrir ses portes en 2020, alors qu'il avait promis de ne pas le faire pendant la campagne électorale et après son arrivée au pouvoir.

Dans la même annonce, le ministre des Finances de l'Ontario, Vic Fedeli, a indiqué que la province éliminera le poste de trois agents indépendants ? les postes de commissaire aux services en français, de commissaire à l'environnement et de défenseur des enfants de l'Ontario ? et confiera leurs responsabilités aux bureaux de la vérificatrice générale et de l'ombudsman provincial.

Ces deux annonces ont été faites dans le cadre du plan de réduction des coûts du gouvernement « Pour le peuple » afin de réduire le budget provincial.

Cette nouvelle inattendue a suscité de vives critiques et d'amères déceptions parmi la population étudiante, les membres du corps professoral et les groupes communautaires francophones de l'Ontario.

« La création d'une université de langue française était nécessaire à améliorer la qualité de l'éducation pour les 600 000 francophones de la province, a déclaré Nour Alideeb, présidente de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants-Ontario. Les étudiantes et étudiants francophones en Ontario paient les frais de scolarité qui sont parmi les plus élevés au pays, mais ils font face à toutes sortes de défis lorsqu'ils fréquentent un collège ou une université en raison d'un manque historique de ressources et de programmes pour les apprenantes et apprenants de langue française. Dans sa tentative irréfléchie de réaliser des économies, le gouvernement de Ford a essentiellement anéanti des décennies de financement et de consultations investis dans ce projet. »

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants-Ontario avait fait pression sur le gouvernement provincial pour qu'il augmente le financement de l'éducation en français et pour que le financement de la nouvelle université de langue française n'enlève rien aux établissements francophones existants.

L'annulation de l'université de langue française survient quelques semaines seulement après l'annulation soudaine de trois nouveaux projets de campus à Milton, Brampton et Markham. Ces actions représentent une réduction considérable du financement pour le secteur postsecondaire.

« En éliminant maintenant le poste de commissaire aux services en français, dont la responsabilité était la protection des droits et des intérêts des Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens, il sera plus difficile pour les gens de défendre leurs droits lorsque les services dont ils ont besoin ne sont pas fournis, a déclaré Alideeb. Lorsqu'elles sont jumelées, ces deux annulations représentent un énorme pas en arrière dans l'amélioration de la vie sociale, économique et politique de la communauté francophone de la province. »

Le commissaire aux services en français était chargé de recevoir les plaintes concernant les services gouvernementaux en français et d'exercer ses pouvoirs d'enquête pour faire des recommandations concernant la prestation de ces services.

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants?Ontario représente 350 000 étudiantes et étudiants en Ontario, dont la majorité des étudiantes et étudiants francophones qui fréquentent des établissements postsecondaires dans la province.

Pour plus de renseignements, prenez contact avec :
Ian McRae, coordonnateur des relations avec le gouvernement et des politiques : 416 925-3825 ou 306 852-0128 (cellulaire)
Nour Alideeb, présidente : 416 925-3825



Communiqué envoyé le 16 novembre 2018 à 14:20 et diffusé par :