Le Lézard
Sujets : Femme, Nouvelles d'Asie, Religion

Le leader bouddhiste Ikeda presse à la focalisation sur les droits de la personne, qui est essentielle à la résolution des enjeux mondiaux et à l'abolition des armes nucléaires


TOKYO, 26 janvier 2018 /CNW/ - Le 26 janvier 2018, le philosophe bouddhiste Daisaku Ikeda, président de Soka Gakkai International (SGI), a dévoilé sa proposition annuelle de paix, laquelle s'intitule « Toward an Era of Human Rights: Building a People's Movement » (vers l'ère des droits de la personne : établir un mouvement populaire).

Ikeda salue l'adoption en juillet 2017 du Traité d'interdiction des armes nucléaires (TIAN) comme étant un tournant dans l'histoire mondiale des efforts visant à instaurer la paix et à assurer le désarmement, mais il souligne que tant et aussi longtemps que les armes nucléaires existent, la paix dans le monde et les droits de la personne demeureront illusoires. Il propose des stratégies pour que les États disposant d'armement nucléaire et les États dépendant du nucléaire choisissent d'appuyer le Traité.

Ikeda appelle plus particulièrement le Japon à démontrer son empressement à prendre part au TIAN : « Connaissant la réalité des armes nucléaires, le Japon ne peut se soustraire à ses obligations morales. » Il nous demande de ne jamais oublier l'esprit des « hibakusha » -- les victimes de la bombe atomique --, qui ont joué un rôle capital avec la Campagne Internationale pour l'Abolition des Armes Nucléaires (ICAN) dans la rédaction et l'adoption du Traité, laquelle s'est vu remettre en 2017 le prix Nobel de la paix.

Le thème principal de la 36e proposition d'Ikeda illustre qu'une approche axée sur les droits de la personne est essentielle pour résoudre les enjeux planétaires, y compris la menace nucléaire. En cette année qui marque le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, il insiste sur le besoin de focaliser sur la vie et la dignité de chaque personne -- soit le fait que chaque être humain est, de façon inhérente, précieux et irremplaçable.

Il cite les « hibakusha » et leur détermination à faire en sorte que plus personne n'ait à endurer la souffrance qu'ils ont connue comme étant un exemple de l'esprit qui a mené à l'établissement des droits de la personne. « L'idéal du droit international en matière des droits de la personne est la quête de la protection de la vie et de la dignité de chaque individu, une quête dans laquelle le développement continu de l'armement nucléaire n'a aucune place », affirme-t-il.

Ikeda rappelle le pouvoir de l'éducation aux droits de l'homme pour surmonter les écarts sociaux, déclarant que sa véritable importance réside dans la relance de notre désir de percevoir l'humanité commune des personnes différentes de nous. Il propose que la jeunesse soit le point central de la quatrième phase du Programme mondial en faveur de l'éducation aux droits de l'homme des Nations Unies, qui débutera en 2020.

Il émane de l'ensemble de la proposition une préoccupation à l'égard des vies et des droits fondamentaux des réfugiés et des migrants face à la discrimination. Ikeda appelle à des efforts ciblés pour assurer que les enfants réfugiés et migrants aient accès à l'éducation, notamment ceux qui ont été séparés de leur famille.

Réclamant des progrès plus importants vers l'atteinte des 17 objectifs de développement durable (ODD), il propose une collaboration plus étroite entre la Chine et le Japon sous la forme d'un réseau gouvernemental local pour lutter contre les changements climatiques.

Ikeda indique aussi que l'égalité entre les femmes et les hommes est essentielle à l'atteinte des ODD, affirmant : « L'égalité des sexes et l'autonomisation ne doivent pas être perçues comme un seul élément des ODD, mais plutôt reconnues comme étant fondamentales pour accélérer le progrès vers la réalisation du spectre complet des objectifs. »

Enfin, il appelle à ce que l'ONU établisse une décennie internationale dédiée à l'autonomisation des femmes de 2020 à 2030, soit la date butoir pour l'atteinte des ODD.

Soka Gakkai International (SGI) est un réseau communautaire faisant la promotion de l'humanisme bouddhiste et de la paix qui compte 12 millions de membres dans le monde. Le président de SGI, Daisaku Ikeda (1928- ), émet tous les 26 janvier depuis 1983 des propositions de paix en offrant une perspective bouddhiste et des solutions aux problèmes mondiaux pour commémorer la fondation de SGI. Veuillez consulter : www.sgi.org.

Contact :

Joan Anderson
Bureau d'information publique
Soka Gakkai International
Tél. : +81-80-5957-4711
Courriel : anderson[at]soka.jp

SOURCE Soka Gakkai International



Communiqué envoyé le 28 janvier 2018 à 22:14 et diffusé par :