Le Lézard
Sujets : Gouvernement européen, Politique intérieure

Le premier ministre albanais Edi Rama se félicite de l'approbation des pourparlers d'adhésion par l'UE


TIRANA, Albanie, July 2, 2018 /PRNewswire/ --

Le premier ministre Edi Rama s'est félicité aujourd'hui de la déclaration du Conseil de l'Europe annonçant un progrès supplémentaire en vue de l'intégration de la région des Balkans occidentaux à l'Union européenne. Il a décrit comme historique la décision du Conseil de fixer à juin 2019 le début des négociations d'adhésion formelles avec l'Albanie.

Tout en reconnaissant que la date de début a déçu certains en Albanie, le premier ministre a déclaré que le retard n'aurait aucune incidence matérielle sur le calendrier final d'adhésion. Selon lui, les préparatifs des négociations formelles commenceraient immédiatement et feraient suite aux pourparlers informels qui se tiennent depuis 2009. Il a noté qu'une équipe de la Commission européenne arriverait à Tirana en juillet afin de démarrer le processus d'étude préalable aux négociations qui implique l'analyse comparative des actes normatifs albanais et des normes de l'UE.

M. Rama a remercié les 25 nations de l'UE qui se sont prononcées en faveur d'un démarrage plus rapide des pourparlers formels. Il a également remercié la France et les Pays-Bas de leur volonté d'« écouter encore et encore nos arguments jusqu'à reconnaître enfin notre mérite et contribuer à la solution, en dépit de leurs problèmes internes et de l'approche qui est réellement la leur quant au processus d'élargissement et qui diffère de celle des autres ».

Il a pris note que les pourparlers formels débuteraient après les élections au Parlement européen de l'an prochain qui représentaient, selon lui, un « obstacle politique important » à un accord sur une date de négociation antérieure avec l'Albanie et la Macédoine.

« Toutefois, le fait est qu'avec cette solution ni l'Albanie ni la Macédoine ne perdent de temps ; nous ne perdons pas 12 mois, nous allons plutôt mettre à profit ces 12 mois pour consolider l'application de nos réformes et prendre toutes les mesures obligatoires dans le cadre de la préparation des négociations. Ce que nous aurions dû de toute façon faire si la date avait été fixée à aujourd'hui. »

Le premier ministre a indiqué qu'aucune contingence nouvelle n'avait été énoncée pour la mise en conformité. « Toutes les conditions à ce stade reflètent exactement ce que nous devons faire et avions l'intention de faire, qu'une date ait été choisie ou non pour le début des négociations. »

M. Rama a décrit la décision de l'Union européenne comme « un moment important pour l'avenir de l'Albanie ».

« Notre gouvernement la voit comme une validation de tous les efforts consentis par les Albanais pour élever le niveau, construire de nouvelles institutions, redynamiser l'économie du pays et introduire diverses réformes économiques et politiques », ajoute-t-il. « Nous allons redoubler nos efforts pour aligner notre législation sur les directives de l'Union européenne afin que les négociations aboutissent rapidement et efficacement. »

Il ajoute : « Nous nous rendons compte que le chemin qui mène à l'Europe est encore long, mais c'est le meilleur avenir auquel nous pouvons prétendre. Nous mettons ces réformes en oeuvre non pas dans l'intérêt de l'Europe, mais dans le nôtre. Nous ne nous arrêterons pas là, nous rendrons le gouvernement comptable devant les citoyens, nous combattrons davantage la drogue et la criminalité, nous effectuerons des contrôles encore plus poussés et nous améliorerons la qualité de vie en Albanie. »



Communiqué envoyé le 2 juillet 2018 à 03:00 et diffusé par :