Le Lézard
Classé dans : L'environnement, Chasse, pêche et plein air
Sujets : Animaux et animaux de compagnie, Enjeux environnementaux, Bien-être animal, CFG

Une évaluation d'urgence conclut que la truite arc-en-ciel anadrome de l'intérieur de la Colombie-Britannique est en voie de disparition


VANCOUVER, le 13 févr. 2018 /CNW/ - À la suite d'un processus accéléré rarement utilisé, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a conclu aujourd'hui que deux populations de truites arc-en-ciel anadromes se reproduisant dans les réseaux hydrographiques des rivières Thompson et Chilcotin, en Colombie-Britannique, sont menacées de disparition imminente. Les deux populations ont été évaluées comme étant en voie de disparition, et le COSEPAC a recommandé un décret d'inscription d'urgence en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral. À la fin de l'automne 2017, seulement 177 individus étaient remontés dans la rivière Thompson depuis la mer, et seulement 58 étaient remontés dans la rivière Chilcotin. Il s'agit d'un creux historique depuis les premiers relevés en 1978, et du résultat de tendances à la baisse qui ont commencé il y a plus d'une décennie. Les principales menaces comprennent les prises accessoires d'adultes dans le cadre de la pêche au filet ciblant le saumon du Pacifique ainsi que les mauvaises conditions océaniques.

Truite arc-en-ciel anadrome de la Colombie-Britannique © Ernest Keeley, Idaho State University (Groupe CNW/Comité sur la situation des espèces en péril au Canada)

La truite arc-en-ciel anadrome représente une forme de truite arc-en-ciel qui naît en eaux douces, mais qui migre vers l'océan lorsqu'elle atteint le stade juvénile, comme le saumon. En outre, une fois adulte, elle retourne vers son cours d'eau de naissance pour frayer. La truite arc-en-ciel anadrome est habituellement beaucoup plus grosse que la truite arc-en-ciel d'eau douce, et elle est très prisée dans le cadre de la pêche sportive avec remise à l'eau.

Le COSEPAC et le public se préoccupent depuis quelque temps de la situation de la truite arc-en-ciel anadrome qui se reproduit dans l'intérieur de la Colombie-Britannique. Deux demandes récemment présentées au COSEPAC par des citoyens sont à l'origine de l'évaluation d'urgence. Le COSEPAC ne décide que rarement que la gravité d'une situation justifie la mise en oeuvre d'un processus accéléré. Le dernier cas remonte au début de 2012, lorsque le Comité avait recommandé l'inscription par décret d'urgence de trois espèces de chauves-souris décimées par une maladie fongique dans l'Est canadien, à titre d'espèces en voie de disparition. Ces espèces ont reçu une protection juridique à la fin de 2014.

Les nouvelles évaluations du COSEPAC ont été transmises à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique, l'honorable Catherine McKenna, qui doit maintenant prendre une décision au sujet des recommandations d'inscription d'urgence des deux populations de truites arc-en-ciel anadromes. Les truites arc-en-ciel anadromes de l'intérieur de la Colombie-Britannique, dont le nombre n'a jamais été aussi faible, commenceront à pondre plus tard ce printemps.

Le document Résumés techniques et données à l'appui des évaluations d'urgence de la truite arc-en-ciel anadrome (Oncorhynchus mykiss) (populations des rivières Thompson et Chilcotin) est aussi disponible sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC à l'adresse : ec.cosepac-cosewic.ec@canada.ca.

À propos du COSEPAC

Le Comité d'évaluation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation des espèces, des sous-espèces et des variétés sauvages ou d'autres unités de la diversité biologique jugées en péril au Canada. Pour ce faire, le COSEPAC se sert de connaissances scientifiques, traditionnelles autochtones ou collectives, lesquelles sont fournies par de nombreux spécialistes des gouvernements, des universités et d'autres organismes. Les sommaires d'évaluations sont actuellement à la disposition du public sur le site Web du COSEPAC (https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/comite-situation-especes-peril.html) et sont transmis à la ministre fédérale de l'Environnement pour une considération de l'inscription en vertu de la Loi sur les espèces en péril (SARA). Les rapports de situation complets et les sommaires du statut des espèces sont aussi accessibles au public dans le Registre public des espèces en péril (http://www.registrelep.gc.ca/).

On compte maintenant 755 espèces sauvages dans les diverses catégories de risque du COSEPAC, soit 331 espèces en voie de disparition, 177 espèces menacées, 224 espèces préoccupantes et 23 espèces disparues du pays (qui ne se trouvent plus dans la nature au Canada). En plus de ces espèces, 16 sont disparues de la planète.

Le COSEPAC est composé de membres de chaque organisme responsable des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l'Agence Parcs Canada, Pêches et Océans Canada et le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des Sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones.

Définition des termes et des catégories de situation du COSEPAC

Espèce sauvage : Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d'animal, de plante ou d'un autre organisme d'origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s'est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.

En voie de disparition (VD)* : Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.

* indique une catégorie de risque du COSEPAC

 

Logo : Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Groupe CNW/Comité sur la situation des espèces en péril au Canada)

SOURCE Comité sur la situation des espèces en péril au Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

16 jan 2019
La directrice générale de l'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ), Me Gisèle Bourque, est fière d'annoncer que son 75e congrès a obtenu le niveau 3 de la norme en gestion responsable d'événements du BNQ...

16 jan 2019
Les conditions météorologiques extrêmes partout au Canada continuent de mettre en évidence les coûts financiers des changements climatiques pour les assureurs et les contribuables. En 2018, les dommages assurés attribuables aux événements climatiques...

16 jan 2019
W. L. Gore & Associates, Inc (Gore) a reçu le prix Fournisseur d'excellence (Excellent Supplier Award) décerné par Sunrise Power, l'un des principaux fournisseurs chinois d'assemblages et de systèmes de piles à combustible pour véhicules. Ce prix...

16 jan 2019
Le député de Kingston et les Îles, Mark Gerretsen, au nom du ministre des Ressources naturelles du Canada, l'honorable Amarjeet Sohi, fera une annonce concernant les infrastructures vertes dans le cadre du Symposium sur les changements climatiques à...

16 jan 2019
Aujourd'hui, dans le cadre de la décision de la Cour d'appel de l'Ontario d'accorder le statut d'intervenant à des particuliers et à des organisations qui souhaitent participer à l'audience du renvoi intenté par l'Ontario, prévu du 15 au 18 avril...

16 jan 2019
La nouvelle facilité d'emprunt d'entreprise accélérera la croissance internationale    Mainstream Renewable Power, leader mondial dans le développement de centrales éoliennes et solaires, a annoncé aujourd'hui la mise au point d'un nouveau mécanisme...



Communiqué envoyé le 13 février 2018 à 14:00 et diffusé par :