Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Femme

Une étude scientifique approfondie de la pratique, en augmentation constante, de la congélation des ovules pour des raisons « sociales » donne lieu à 12 recommandations claires pour les femmes dans la vingtaine et la trentaine


MONTRÉAL, le 12 mars 2018 /CNW Telbec/ - Dans le numéro de mars du Journal d'obstétrique et gynécologie du Canada (JOGC), la Société canadienne de fertilité et d'andrologie (SCFA) et la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) ont fait paraître leurs directives concernant la congélation des ovules, en réponse à une tendance chez les jeunes femmes de congeler leurs ovules comme moyen de préserver leur fertilité.

Logo : Société canadienne de fertilité et d'andrologie (Groupe CNW/Société canadienne de fertilité et d'andrologie (SCFA))

Au Canada, l'âge moyen où les femmes donnent naissance à leur premier enfant augmente, et plus de la moitié de toutes les naissances surviennent chez les femmes de plus de 30 ans. Le report de la maternité a augmenté la probabilité que les femmes puissent atteindre un âge où la qualité et la quantité de leurs ovules rendent la conception naturelle difficile. En conséquence, de nombreuses femmes s'informent au sujet de la congélation des ovules auprès des médecins.

« Ce qu'on appelle la congélation des ovules pour des raisons « sociales » a suscité une controverses ces dernières années, lorsque des entreprises telles que Facebook et Apple ont donné à leurs employées la possibilité de faire congeler leurs ovules et leur ont offert des avantages sociaux si elles choisissaient de reporter le moment de concevoir », dit Mark Evans, directeur général de la SCFA.

Grâce à la base de données CARTR-BORN, la SCFA est en mesure de connaître les résultats des technologies de procréation assistée. Selon le Dr Jason Min, président de la SCFA, « le nombre de cycles de congélation d'ovules pour des raisons sociales croît chaque année depuis 2013 et il représente maintenant près de 2 % de tous les cycles de FIV effectués au Canada. »

Bien que le nombre total des cycles demeure peu élevé, la SCFA et la SOGC s'attendent à ce que la tendance se maintienne et elles estiment important que les femmes disposent des meilleures informations disponibles lorsqu'elles planifient une grossesse, en particulier lorsque celle-ci implique le recours à des technologies de procréation assistée comme la congélation d'ovules. Les directives énoncent une série de 12 recommandations portant sur des questions telles que l'âge optimal, les risques et avantages ainsi que les chances de succès.

« En moyenne, entre 80 % et 90 % des ovules survivent à la décongélation, de 70 % à 80 % sont fécondés et seulement un sous-groupe d'embryons donneront lieu à une naissance vivante, explique le Dr Neal Mahutte, président du Comité des directives de pratique clinique de la SCFA. « Il ne fait aucun doute que l'âge auquel une femme congèle ses ovules, et le nombre des ovules congelés, affectent les taux de succès de la FIV. Cependant, les femmes qui choisissent de congeler leurs ovules pour des raisons sociales doivent comprendre que ce qu'elles préservent est une chance d'avoir un enfant plus tard avec leurs propres ovules, et qu'il ne s'agit pas d'une garantie. »

Les recommandations ont été élaborées par un comité conjoint de la SCFA et de la SOGC, qui a effectué une étude exhaustive des recherches publiées sur ce sujet. Ce document devrait constituer un outil important pour les médecins de famille, les obstétriciens, les fertologues et les patientes.

À propos de la Société canadienne de fertilité et d'andrologie (SCFA)
La SCFA est une société multidisciplinaire sans but lucratif, à l'échelle nationale, qui se veut la porte-parole des spécialistes de la reproduction, des scientifiques et des professionnels de la santé oeuvrant dans le domaine de la procréation assistée au Canada. Célébrant cette année ses 62 ans d'existence, la SCFA a pour mission de faire progresser de manière responsable la science et la médecine de la reproduction au Canada grâce au leadership, à la recherche et aux orientations qu'elle fournit. La SCFA vise à promouvoir l'excellence dans le domaine de la procréation assistée, au bénéfice des Canadiens et des enfants nés de cette technologie.

 

SOURCE Société canadienne de fertilité et d'andrologie (SCFA)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 12:45
«?16 jours! 16 jours que le personnel professionnel et technique travaille sans équipement sanitaire et sans matériel de protection, qu'il lance des SOS sur toutes les tribunes pour que les établissements appliquent les mesures de distanciation...

à 11:57
Au cours de cette pandémie mondiale de la COVID-19, le gouvernement du Canada travaille fort pour aider les Canadiens, y compris les jeunes et les aînés. Cette semaine, nous avons annoncé de nouvelles mesures importantes pour les familles, les...

à 11:00
La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et le ministre de l'Économie et de l'Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Pierre Fitzgibbon, annoncent que le ministère de la Santé et des Services sociaux...

à 09:00
Pour faire suite à l'annonce de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) d'aujourd'hui, exo rappelle que de nouveaux horaires réduits d'autobus entreront en vigueur le 30 mars prochain. Ces mesures sont nécessaires afin de s'adapter à...

à 08:23
Des ministres et des fonctionnaires du gouvernement du Canada tiendront une conférence de presse afin de fournir une mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19). DateLe 29 mars 2020   Heure12 h 00 (HAE)   Lieu Édifice de l'Ouest,...

à 07:00
Face à la hausse de la détresse psychologique, la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, et le responsable solidaire en matière de Santé, Sol Zanetti, veulent « briser l'isolement » en mobilisant toutes les ressources nécessaires pour...



Communiqué envoyé le 12 mars 2018 à 00:01 et diffusé par :